La Fed met fin au stimulus monétaire sans créer de panique à Wall Street

 |   |  541  mots
À travers ses trois phases de stimulus exceptionnel depuis six ans, la Fed a accumulé près de 4.500 milliards de dollars d'actifs à son bilan.
À travers ses trois phases de stimulus exceptionnel depuis six ans, la Fed a accumulé près de 4.500 milliards de dollars d'actifs à son bilan. (Crédits : reuters.com)
Comme attendu, la Réserve fédérale américaine a mis un terme au programme de rachats d'actifs mensuels lancé il y a six ans pour soutenir la reprise américaine. Après l'annonce, largement anticipée, les marchés d'actions d'outre-Atlantique ont terminé en petite baisse.

La fin du programme de rachats d'actifs mensuels de la Réserve fédérale américaine (Fed) a été sonnée. La banque centrale des États-Unis l'a annoncé mercredi 29 octobre, au terme d'une réunion de deux jours.

La cessation de ces injections de liquidités destinées à soutenir la reprise était attendue. Ces achats de bons du Trésor et de titres adossés à des créances immobilières avaient déjà été réduits progressivement à 15 milliards de dollars mensuels.

>> Lire sur ce sujet : "La Fed devrait garder son cap", interview de Marc-Antoine Collard, Chef économiste chez Rothschild & Cie Gestion

À travers ses trois phases de stimulus exceptionnel depuis six ans, la Fed a accumulé près de 4.500 milliards de dollars d'actifs à son bilan. Depuis deux ans, elle a injecté quelque 1.600 milliards de dollars dans le système financier. La Fed assure qu'elle continuera à réinvestir le produit de ces titres arrivant à maturité ce qui "devrait aider à maintenir des conditions financières très accommodantes".

Les taux d'intérêt laissés proches de zéro

La Fed a en revanche laissé les taux d'intérêt inchangés, proches de zéro, en assurant qu'elle les maintiendra à ce niveau pendant "une période de temps considérable". Elle a néanmoins ajouté que si les progrès de l'inflation et de l'emploi sont plus rapides, une première hausse des taux "pourrait intervenir plus tôt que ce qui est actuellement attendu".

Ces taux sont proches de zéro depuis fin 2008. La plupart des analystes misent actuellement sur une première hausse d'ici juin 2015

Optimisme sur les perspectives de reprise des États-Unis

En dépit des nombreux signes de ralentissement perceptibles dans l'économie mondiale, la Réserve fédérale a en effet exprimé son optimisme sur les perspectives de la reprise aux États-Unis.

"Le Comité continue de juger que l'économie dispose dans son ensemble de la vigueur suffisante pour soutenir les progrès à l'oeuvre en direction du plein emploi dans un contexte de stabilité des prix", lit-on dans le communiqué.

Le message écarte les hypothèses selon lesquelles la volatilité des marchés, la croissance anémique en Europe et la faiblesse des perspectives d'inflation puissent être en mesure de remettre en question les progrès réalisés en direction des objectifs fixés par la banque centrale américaine tant sur le front de l'emploi que sur celui de l'inflation.

La Fed insiste notamment sur le renforcement du marché du travail, mettant en exergue une diminution progressive de la sous-utilisation des capacités.

Petite baisse à Wall Street

Dans la foulée du communiqué, le dollar a progressé à un plus haut de trois semaines contre un panier de devises, illustrant les anticipations des investisseurs sur un relèvement plus rapide des taux que ce qu'ils prévoyaient jusqu'alors.

Après l'annonce, largement anticipée, les marchés d'actions américains ont terminé en petite baisse. Le Dow Jones des 30 valeurs industrielles américaines a perdu 0,18%, 31,44 points, à 16.974,31. Le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, a cédé 0,14%, 2,75 points, à 1.982,30.

Le Nasdaq, à forte pondération technologique, a abandonné 0,33%, 15,07 points, à 4.549,22 pénalisé par la chute enregistrée par Facebook.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2014 à 15:00 :
Wall Street ne panique que quand il s'agit de faire perdre de l'argent aux marchés étrangers. Il faut diversifier les finances de la planète, trop de spéculation au casino américain….
a écrit le 30/10/2014 à 13:44 :
le QE 4 nouveau est arrivé !
a écrit le 30/10/2014 à 12:50 :
Le QE3 est mort ! Vive le QE4 !
a écrit le 30/10/2014 à 10:17 :
Ce qui n'est pas visible en devanture se fait à présent dans l'arrière boutique.
Il n'y a à l'instant T aucune reprise aux USA et à périmètre constant, il n'y en aura pas plus dans les années / décennies à venir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :