Lafarge arrête le platre outre-Atlantique pour réduire sa dette

 |   |  341  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lafarge a cédé son activité platrière américaine au fonds d'investissement Lone Star. Une opération qui rapporte 700 millions de dollars au cimentier français, dont l'objectif est toujours de faire refluer sa dette nette sous la barre des 10 milliards d'euros. Les marchés l'encouragent: le titre prend 2%.


Le cimentier Lafarge (LG.FR) a annoncé la cession de son activité de plaques de plâtre aux Etats-Unis et au Canada à une division du fonds d'investissement Lone Star pour une valeur d'entreprise de 700 millions de dollars, l'équivalent de 530 millions d'euros. Cette activité a réalisé un chiffre d'affaires de 310 millions de dollars en 2012. Elle était classée parmi les "actifs en cours de cession" depuis 2011 dans les comptes du groupe.

Une bonne nouvelle pour le groupe de matériaux de construction qui s'est fixé pour objectif de faire refluer sa dette nette sous la barre des 10 milliards d'euros. Pour rappel, la dette nette du groupe a atteint un pic à 16,8 milliards d'euros en 2008 après le rachat de l'égyptien Orascom. L'endettement de Lafarge est ainsi devenu l'un des points noirs du dossier. Avec la mise en place du programme de cession d'actifs, la perspective d'un relèvement des notes de crédit de Lafarge qui permettrait à sa dette de ne plus être jugée spéculative prend consistance. « Avec cette opération, il franchit une étape significative de son plan de redressement à l'horizon 2015 » selon les analystes qui suivent de près le dossier.

Or, les cessions d'actifs devraient désormais se faire plus rares car le groupe s'est déjà séparé de pans entiers de son activité, dont pratiquement la totalité de ses activités dans le plâtre pour près de 2 milliards d'euros. Il va donc devenir de plus en plus difficile de réduire son périmètre sans prendre le risque de se priver de futurs relais de croissance alors que le groupe reste confronté à un contexte macroéconomique particulièrement morose en Europe.

Pour réduire son endettement, le groupe doit avant tout compter sur la réduction des couts et atteindre son objectif visant à générer 1,75 milliard d'euros d'excédent brut d'exploitation supplémentaire grâce à ses mesures d'économies dès 2014.

 Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des actions Lafarge en direct

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :