Saint Gobain s'envole après ses résultats annuels

 |   |  467  mots
Copyright Reuters
Saint - Gobain vise une accélération de sa croissance organique cette année dans le sillage du rebond de l'activité enregistré en 2010 grâce à la demande de l'industrie et des pays émergents. Le marché a applaudi à la fois les résultats annuels et les perspectives.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction, a dégagé l'an dernier un bénéfice net courant de 1,133 milliard d'euros, en hausse de 116%, hors plus ou moins values de cessions, dépréciations d'actifs et provisions non récurrentes significatives. Les analystes attendaient un bénéfice net de 1,3 milliard. Le résultat net, part du groupe, a bondi quant à lui de 459% grâce à un comparatif très favorable puisque l'année 2009 avait été plombée par des dépréciations d'actifs exceptionnelles. Le groupe a également annoncé son intention de verser au titre de l'exercice écoulé un dividende en hausse de 15% à 1,15 euro, intégralement en espèces.

S'adjugeant la plus forte hausse du CAC 40 dès les premiers échanges, le titre s'est envolé de 5,52 % à 43,025 euros portant son gain depuis le début de l'année à 11,75 %.

L'année 2010 a marqué un net rebond après la baisse de 13,2% accusée en 2009 dans le sillage du ralentissement de l'économie. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires légèrement inférieur, de 39,8 milliards d'euros.

"L'environnement mondial est encore convalescent", a déclaré le PDG du groupe, Pierre-André de Chalendar, au cours d'une téléconférence. "Les pays émergents et les marchés industriels, partout dans le monde, ont connu un fort rebond. Par contre, la conjoncture est seulement en légère amélioration dans les métiers de la construction, et est restée très atone en Amérique du Nord", a-t-il ajouté.

Pour 2011, le groupe a indiqué s'attendre à une croissance interne soutenue, après une hausse de 1,9% de son chiffre d'affaires à structure et taux de change comparable. Il a également déclaré viser une croissance à deux chiffres de son résultat d'exploitation, à taux de change constants, malgré la hausse des coûts de l'énergie et des matières premières qu'il s'efforcera de compenser avec ses prix de vente.

En matière d'acquisitions, la priorité va toujours aux pays émergents, a indique Pierre-André de Chalendar, notamment l'Amérique latine, l'Europe de l'Est et l'Asie, ainsi qu'aux produits à forte valeur ajoutée pour l'habitat, essentiellement le solaire et l'efficacité énergétique.

Le groupe a engagé en octobre une sortie progressive de son pôle conditionnement Verallia, un métier jugé désormais non stratégique par rapport au recentrage de Saint - Gobain sur l'ensemble des métiers de l'habitat. "Nous serons prêts pour une introduction en Bourse minoritaire dans le courant du deuxième trimestre si toutefois les conditions de marché le permettent", a déclaré Pierre-André de Chalendar. Interrogé sur l'intérêt prêté à des fonds d'investissement pour cette activité, il a simplement répondu que le processus d'IPO partielle suivait son cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :