La Bourse de Paris digère une avalanche de résultats

 |  | 902 mots
Lecture 5 min.
La Bourse de Paris commence le mois de septembre sans entrain.

La Bourse de Paris va de l'avant, après un début de journée dans l'indécision. Pour cette première séance du mois de septembre, le CAC 40 gagne 0,88% à 3.521,44 points. La veille, après avoir évolué une bonne partie de la journée en nette baisse, l'indice parisien a finalement terminé sur une hausse de 0,11%.

Les investisseurs attendent, inquiets, la publication d'indicateurs aux Etats-Unis. Ils seront notamment attentifs à l'enquête mensuelle ADP qui donnera un premier aperçu de la situation sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis avant les chiffres officiels vendredi. En Europe, la croissance du secteur manufacturier de la zone euro a affiché en août son plus bas niveau depuis février. Son indice PMI des directeurs d'achats est tombé à 55,1 contre 56,7 en juillet. Il avait été donné à 55 en estimation flash. C'est toutefois le onzième mois de suite que l'indice se situe au-dessus de la barre de 50 qui sépare la croissance de la contraction de l'activité. En France, l'industrie manufacturière, mesurée par l'indice PMI et publiée ce mercredi par l'Institut Markit Economics, a rebondi pour s'établir à 55,1 contre 53,9 en juillet, un plus bas de dix mois. La situation est meilleure que prévu car l'indice était attendu à 54,7 en estimation flash.

Les marchés doivent également faire face à toute une série de publications semestrielles.

Bouygues signe la plus forte baisse du CAC 40. Le titre chute de 3,6% à 30,84 euros. Le groupe français, présent dans le BTP, les médias et les télécoms, a publié un bénéfice net en baisse de 3% à 532 millions d'euros au premier semestre. Les analystes tablaient sur 544 millions d'euros.

Eiffage baisse de 0,94% à 35,65 euros. Le groupe a pourtant confirmé sa prévision de chiffre d'affaires pour 2010 à la faveur de la progression de son carnet de commandes et a enregistré un bond de 40% de son résultat net semestriel part du groupe.

Havas plonge de 4,56% à 3,45 euros. Le groupe publicitaire a annoncé une croissance organique semestrielle plus modeste que celle de ses principaux concurrents, sous l'effet de son exposition à l'Europe du Sud et de l'impact de la perte du budget de Carrefour l'an passé.

Altran se replie de 1,21% à 2,84 euros après avoir publié une perte légèrement réduite au premier semestre et a confirmé sa prévision d'un net redressement de ses marges au second semestre grâce, notamment, au contrôle de ses coûts.

Bourbon recule de 5,16% à 28,60 euros. Le groupe a publié des résultats en baisse au premier semestre en raison de la croissance de ses coûts d'exploitation mais le groupe s'est dit néanmoins confiant dans sa capacité à atteindre les objectifs de son plan 2011-2015.

Nexans affiche une baisse de 1,92% à 46,38 euros. Le leader mondial dans le câble veut faire passer de 35% à 45% la part de son chiffre d'affaires réalisée dans les pays émergents et se dit prêt à consacrer 800 millions d'euros à une opération de croissance externe, dit son PDG à La Tribune.

Du coté des hausses, Vivendi signe la plus forte hausse du CAC 40. Le titre avance de 4,24% à 19,19 euros, après avoir annoncé mercredi matin anticiper une hausse de ses résultats annuels 2010 et le maintien de son dividende à 1,40 euro au titre de l'exercice, après avoir enregistré des performances supérieures aux attentes au premier semestre, notamment chez SFR et Universal Music.

Les valeurs cycliques sont dans le vert. Lafarge gagne 4,14% et Arcelor 1,62%.  Vinci prend 1,57% à 35,17 euros. Le groupe a publié des résultats semestriels supérieurs aux attentes grâce à l'amélioration du trafic autoroutier et aux retombées positives de l'acquisition de Cegelec.

Wendel gagne 0,46% à 40,59 euros après avoir annoncé un résultat net part du groupe positif de 124,5 millions d'euros, porté par le redressement de la performance de ses participations cotées comme non cotées.

Latecoère avance de 1,39% à 5,85 euros. Pierre Gadonneix, ancien PDG d'EDF, est nommé président du conseil de surveillance de l'équipementier aéronautique avec pour mission de participer à la consolidation de l'industrie aéronautique. Le groupe a dégagé un résultat net part du groupe limité à 0,4 million d'euros au premier semestre contre 9,7 millions un an plus tôt, en raison d'un résultat financier négatif à hauteur de 13,9 millions du fait des charges liées au dollar.

Bolloré grimpe de 0,75% 134,45 euros. Le conglomérat a annoncé une hausse de 35% de son résultat opérationnel au premier semestre, à 114 millions d'euros, grâce notamment à la poursuite des bonnes performances de ses activités "transport et logistique". Par ailleurs, le PDG du groupe, Vincent Bolloré, déclare au Figaro qu'il devrait annoncer "prochainement" une acquisition dans le domaine de la logistique pétrolière qui devrait apporter 500 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire.

Sanofi s'octroie 0,31% à 45,41 euros. Dans une interview à Reuters, le directeur général de Genzyme juge élevée la probabilité de trouver un accord concernant une offre de Sanofi sur le groupe américain, réaffirmant toutefois qu'il n'est pas question d'accepter le prix proposé de 69 dollars par action.

Du coté des marchés pétroliers, les cours du brut sont en hausse après avoir perdu près de 2 dollars mardi. Les investisseurs s'inquiétaient des déséquilibres sur le marché entre demande anémique et offre abondante. Le baril de WTI américain s'échange contre 72,08 dollars et celui de Brent de la mer du Nord contre 74,85 dollars. Du côté des devises, l'euro vaut 1,2729 dollar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :