PSA officiellement de retour dans le CAC 40

 |  | 379 mots
A la fin d'une année noire, PSA avait quitté l'indice CAC 40 en septembre 2012, après 15 ans de présence.
A la fin d'une année noire, PSA avait quitté l'indice CAC 40 en septembre 2012, après 15 ans de présence. (Crédits : reuters.com)
Lundi 23 mars, le constructeur automobile a remplacé le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto. Le groupe avait quitté l'indice phare de la Bourse de Paris en septembre 2012.

C'est le jour J pour PSA. Le constructeur automobile français a quitté le SBF 120 et officialisé son retour dans le CAC 40, à 9 heures, lundi 23 mars. Ce retour fait suite à une décision du Conseil scientifique des indices. La société française prend ainsi la place du spécialiste de la sécurité numérique Gemalto.

Un retour plutôt morose, puisque le titre PSA baissait de 1,08% à 15,62 euros à 9h22, alors que le CAC 40 perdait 31,09 points à 5.056,40 points, soit un recul de 0,61%.

A 10h22, le constructeur affichait un recul de 0,79 euros à 15,66 euros, le principal indice de la Bourse de Paris chutait de 0,82% atteignant 5 045.75 points.

"Meilleure visibilité auprès des Anglo-Saxons"

"La rentrée dans le CAC 40, c'est un encouragement pour toutes les équipes PSA à continuer (...) dans cette reconstruction économique", a déclaré Jean-Baptiste de Châtillon lors d'une cérémonie au siège de l'opérateur boursier Euronext à Paris.

Ce retour dans l'indice de tête permettra une "meilleure visibilité pour le groupe, en particulier auprès des Anglo-Saxons", a remarqué Jean-Baptiste de Châtillon en disant la volonté de PSA de "cultiver (un) actionnariat de long terme".

PSA veut revenir dans la course "le plus vite possible"

Le constructeur automobile a divisé par quatre sa perte nette en 2014 et a affirmé être en avance sur son plan de "reconstruction", lors de la présentation des résultats annuels en février.

Le groupe dirigé par Carlos Tavares, qui a évité la faillite il y a un an grâce à l'arrivée de l'Etat et du groupe chinois Dongfeng dans son capital, chacun à hauteur de 14%, vise désormais d'ici à 2018 une marge opérationnelle de 2% pour sa division automobile, contre 0,3% en 2014.

"Nous sommes bien conscients que cette première étape est loin d'être suffisante et toutes les équipes sont tendues vers l'objectif de revenir complètement dans la course (...) le plus vite possible", a indiqué Jean-Baptiste de Châtillon.

Près de deux ans d'absence

Pour rappel, à la fin d'une année noire, PSA avait quitté l'indice CAC 40 en septembre 2012, après 15 ans de présence. Cette année-là, le groupe avait notamment subi une hémorragie de cash de 200 millions d'euros par mois.

   Lire aussi >>  Comment les marchés se sont réconciliés avec Peugeot-Citroën

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :