Grâce au cloud, le chiffre d'affaires de Microsoft dépasse les 100 milliards de dollars

 |   |  738  mots
Microsoft a enregistré jeudi un chiffre d'affaires annuel de 110,36 milliards de dollars (+14% sur un an).
Microsoft a enregistré jeudi un chiffre d'affaires annuel de 110,36 milliards de dollars (+14% sur un an). (Crédits : Brian Snyder)
Le groupe informatique a enregistré le 19 juillet un chiffre d'affaires de 110,36 milliards de dollars (+14% sur un an) lors de son exercice annuel clos fin juin. Une performance attribuée à son virage réussi vers le cloud (informatique dématérialisée), et une bonne santé de ses logiciels Office 365.

Mieux que prévu. Microsoft a dépassé les attentes, en publiant le 19 juillet ses résultats pour le quatrième trimestre et son exercice annuel clos fin juin. Sur l'année, le groupe de Redmond a franchit la barre des 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires, à 110,36 milliards (+14%), mieux qu'anticipé par les marchés. Le chiffre d'affaires du dernier trimestre est en hausse à 30,09 milliards de dollars (+17,5%), dépassant lui aussi le consensus qui était à 29,21 milliards.

En revanche, le résultat net est en baisse de 35% à 16,57 milliards de dollars à l'année, en raison d'une charge exceptionnelle liée à la réforme fiscale américaine fin 2017. Celle-ci a eu pour conséquence de modifier la présentation des comptes des entreprises américaines. Il aurait atteint environ le double sans cet élément exceptionnel. Sur avril-mai-juin, correspondant au dernier trimestre de son exercice décalé 2017/18, le groupe de informatique a enregistré un bénéfice net en hausse de 10% à 8,87 milliards de dollars. Ajusté et rapporté par action, référence en Amérique du Nord, il ressort à 1,13 dollar, au-dessus des attentes des analystes.

Cette performance confirme le virage réussi de Microsoft vers le cloud (l'informatique dématérialisée).

"La solidité de nos résultats est le reflet du rythme accéléré de nos innovations et de la confiance de nos clients", a commenté le patron du groupe Satya Nadella, après avoir évoqué "une année incroyable". Et de souligner : "Nos rapides investissements dans le cloud sont payants, et nous continuerons à étendre notre portée sur les marchés importants et en pleine croissance."

Arrivé aux manettes début 2014, il a choisi de recentrer Microsoft sur le cloud, marché porteur, après que le groupe eût raté le virage du mobile et sur fond de déclin du marché du PC, même si celui-ci a repris des couleurs au deuxième trimestre 2018. La directrice financière Amy Hood a quant à elle souligné pour le dernier trimestre "des ventes exceptionnelles qui ont permis une croissance à deux chiffres dans toutes les divisions et des progrès solides dans nos activités stratégiques", notamment grâce à la progression de 53% du chiffre d'affaires du "cloud commercial", à 6,9 milliards de dollars.

Succès de la plateforme cloud Azure

Microsoft est divisé en trois divisions, dans lesquelles sont disséminées les activités de cloud. Ainsi, sa division "Cloud intelligent" a vu ses revenus trimestriels croître de 23% à 9,6 milliards de dollars, mieux que les anticipations des marchés. Très observée, sa plateforme "cloud" Azure, produit phare à destination des entreprises, a notamment vu son chiffre d'affaires bondir de 89%, mieux qu'attendu.

"La conjonction du cloud, une tendance lourde appelée à durer des années encore, et du savoir-faire dans l'exécution fait toute la force de Microsoft, qui sait comment vendre et innover", commente auprès de Reuters Tom Taulli, analyste chez InvestorPlace.com.

En effet, le cloud porte également l'activité d'Amazon, leader mondial. Sa division Amazon Web Services réalise un chiffre d'affaires de 20 milliards de dollars - encore loin devant Microsoft. Selon la firme de recherche Canalys, Azure occupe 16% du marché total des infrastructures cloud, ce qui en fait le deuxième fournisseur de services dématérialisés après Amazon Web Services.

Une "année record" pour LinkedIn

Sa division appelée "Productivité et entreprises", et qui comprend notamment ses logiciels Office 365 et le réseau social professionnel LinkedIn, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 13% à 9,7 milliards de dollars. Satya Nadella a évoqué une "année record" pour LinkedIn, avec un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 37%.

Enfin, le segment "informatique personnelle", qui comprend notamment le système d'exploitation Windows, la console de jeux Xbox ou les tablettes Surface, a vu son chiffre d'affaires trimestriel augmenter de 17% à 10,8 milliards de dollars, là encore, mieux que prévu.

En petite progression juste après la publication des résultats, le titre a continué ensuite son ascension, prenant 3,24% à 108,10 dollars vers 22H55 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture. Pour l'exercice 2018/19, "compte tenu de l'optimisme en matière de dépenses informatiques des entreprises et de la demande croissante pour les services de "cloud", (...), nous nous attendons à une nouvelle année de solide croissance du chiffre d'affaires", a avancé la directrice financière Amy Hood, espérant entre 27,35 et 28,05 milliards de dollars de revenus sur le seul premier trimestre, mieux que prévu jusque là par les analystes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2018 à 11:07 :
En informatique "the first take all" et les autres dont les pauvres européens, ne leur restent plus que les miettes, à l'exception de SAP auquel dans son secteur s'applique le principe précédemment énoncé.
a écrit le 20/07/2018 à 16:25 :
allez les gars !
allez mettre vos donnees chez microsoft et amazon, pour qu'en toute amitie yankee, trump exige de ces boites qu'elles analyse et transmettent au pays ce qu'il y a dedans!.......
donner ses donnees a un americain sachant qu'il y a trump derriere, c'est comme avoir des projets d'investissements en france sachant ce que hollande et ses sbires sont capables de faire, y compris avec des lois retroactives!
Réponse de le 20/07/2018 à 22:40 :
Franchement tu penses sérieusement que mo,n ami Donald va perdre du temps à lire les mails d'un simple d'esprit comme toi..mdr..
a écrit le 20/07/2018 à 11:47 :
C'est pas dématérialisé, c'est que le matériel ne vous appartient pas, deja que le logiciel... bref vous êtes dépossédés et heureux ! Le cloud c'est marqué dessus c'est de l'enfumage...
a écrit le 20/07/2018 à 11:35 :
Les GAFAM ont quand même pris une sérieuse avance sur leurs rivaux en plastique chinois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :