Bruxelles critique la France

 |   |  317  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Alors qu'on en était à se réjouir de voir notre déficit public passer en dessous de la barre fatidique des 3%, la Commission Européenne nous ramène à la réalité. Nous ne faisons pas assez d'efforts pour réduire notre déficit.

AUCUNE RÉDUCTION DES DÉPENSES PUBLIQUES
Si notre déficit descend en dessous des 3% ce n'est que par chance. Nous profitons du redémarrage de la croissance et donc de la manne de l'augmentation des rentrées fiscales. Du côté des dépenses publiques aucun effort, aucune réduction. Et la France pensait pouvoir s'en tirer comme ça... Mais l'Europe a critiqué la France et 5 autres pays. Pour la Commission, le compte n'y est pas. Surtout du côté de la dette qui se rapproche dangereusement des 100% du PIB.

3% N'EST PAS L'OBJECTIF
Il faut rappeler que les 3% ne sont pas un objectif, c'est une barrière à ne pas dépasser. ET la France se contenterait bien de rester juste en dessous des 3% comme ce sera sûrement le cas en 2017 et 2018. Mais la moyenne des déficits publics en Europe est largement inférieure, à peine au-dessus des 1%, avec des pays comme l'Allemagne qui sont excédentaires. L'Europe rappelle aussi que l'objectif pour la dette est d'être en dessous des 60% du PIB, nous sommes à 96%...

CROISSANCE ANGLAISE : LE TOURNANT ?
C'est peut être le tournant qu'on attendait depuis le referendum sur le Brexit. En effet depuis le referendum, tous les observateurs ont été surpris par la résistance de la croissance britannique, se demandant même si un jour, il y aura la perspective du Brexit. Perspective car il est utile de le rappeler, le Brexit n'aura réellement lieu que dans 3 ou 4 ans car il semble acquis qu'une période de transition suivra la fin des...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2017 à 3:58 :
Les mauvaises habitudes ont la vie dure. C'est bien connu. Avec le petit napo au pouvoir les denses augmentent, le copinage a un prix.
Plus dure sera la chute.
a écrit le 23/11/2017 à 14:41 :
Notre "obole" de 21 milliard par an au profit de l'UE de Bruxelles ne risque pas de nous sortir de l'endettement!
a écrit le 23/11/2017 à 13:42 :
Bien sûr il faut réduire les déficits. D'une part il faut produire les services publics au prix de marché mais il faut aussi que les français qui les consomment les payent...On a entendu tout le monde râler quand Macron a voulu baisser d'à peine 1Me les crédits de la défense...Mais on n'a pas entendu de proposition pour doter la défense d'une recette spécifique. On est toujours dans le grand melting pot de la LOLF et on se dit que sûrement, partout ailleurs qu'aux endroits qui nous intéressent, il est possible d'arrêter la gabegie...Le français est un irresponsable né et heureusement qu'avec son président de la république tout puissant il a un coupable tout trouvé.
Réponse de le 24/11/2017 à 9:02 :
"D'une part il faut produire les services publics au prix de marché mais il faut aussi que les français qui les consomment les payent..."

Dans ce cas ce n'est plus du service public !

Non mais on est sur un site économique là, un minimum de connaissance en la matière de la part des macronistes ne serait pas du luxe, merci.
a écrit le 23/11/2017 à 12:28 :
Bruxelles qui se vend à BAYER MONSANTO, qui valide le dumping social made in UE qui ne fait qu'imposer encore toujours plus de paupérisation aux citoyens européens trouve que l'esclavagisme des salariés français ne va pas assez vite.

"C'est peut être le tournant qu'on attendait depuis le referendum sur le Brexit."

Hé oui cela fait plus d'un an que tous les prêtres néolibéraux nous le prédisaient et toujours rien, du coup ils peuvent enfin se rabattre sur quelque chose, alors ce n'est pas la fin du monde du RU qu'ils espéraient tant, c'est seulement quelques décimes de points en moins qui vont pouvoir leur permettre de relancer la machine à diffamation du RU, ouf il s'en est fallu de peu.

"La raison possible : ne pas brusquer les Français avant les élections européennes."

Bref mentir en sommes pour tromper l'électeur, classique mais quand même particulièrement abjecte démontrant que lrem est bel et bien un parti politique comme les autres.

Quand aux jeunes s'ils sont optimistes c'est grâce à internet qui les protège au sein d'un monde virtuel, je ne sais pas si c'est une si bonne nouvelle que ça, plus dure sera la chute même s'ils ont peut-être raison, le changement vers une système progressiste viendra de là mais je doute, du moins cela ne devrait pas encore être pour tout de suite, espérons quand même que cela le soit avant les prochains "Hungers games".
a écrit le 23/11/2017 à 11:45 :
Toujours a confondre l'Europe et cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles qui nous revient si cher au point que l'on s'endette pour lui verser notre obole de 21 milliards annuellement! Et qui nous revienne en parti en faisant sa pub a bon compte!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :