Résultats : Microsoft en pleine forme, forte croissance sur toutes ses activités

 |   |  646  mots
Dans ses résultats du troisième trimestre 2018 publiés mercredi 24 octobre au soir, et qui comptent pour le premier trimestre de son exercice décalé 2019, Microsoft a annoncé des chiffres record.
Dans ses résultats du troisième trimestre 2018 publiés mercredi 24 octobre au soir, et qui comptent pour le premier trimestre de son exercice décalé 2019, Microsoft a annoncé des chiffres record. (Crédits : Brian Snyder)
Le géant américain a vu son chiffre d'affaires bondir de 19%, à 29,1 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros), et son bénéfice net exploser de 34%, à 8,8 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros), sur le trimestre clos fin septembre, le premier de son exercice 2019. Tous les voyants sont au vert.

Tout va très bien pour Microsoft. Le géant de l'informatique, dirigé par Satya Nadella depuis 2014, continue non seulement de récolter les fruits de sa stratégie de recentrage vers le cloud informatique, mais son chiffre d'affaires et ses bénéfices explosent aussi dans tous ses secteurs d'activité, même pour ses produits "classiques" (la suite Office) et pour sa filiale LinkedIn, rachetée à prix d'or il y a deux ans.

Dans ses résultats du troisième trimestre 2018 publiés mercredi 24 octobre au soir, et qui comptent pour le premier trimestre de son exercice décalé 2019, Microsoft a annoncé des chiffres record : un chiffre d'affaires de 29,1 milliards de dollars (25,5 M€+19%) et un bénéfice net de 8,8 milliards de dollars (7,7M€, +34%). Rapporté par action et ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, il ressort à 1,14 dollar, mieux que prévu par les analystes. À 29,1 milliards de dollars (+19%), le chiffre d'affaires est, lui aussi, meilleur que prévu par Wall Street. Il est également supérieur aux attentes du groupe lui-même, qui tablait au maximum sur 28 milliards de dollars.

Le cloud porte encore et toujours la croissance

Une nouvelle fois, le groupe de Satya Nadella a mis en avant ses performances dans le cloud, qui est désormais au cœur de sa stratégie informatique. Arrivé aux manettes début 2014, Satya Nadella a choisi de recentrer Microsoft sur ce marché porteur, pour ne pas rater le virage de l'informatique en nuage après avoir déjà raté le virage du mobile dans les années 2000, et après que le groupe eût raté le virage du mobile et sur fond de déclin du marché du PC - même si celui-ci a repris des couleurs au cours de l'année 2018.

"Nos résultats record du premier trimestre illustrent notre détermination à nous concentrer sur des investissements stratégiques de long terme", a salué la directrice financière, Amy Hood, citée dans le communiqué de résultats, notant "la demande continue pour nos offres de cloud"

Les activités de "Cloud commercial" (qui sont réparties dans les différentes divisions du groupe) ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 47%, à 8,5 milliards (7,4 milliards d'euros). La plateforme Azure, à destination des entreprises, a vu sa croissance un peu ralentir (à +76% contre 89% au trimestre précédent), mais elle reste exceptionnelle et n'a pas déçu les analystes, qui s'y attendaient.

Enfin, la section "Cloud intelligent" a vu ses revenus trimestriels croître de 24%, à 8,6 milliards de dollars (7,5 milliards d'euros).

Lire aussi : "Google et Microsoft ont acquis des monopoles temporaires qui semblent se perpétuer"

Forte croissance pour LinkedIn et pour l'informatique personnelle

En dehors du cloud, la division appelée "Productivité et entreprises", qui comprend notamment Office 365 et le réseau LinkedIn, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 19%, à 9,8 milliards de dollars (8,6 milliards d'euros). À lui seul, LinkedIn a vu ses revenus croître de 33%.

Le segment "Informatique personnelle", qui comprend notamment le système d'exploitation Windows, la console de jeux Xbox ou les tablettes Surface, a vu son chiffre d'affaires trimestriel avancer de 15%, à 10,5 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros)

Pour le deuxième trimestre, Amy Hood a indiqué lors d'une conférence téléphonique avec des analystes s'attendre à un chiffre d'affaires situé entre 9,95 et 10,15 milliards de dollars pour "Productivité et entreprises", entre 9,15 et 9,35 milliards pour le "Cloud intelligent" et entre 12,8 et 13,2 milliards pour "Informatique personnelle". Au total, cela donnerait un chiffre d'affaires total pour le groupe situé entre 31,9 et 32,7 milliards de dollars (entre 28 et 28,7 milliards d'euros), quand les analystes prévoient 32,25 milliards.

Ces chiffres tiennent compte du rachat de la plate-forme dédiée à l'hébergement et au développement de logiciels libres GitHub, qui devrait être finalisé sous peu, a précisé Mme Hood.

Lire aussi : Pourquoi le rachat de GitHub par Microsoft pour 7,5 milliards de dollars choque Internet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 12:35 :
Que ce soit Microsoft ou Apple, quasiment des mammouth préhistoriques de la micro-informatique. On ne peut qu'admirer leur succès, mais comment font-ils ?

Microsoft a eu quelques loupés.
Se tromper de stratégie au démarrage de l'Internet, en misant d'entrée sur des solutions propriétaires,...
Dans la téléphonie mobile
Un OS lourd, avec toujours une interface intuitive de retard
Un navigateur lent à évoluer face aux concurrents

Mais quels succès
Continuer à gagner de l'argent sur des suites logicielles payantes, face à des solutions gratuites.
Se lancer dans les réseaux sociaux professionnels (certes à coup de rachat, de l'avantage d'avoir des marges de manœuvre financières)
Rattraper leur retard et se développer sur le cloud
On présume qu'ils feront de même dans l'AI.

Cela démontre que des grands groupes leaders sont d'une part fragiles, car confrontés à la concurence et à l’évolution technologique. Que malgré des erreurs de stratégie, s'ils sont bien managés et disposent de fonds, ils peuvent se réorienter. Une approche qui consiste à se remettre en question au lieu de s’accrocher à des rentes de situation.
L'un n’empêchant pas l'autre, mais c'est aussi une question de timing et de discernement : à quel moment faut il engager le changement. Des capacités aussi à manier des concepts, comme le fait IBM.
Dans le cas d'Apple on aussi pu constater des capacités de rebond phénoménales, quasi miraculeuses, surtout grâce à l'esprit visionnaire de Steve Jobs.
a écrit le 25/10/2018 à 11:26 :
Microsoft, celui qui possède le plus de données au monde sur ses habitants. Merci windows !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :