Pétrole, coronavirus... les marchés boursiers cèdent à la panique

 |   |  346  mots
(Crédits : Reuters)
La Bourse de Paris a chuté de plus de 8%. Sa pire performance depuis la crise financière de 2008.

[Article publié le 9/03 à 9h10, mis à jour le 9/03 à 17h35]

Nouveau plongeon sur les marchés boursiers. Lundi, le CAC 40 a débuté la semaine sur une très forte baisse, retombant tout près des 4.700 points. Il s'agit de son plus bas niveau depuis fin 2018. A la clôture, l'indice parisien a chuté de 8,4%, soit la plus forte baisse depuis 2008. Le 19 février, l'indice parisien évoluait encore au-delà des 6.100 points.

Déjà sur la défensive en raison de l'épidémie de coronavirus, les marchés sont désormais plombés par le plongeon spectaculaire des cours du pétrole. Sous l'effet d'une guerre des prix déclenchée par l'Arabie saoudite, le baril de brut recule de près de 20%, après avoir plongé de plus de 30% repassant même sous la barre des 30 dollars.

Même constat ailleurs en Europe. A Francfort, le Dax a baissé lui de 7,5%. Le Footsie londonien a abandonné 7,2%, alors que l'indice élargi Eurostoxx 600 a perdu 7%. La Bourse de Milan a cédé plus de 10% après la quarantaine imposée dans les régions du Nord, poumons économiques du pays.

A Wall Street, les marchés ont également ouvert en forte baisse, entraînant la suspension des échanges pendant 15 minutes. A 17h35, le Dow Jones chutait de 6%, le Nasdaq de 4,9% et le S&P 500 de 5,6%. Plus tôt dans la journée, le Nikkei japonais avait plongé de 5% et le Kospi coréen avait reculé de 4,2%. La Bourse de Hong Kong avait perdu 4,2%, alors que celle de Shanghai avait baissé de 3%.

-16,6% pour Total

Du côté des valeurs, Total a plongé de 16,6%. Les groupes parapétroliers ont encore plus souffert: Vallourec a perdu de 21,5%, CGG s'est effondré de 34,5% et TechnipFMC a laissé 23,3%. A l'étranger, Shell a reculé de 16,3% et BP de 29,5%.

Les valeurs bancaires ont aussi enregistré une très forte baisse, alors que les taux américains à 10 ans continuent de s'écrouler, touchant de nouveaux plus bas historiques. BNP Paribas a perdu 12,3%, Société Générale a chuté de 17,7% et Crédit Agricole abandonnait 16,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2020 à 21:21 :
Il y une bonne vingtaine d'années, les grands dirigeants de ce monde, les économistes brillants avaient tous la même stratégie. La chine représente le marché du siècle et le coût de la main d'oeuvre est bas, conclusion : on délocalise tout, on ne produit plus rien dans nos pays, on devient des acheteurs et on fait un maximum de bénéfices.
Les dirigeants politiques chinois n'étant pas idiots et raisonnant sur le très long terme, copient des procédés, investissent massivement, deviennent propriétaires de terres à l'extérieur de la chine, propriétaires d'extraction de matières premières, etc, etc...
Aujourd'hui nos économies dépendent à 100 % du bon vouloir de la chine, nous avons perdu notre indépendance. J'ose espérer que la situation actuelle va provoquer une réflexion profonde et pragmatique pour récupérer tout notre savoir faire, toutes nos productions, notre indépendance aux matières premières y compris la santé humaine, récupérer notre essor. Voilà la grande leçon de cette pandémie. Les grands gourous de l'économie, changer de paradigme car vous vous êtes fourvoyés.
a écrit le 09/03/2020 à 16:18 :
Pour éviter les «  prises de contrôle dangereuses » il faut absolu mettre les bourses mondiales en quarantaine pendant 6 mois et interdire toutes les transactions.
a écrit le 09/03/2020 à 16:02 :
La palme des commentaires revient à guy qui nous régale d 'un
Crise sanitaire
Crise boursière
Crise économique
Crise des migrants

et à un, sans oublier, qui en remet une louche

2022 s'annonce très très bien !
Crise écologique
Crise politique
a écrit le 09/03/2020 à 16:01 :
Je ne suis pas dingue pour «  acheter à bas taux «  les dettes d’autres pays , car je «  Ne recherche aucun pouvoir ou abuser de pouvoir « ...
a écrit le 09/03/2020 à 15:41 :
Nous allons tout droit vers la gratuité des transports, sous réserve qu'ils "pétrolent" néologisme de circonstance.
a écrit le 09/03/2020 à 15:32 :
En économie de marché les gains sont pour les propriétaires des entreprises et les pertes pour la collectivité, c'est à dire pour le contribuable .Compte tenu de la situation ,une hausse de la TVA ainsi que des taux de l'IRPP est probable .Pour les pays comme l 'Algerie le baril à 30 dollars est un réel problème...Pourrons t Il payer l'armement russe ou allemand qui fait l'orgueil de la caste militaire? Celà m'engoisse terriblement!
a écrit le 09/03/2020 à 15:21 :
tiens, d'ici nous pouvons apercevoir des retraites qui partent en fumée, ah la répartition....
cela vous arrache les mains
Réponse de le 09/03/2020 à 16:04 :
Je m’en tape car je n’ai aucune garantie de vivre jusqu’à cette «  retraite ».
Réponse de le 09/03/2020 à 17:23 :
C'est méconnaître le système des retraites américains. Dans ce type de système, vous investissez dans de supports volatils en début de carrière, puis dans des supports de croissance en milieu de carrière puis dans des supports obligataires et garantis en fin de carrière. Sauf si vous êtes un illuminé voulant prendre des risques inutiles. Par ailleurs, la plupart des fonds avaient anticipé une bonne part de ce risque, un de mes amis a vu son fonds croître dans les derniers jours. Par contre, cela ne change rien au fait que le système par répartition est bien supérieur. Ne serait-ce que pour la tranquillité d'esprit et l'assurance de toucher une retraite indépendamment des événements et de la connaissance financière des individus.
Réponse de le 09/03/2020 à 20:24 :
N'oubliez pas que la capitalisation est filtrée sur 42 ans. Tout ce qui vient de se produire n'est qu'un épiphénomène sur 42 ans. Attention il faut pour cela une gestion adéquate et une bonne répartition des risques et pas comme aux US où les employés de ENRON avait leur fond de retraites investi en actions de leur propre boîte ce qui présente un mode commun de défaillance.
a écrit le 09/03/2020 à 14:52 :
Le DJ n'est plus qu'à - 0.98%, les places européennes devraient donc suivre ne sachant plus faire que cela ou alors les américains veulent punir dès maintenant les européens.

Et tout ceci mesdames et messieurs grâce à la "Loi de l'offre et de la demande" ! Si si promis !
a écrit le 09/03/2020 à 14:49 :
Ouais ,certains ont compris enfin qu’une économie mondiale ne se fait pas par des pôles monopolisée vertigineux « 
Une belle régulation ,pas de panique...
a écrit le 09/03/2020 à 14:45 :
Heureusement que le pétrole baisse.
Le pétrole à cinq cent dollars le baril en raison du peak oil depuis 2010 était intolérable pour l'économie mondiale.
Ah bah non, le pétrole n'est pas monté à 500$ le baril, le peak oil est un non sujet et les écolos ont une fois raconté n'importe quoi.
J'adore la théorie du gros mensonge. Allez question pour ceux qui ont uin cerveau qu'est-ce qui va arrivé à des partis qui ont délibérément mentis propagés de fausses information et créer de mauvais investissement.
a/ rien
b/ rien
c/ On va leur demander encore plus de prises de positions.
d/ rien.

La bonne réponse est évidement C car la réponse on va interner leurs activistes couper les subventions et les fermer comme dangers publics n'est pas dans l'air du temps.
Après le peak oil saison 1 et deux (Rapport Meadow et actualisation du rapport meadow), les OGM (Pas un mort en trente ans) voici le on va tous mourrir à cause du vilain Glyphosate qu'il est dangereux pour la santé.
a écrit le 09/03/2020 à 14:42 :
C'est amusant de constater, en lisant les commentaires, combien les français semblent intéressés par les évènements boursiers, (hausse, krach, dividendes...) alors qu'ils sont dans le même temps si réticents à y investir leurs économies. En soi, je ne comprends pas pourquoi ça les intéresse autant puisque cela n'a aucune incidence sur leurs propres économies, leur retraite (à la différence de ceux vivant de fonds de pension).
Réponse de le 09/03/2020 à 16:01 :
@ multipseudos
C'est pour se convaincre que notre système de retraite, aussi inégalitaire soit il, n'est pas si mal en période de crise.
Encore un chouïa dans la crise...que va t'il rester des fonds de pensions ?
Réponse de le 09/03/2020 à 17:16 :
Vous avez raison, le système par répartition est un réel avantage pour les citoyens car cela les détache de ce type d’événements. C'est un très bon système social. Pour ce qui est des fonds de pension, je ne suis pas trop inquiet pour eux. Les américains prévoyant qui sont proches de la retraite convertissent progressivement leurs fonds dans des titres obligataires qui ne sont pas impactés. Ce qui se passe est juste un -énième épisode boursier qui fait à la fois le malheur et le bonheur d'une profession. Sans ce type d’événements, leur travail ne leur apporterait aucune gratification professionnelle et émotionnelle.
Réponse de le 09/03/2020 à 18:19 :
Les retraités d'Enron l'une des ppales capitalisations US dt les fond de retraite ont explosé avec la faillite de la Sté il y a 20 ans, se délectent à 80 balais passés ds leurs petits boulots en gde surface, ds les fast food et autres activités de pompistes... Viva America !!
Réponse de le 09/03/2020 à 20:08 :
C'est aussi pertinent que de ce désintéresser du conflit Syrien au motif qu'on habite pas las bas, ou des élections US au motif que ça nous regarderai pas...
Les français ont depuis longtemps compris comment les affres de la finance peuvent les pousser au chômage voir à la rue.
a écrit le 09/03/2020 à 14:24 :
Mon humble avis pour ceux qui ont quelques économies sur un PEA ou une assurance vie..........surtout ne rien faire,voir acheter,mais attendre que ça se finisse.Dans 1 mois,3 mois,le temps qu'il faut pour que cette panique cesse avec cette psychose coronavirus.
Les affaires reprendront de plus belle.
a écrit le 09/03/2020 à 14:02 :
...et a la pompe ça chute de combien ?.......ha bon !!!
a écrit le 09/03/2020 à 13:51 :
Mêmes erreurs qu'en 2008 : l'Europe va être la dernière à réagir, entraînant pendant ce temps pertes de capital humains et économiques, notamment via des (très probables) faillites en série. C'est encore cette même Europe qui va prendre de plein fouet cette crise, les USA sachant être beaucoup plus réactifs et réalistes sur la disparition possible de capitaux (humains et économiques). Ils savent agir à temps pour éviter des faillites non réversibles.
On peut se poser cette question : l'Europe telle qu'elle est fonctionne-t-elle ? A priori, non.
a écrit le 09/03/2020 à 13:17 :
Les prix à la pompe ne cèdent pas à la panique . Le ruissellement macronien est à sens unique .
Réponse de le 09/03/2020 à 14:42 :
Vous consommez actuellement du carburant fourni sur des stocks achetés il y a plus d'un mois.On peut raisonnablement penser que d'ici un ou deux mois,les anciens stocks seront écoulés et que le prix des carburants baissera alors(a condition que le pétrole ne remonte pas)
a écrit le 09/03/2020 à 11:36 :
Ts les traders et gestionnaires de fonds spéculatifs jouent le méga krack des pétrolières et des valeurs qui leur sont directement corrélées. Et comme tt ça pèse énormément sur le poids des indices, avec des infos pas trop rassurantes sur l'évolution de l'épidémie on enregistre un probable lundi noir... soyons à l'affût, la hausse ne sera que plus spectaculaire.
a écrit le 09/03/2020 à 11:30 :
Fermons les bourses pendant 15 jours,le temps de s'occuper de l'épidémie.Tout le monde sera plus tranquille et bien dans sa peau.En meme temps,profitons en pour introduire un salaire garanti par l'état dans les secteurs les plus impactés:tourisme,culture,évènementiel)
Réponse de le 09/03/2020 à 12:41 :
Un salaire garanti pour tous ceux impactés, donc les commerces, les musées, les hotels, les compagnies aeriennes, les marchés, les artisans, les artistes... Et on finance tout ça par un peu plus de dettes j'imagine. Surtout, ne pas sortir la tête du sable quand on est au PS...
Réponse de le 09/03/2020 à 18:07 :
On comprend pourquoi le PS ou ce qu'il en reste est ds les bas fonds...
a écrit le 09/03/2020 à 11:00 :
Gros souci, les banques centrales ne peuvent rien faire, face à une crise sanitaire. C'est là tout le problème, donner de l'argent s'il n'y plus rien à acheter ne sert à rien. Pour faire simple regarder une photo d'un rôti de bœuf sur internet, ne va pas vous nourrir pour autant, le souci va venir de la production en panne.
a écrit le 09/03/2020 à 10:57 :
Crise sanitaire
Crise boursière
Crise économique
Crise des migrants
...
2022 s'annonce très très bien !
Réponse de le 09/03/2020 à 12:29 :
Crise écologique
Crise politique
....
a écrit le 09/03/2020 à 10:55 :
Incompréhensible: en 1973, le triplement du prix du pétrole avait entraîné une panique tout a fait logique; aujourd'hui, on pourrait croire que le prix de l'alimentaire comprend une forte proportion de pétrole. Pourtant, si le gouvernement ne s'en mêle pas, le prix du gasoil DEVRAIT BAISSER. Un peu de bon sens!
Réponse de le 09/03/2020 à 12:36 :
Le prix de l'alimentaire comprend beaucoup de pétrole.

Par exemple, Il faut 1l de gasoil pour produire 100 kg de blé. Ajoutez les transports, la meunerie, la boulangerie.

Tout ce qui n'est pas strictement produit et consommé sur place et confectionné à la main demande du pétrole à un moment ou un autre dans la chaine de production/valorisation.
a écrit le 09/03/2020 à 10:31 :
On peut déjà prévoir pour le moins quelques soubresauts politiques et sociaux dans les pays producteurs pétroliers qui vont voir chuter leur unique source de devises par exemple: Venezuela, Algérie....... C'est fou comment un simple micro organisme invisible à l'oeil nu peut déclencher en un clin d'oeil une réaction en chaîne dévastatrice dans le monde entier

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :