GameStop, Valneva... la Bourse de Paris rebondit mais surveille ses arrières

 |  | 585 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Regis Duvignau)
Ce matin, à l'ouverture de la place parisienne, les investisseurs tentaient de mesurer si la fièvre spéculative qui s'est emparée des marchés mondiaux la semaine dernière, sur fond de bataille rangée entre investisseurs professionnels et particuliers sur le titre américain Gamestop, était encore vive. Ils surveillaient également une poussée soudaine du cours de l'argent, emmené à des records par, semble-t-il à nouveau, des paris massifs de particuliers.

La Bourse de Paris rebondissait de 0,90% peu après l'ouverture lundi après avoir accusé vendredi soir sa plus forte baisse hebdomadaire en trois mois sur fond de flambée de volatilité sur les marchés mondiaux.

Vers 09H20 (08H20 GMT), l'indice parisien progressait de 48,61 points à 5.447,82 points.

Il avait perdu vendredi 2,02%, accusant sa plus forte chute hebdomadaire depuis l'élection présidentielle américaine avec un plongeon de 2,88%.

Les investisseurs tentaient de mesurer si la fièvre spéculative qui s'est emparée des marchés mondiaux la semaine dernière, sur fond de bataille rangée entre investisseurs professionnels et particuliers sur le titre américain Gamestop, était encore vive lundi matin.

"Cette bataille aura évidemment une fin, mais elle peut rester déstabilisante à court terme", avertit Hervé Goulletquer, stratégiste chez La Banque Postale AM.

Lire aussi : Après l'envolée de GameStop à Wall Street, la SEC enquête sur les petits porteurs lésés

Poussée soudaine du cours de l'argent

L'attention était particulièrement portée sur le cours de l'argent, qui a connu dès la fin de semaine dernière une poussée soudaine.

A l'origine, des rumeurs évoquant des paris massifs de particuliers, un sort similaire à celui de l'entreprise américain GameStop ainsi qu'à d'autres titres une semaine auparavant.

Malgré les craintes, "un peu de calme devrait revenir", tempère M. Goulletquer, citant la poursuite de la publication des résultats d'entreprises et des données macroéconomiques attendues, notamment aux Etats-Unis.

Parmi les données déjà disponibles lundi, l'activité manufacturière en Chine a poursuivi en janvier sa progression, mais au rythme le plus faible en sept mois, conséquence notamment d'une baisse de la demande liée au Covid-19.

Côté politique et économique aux Etats-Unis, dix sénateurs républicains ont annoncé dimanche avoir proposé à Joe Biden un plan d'aide alternatif de 600 milliards de dollars à celui de 1.900 milliards que l'occupant de la Maison Blanche entend imposer.

Lire aussi : Virage social aux Etats-Unis, où Biden veut doubler le salaire minimum

Ce plan est attendu depuis des mois par les marchés financiers car il est susceptible de donner un coup de fouet à l'activité outre-Atlantique.

La biotech nantaise Valneva explose en Bourse : +15% !

Le gouvernement britannique a exercé une option visant la fourniture de 40 millions de doses supplémentaires du candidat-vaccin contre le Covid-19 du franco-autrichien Valneva (+7,38% à 10,18 euros) pour 2022, portant à 100 millions le nombre total de doses commandées auprès du laboratoire. Vers 11 heures, heure de Paris, l'action de la biotech s'envolait vers les sommets dépassant même à certains moments les 15%.

Lire aussi : Bourse: +15% pour la biotech nantaise Valneva à qui Londres a commandé 100 millions de doses de son candidat-vaccin

Bouygues rénove la gare du Nord

Le constructeur (+1,11% à 32,78 euros) a été retenu pour mener le chantier de rénovation de la gare du Nord à Paris, un projet de 600 millions d'euros, a annoncé la présidente de StatioNord, la société d'économie mixte regroupant la SNCF et la foncière Nhood dans une interview aux Echos.

Lire aussi : Transformation de la gare du Nord: le permis de construire modificatif déposé

L'auto souffre encore

Le marché automobile français a baissé de 5,85% au mois de janvier, toujours affecté par la crise sanitaire, selon les chiffres publiés lundi par le comité des constructeurs d'automobiles (CCFA).

Peugeot (groupe Stellantis, +1,01% à 12,64 euros) a affiché une baisse de 10,88% sur un an, et Renault (-0,37% à 35,11 euros) un recul de 20,95%.

Lire aussi : Stellantis: la Chine, l'angle mort de la fusion Fiat-Peugeot

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2021 à 11:00 :
"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :