Bourse : +15% pour la biotech nantaise Valneva à qui Londres a commandé 100 millions de doses de son candidat-vaccin

 |  | 371 mots
Lecture 2 min.
Le vaccin de Valneva est développé via une technologie déjà éprouvée à base de virus inactivé, à l'opposé de l'ARN messager, la solution utilisée par Pfizer/BioNTech et Moderna.
Le vaccin de Valneva est développé via une technologie déjà éprouvée à base de virus inactivé, à l'opposé de l'ARN messager, la solution utilisée par Pfizer/BioNTech et Moderna. (Crédits : Arnd Wiegmann)
Avec 40 millions de plus ce lundi, cela porte à 100 millions le nombre de doses précommandées pour 2022 par le gouvernement britannique à la biotech franco-autrichienne dont le siège est à Nantes. Le Royaume-Uni a indiqué avoir commandé un total de 407 millions le nombre de doses auprès de différents fournisseurs au cours des deux prochaines années. La solution de Valneva est à l'opposé de l'ARN messager, utilisé par Pfizer/BioNTech et Moderna. Un essai clinique auprès de 150 adultes est en cours. La Commission européenne est en pourparlers avec le labo depuis janvier.

[Article publié le 1.02.2021 à 9h23 mis à jour avec la Bourse à 10h puis 11h45]

DOSSIER - La course aux vaccins

Le gouvernement britannique a exercé une option visant la fourniture de 40 millions de doses supplémentaires du candidat-vaccin contre le Covid-19 de Valneva pour 2022, portant à 100 millions le nombre total de doses commandées auprès du laboratoire franco-autrichien, selon un communiqué publié lundi.

L'action décolle comme une fusée à la Bourse de Paris

À la Bourse de Paris, la nouvelle a déclenché une explosion du cours de l'action de Valneva SE (ex-Vivalis) qui a grimpé jusqu'à 9,7% ce matin à l'ouverture. À 10 heures, heure de Paris, la hausse tournait encore autour de 7%.

Puis l'action repartait comme une fusée à des hauteurs stratosphériques, à plus de 15% vers 11h45 (15,40%)

La biotech franco-autrichienne et le Royaume-Uni avaient signé en septembre un partenariat portant sur un potentiel de 190 millions de doses, pour une valeur maximale de 1,4 milliard d'euros.

"Le gouvernement britannique conserve par ailleurs des options pour 90 millions de doses supplémentaires livrables entre 2023 et 2025", a ainsi relevé Valneva.

Dans un communiqué séparé, le gouvernement britannique a signalé que ce dernier accord portait à 407 millions le nombre de doses commandées auprès de différents fournisseurs au cours des deux prochaines années.

Technologie classique, essai clinique en cours

Le vaccin de Valneva est développé via une technologie déjà éprouvée à base de virus inactivé, à l'opposé de l'ARN messager, la solution utilisée par Pfizer/BioNTech et Moderna.

Quelque 150 adultes participent actuellement à un essai clinique de phase 1/2 et les premiers résultats de l'étude sont attendus en avril 2021.

Pourparlers entre Valneva et la Commission européenne

La biotech franco-autrichienne avait indiqué la semaine passée avoir initié la production de son candidat-vaccin afin d'optimiser son calendrier de livraisons potentielles, au moment où des polémiques ont émergé concernant le respect des contrats déjà signés entre l'Union européenne et plusieurs laboratoires à ce sujet.

En janvier, la Commission européenne avait pour sa part affirmé avoir conclu des pourparlers exploratoires avec Valneva et envisager d'acheter jusqu'à 60 millions de doses.

Lire aussi : Vaccins: l'UE menace les laboratoires de contrôler leurs exportations s'ils ne livrent pas les doses prévues

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2021 à 13:11 :
Un réseau de trafiquants de faux vaccins anti- Covid-19 a été démantelé en Chine par la police, qui a arrêté plus de 80 suspects et saisi plus de 3.000 seringues contenant de l'eau salée, selon la presse locale. Selon le quotidien de langue anglaise Global Times, les faussaires "envisageaient éventuellement de vendre leurs vaccins à l'étranger". Le trafic sévissait depuis septembre à Pékin et dans deux provinces de l'est du pays, le Shandong et le Jiangsu, a précisé l'agence Chine nouvelle.
Les policiers "ont détruit les laboratoires de contrefaçon, coupé les chaînes commerciales, arrêté plus de 80 suspects et saisi plus de 3.000 faux vaccins contre le Covid-19 sur le champ", a ajouté l'agence de presse officielle. Chine nouvelle n'a pas précisé combien de faux vaccins avaient été vendus ou administrés ni combien le trafic avait rapporté, indiquant seulement que les fausses doses étaient vendues à "un prix élevé".
a écrit le 02/02/2021 à 11:12 :
le silence inquiétant de messieurs macron et de son ministre de la sante toujours a privilégier la mondialisation avec un silence approbateur du 1er ministre qui semble t'il ne dirige plus la France puisque, ce que cet nation produits ne les concerne pas
le seule et unique préoccupation et de sortie le maximum de devises de France
une logique que prône nos dirigeants depuis un demi siècle
aide avec l'idéologie écolos ou il vaut mieux daller polluer hors de France
car la pollution hors de nos frontière est écolos les vents ne traverse pas les frontières
affirmatif du president Mitterrand
a écrit le 02/02/2021 à 11:11 :
Notre gouvernement est bon pour la parlote mais pour agir il est bon pour rien
conseil de défense conseil de défense mais pas conseil d'attaque !!!!!!!!
a écrit le 01/02/2021 à 18:08 :
"En janvier, la Commission européenne avait pour sa part affirmé avoir conclu des pourparlers exploratoires avec Valneva"

Comme avec Remdesivir ?

30 janvier 2021: Faute d’efficacité, les tests du Remdesivir sont abandonnés.
L’essai clinique Discovery a été lancé en mars 2020 par l’Inserm pour évaluer les traitements possibles contre la Covid-19. Parmi eux, le Remdesivir, antiviral du laboratoire Gilead. Jugé prometteur, il n’a pas fait la preuve de son efficacité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :