Pétrole : Riyad déclenche une guerre des prix, les cours s'effondrent

 |   |  477  mots
(Crédits : Reuters)
Les cours du brut s'effondrent de plus de 25% alors que l'Opep n'a pas réussi un trouver un accord pour réduire la production.

Le baril de pétrole à 20 dollars ? Encore inenvisageable il y a encore quelques semaines, cette hypothèse est désormais évoquée par les analystes de Goldman Sachs. Lundi, les cours du brut s'effondraient déjà de plus de 25%, le baril de WTI retombant même sous la barre symbolique des 30 dollars.

Cette chute est alimentée par la guerre des prix déclenchée par l'Arabie saoudite, qui a décidé unilatéralement de baisser ses prix à la livraison. Riyad réagit à l'échec de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de la Russie, incapable de trouver la semaine dernière.

Face aux incertitudes économiques causées par l'épidémie du nouveau coronavirus, les ministres du cartel pétrolier avaient tenté de conclure un accord avec les autres pays producteurs de pétrole pour réduire la production et maintenir les prix du brut. Mais la Russie, deuxième producteur mondial de pétrole et qui n'est pas membre de l'Opep, s'est opposée à une nouvelle réduction de 1,5 million de barils par jour.

En réponse, l'Arabie saoudite s'est lancée dans une vaste braderie en effectuant la plus importante réduction de ses prix pétroliers en 20 ans, a rapporté dimanche Bloomberg News. Pour Jeffrey Halley, analyste chez Oanda, "l'Arabie saoudite semble avoir l'intention de punir la Russie".

"Sans précédent"

Ainsi, le prix pour le pétrole à destination d'Asie a diminué de 4-6 dollars par baril alors que celui pour les Etats-Unis a été réduit de 7 dollars par baril. Aramco a vendu son baril d'Arabian Light à un prix sans précédent: 10,25 dollars en dessous du baril de Brent de la mer du Nord, selon Bloomberg.

"Une chute de 30% des prix du brut est sans précédent et envoie une onde de choc énorme à travers les marchés financiers", a souligné Margaret Yang, analyste pour CMC Markets. Les marchés d'actions ont dans la foulée plongé en Asie et dans le Golfe. Ils devraient aussi chuter en Europe et aux Etats-Unis.

Le marché du pétrole va probablement rester au tapis durant les prochains mois, les rabais de l'Arabie saoudite se conjuguant avec le coup d'arrêt donné à la croissance économique mondiale par le coronavirus, qui a fait chuter la demande d'or noir, a ajouté cet analyste.

"Quelque chose comme cela pourrait avoir plus de répercussions dans le monde qu'une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis parce que le pétrole est lié à beaucoup de secteurs dans l'économie mondiale" a souligné de son côté Rohitesh Dhawan, directeur de l'énergie, du climat et des ressources naturelles à la société de conseil Eurasia Group à Londres.

Margaret Yang de CMC Markets a émis l'espoir que l'effondrement pourrait faire revenir la Russie à la table de négociations avec l'Opep pour trouver un accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2020 à 15:23 :
Avant, un choc petrolier c'était une hausse de 300%. Mais ça c'était avant.
Hysterie...
a écrit le 09/03/2020 à 14:51 :
C'est le moment de remplir les cuves à fuel
a écrit le 09/03/2020 à 14:26 :
super nouvelle, le prix du gaz en france pour les clients va donc diminuer de 30%...

euh non je rigole... l´etat va en profiter pour augmenter encore les taxes....
a écrit le 09/03/2020 à 12:33 :
Le pétrole est cher c'est la crise
Le pétrole a son prix, c'est trop cher
Le pétrole bradé c'est la crise

Jamais comptant les traders ! Faut arrêter le monopole énergétique du tout pétrole, et créer la concurrence aussi dans ce secteur.
a écrit le 09/03/2020 à 11:54 :
Son acte irréfléchi de terrorisme financier va l'amener à sa perte.

Personne, à commencer par les USA et la Russie (sans compter les autres pays producteurs de la planète) ne peut accepter qu'un pays massacre les cours de cette façon. Ça met trop d'intérêts vitaux en jeu.

Pour Trump c'est la fin de "l'amitié" USA- Arabie saoudite et du soutien quasi inconditionnel à MBS.

On sait comment les USA gèrent ce genre de problème. Il va y avoir un changement de pouvoir à Ryad prochainement et personne ne va se précipiter au secours de l'écorcheur.
Réponse de le 09/03/2020 à 16:06 :
@ c'est la fin de MBS
Pas sûr, les US pourraient aussi être partie prenante dans ce conflit. Affaiblir la Russie de Poutine est un objectif qui peut valoir quelques milliards de dollars de pertes. Risqué. Cela peut conduire à un affrontement Russie/US.... autant dire généralisé.
Réponse de le 28/03/2020 à 0:26 :
Vive l'Arabie. à 10$ serait mieux pour toute l'humanité
a écrit le 09/03/2020 à 9:22 :
Le corobidule n'est que la goutte d'eau d'un vase que d'abord le dumping fiscal et social mondial puis ensuite le protectionnisme de Trump ont rempli.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :