La place parisienne plombée par les valeurs bancaires

 |   |  603  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Déjà malmené depuis le début de la journée en raison des rumeurs entourant une probable restructuration de la dette grecque, le compartiment bancaire s'est littéralement enfoncé en milieu d'après-midi après l'annonce par S&P de la dégradation de la perspective des Etats-Unis. A la clôture, le CAC 40 a conclu sur un fort recul de 2,35 %.

Simplement baissière dans un premier temps, la séance de lundi a littéralement viré au cauchemar sur les places financières. L'indice parisien plombé depuis le début de la journée par les banques sur fonds de rumeurs sur la dette grecque, a creusé ses pertes peu après 15h00. Précisément après l'annonce par Standard and Poor's (S&P) d'un abaissement de la perspective des Etats-Unis de "stable" à "négative".

L'agence de notation, qui maintient sa note souveraine à long terme à AAA, ajoute que cette décision sur la perspective implique qu'il existe au moins une probabilité d'un tiers qu'elle abaisse sa note à long terme sur les Etats-Unis dans les deux ans. S&P estime que les autorités n'ont pas clairement montré comment elles entendaient s'attaquer aux difficultés budgétaires sur le long terme.

Ce sont bien entendu les valeurs bancaires qui ont entraîné les places dans la tourmente. Déjà malmené depuis le début de la journée par les rumeurs entourant une éventulle restructuration de la dette grecque, le compartiment s'est un peu plus enfoncé après l'annonce de la dégradation des notes des banques irlandaises par Moody's. Enfin le coup de grâce lui a été donné par les résultats trimestriels de Citigroup dont les bénéfices ont chuté de 32 % sur le premier trimestre.

Au final, le secteur fortement pondéré dans les indices européens a littéralement emporté l'ensemble des places financières dans sa chute. Sur le Stoxx 600, le compartiment bancaire termine la journée sur un recul de 2,81 %.

Et s'il n'y avait que le risque souverain. Pour compléter ce tour d'horizon des nouvelles promptes à faire plier le moral des investisseurs, il faut bien entendu rappeler l'annonce, ce matin, par les autorités chinoises de l'augmentation des réserves de liquidités des banques pour la quatrième fois depuis le début de l'année.

Valeurs en baisse

Logiquement ce sont les valeurs bancaires qui ont donc pesé sur la tendance. Crédit Agricole a cédé 4,89 %, Société Générale 3,88 %, Natixis 3,84 % et BNP Paribas 2,82 %. La palme est revenue à Axa qui cédé 5,74 % après avoir lâché en séance jusqu'à 6,76 %.

Veolia (-3,04 %) a reculé après l'annonce de deux crédits syndiqués d'un montant de 3 milliards d'euros. Une opération qui vise à refinancer un crédit syndiqué multidevises déjà existant de 4 milliards d'euros.

Valeurs en hausse

Aucune valeur n'a terminé en territoire positif. Le plus faible recul a été enregistré par Technip (-0,30 %).

Hors CAC 40

Eurotunnel a terminé sur une baisse de 0,62 %, résistant finalement à la forte tendance baissière. Le groupe a publié un chiffre d'affaires sur le premier trimestre en hausse de 24 % à 179 millions d'euros.

Edenred a été mal orienté avec un repli de 3,37 %, ce avant la publication de son chiffre d'affaires trimestriel après Bourse.

Transgène (+1,61 %) a profité de l'annonce d'un partenariat avec le groupe suédois Chrontech et l'américain Inovio Pharmaceuticals dans le cadre d'une nouvelle stratégie de vaccination thérapeutique contre l'hépatite C.

Pétrole et Matières Premières

A la clôture des marchés, la monnaie unique continuait de glisser face au billet vert. Un euro s'échangeait contre 1,422 dollar.

De leur côté, les cours du pétrole s'inscrivaient en forte baisse. Le baril de Brent de la Mer du Nord s'échangeait contre 121,14 dollars tandis que le WTI se payait contre 106,86 dollars.

Toujours portés par les tensions inflationnistes, les cours de l'or ont une nouvelle fois touché un plus haut historique à 1.497,90 dollars. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :