PSA dévisse de 6% à la Bourse de Paris

 |   |  249  mots
PSA aurait été victime de prises de bénéfices, après un rallye boursier important.
PSA aurait été victime de prises de bénéfices, après un rallye boursier important. (Crédits : reuters.com)
Le constructeur automobile français aurait été victime de prises de bénéfices après des ventes décevantes en janvier. Par ailleurs, le groupe a réuni, ce jour, analystes et investisseurs à l'occasion d'un "capital day".

Certes, le CAC 40 a clôturé dans le rouge (-0,64% à 5.028 points), mais la contre-performance de PSA est douloureuse... Alors qu'il doit réintégrer le 23 mars prochain l'indice-vedette de la place de Paris, le constructeur automobile français termine mardi 17 mars, à la Bourse de Paris, sur une perte importante, de 5,94% à 15,59 euros.

Des prises de bénéfices?

D'après l'AFP, Peugeot-Citroën a été victime de prises de bénéfices après de bonnes performances boursières ces derniers temps. La publication des résultats commerciaux en Europe, pas très bons pour le constructeur, a été pris comme prétexte pour passer à la vente. Il faut dire que, sur un marché européen en hausse de 7% en février, PSA sous-performe avec des ventes en progression de 1,1% - contrairement à son concurrent le groupe Renault, qui lui, à 9,9%, fait mieux que la moyenne européenne (et même 14,5% si l'on ne prend en compte que la marque Renault).

Oddo s'en est inquiété en observant la "sous-performance de PSA sur l'ensemble des principaux marchés" malgré la gamme relativement jeune proposée par le groupe.

Les analystes réunis ce mardi après-midi

Par ailleurs, le groupe a communiqué auprès d'analystes et investisseurs ce mardi à l'occasion d'un "capital day". La direction de la communication, contactée par La Tribune, a récusé tout lien entre cette opération auprès des investisseurs - dont rien n'a filtré -, et la très mauvaise performance du cours de PSA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2015 à 14:45 :
C'est incroyable comme des analystes dit financiers ne regardent que les % de vente et pas le bénéfice net. Renault brade ses modèles, alors que PSA tout doucement regagne de la marge. Par contre, le groupe PSA subit la marque DS mais cela vous n'en parlez pas, dommage!!! c'est pourtant là, l'erreur actuel de PSA.....
Pauvre petits financiers qui ne regarde que le profit immédiat!!! Rendez-vous en 2017, je garde mes actions...
Réponse de le 18/03/2015 à 19:17 :
Moi j'en achète encore, PSA est une pépite qu nous régale des ses magic produces, j'en veux, encore, toujours plus et jusqu'à plus soif...
a écrit le 18/03/2015 à 12:01 :
Et pendant ce temps, Audi patine, quand MERCEDES et BMW se développent trois fois plus vite en Europe, une fulgurance rarement vue... La fiabilité Vag groupe n'est plus là et peut expliquer cet enlisement tout de même prévisible. CITROEN beaucoup plus fiable à l'usage a choisi d'axer son développement sur son marché chinois, privilégiant les ventes rentables, qui a raison, qui a tort ? Compte tenu du redressement récent du groupe PSA, on ne saurait lui reprocher. La suite au prochain numéro...
a écrit le 18/03/2015 à 10:24 :
Certes Peugeot trinque des stratégies de Tavares ex Renault,
il faut aussi relever qu'entre Lundi 17h et ce jour 10h, Renault a perdu 7% en bourse...

les "émules" Renault ne sont pas les bonnes mules pour réussir !
Faut se souvenir en 2002 / 2005 Schweitzer se vantait de ce que Renault était la première marque en Europe,
après le lancement de l'erreur industrielle Dacia, Renault n'est plus que la 5ème marque en Europe ou VW group vend 2,4 fois plus que RenaultDacia inclus !!!

les chiffres parlent d'eux même.
Réponse de le 18/03/2015 à 14:53 :
M. Tavares dirige très bien le groupe PSA et d'ailleurs les chiffres de l'année 2014 le confirment. L'année 2015 est une année de transition entre les sorties de 2014 et celles à venir à partir de 2016.
Pour M. Scweitzer, là vous êtes un incompétent notoire, heureusement qu'il y a Dacia et même VW va créer sa propre marque lowcost.
De plus, il faut comparer Renault-Dacia/Nissan au groupe VW et pas votre regard déformé!!!
Réponse de le 18/03/2015 à 22:21 :
Prenez donc les rênes si vous êtes si malin !
1. Carlos Tavares n'est le patron que depuis un an et il ne peut que s'accomoder des choix antérieurs et essayer de les redresser : ex. la gamme DS : bonne idée d'un de ses prédécesseurs mais peut-être lancée trop vite : une DS3 brillante mais perfectible en qualité perçue ( fiabilité ? ) une DS4 mal ciblée et trop proche de la C4 et une DS5 brillante mais manquant d'un peu plus de classicisme à l' allemande et de moteurs performants qui en fait une voiture inexportable en Europe
2. Contrairement à ce que vous pensez c'est grâce à DACIA ( une idée géniale de M. Schweitzer ) et qui est un succès planétaire que RENAULT fait des bénéfices ; la gamme RENAULT a par contre souffert entre 1995 et 2010 de la priorité à la réduction des côuts et donc de la qualité pour compenser une productivité insuffisante et de choix plus que discutables en matière de style ( Twingo 2, Mégane 2, Laguna 3 ( fiabilité top mais malheureusement tuée par son nom et la triste réputation de la Lagune 2 ) et probablement d'une trop grande accaparation de l'encadrement par NISSAN
a écrit le 17/03/2015 à 20:40 :
À tuer Citroën sans le dire, voilà ce qu'il se passe...
Réponse de le 18/03/2015 à 11:29 :
CITROEN s'est tué tout seul.
Gamme non reconnaissable sur les optiques, retouches mi-vie minimalistes sur la C3 II et la C4 hatch, voitures clivantes comme C1 II et C4 CACTUS, cette marque s'est enfermée toute seule dans la médiocrité. Une marque maintenant soutenue ou détestée sur le plan produits. Bravo Mr MALVAL, bravo Mme JACKSON.
Réponse de le 18/03/2015 à 14:47 :
Vous dites n'importe quoi, Mme Jackson vient d'arriver, la C1II et la C4 Cactus étaient déjà sur les rails, un modèles se fait en 3ans, pas en 6 mois!!
Et puis, le C4 Cactus marche bien à l'export, regardez les chiffres!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :