Microsoft détrône Apple à Wall Street

 |   |  320  mots
(Crédits : Mike Blake)
La valorisation boursière de Microsoft a dépassé mercredi celle d'Apple, le fabricant du logiciel Windows profitant de l'optimisme sur la demande pour les services informatiques hébergés ("cloud").

L'action Microsoft gagnait 3,0987% à 110,46 dollars mercredi en fin de séance, portant sa capitalisation boursière à 848 milliards de dollars. Le titre Apple était aussi orienté en hausse (+3,1221%), affichant une valorisation de 845 milliards de dollars.

La marque à la pomme avait dépassé en août pour la première fois la barre de 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière mais elle a été ensuite rattrapée par les craintes d'un ralentissement mondial de la demande pour les smartphones.

Lire aussi : Apple passe la barre des 1.000.000.000.000 de dollars de capitalisation

La valeur a chuté de plus de 23% depuis un plus haut historique atteint le 3 octobre en séance, à 233,47 dollars. Les capitalisations boursières de Microsoft et Apple sont calculées à partir du nombre d'actions en circulation publié dans le dernier document 10-Q.

Apple et Microsoft au coude à coude

La capitalisation boursière d'Apple avait dépassé celle de Microsoft en 2010, quand le concepteur de Windows s'est trouvé exposé au ralentissement du marché des ordinateurs personnels - provoqué entre autres par le succès des smartphones d'Apple lancés trois ans plus tôt.

Depuis lors, Microsoft n'a pas clôturé une séance régulière avec une capitalisation boursière plus importante que celle du géant de l'électronique grand public.

Satya Nadella, le nouveau directeur général de Microsoft nommé en 2014, a néanmoins su apporter une nouvelle impulsion au géant détrôné en investissant massivement dans le "cloud", l'informatique dématérialisée dont Microsoft est aujourd'hui le deuxième acteur mondial derrière Amazon.

Lire aussi : Après Apple, Amazon passe le cap des 1.000 milliards de dollars en Bourse

Le groupe de commerce en ligne avait aussi franchi en septembre le seuil de 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière avant d'être rattrapé à son tour par le fort mouvement de vente généralisé sur les grandes valeurs technologiques américaines.

 (avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2018 à 8:45 :
On se demande surtout comment l'inverse a pu tenir aussi longtemps démontrant bien la financiarisation de notre économie faisant que l'énorme marge bénéficiaire générée par apple du fait de la marque de luxe que c'est devenu est restée longtemps prioritaire aux yeux des investisseurs face à un microsoft dont pourtant les évolutions technologiques sont nettement supérieures sans parler de l'hégémonie de windows.

D'un côté un produit qui claque de l'autre un produit qui agit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :