Amazon vs Apple : qui franchira le premier la barre des 1.000 milliards de dollars en Bourse ?

 |   |  884  mots
Amazon a connu la croissance de sa capitalisation boursière la plus importante sur l'année écoulée avec une progression relative de 66%, devant les chinoises Tencent et Alibaba.
Amazon a connu la croissance de sa capitalisation boursière la plus importante sur l'année écoulée avec une progression relative de 66%, devant les chinoises Tencent et Alibaba. (Crédits : Statista)
Avec ses 935 milliards de dollars de capitalisation boursière, Apple est la société cotée la plus "chère" du monde, mais elle est talonnée par Amazon qui a connu une progression fulgurante ces derniers mois. A la veille de la publication des résultats trimestriels de la firme à la pomme, difficile de savoir qui passera la barre symbolique des 1.000 milliards de dollars.

Il y a quelques semaines, la réponse semblait évidente : Apple, qui capitalisait 953 milliards de dollars début juin, était la mieux placée pour être la première entreprise de l'histoire à valoir 1.000 milliards de dollars en Bourse. Mais au lendemain des résultats trimestriels d'Amazon, la tête du classement qu'on attribuait au géant de Cupertino semble être remise en cause. Le groupe de Jeff Bezos a terminé la séance de vendredi à 882 milliards de dollars de capitalisation boursière, après avoir atteint un sommet à 917 milliards de dollars en séance. À l'ouverture des marchés américains ce lundi, la valeur boursière d'Amazon s'établissait à 886 milliards de dollars.

Le géant du  commerce en ligne a surpris favorablement avec un bénéfice net record au deuxième trimestre, bien supérieur aux estimations des analystes, à 2,53 milliards de dollars. Son  chiffre d'affaires a enregistré une croissance de 39% à 52,89 milliards de dollars. Avant même cette annonce, Amazon avait réalisé une progression boursière impressionnante depuis le début de l'année, +66% à fin juin, soit un gain de 278 milliards de dollars.

Cette performance pourrait faire peur, ou du moins de l'ombre, à Apple. La marque à la pomme, qui publie mardi 31 juillet après la clôture de Wall Street les résultats de son troisième trimestre fiscal, fait la course en tête sur le plan des bénéfices (13,8 milliards de dollars, en hausse de 25% au deuxième trimestre), mais son rythme de croissance annuel peine à rivaliser avec celui de son rival boursier.

En un an, sa capitalisation a gonflé de 98 milliards de dollars (+13%). Apple se place alors en sixième position parmi les entreprises qui ont connu les plus fortes croissances annuelles en termes de valeur boursière. Il ne lui reste toutefois qu'à gagner 7% pour atteindre les 1.000 milliards de dollars, le fameux "trillion" des Américains.

Un leader des GAFAM en devenir ?

L' « everything store » tel que l'a appelé le journaliste Brad Stone se diversifie de plus en plus, tant dans ses produits que dans ses services (Amazon Prime a dépassé les 100 millions d'abonnés en avril). Le succès du numéro un du commerce en ligne, introduit en Bourse en 1997, réside dans l'efficacité de son modèle économique qui génère enfin des bénéfices. Il se place en grand conquérant parmi les GAFAM, au point d'en devenir un leader possible : il a ainsi dépassé Alphabet, la maison-mère de Google, en mars dernier (866 milliards de dollars de capitalisation actuelle) et Microsoft (827 milliards). Facebook est désormais plus loin derrière (505 milliards après s'être effondré de 119 milliards vendredi).

« Le grand problème de la bulle internet était que la plupart des entreprises n'avait pas de revenus, pas de profits, beaucoup ne répondait qu'à un phénomène de mode. Rien à voir avec toutes ces entreprises qui ont aujourd'hui pris une place essentielle dans la vie des gens », rappelle Gregori Volokhine, gérant de fonds pour Meeschaert Financial Services à l'AFP.

Lire aussi : Et si Amazon était le plus puissant - et le plus dangereux - des Gafa ?

À l'annonce de ces résultats jeudi dernier, les marchés ont réagi très favorablement. Après avoir gagné 60% depuis le début de l'année, l'action Amazon reste convoitée.

« Les investisseurs lambda qui investissent dans Amazon sont aussi ceux qui utilisent ses services. [...] Ils [les investisseurs] y voient une action qui a encore beaucoup de potentiel de croissance et qui profite de l'augmentation du pouvoir d'achat [des Américains] grâce à l'amélioration de l'économie » fait remarquer J.J. Kinahan qui analyse ces données pour la société à l'AFP.

« L'action Apple n'est probablement pas assez chère »

En début d'année, Apple a montré qu'elle avait de quoi entretenir la hausse du cours en Bourse grâce à ses résultats du premier trimestre. La firme avait fait état d'une hausse de 3,1% des ventes grâce à ses iPhone X, alors que les analystes anticipaient un essoufflement des ventes. Apple avait ainsi dégagé un profit de 13,8 milliards de dollars, confirmant sa place d'entreprise américaine générant le plus de profits. Warren Buffett avait ordonné à sa holding, Berkshire Hathaway, le rachat de 75 millions d'actions de la firme au cours des trois premiers mois de l'année. Mais la dépendance importante d'Apple vis-à-vis de l'iPhone, son produit phare, fait craindre un tassement de la croissance. Sur les marchés, Apple doit renouveler la confiance des investisseurs.

« À mes yeux, l'action Apple n'est probablement pas assez chère [...] Le secteur de la technologie est la valeur refuge du marché actuellement. Ses bénéfices sont les plus constants, ses comptes sont les plus équilibrés, l'innovation est là » affirme de son côté Nate Thooft de Manulife Asset Management à l'AFP.

Les résultats du troisième trimestre fiscal 2018 que publiera Apple mardi permettront d'y voir plus clair. Les analystes prévoient en moyenne un bénéfice par action de 2,18 dollars, des revenus de 52,3 milliards de dollars et 42 millions d'iPhone vendus. Apple a annoncé viser un  chiffre d'affaires compris entre 51,1 et 53,5 milliards de dollars pour le troisième trimestre.

__

Crédits photo : un statistique de notre partenaire Statista
Plus d'information https://fr.statista.com/infographie/14577/le-top-10-mondial-des-hausses-en-capitalisation-boursiere/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2018 à 16:22 :
Il faut comprendre qu'Apple même n'en a strictement rien à faire de ce genre de classement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :