Budget défense : Bercy dispose d'une arme de dissuasion massive

 |   |  427  mots
Une épée de Damoclès pèse sur 50 milliards d'euros de dépenses à venir du ministère des Armées
Une épée de Damoclès pèse sur 50 milliards d'euros de dépenses à venir du ministère des Armées (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Selon le député Les Républicains François Cornut-Gentille, l'article 14 "gèle le reste à payer pour les années à venir au montant de celui de 2017", soit environ 50 milliards pour le ministère des Armées, dont 35 milliards pour le seul programme 146 (Équipement).

Pour Bercy, l'article 14 du projet de loi de programmation des finances publiques est une arme de dissuasion massive. Et c'est le député Les Républicains François Cornut-Gentille, rapporteur spécial sur le budget des Armées (préparation de l'avenir), qui a révélé lors de la discussion budgétaire la semaine dernière la portée "insidieuse" de cet article, qui pourrait être fatal à bon nombre d'équipements militaires... si jamais le ministre chargé des Finances, Gérald Darmanin venait à prendre un décret d'annulation.

L'article 14 "gèle le reste à payer pour les années à venir au montant de celui de 2017, soit environ 100 milliards pour l'État (50 milliards pour le ministère des Armées dont 35 milliards pour le seul programme 146)", a expliqué François Cornut-Gentille

"Dans ces conditions, la modernisation des équipements militaires au cœur de la prochaine loi de programmation militaire risque d'être sérieusement mise à mal, a fait observer le député Les Républicains. En effet, les équipements militaires obéissent à une logique pluriannuelle incompatible avec le couperet de l'article 14".

Florence Parly extrêmement attentive

Interrogée jeudi dernier lors de la discussion budgétaire sur la portée de l'article 14, la ministre des Armées Florence Parly a tenu à rassurer les armées en expliquant que "cet article vise à assurer un maintien des engagements de l'État au niveau constaté". Pour autant, a-t-elle précisé, "Il est évident que si cet article devait être appliqué de manière unilatérale au seul ministère des Armées, ce serait évidemment un frein majeur à la modernisation des équipements des armées".

Dans ces conditions, Florence Parly, soucieuse de défendre la future loi de programmation militaire, a assuré qu'elle sera "extrêmement attentive à ce que ne soit pas le cas et que la capacité d'engagement de notre ministère, dont les programmes d'équipement par construction s'étalent sur plusieurs années, soit préservé".

50 milliards d'euros de restes à payer

Sur les 50 milliards de dépenses à venir des armées (contre 44,8 milliards en 2013), près de 36 milliards d'euros sont destinés pour le seul programme 146 (Équipement des forces) en raison des délais très longs de réalisation des programmes d'armement, qui s'étalent sur des dizaines d'années. Ces "restes à payer" concernent d'ailleurs pour plus de 70 % les engagements pris sur le programme 146.

En outre, 9,4 milliards sont aussi d'ores et déjà figés pour le programme 178 (Préparation et emploi des forces). Les "restes à payer" de ce programme ont bondi de 41 % entre 2013 et 2016 (6,43 milliards en 2013).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2017 à 8:56 :
je suis une femme, je trouve qu'une femme n'a pas sa place aux armées, elle ne fait pas le poids, n'y connait rien, sous-estime nos armées et nos soldats, enfin bref, dèjà que certains ministres masculins n'ont pas été à la hauteur, alors une femme.... (ne croyez pas que je dis cela par jalousie)
Réponse de le 08/11/2017 à 9:23 :
Macron 39 ans et Darmanin 34 ans, NE CONNAISSENT RIEN DE RIEN DE RIEN DES ARMEES. Ils y sont irresponsables, et donc dangereux pour la Défense Nationale.
Réponse de le 08/11/2017 à 9:28 :
MADAME FLORENCE PARLY connaît bien mieux Les Armées, ET LES AIME ET LES RESPECTE. Ses deux Chefs à l'Elysée et à Bercy, NON !!!!!
Réponse de le 08/11/2017 à 9:34 :
JEAN-VINCENT PLACE, aux Armées
Réponse de le 08/11/2017 à 17:03 :
Jean-Vincent Placé, oui bien sùr. Lui, ce qui importe c'est d'etre Ministre, le Fond, il s'en fout.
a écrit le 07/11/2017 à 21:10 :
Les coupeurs de cheveux en quatre de Bercy sabotent l'application des lois votées au Parlement à coup de décrets d'application imbitables.
Et ils sabotent la construction européenne en faisant de la sur-transposition sur les réglementations de Bruxelles, qui deviennent ainsi odieuses aux yeux de beaucoup de gens.
C'est normal qu'ils fonctionnent comme ça : l'administration centrale française a tout à perdre, en plus de son pouvoir, avec des lois compréhensibles par tous, et avec une Europe forte et unie. Mais, éventuellement, y en a marre : ça finit par coûter trop cher. Y compris et surtout au petit peuple.
a écrit le 07/11/2017 à 18:21 :
On paye aujourd'hui la fin du service national , négocié sans adaptation de la gestion des ressources humaines pour préserver une armée mexicaine dont la dérive exponentielle des soldes et pensions , empêche l'investissement et l'entrainement !
Réponse de le 07/11/2017 à 19:08 :
Réduction de moitié !!!!! de l'entrainement !!! Quant aux équipements deux tiers des équipements des 3 Armées, paralysés : pas de budget ! c'est de 60 Milliards/AN, et de suite, réévalués chaque année, dont les Armées ont besoin en Equipements
Réponse de le 07/11/2017 à 20:55 :
La fin de l'armée de conscription, devenue inévitable après la guerre du Golfe de 90-91 où les autorités politiques ont refusé (Dieu merci) d'engager des appelés, a permis à l'état de diminuer, en part de PIB, de presque moitié le coût de la Défense. Si celle-ci avait conservé la part de PIB dont elle bénéficiait dans les années 1980-1990, elle croulerait aujourd'hui sous l'argent.
a écrit le 07/11/2017 à 18:05 :
Florence Parly devrait payer avec son parachute doré d'air FRANCE une dizaine de missiles pour nos armées non?😂😁
a écrit le 07/11/2017 à 17:16 :
En période de grave crise économique....100% du Pib en dette, l' urgent c' est le gîte et le couvert et qui plus est nos frontières ne sont pas menacées . Quand les jours seront meilleurs il sera toujours temps de voir .
a écrit le 07/11/2017 à 15:57 :
Madame La Ministre FLORENCE PARLY, vous étiez animée de volonté et de passion et dévouement, Pour les Armées. Avec eux deux Elysée et Bercy, animés du Contraire, vous etes paralysée. Alors, comme Chirac en Aout 1976, et Comme le Chef d'Etat Major des Armées, en Juillet, Le Général Cinq étoiles, Pierre De Villiers, DEMISSIONNEZ PAR COMMUNIQUE, AVEC LES MEMES RAISONS, le jour MEME des vœux aux Armées en Janvier. Peu importe du tout, qui vous succèdera : ce sera un(e) potiche pour la forme.
Réponse de le 07/11/2017 à 20:49 :
Oui DEMISSIONEZ Madame La Ministre, par communiqué à l A.F.P, le matin des vœux 2018, aux Armées en Ruine.
a écrit le 07/11/2017 à 15:25 :
En choisissant Darmanin pour Bercy, Macron l'a missionné D'abord pour son plan " présidentiel " DE DEMOLITION QUINQUENNALE DES ARMEES FR. C'est LA priorité confiée à Darmanin.
a écrit le 07/11/2017 à 15:15 :
L'on retiendra que La France était dotée de 3 vraies Armées de 1960 à 1982. Déclin et déclin et déclin, puis Déclin-Démolition-Sabotage organisés sur 1997-2002 ( Trotskyste Jospin- Communiste Aubry ) puis déclin et déclin, ET !!!!!! Début de sérieux redressement par J.Y Le Drian, ET 2017-2022 retour aux principes destructeurs de 1997-2002, MAIS PLUS DE REDRESSEMENT POSSIBLE : là c'en est Fini, irrémédiable, et Mort des Armées Françaises.
a écrit le 07/11/2017 à 14:51 :
Lire: industriels - banques.... erreurs de frappes.
a écrit le 07/11/2017 à 14:48 :
Avec notre Président Macron, les français se rendent comptent qu'il n'a que faire des règles du jeu. Les premiers joueurs à en faire les frais se sont les retraités. Et maintenant cerise sur le gâteau se sont les gros industrielles dont certaines banquent crient au braquage avec le vote d'une taxe à 5 milliards après les conneries de Hollande. Je pense qu'avec Macron vous n'avez encore rien vu. Il est intelligent et surtout très calculateur!
a écrit le 07/11/2017 à 14:44 :
Rien de plus limpide dans cette politique européiste...
Prochaine étape: la cession à Bruxelles de notre siège à l'ONU .
Réponse de le 07/11/2017 à 15:18 :
Oui, C EST CE QUI SE PREPARE, en secret, et va etre COMMIS.
Réponse de le 07/11/2017 à 16:35 :
Oui c'est ce qui se prépare à titre IRREMEDIABLE et IRREVERSIBLE , et c'est un TRES TRES TRES GRAVE DECLIN de la France, et de SA VOIX, au profit d'une europe plus divisée et cacophone et hétéroclite que jamais, depuis 1957.
Réponse de le 07/11/2017 à 16:40 :
Cet Abandon !!!!!!!!! de Puissance ( un des Cinq Grands ! ) Cà va de pair et de concert avec la liquidation en cours des Armées.
a écrit le 07/11/2017 à 14:39 :
La prochaine Loi de Programmation Militaire, relèvera de LA FICTION ET DU MENSONGE, ET DANS L ABSOLU. Ignorons-la le moment venu, Aucun Intéret : Fiction absolue.
a écrit le 07/11/2017 à 14:18 :
Ils vont finir par nous créer une mini armée pour euro-régions!
a écrit le 07/11/2017 à 13:24 :
Macron-Darmanin a décidé de LAMINER les 3 Armées et leurs industries. En 5 mois de quinquennat, 5 messages en ce sens, C'est grave, mais c'est lui qui commande. La perspective est implacable-irréversible-irrémédiable-désespérée. RESIGNONS-NOUS
Réponse de le 07/11/2017 à 13:57 :
Qu'il rétrograde cete brave, brillante, et consciencieuse Parly, comme secrétaire d'état déléguée aux armées auprès de son Ministre Darmanin. Il y a assez de bureaux à Bercy. PUISQUE LA CONDAMNATION A UNE MORT DES ARMEES EST BIEN EN COURS D EXECUTION depuis 5 mois.
a écrit le 07/11/2017 à 10:42 :
Allez enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé....par l'article 14 !
a écrit le 07/11/2017 à 8:42 :
En bref: l'armée des gratte-papiers contre l'Armée!... Rompez!
a écrit le 07/11/2017 à 8:29 :
Le decret, arme de dissuasion massive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :