Au secours, les eurosceptiques arrivent !

 |   |  642  mots
Reuters
Reuters (Crédits : Reuters)
Malgré la poussée annoncée des partis eurosceptiques, les rapports de force au parlement ne devrait pas être bouleversé, notamment entre conservateurs et sociaux-démocrates. En revanche, le fonctionnement du nouveau parlement risque d'être grippé par un statu quo qui va l'affaiblir par rapport aux gouvernements.

Jean-Dominique Giuliani, le président de la Fondation Robert-Schuman, n'y croit pas. Mais alors pas du tout. Et il le dit avec ce sourire de celui qui se dit « guéri de la politique », lui qui a fait une longue route avec les centristes français : il ne croit pas à la personnalisation du scrutin européen parce que, explique-t-il, l'écart entre socialistes et conservateurs sera si mince qu'il ne permettra pas de sortir du marchandage habituel en indiquant un choix clair des électeurs. La faute notamment à la poussée des partis eurosceptiques de tout poil.

Les projections du think tank parisien placent la barre très haut : autour de 72 élus sur les 751 que comptera le prochain parlement. Mais, assure-t-il, « cela ne devrait pas bouleverser le fonctionnement » de l'assemblée européenne, car ces nouveaux venus, pour la plupart, resteront profondément désunis.

Des euroceptiques très différents

Entre les « infréquentables » de l'Aube dorée et du Jobbik et les souverainistes scandinaves, entre les nouveaux venus du mouvement Cinq étoiles de Giuseppe Grillo, et les élus du Front national, il y aura de telles différences que personne ne peut encore prédire comment s'organiseront ces groupes politiques à la marge des grandes formations habituelles.

Quant aux anti-européens du UKIP, le parti britannique qui hante les nuits du Premier ministre David Cameron, il sera trop heureux d'adopter la stratégie de l'isolement volontaire, lui qui milite depuis des années pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Cependant, les marges vont suffisamment grignoter le centre et ses habituels alliés pour rendre impossible une coalition de droite ou bien de gauche.

Même si l'ensemble des libéraux se ralliait à une alliance entre socialistes et écologistes, ce « bloc » ne rassemblerait pas plus de 311 voix, selon les projections compilées par la fondation. On est loin des 376 voix d'une majorité. Et l'extrême gauche, emmenée en France par Jean-Luc Mélenchon, dont les rangs devraient gonfler formidablement, se gardera bien de se compromettre avec la social-démocratie.

Pendant de la montée des extrêmes, l'affaiblissement des partis du centre risque de concourir au statu quo, d'autant plus que l'écart entre le PPE, le centre droit, et le PSE, au centre gauche, risque de se resserrer au bénéfice du second.

En Allemagne, les sociaux-démocrates « ne tirent pas profit de la grande coalition ».

Quant aux socialistes espagnols, qui auraient dû profiter de la contestation contre le gouvernement Rajoy, ils risquent de sortir laminés. Symptôme le plus frappant de cet évidement du centre politique : la déroute annoncée du Pasok, en Grèce, qui plafonne à 4 % dans les sondages. Et les votes d'alternative, écologistes et libéraux qui recrutent leur électorat parmi les classes les plus favorisées, sont promis à l'« effondrement ».

Quant aux conservateurs de l'ECR, un groupe constitué après le départ des Tories britanniques du PPE, sa survie est en question car, fait remarquer la fondation, il n'est pas sûr de pouvoir recruter dans au moins sept pays, condition nécessaire pour créer un groupe parlementaire.

Bref ! Ce n'est pas une élection, c'est un émiettement

Et une mauvaise nouvelle accessoirement pour la démocratie européenne puisque, moins que jamais, les électeurs ne comprendront l'enjeu d'un vote qui sanctionne les grands partis... tout en consolidant leurs arrangements consanguins.

Voilà qui augure plutôt mal de la suite pour le Parlement lui-même, dont le travail et les débats seront plus illisibles que jamais. Pris en otage par la contestation des gouvernements nationaux qu'exprimera ce vote, il sera d'autant plus faible face aux chefs d'État et de gouvernement qui n'ont eu de cesse, ces dernières années, de rogner sur les prérogatives des institutions communes.

______

>>> INFOGRAPHIE La menace populiste en Europe

Baromètre de la menace populiste en Europe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2014 à 22:23 :
l europe ca marche il n y a qu a voire les resultats. au depart on a commencer pour sauvé l acier et le charbon européen; super plus de charbon et l acier apartien maintenant au indien et au russe. apres pour que l on devienne autosuffisant pour la nourriture suer depuis un peu moins d une decenie on ne l est plus. pour reduire le chomage on arrive dans certain pays a un niveau superieur a celui de 1936. allons revoyez donc votre copie l europe des citoyens oui mais l europes des comptes bancaires non
a écrit le 19/05/2014 à 16:12 :
Incroyable article. Un indice de dangerosité sur des partis en fait souverainistes...
Voilà où on en est arrivé. Il n'y a vraiment plus aucun argument pour défendre l'UE...
Et pour ceux qui n'auraient pas compris, la menace maintenant, c'est le peuple.
a écrit le 16/05/2014 à 16:45 :
Il manque la Slovaquie avec le SAS anti troika et union a 6 %
a écrit le 16/05/2014 à 16:35 :
Il manque la Pologne avec le KNP anti union a 7% !!
a écrit le 15/05/2014 à 11:45 :
on peut etre pro-Europe and anti EU. L'EU est une machine hors de controle, chere et incompetente. Les hommes politiques la supportent trop souvent parce ce que ca leur donne une porte de sortie bien remunérée quand ils sont dechus de leur scene nationale. Par exemple, Mandelson, Kinnock, Moscovici. Il est a peu pres impossible d'etre elu a Bruxelles et de ne pas devenir millionaire en 1 an.

Depuis la France, les degats de l'EU ne se sont jusqu'ici pas trop vu. Parce que la France est de loin et sans aucun doute le pays qui, a titre national et des individus, a le plus beneficiés des 'largesses' de l'EU. Maintenant ce temps est un peu revolu. Prenons pas example le parlement de Strasbourg qui est une debauche financiere et ecologique, mais sur laquelle la France insiste, mettant ainsi ses interets par devant les interets des peuples europeens.

L'euro est une catastrophe et techniquement ne peut pas marcher (lire Bernard Connolly), nombres de reglementations sont une catastrophe, le projet gallileo s'est soldé par un echec, le cour de 'justice' est un travesti de judiciaire, le parlement n'a pas le droit de proposer de lois, les comptes ne sont pas certifié depuis 19 ans, donc il n'y a aucune idée du taux de fraude, le systeme d'emission de carbone a ete une catastrophe onereuse, la politique de peche est une catastrophe ecologique, etc, etc.

Depuis la creation du mecanisme monetaire europeen dans les années 70, l'Europe est en perte de vitesse et les tensions et jalousies entre les pays est en hausse.
a écrit le 14/05/2014 à 23:08 :
Une Europe plus intégrée, voire fédérale, est la seule voie possible pour l'avenir si nous voulons éviter de devenir un protectorat américain et sombrer totalement au niveau international.
Réponse de le 15/05/2014 à 18:01 :
Ah, encore un fédéraliste qui ne sait pas sur quoi repose le fédéralisme en terme budgétaire: ça s'appelle notamment une union de transfert. Je vous regarde expliquer à Merkel qu'elle va devoir "donner" entre 8 à 12 de son PIB (en valeur) aux autres pays pour corriger les déséquilibres d'une zone à l'autre. Je prends un coca/banane, un paquet de popcorn et je me régale du spectacle à venir concernant votre argumentation. Et puis on vote pour élire des députés afin qu'ils votent les lois nous concernant et avec le fédéralisme, ce sont les polonais et les portugais qui avec les autres décident législativement ce qui va s'imposer à nous. Ben voyons. D'un autre côté, c'est déjà un peu le cas et ça explique en partie le désamour pour cette UE.
Réponse de le 16/05/2014 à 10:53 :
Le seul problème c'est que l'Union européenne a justement été initiée avec pour objectif d'en faire un protectorat américain, d'où la méfiance du général de Gaulle face à ce "machin".
Réponse de le 22/05/2014 à 22:18 :
le federalisme n apporte rien a part encore moins de pouvoir au vote, plus de votant égale dilution du pouvoir democratique.
et puis a chaque fois c est le meme discours toujours plus l euro pour plus d emploi dix ans plus tard combien de millions de chomeurs supplementaire?
quand a la taille je ne crois pas que la corée du sud represente un si grand nombre de citoyen et pourtant premier pouvoyeur en haute technologie 4 constructeur de voiture mondial, premier en construction naval et j en passe . les fédérations c est bien pour le sport.
a écrit le 14/05/2014 à 23:06 :
Voici pourquoi seule l'option d'une Europe Fédérale peut assurer un avenir aux européens, contre les europsceptiques de tous bords, qu'ils soient nostaligiques d'une france idéalisée (qui n'a jamais existé...) et les atlantistes....
Réponse de le 15/05/2014 à 17:56 :
J'adore la naïeveté des eurobéas, c'est touchant.
Réponse de le 16/05/2014 à 10:59 :
Ce que vous dites serait tout à fait juste si la construction européenne n'avait pas été initiée par les américains pour assurer leur contrôle sur les peuples européens. Vous faut-il d'autres preuves après l'annonce du traité de libre échange transatlantique?
a écrit le 14/05/2014 à 10:28 :
je serais favorable a cette europe des tehnocrates ANTI peuple ,a une condition : On diminue de 50% tous les salaires et indemnites des fonctionnaires et des deputes europeens ET qu'ils deviennent IMPOSABLES .Avec en prime l'INTERDICTION des lobbyes a bruxelle .
Car leurs salaires font de ces individus des MERCENAIRES a la solde des puissances financieres.
Réponse de le 16/05/2014 à 11:01 :
Ces mesures restrictives calmeraient sans doute votre jalousie vis-à-vis des bénéficiaires mais en quoi cela changerait-il les effets délétères de leurs actions sur les peuples d'Europe?
a écrit le 14/05/2014 à 1:29 :
vous nous faites des chapeaux gris et bleu sudistes?
a écrit le 14/05/2014 à 1:27 :
On nous fait un joli drapeau barré à la mode con-fédération... on joue à a sécession comme dans nord et sud? Ou bien au maximum du chômage? Ou aux réductions de salaires par l'austérité? On applaudit bien fort...
a écrit le 13/05/2014 à 12:28 :
Pour etre decore d'une medaille allemande il faut soit n'avoir aucune conscience historique ou soit avoir eu des parents collabos
a écrit le 13/05/2014 à 12:25 :
Et voila le retour des integristes de l'europe qui designent comme populiste tout ceux qui ne pensent pas comme eux, une sorte de boko haram europeiste
Réponse de le 13/05/2014 à 18:27 :
Par définition, Le populisme désigne un type de discours et des courants politiques, prenant pour cible « les élites », prônant le recours au « peuple » (référendum...) et s’incarnant dans un leader charismatique et soutenu par un parti acquis à cette idéologie.
Chacun pourra se faire sa propre idée de qui est populiste et qui ne l'est pas, ou l'est moins...
a écrit le 13/05/2014 à 11:40 :
la promesse d'une europe unie pour lutter economiquement contre les USA et les Chinois est un mirage !!!! Actuellement c'est une guerre economique intra européenne, avec une deflation des salaires et des modeles sociaux !!!
Donc les seuls qui proposent un accord economique entre les nations mais en sortant de cette europe incontrolable sont les eurosceptiques !!! Donc vite le 25 mai !!!
a écrit le 13/05/2014 à 10:56 :
C'est bien vous aurez droit a votre strapontin au Bildelberg.
a écrit le 13/05/2014 à 10:54 :
Article peu credible de la part d'une ex collaboratrice RPR de de VILLEPIN
a écrit le 13/05/2014 à 10:03 :
le parlement européen fut le seul depuis la crise de 2008 a ne pas être sanctionné par les électeurs , pis leur politique des eurodeputés on été si mauvaise pour les peuples que cette institution a déçu et meme révulsée , le pire est donc a venir , dommage que tous ces partis politiques modérés et certains sincères n'ont pas pris conscience du danger , le péril a toujours existé mais jamais a ces niveaux là .. merci pour nous laisser une europe en déroute totale et l'affaire ukrainienne est un cailloux de plus pour l'UE
a écrit le 13/05/2014 à 9:31 :
On aime l'Europe mais pas celle la. On aime l'Europe qui apporte des solutions pas des problèmes.
a écrit le 13/05/2014 à 9:31 :
On aime l'Europe mais pas celle la. On aime l'Europe qui apporte des solutions pas des problèmes.
a écrit le 13/05/2014 à 9:27 :
L'Europe est devenu un "machin", terme apprécié par le général de Gaulle à propos d'une autre institution. L'Europe est un prétexte pour les politiques et un terrain de jeu pour les lobby, principalement Anglo-saxon. Normal que nous ne voulions pas cette Europe. De plus à quoi bon aller voter quand à propos du traité de Lisbonne notre vote a été dénié...Stop à cette Europe, mais une autre Europe est-elle possible ?
Réponse de le 13/05/2014 à 10:10 :
le problème est different quand on est 12 et qu'on passe a 30 , en plus de traités qui sont fixés dans le marbre absolu , bâti a une époque totalement différente et qui ignore le passage du temps .. il y'a 40 ans l'externalisation des entreprises et la mondialisation n'existait pas encore , la système financier n'avait pas cette influence .. d'ou des traités devenus ineptes et rajoutez un euro qui est que la copie du dollars .. intégrons encore plus de pays dans l'euro et ensuite les pays producteurs seront non plus turcs ou bulgares , roumains , mais russes , irakien , syrien ou meme géorgien .. prétexte donc pour faire de l'euro une monnaie forte qui profitera aux monnaies faibles et aux salaires dérisoires de pays dans des situations extrêmes ..
a écrit le 13/05/2014 à 9:21 :
Les abstentionnistes seront comptabilisés comme des votes pour l'UMP ou PS;
principe du scrutin proportionnel plurinominal qui conforte les partis rentiers.
Réponse de le 16/05/2014 à 11:05 :
+1000 Seuls les naïfs pensent que s'abstenir s'est désapprouver.
a écrit le 13/05/2014 à 9:12 :
Le parlement ne sert pas a grand chose. Si pour une fois, il y a un peu plus de gens qui ruent dans les brancard, ca peu pas faire de mal. Rappelez vous comment les gens d UKIP ont secoue le mollusque Van Rompuy au parlement. On peut toujours rever mais peut etre que la commission et les autres organes europeens ont besoin d un bon coup de pied au cul. Et s il ny a en effet pas grand chose de commun entre le M5S italien et Jobbik, il peut y a avoir des coalitions ponctuelles pour secouer le cocotier
a écrit le 13/05/2014 à 6:41 :
Nous avons dit NON en 2005. Faites vous entendre en n'allant pas voter le 24 mai.
Réponse de le 13/05/2014 à 7:40 :
Je rectifie, ...en n'allant pas voter le 25 mai...
Réponse de le 13/05/2014 à 7:42 :
Bah, les 2 dates sont valables. Tout dépend si vous êtes des DOM/TOM
Réponse de le 13/05/2014 à 7:50 :
2005
Réponse de le 13/05/2014 à 21:51 :
Je comprend votre déception, croyez moi, nous avons bien reçu votre message.
Bon, je vous laisse Google nous invite au resto ce soir, c'est pour le traité de libre échange.
A dans 5 ans.
Réponse de le 16/05/2014 à 11:06 :
Voir le message d'Ecirtap pour mesurer l'absurdité de votre position.
a écrit le 13/05/2014 à 6:36 :
Toujours les mêmes argumentations fallacieuses qui sortent quelques jours avant une élection. Ne vous laissez pas duper par ces artifices électorales qui bernent le peuple Français. N'allez pas donner votre voix à l'UMPS, ni à personne d'autre d'ailleurs...Le référendum de 2005 a parlé...Ils n'ont qu'à en tenir compte. Pour ma part, j'ai déjà voté.
Réponse de le 13/05/2014 à 10:58 :
Votre non , était un oui mais et vous le regrettez . Vous faites une séance de repentance .Vous avez 100 fois raison de ne pas voter , mais quelque chose me dit que vous serez dans l isoloir le 25/05
a écrit le 13/05/2014 à 0:28 :
Euh.... y a une erreur dans l'article . Faut remplacer le terme "démocratie européenne" par "oligarchie européenne" .
Pour une fois que je suis une "menace" pour des privilégiés, je ne vais pas me gêner pour aller voter .
a écrit le 12/05/2014 à 21:40 :
La democrature europeenne en perdition, le foutage de tronche est sur le point de se terminer, l'UMPS a mange son pain blanc, bonne digestion a cette caste d'incapables !
a écrit le 12/05/2014 à 19:33 :
L'UMPS, c'est un peu la 7e compagnie de la politique, alors les Populistes, mettez-y une majuscules, s'il vous plaît. Merci.
a écrit le 12/05/2014 à 19:22 :
"personne ne peut encore prédire comment s'organiseront ces groupes politiques à la marge des grandes formations habituelles."
--> non, mais franchement, si vous ne savez pas comment ils vont s'entendre, c'est que vous n'avez pas fait votre travail de journaliste, que vous n'avez pas enquêté.
PFFF, n'importe quoi.
a écrit le 12/05/2014 à 19:16 :
Et ce mois-ci,
... combien de demandeurs d'emploi en plus ?
Les chiffres vont tomber le lendemain des européennes.
Mais les Français ne sont pas dupes. A un rythme d'entre 10 000 et 30 000 demandeurs d'emplois en plus par mois, ça ne peut plus durer très longtemps ainsi. Surtout si l'Etat recrute davantage...
Alors eurosceptique, vous dîtes ?
Non, simplement travailloréaliste.
Allez dire à tous les demandeurs d'emplois que ce sont des eurosceptiques, bien planqué sur votre chaise dactylo...
C'est dégoûtant d'insulter la nouvelle majorité.
a écrit le 12/05/2014 à 19:11 :
eurosceptique ne veut rien dire :
- Bonjour Monsieur
- Bonjour
- Vous êtes contre l'euro
- Oui
- Vous êtes un eurosceptique alors
- beh non, je viens de vous que j'étais contre. Je n'ai jamais dit que j'étais simplement sceptique.
- Merci Monsieur. C'était un commentaire d'un eurosceptique, à vous les studios
CLAP de fin
- mais, mais...
- tais-toi, eurosceptique !
- non, mais oh... ça ne va pas bien ! Vous êtes de quel parti ?
- de l'UMPS
- ça ne m'étonne pas. Vous avez revoté le traité de lisbonne au parlement, suite au refus de celui-ci par référendum. Alors aujourd'hui vous me baillonnez encore et vous dites que je suis eurosceptique.
a écrit le 12/05/2014 à 19:05 :
La socialdémocratie européenne de nom n'est-elle pas plus une menace que ne l'est le "populisme" (terme ici galvaudé dans le but de promouvoir l'opinion de la gouvernance entre copains).
a écrit le 12/05/2014 à 18:55 :
si le FN est populiste, alors appelons le PS dilapidiste et l'UMP annihiliste L'ouverture des frontières n'importe comment pour les travailleurs qui n'ont pas les mêmes conditions sociales, c'est bien l'UMP et le PS qui en sont les auteurs ! SANCTION !
DEHORS ! Dégagez ! Faites place nette, laissez la place au FN !
Réponse de le 13/05/2014 à 3:05 :
Bien dit ! le 25 mai pour moi aussi c est Bulletin FN !!! trop c est trop ... Dehors les menteurs ...
Réponse de le 13/05/2014 à 8:56 :
+ UN ! et même plus, amis de même et pas mal de famille.....on parlera ensuite à l'usage....
a écrit le 12/05/2014 à 18:55 :
A mon avis, les adeptes de l'euro ont du souci à se faire car les Euroseptiques sont entrain de devenir de plus en plus crédibles et puissants grâce aux peuples qui se réveillent !
a écrit le 12/05/2014 à 18:52 :
Les seuls "populistes" qui soient ce sont les politiques de l'UMP et du PS : promettre tout et son contraire, faire ratifier par le parlement un traité refusé par référendum et rester président en poste. Président en poste aussi avec 18 % d'opinion favorable. Ca c'est du populisme, prendre les gens pour des imbéciles !
Enfin le mot populisme connote un aspect péjoratif au peuple, comme s'il ne pouvait pas avoir raison, comme s'il n'était pas légitime qu'il décide de son sort.
La démocratie est confisquée par les deux formations politiques, jusqu'alors, principales.
Ce sont elles, les formations populistes, qui prennent les gens pour des simplets.
Le FN redonne sa valeur à la consultation du peuple et à son identité. Que ça plaise ou pas aux journalistes !
Réponse de le 12/05/2014 à 18:57 :
et en plus, associer "menace" à "populiste" ça fait vraiment bobo comme rédaction...
a écrit le 12/05/2014 à 18:51 :
l'union européenne est tout sauf une union, elle entrave la souveraineté des pays, confisque les pouvoirs au peuple puisque les commissaires européens ceux qui ont le pouvoir ne sont pas élus par les peuples, enfin elle sert avant tout les intérêts américains, l'euro a surtout facilité l'export des sociétés US, l'anglais est la langue obligatoire, la BCE est soumise à la FED et le Traité Transatlantique est juste un moyen de faire sauter les barrières douanières et toutes les normes pour nous imposer un libre échange total avec les USA en notre défaveur bien sûr... l'Europe est une catastrophe elle crée la désunion, la pauvreté, et ne fait que suivre la politique US.
a écrit le 12/05/2014 à 18:45 :
A propos de l'infographie, pourquoi les termes "menace" et "dangerosité" ? C'est super péjoratif; méprisant et c'est une sorte de priouette comme si ces partis n'étaient pas crédibles du fait du jugement de l'auteur de l'infographie...
Laissez les électeurs libres de voter comme ils l'entendent, mince alors !
a écrit le 12/05/2014 à 18:44 :
Florence Autret decoree de la BUNDESVERDIEURTKEUS( atchoum) breloque de RFA a commence sa carriere de "journaliste" dans un cabinet RPR sous de VILLEPIN en bonne journaliste independante .
Réponse de le 12/05/2014 à 19:01 :
que faisait-elle sous de villepin ?
a écrit le 12/05/2014 à 18:39 :
En passant par google, demandons à Godfrey Bloom ce qu'il en pense.
a écrit le 12/05/2014 à 18:29 :
L'union europeenne deteste la democratie elle a toujours rejetee les resultats des referendums quand il n'allaient pas dans le sens voulu ,coment reprocher aux peuple de la rejeter a son tour
a écrit le 12/05/2014 à 18:23 :
Le populisme il est a bruxelles chez les europeistes qui volent le peuple avec l'euro et avec les privatisations tous ces gens qui remettent en cause les acquis de la resistance et qui sont en faite des neocollabo nazis comme les soutients aux nazis ukrainiens le prouve!!
a écrit le 12/05/2014 à 18:22 :
Le président de la Fondation Robert-Schuman se fait des illusions. Certes, les structures de cette union, dite européenne (mais qui ne l'est nullement, puisque certains envisagent, lui le premier, l'élargissement à des pays non européens), sont si peu démocratiques qu'elles ne peuvent être affectées qu'à la marge par l'opposition des peuples. Mais ces derniers seront profondément marqués par la généralisation de l'hostilité populaire au "machin" de Bruxelles. Cette prise de conscience pourrait bien marquer le début de la fin de cette machine à effacer les peuples européens.
Réponse de le 13/05/2014 à 8:57 :
bien dit
a écrit le 12/05/2014 à 18:13 :
"la menace populiste", bigre, on a presque peur...
En tout cas, une chose est sure, c'est l'existence de la "menace" technocratique, bel et bien installée aux manettes, avec le succès que l'on sait.
Et je ne parle pas de la "menace" atlantiste, avec l'OTAN fauteur de troubles et organisateur de révolutions colorées, à la solde du gouvernement mondial.
Sans parler de la "menace" du traité transatlantique, histoire de sauver le Dollar ou ce qu'il en reste...
a écrit le 12/05/2014 à 18:08 :
L'UE a été construit sciemment par la fin pour éliminer toute autre alternative en cours de route, accélérer par l'intégration de pays de niveau inférieur, tout en prenant soin de maintenir un clivage permanent pour éviter toute opposition. Nous constatons ce clivage au niveau du parlement qui ne fait que suivre le dogme!
Réponse de le 12/05/2014 à 21:09 :
Bravo ! c'est pour cela que l'UE est devenue une dictature. Point à la ligne.
Réponse de le 13/05/2014 à 9:01 :
+++ @ neurotic & en Bref !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :