Le blues de l'économiste du FMI

 |   |  429  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Olivier Blanchard a confié au journal Les Echos être habité par le doute. L'économiste en chef du FMI depuis 2008 souhaite changer la méthodologie des analyses économiques du Fonds pour qu'elles collent davantage à la réalité.

Le très puissant Fonds monétaire international, celui qui fait trembler les gouvernements, est en proie au doute... Quelques semaines après le mea culpa sur la gestion de la crise grecque, c'est son économiste en chef de se remettre en cause dans un entretien accordé au journal Les Echos. Olivier Blanchard considéré par le quotidien comme "l'un des économistes les plus reconnus au monde", fait l'aveu d'un bilan mitigé après cinq années passées à la tête du service économique du FMI.

Moins de macro, plus de micro

"Nous avions sous-estimé le rôle de la finance", confie l'économiste français qui avoue des anticipations trompeuses notamment en raison d'une vision trop macroéconomique de l'économie. Cette conception des politiques économiques a conduit le FMI à des "simplifications majeures", d'après Olivier Blanchard. Il admet ainsi avoir exclu l'aspect microéconomique dans ses analyses économiques notamment dans le comportement des acteurs financiers.

Retour à la réalité

Le chef économiste du FMI propose de revoir la méthode d'analyse économique en se basant sur des modèles moins macro, afin de coller davantage à la réalité. La réalité, c'est le c?ur de la controverse qui habite Olivier Blanchard qui juge que les décisions prises par le FMI ont été trop guidées par des considérations théoriques, voire idéologiques d'après les critiques les plus acerbes.

Sur l'impact des choix budgétaires par exemple, le FMI aurait sous-estimé les effets des politiques d'austérité sur la croissance économique. Sa vision de multiplicateurs budgétaires modérés a été démentie par la réalité, notamment dans la zone euro. "Nous avons révisé nos hypothèses de travail aussi vite que la réalité l'imposait", se défend Olivier Blanchard.

La Grèce ou le fiasco de la Troïka ?

Le 6 juin dernier, un rapport du FMI faisait une véritable autocritique dans la gestion de la crise grecque. Le document a reconnu que les prévisions de croissance de l'économie grecque était exagérément optimiste compte tenu du remède de cheval qui avait été imposé à Athènes par la Troïka dont le FMI faisait partie. En quatre ans, la Grèce a perdu 20% de son PIB et le chômage a récemment franchi le seuil des 27% de la population active.

Pour aller plus loin

>> Le FMI fait son auto-critique sur le plan de sauvetage imposé à la Grèce en 2010

>> Austérité : le FMI s'excuse...pas tant que ça
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2013 à 12:36 :
En parlant de Fmi,allez donc jetez un oeil sur la vidéo de DSK en commission au sénat,excellent le bonhomme ,évidemment me direz-vous ,le constat est facile l'art est difficile.Il n'a négligé aucun aspect du problème,je l'ai trouvé très bon en 1h20.Et puis il avait de la place au sénat beaucoup de place......
a écrit le 25/06/2013 à 20:18 :
Pour un qui reconnaît ses erreurs, des dizaines se pavanent sur les plateaux de télé alors qu'ils devraient se couvrir de honte vu les inepties qu'ils professent ou les mensonges qu'ils propagent (du type : " ceux qui la payent sont responsables de la crise ! ")
a écrit le 25/06/2013 à 19:13 :
La critique générale d'Olivier Blanchard est valable pour tous les économistes (pas seulement du FMI) qui ne tiennent pas compte suffisamment (parce que c'est beaucoup plus difficile) des réactions de chacun des acteurs économiques à toute politique.
Par exemple, le gouvernement Français ponctionne lourdement les entreprises et les ménages pour financer les dépenses publiques.
Ces Français réagissent, consomment moins, investissent moins et la croissance diminue, les recettes fiscales avec.
Les Français ne sont pas des robots mais sont intelligents.
Ils réagissent tous individuellement pour contrer la politique qui leur est défavorable.
Ainsi, au grand étonnement du gouvernement, la politique initiale menée n'atteint pas ses objectifs.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:34 :
Vous êtes sérieux quand vous dites "au grand étonnement du gouvernement, la politique initiale menée n'atteint pas ses objectifs" ? Alors là, vous seriez un vrai candide. Eux n'ont pas votre bonne foi et je donnerais ma tête à couper que 98 % d'entre eux savent l'état de déliquescence du système. Rocard disait précisément un jour, 98 % des hommes politiques sont des cyniques, je pense avec conviction qu'il n'était pas loin du compte et c'est pour moi un des meilleur référent qui ai trainé sur la planète économie. La solution viendra le jour ou on fera du rentre dedans à l'expatriation/optimisation fiscale pour rapatrier le pognon des endroits où il est et où on aura viré Barroso et sa clique de néo libéraux pilleurs de nations et enfin démonté l'Europe. Et ce jour arrivé, tout repart comme en 14 !
Réponse de le 25/06/2013 à 21:36 :
Et la politique d'austérité de droite qui promettait 2% de croissance pour 1% de réduction de dépense de l'état s'est avéré être une immonde escroquerie. La Grèce, le Portugal, l'Angleterre, le prouvent , certains après 3, 4 ou 5 ans de réduction de dépense n'ont toujours pas vu de croissance arriver. La réalité c'est qu'il faut payer les centaines de milliards engloutis dans les subprimes et que pendant se temps là il faut réduire les dépenses de l'état et/ou augmenter les impots ce qui inévitablement créer de la "décroissance" ... C'est tout
a écrit le 25/06/2013 à 16:20 :
Celà fait plus de 10 ans que les travers idéologiques du FMI ont été démontrés et dénoncés par Joseph Stiglitz,... C'est des rapides au FMI.
Réponse de le 25/06/2013 à 17:11 :
Mais oui! Depuis 10 ans! Ah, que le temps passe! Vous êtes déjà à la retraite? L'excellente démonstration de Stiglitz aurait du semer le doute au FMI. Mais que ce passe t'il au FMI? Elle était HISTORIQUE, cette démonstration. Et puis moi aussi, je préfére des gars avec des vraies certitudes à ces pauvres types rongé de doutes. Heureusement en France, nous en avons des hommes avec des convictions, des vrais combattants qui n'ont même peur de la finance internationale, des banques, des US, des complots et des OVNIS. Les autres - sans AUCUN intérêt!
a écrit le 25/06/2013 à 15:56 :
Et bien attendons le mea culpa sur Chypre dans un an ? Vous allez dire que ce n'était pas le FMI, mais ils se ressemblent tellement, que c'en est confondant...
a écrit le 25/06/2013 à 15:28 :
Nous devrions supprimer le FMI. Cet organisme créé en 1944 à Bretton Woods en remplacement des cartels étatiques guerriers est le pire orgnanisme existant ayant validé la non reconnaissance mutuelle des devises décorrellées depuis peu de l'or. Cet effet a permis de passer pour de nombreux pays d'une faiblesse sociologique liée au retard d'enseignement à une faiblesse structurelle indépassable liée à ... la volonté monétaire des grands pays occidentaux. On nomme cela la "stabilité" entendez : certains peuvent monter, les autres doivent rester stables, c'est à dire pauvres mais en relatif de plus en plus pauvres jusqu'à en mourir de faim. Bien entendu comme l'idée est inacceptable on lui a confié des missions "d'aide" qui se veut internationnale qu'il est supposé organiser. Supprimer le FMI c'est faire un grand pas vers l'humanité en rétablissant une échelle plus pertinente de la reconnaissance des devises. Autrement dit faire remonter en les multipliant parfois par 20 celles des pays pauvres. Plus besoin d'aide ni de médecins sans frontières ou d' "ONG", les pays seront libres.
Réponse de le 25/06/2013 à 17:59 :
On supprime tout ce qui de volonté conceptuelle américaine, le monde s'en portera mieux, fmi onu otan, vous en voyez d'autres ? Le monde s'en trouvera beaucoup plus libre.
Réponse de le 25/06/2013 à 21:56 :
@corso, @ avec corso

Le FMI , l'ONU, l'Otan sont pour moi des cadres né d'une volonté conceptuelle US afin d' organiser/légitimer le pillage des nations par l'Empire, de plus rares fois par ses alliés car il faut là disposer de l'aval du maîtres. Les US entretiennent depuis 60 ans un système de prédation réduit au rapport binaire : tu es pour moi un client ou une ressource, si tu la ramènes, tu meurs d'étouffement au plus littéral tu prends des pastèques... C'est bien ce type de dépendance existentielle qui jour après jour face aux énormités commises devient inacceptable -et que tous nos politiques serviles légitiment- et dont il nous faut sortir.
a écrit le 25/06/2013 à 15:25 :
au moins il est honnete... il y en a d'autres ( qui ont fait l'ena si vous voyez a qui je pense), qui continuent de faire semblant de croire que les donnees des grands agregats sont suffisamment homogenes pour plaquer aux realites micro et mesoeconomiques ( aspect qui soit dit en passant n'a pas l'air d'avoir ete evoque par blanchard...).... hehe, va y avoir des surprises...
a écrit le 25/06/2013 à 15:14 :
LE FMI devrait dire ce qu il va faire pour règlementer tout cela par de nouvelles propositions aussi je vais arttendre qu il parle pour voir si tout cela se met en dehors du champ ou dans le champ le plus favorable; mais je ne crois plur en rien
a écrit le 25/06/2013 à 15:12 :
BLANCHARD VOUS ETES UN NUL ET QUE VOUS SOYEZ CONSIDERE PAR LA COMMUNAUTE DES ECONOMISTES COMME UNE REFERENCE EST LA PREUVE QUE CETTE COMMUNAUTE EST PEUPLEE D'IMBECILES ET D'INCAPABLES. M. BLANCHARD JE NE SUIS PAS ECONOMISTE, BIEN QU'AYANT DE BONNES NOTIONS D'ECONOMIE , JE SUIS UN ANCIEN BANQUIER ET ANCIEN FINANCIER, JE DIS ANCIEN CAR DEVANT TANT D'IMBECILES, ON NE TROUVE PLUS QUASIMENT QUE CELA DANS CE SECTEUR, J'AI CHANGE DE METIER; NOTEZ CHER MONSIEUR BLANCHARD QU'A L'AUTOMNE 2005 J'AI ANNONCE AVANT DE QUITTER LA BANQUE QUI M'EMPLOYAIT (UNE TRES GRANDE INSTITUTION INTERNATIONALE), A HOROZON TRES RAPPROCHE LE DECLENCHEMENT D'UNE CRISE FINANCIERE D'UNE AMPLEUR INCONNUE ET DECLENCHANT LA CRISE DE LA DETTE SOUVERAINE; J'AI EGALEMENT FUSTIGE LA NULLITE DU TRAVAIL DES AGENCES DE RATING. ALORS QUE VOUS M. BLANCHARD MEME EN 2008 SI JE NE M'ABUSE VOUS EN ETIEZ ENCORE A TOUT VA TRES BIEN MADAME LA MARQUISE ALORS QUE LA CRISE FINANCIERE ETAIT DEJA BIEN ENGAGEE AUX US.LE PIRE POUR NOUS TOUS M. BLANCHARD C'EST QUE CLA PERSONNE QUI DIRIGE LE FMI AUJOURD'HUI, PARACHUTAGE DOREE POUR SERVICE RENDUEON SAIT A QUI, EST 10.000 FOIS PLUS NULLE QUE VOUS C'EST PEUT DIRE ET ELLE EST AUSSI 10.000 PLUS HYPOCRITE, C'EST DIFFICILLE A CONCEVOIR MAIS VRAI. QUAND ON VOIT TOUTE CETTE MEDIOCRITE ON SE DIT QU'ON EST MAL BARRE.
a écrit le 25/06/2013 à 15:03 :
Pas de demission juste des mea culpa...on sauve les banqueset....les banquiers pas de remise en cause des bonus, pas de changement de personne...rien
On s est trompe vous allez payer et nous on continue à se goinfrer....et à refaire des conneneries....cela est surrealiste....
a écrit le 25/06/2013 à 15:00 :
Les prévisions sur l'économie grecque ont été VOLONTAIREMENT optimistes de la part du FMI ET de la BCE, car sinon, JAMAIS les autres pays européens n'auraient acceptés de verser une aide aussi énorme (plusieurs centaines de milliards !), à commencer par la France !...
Réponse de le 25/06/2013 à 22:52 :
Je doute que quelqu'un paie un jour le pouillème du chiffre annoncé pour la Grèce, pour la France, pour les US. Personne paiera jamais aucune dette d' état parce que c'est juste mathématiquement impossible, parce que le délire pharaonique du montant de la dette la met tout simplement hors de portée de la plus petite possibilité du moindre remboursement. Pour l'instant, le système fait comme si, parce qu'il doit s' accommoder de cette situation démentielle mais ne peut le reconnaître au risque de précipiter son plongeon et c'est donc pour cela que la dette d'un pays non solvable comme la Grèce est tout juste garantie. Par contre, si vous ne remboursez pas votre banquier celui-ci liquidera votre maison et encore pas toujours, exemple aux US une partie est différé pour ne pas davantage déprimer le marché suite aux subprimes mais là, on déplace d'autres intérêts. Par parenthèse moi j'aime bien la Grèce, je leur suggère de vite quitter la ZE et je nous suggère de tous prendre nos vacances chez eux pour redresser leur bilan...
Réponse de le 26/06/2013 à 9:41 :
@godrev: pourquoi pas aimer la Grèce? Difficile d'apprécier une quasi-faillite frauduleuse. Il n'y pas une seule dette qui n'a pas été et ne le sera pas "honorée". Parfois ce sont les créanciers, parfois les débiteurs parfois des tierces garants et maintenant "le public" qui rembourse la dette. Le "bon" peuple rembourse en Grèce avec la chûte de 20 % du PIB, avec la baisse des prestations de l'état, avec le licenciement de fonctionnaire, les faillites d'entreprises et aucune dévaluation monétaire n'aura protégé le "bon" peuple. Je crains que vous méritez la leçon d'économie qui nous attend maintenant en France les prochaines années; inutile de crier à "l'injustice" que vous allez subir. Vous allez participer à rembourser la dette accumulée. La réalité n'a pas beson d'être réaliser...Et inutile de l'apeller "injuste". Cette injustice provient d'une mauvaise gestion des finances des ménages, des banques et de l'état, elle est et sera collective; le budget vacance souffrira et ainsi la Grèce. C'est un système ouvert.
Réponse de le 26/06/2013 à 19:50 :
@déni
Nous sortirons de l'Europe, le peuple comprend de plus en plus cette nécessité pressante. Le système est inféodé à, la "phynance" anglo saxonne qui tourne totalement au service de se promoteurs mais ne va pas à l'économie réelle mais à son propre service. Tout est à repenser, il faut juste un homme courageux au plan national qui se lève... Quant à la Grèce, je redis qu'elle sorte maintenant, je suis intimement persuadé qu'elle ne sera pas seule mais suivie de beaucoup d'autres. Pour en terminer avec la fraude de la Grèce, n'omettez pas commodément le soutien décisif, tangible de Goldman Sachs -encore eux décidément-, pour l'aide apportée à la présentation des comptes frauduleux de ladite Grèce ! Pour ce qui me concerne, si nous devions en rester là politiquement, je cède mon business de tourisme, je par en Italie, en Toscane, Cortona plus précisément, parce qu'au moins, chez mes potes italiens, rien n'est vraiment sérieux car avec les gens comme vous et cette crise pour vous insoluble autrement qu'en banquant , banquant, banquant encore, non merci. Vous savez la différence entre un français et un italien ? Un français, c'est un italien triste....Je vous laisse réfléchir là dessus, mais ne revenez qu'avec de bonnes idées et pas le savoir dogmatique et analytique de Bruxelles/Barroso, j'ai l'impression d'être devant la commission...
a écrit le 25/06/2013 à 14:32 :
Il reconnait s'etre trompé sur à pres tout, mais c'est pas grave il est toujours consideré comme l'un des economistes les plus reconnu au monde. il faut supprimer le fmi, cette institution qui rend encore plus malade le patient qu'elle est censé soigner. Le fmi sert juste a vehiculé la doctrine liberale à travers le monde, rien de plus.
a écrit le 25/06/2013 à 14:17 :
Il est dramatique qu'autant de pouvoir soit laissé entre les mains d'organisme prétentieux aussi longtemps. Est en cause la massification quantitative généralisée, sinon universalisée, qui broie toutes tentatives de discernements qualitatifs ; les instruments d'uniformisation manichéenne -informatique binaire, marketing exclusif - à coup de matraquages complexifiés, robotisent les gens et tuent la réflexion. Seul un autisme sévère peut expliquer une sous-estimation de la Finance ; même le Lamy de l'OMC déclare que le défaut de régulation de la Finance a produit la crise. Cela fait bien trois décennies que ses ravages sont patents, certes promus par l'ensemble des gouvernants, complices et commanditaires au prétexte d'une création de valeur et de croissance universelle dans des sociétés de consommation uniformisées.
a écrit le 25/06/2013 à 14:11 :
Le FMI s'est trompé ? VOLONTAIREMENT ! Et qui en a bénéficié : les banques et le monde de la finance quand les peuples meurent. La secte Goldman Sachs détient la plupart des postes clés en UE. C'est bien pire qu'un scandale.
Réponse de le 25/06/2013 à 18:06 :
@ Da
Glissez le svp et pour me rendre service à mon contradicteur du post Barroso pique sa crise, si ça vient de moi, j'ai peur qu'il ne m'insulte...!!!
Réponse de le 25/06/2013 à 18:37 :
Je comprend pas godrev !
Réponse de le 25/06/2013 à 22:23 :
@Da
Je vous ai répondu en indiquant un chemin pas accepté par le modérateur, je reformule juste, c'était une blague et ...je suis tout à fait Ok sur le cas Goldman Sachs, comme beaucoup d'ailleurs.
a écrit le 25/06/2013 à 13:58 :
c'est un scandaaaale!
a écrit le 25/06/2013 à 13:50 :
"les prévisions de croissance de l'économie grecque était exagérément optimiste compte tenu du remède de cheval qui avait été imposé à Athènes par la Troïka dont le FMI faisait partie."!!! Reconnaître cette "erreur"en dit long sur les méthodes du FMI.. Pratiquement, même le plus nul en économie subodorait que l'économie grecque serait incapable de se relever d'un tel traitement.Les économistes expliquent parfaitement après coup ce qui c'est passé, mais ils sont nullissimes dans la prévision, pas mieux que la météo à 3 jours.
a écrit le 25/06/2013 à 13:20 :
Je lui souhaite de bonnes et longues nuits blanches.
Le FMI a toujours tapé sur les pauvres dans les pays pauvres pour équilibrer le budget de l'état via une augmentation de la TVA sur les produits de première nécessité par exemple.
C'est un vrai scandale!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :