La montagne des dettes

 |   |  376  mots
(Crédits : Reuters)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

C'est ainsi que le rapport publié aujourd'hui par Mac Kinsey décrit le total de la dette dans le monde. Une dette qui a, contrairement aux idées reçues, explosé depuis 2007, année où pourtant le "leverage" était la règle. Les chiffres donnent le tournis et expliqueraient en partie les freins à la croissance et l'accroissement des risques de déflation.

RAPPORT SUR LA DETTE MONDIALE
Selon un rapport publié aujourd'hui par Mac Kinsey, la dette mondiale a explosé depuis la crise financière. De 57000 milliards, pour atteindre un total vertigineux de 200000 milliards de dollars. Le chiffre est tellement gigantesque qu'on a du mal à réalise ce que ça représente. Si on ramène cela au nombre d'habitants de la planète, 7.2 milliards environ, on parle d'une dette par habitant qui a augmenté de 8,000 dollars depuis 2007 pour atteindre 28,000 dollars. Cette publication va à l'encontre de ce qu'on imaginait. On pensait que la crise avait provoqué une chute de l'endettement après les excès de 2007.

UNE SITUATION CONTRASTÉE
Les Etats Unis dans leur ensemble, état, entreprises, banques, particuliers ont réduit leur exposition à la dette, de même que la Grande Bretagne ou l'Allemagne. Mais dans presque tous les autres pays développés la dette globale a explosé, notamment en France avec une hausse de 66%. Mais le grand responsable du dérapage de la dette mondiale c'est la Chine. Selon Mac Kinsey, si on inclut le secteur financier, la dette globale de la Chine représente maintenant 282% de son PIB, soit une hausse de 83%. Délirant.

FAIBLE CROISSANCE ET DÉFLATION
Cette dette est un frein à la croissance. C'est une chape de plomb qui empêche des zones économiques comme l'Europe de revenir vers la croissance. Qui empêche la Chine de tenter à nouveau une politique de relance à crédit. Avec la démographie et révolution technologique, la dette est un des facteurs principaux d'explication de la spirale déflationniste. Et comme le souligne la Banque des Règlements Internationaux, il y a peu de solutions. A terme, il faudra un jour réfléchir à l'abandon d'une partie de cette dette mais ce n'est pas pour demain.

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2015 à 12:43 :
Il est sidérant et décourageant de voir des sachants se dire stupéfaits du système hallucinant actuel financier et monétaire. Ils ont participé au travail des traders et dealers jonglant avec l'écheveau de pyramides obscures qui abreuvent les marchés souverains de monnaie fausse ou de singe. Peuvent pas faire croire qu'ils ne comprennent,ne pas.
Le Grec a inévitablement raison moralement mais tort concrètement puisque la finance n'est pas immorale mais amorale. Vu l'arbre en boule,là-bas?
a écrit le 05/02/2015 à 16:35 :
Ca va sans doute se terminer par un guerre mondiale, mais chut ! Laissons les gens de gauche rêver encore un peu de leur Paradis Prolétariens/Immigrés/Fonctionnaire/Anti libéral..
a écrit le 05/02/2015 à 13:56 :
McKinsey semble attribuer à la France plus de dette globale (hors secteur Finance) que les chiffres officiels. d'ou cela vient ? d'autres disent que notre endettement global est parmi les moins élevés en Europe avec Allemagne et Finlande.
a écrit le 05/02/2015 à 13:16 :
rien à dire sauf que l'analyse est juste. Fiorentino est très souvent bon.
a écrit le 05/02/2015 à 10:43 :
Nous avons plus de passif que d'actif donc la comptabilité est fausse!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :