Wall Street atteint un record, encouragé par l'optimisme de la Fed

Le chiffre mitigé de l'emploi américain a été mis au second plan, alors que les investisseurs faisaient le plein de bonnes nouvelles macroéconomiques. A 17.912 points, le Dow Jones culmine à un record historique.

3 mn

Soutenue par des perspectives macroéconomiques optimistes, la Bourse de New York a atteint un record.
Soutenue par des perspectives macroéconomiques optimistes, la Bourse de New York a atteint un record. (Crédits : reuters.com)

Wall Street a emmené ses indices Dow Jones et S&P 500 à des nouveaux records mercredi, accueillant avec enthousiasme un rapport de conjoncture optimiste sur l'économie américaine: ils ont gagné respectivement 0,18% à17.912,62 points et 0,38% à 2.074,33 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 0,39%, à 4.774,47 points.

Après un début mi-figue, mi-raisin, les indices new-yorkais ont gagné en vigueur en cours de séance.

"Cette journée fut intéressante: on a d'abord cru à un mouvement un peu mou" mais un flot de nouvelles rassurantes sur l'économie américaine, malgré un chiffre mitigé sur l'emploi privé a permis au marché de "surmonter les obstacles barrant sa route vers de nouveaux plus hauts", a observé Art Hogan, de Wunderlich Securities.

L'optimisme de la Fed en soutien

La publication en mi-séance du Livre beige de la Réserve fédérale américaine (Fed), dans lequel elle s'est dite "optimiste" sur les perspectives de croissance américaine, a donné un coup de fouet à la place financière. Le rapport de conjoncture de la banque centrale cite notamment de nouveaux progrès des dépenses de consommation "dans la plupart des régions", des gains d'emplois "répandus" et une activité manufacturière "en progrès".

Les mauvais chiffres de l'emploi passés au second plan

Outre un discours plus positif, la Fed "voit tout un ensemble de bonnes choses se déroulant sur plusieurs fronts", a résumé Jack Ablin, de BMO Private Bank. Plus tôt, l'annonce d'une forte accélération dans les services aux Etats-Unis en novembre avait réussi à rendre leur sourire à des investisseurs quelque peu déçus par des créations d'emplois moins vigoureuses qu'escompté ce mois-là dans le secteur privé américain.

Quelque 208.000 embauches ont eu lieu le mois dernier, soit 11% de moins sur un mois, selon une enquête de la société de services informatiques ADP, un signe jugé préoccupant à deux jours d'un rapport mensuel sur le marché de l'emploi américain. Mais, "alors que les économies chinoise ou européenne continuent d'inquiéter, les indicateurs américains sont au pire inoffensifs, au mieux, très bons", a souligné M. Hogan.

Dans cette optique de confiance dans l'économie des Etats-Unis, les opérateurs guettaient le prochain grand seuil à dépasser, d'un point de vue technique, celui des 18.000 points pour le Dow Jones, un niveau encore jamais atteint.

Abercrombie & Fitch sourit

Du côté des entreprises, la chaîne de vêtements prisée des adolescents Abercrombie & Fitch a grimpé de 3,48% à 28,81 dollars, saluée pour son bénéfice trimestriel légèrement supérieur aux attentes. La marque a toutefois prévenu qu'un "environnement très difficile dans le secteur du vêtement jeune" risquait de perdurer au trimestre prochain.

Souffrant à l'inverse d'une crise de confiance des opérateurs après la baisse de sa recommandation par les analystes de Goldman Sachs, la chaîne de magasins en difficulté JCPenney a perdu 2,71% à 7,19 dollars.

La Google tax...

Alors que le gouvernement britannique a annoncé mercredi une nouvelle taxe de 25% sur les multinationales critiquées pour leurs méthodes d'optimisation fiscale agressives, une mesure baptisée "Google tax", le géant américain a cédé 0,30% à 536,97 dollars. Le constructeur aéronautique Boeing, qui a annoncé mercredi avoir fait voler pour la première fois un avion au "diesel vert", a lâché 0,23% à 131,97 dollars.

Coopération entre Intel et Luxottica

Le géant des puces informatiques Intel, qui va coopérer avec le fabricant de lunettes italien Luxottica (-0,35% à 54,21 dollars), notamment propriétaire de la marque Ray Ban, dans le domaine des accessoires électroniques prêts-à-porter, a abandonné 0,43% à 37,44 dollars. Le fabricant de semiconducteurs Microchip Technology, qui a revu en hausse ses perspectives financières pour le trimestre en cours, s'est apprécié de 4,34% à 46,59 dollars.

Le marché obligataire a fini sans direction. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est monté à 2,287% contre 2,285% mardi soir, mais celui des bons à 30 ans a cédé du terrain à 2,993% contre 3,004%.

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.