Révélations de blanchiment : Deutsche Bank s'enfonce en Bourse

 |  | 380 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Kai Pfaffenbach)
Après HSBC, c'est au tour de la Deutsche Bank de s'enfoncer en Bourse. Le titre de la première banque allemande Deutsche Bank plongeait lundi en séance et perdait plus de 8%, au lendemain des révélations d'un consortium de journalistes sur des blanchiments d'argent présumés opérés par plusieurs banques internationales.

Le titre de la première banque allemande est en dernière place du Dax, après la publication d'une vaste enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) dimanche, révélant le blanchiment massif d'argent opéré par plusieurs grandes banques internationales, dont Deutsche Bank.

Blanchiment de sommes énormes par des banques

Des montants astronomiques d'argent sale ont transité durant des années par les plus grandes institutions bancaires du monde, révèle l'enquête du ICIJ, qui dénonce les carences de la régulation du secteur.

"Les profits des guerres meurtrières contre la drogue, des fortunes détournées des pays en développement et des économies durement gagnées volées dans le cadre d'une pyramide de Ponzi ont tous pu entrer et sortir de ces institutions financières, malgré les avertissements des propres employés des banques", détaille l'investigation, menée par 108 médias internationaux, de 88 pays.

L'enquête est fondée sur des milliers de "rapports d'activité suspecte" (SAR en anglais) adressés aux services de la police financière du Trésor américain, FinCen, par des banques du monde entier.

Les FinCEN Files pointent 5 banques du doigt

Les documents portent sur 2.000 milliards de dollars de transactions, qui ont circulé entre 1999 et 2017.

L'investigation pointe notamment du doigt cinq grandes banques - JPMorgan Chase, HSBC, Standard Chartered, Deutsche Bank, et Bank of New York Mellon - accusées d'avoir continué à faire transiter des capitaux de criminels présumés, et ce même après avoir été poursuivies ou condamnées pour faute financière.

Dans un communiqué, la Deutsche Bank a assuré que les révélations du Consortium étaient en fait des informations "bien connues" de ses régulateurs et a dit avoir "consacré d'importantes ressources au renforcement de ses contrôles" et "être extrêmement attentive au respect de (ses) responsabilités et de (ses) obligations".

L'investigation pointe aussi l'impuissance des autorités américaines dans la régulation de ces transactions.

Dans un communiqué publié avant la diffusion de cette enquête, la police financière du Trésor américain a averti que la diffusion des rapports d'activité suspecte était un "crime" qui "peut avoir un impact sur la sécurité nationale des États-Unis".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2020 à 10:07 :
La Société Générale n'apparait pas dans la liste. C'est dire si les banques citées sont vraiment des bandits!
a écrit le 21/09/2020 à 20:04 :
D'ou le projet de réintégrer les activités de la pègre dans le pib.

Les USA ont par le passé tenté de corrompre la Chine avec du trafic de drogue, on dirait qu'ça les gènes... la boue !
Un americain y est d'ailleurs, aujourd'hui, condamné à mort.
a écrit le 21/09/2020 à 16:45 :
"La révélation d'activités suspectes
est un crime aux USA"! C'est "suspect", mais circulez, y a rien à voir et si vous insistez, direction la prison. Le Droit Made in USA.
Reste t il quelque chose de bon aux US ? Non. La (soi disant) plus grande démocratie du Monde est dans un sale état...et c'est pas rassurant.
a écrit le 21/09/2020 à 13:35 :
on comprend pas bien
"" L'enquête est fondée sur des milliers de "rapports d'activité suspecte" (SAR en anglais) adressés aux services de la police financière du Trésor américain, FinCen, par des banques du monde entier.""
donc si les banques ont alerte les autorites, en quoi elles vont en faire plus? elles ont rempli leurs obligations non?
c'est quand meme curieux que la gauche protege les dealers des quartiers et autres desequilibres, crapules, et autres personnes a ne pas stigmatiser, mais pousse des cris de singe ( tiens, c'est curieux, y a une election aux etats unis, ca a peut etre un lien) quand les coupables presumes ne sont plus presumes ' car ca m'arrange pas trop sur ce coup la"
a écrit le 21/09/2020 à 13:21 :
Je vous garanti que c'est vraiment pas une gloire d'avoir autant raison sur le fonctionnement de notre système économique financier ! Déprimant, si au moins la classe dirigeante pouvait surprendre de temps en temps, mais comme le prévoyait Nietzsche, plus on possède et plus on est possédé.

Par contre avant de penser à un mouvement d'envergure contre la corruption, penser d'abord et avant tout à une restructuration de l'évasion fiscale afin que celle-ci soit moins voyante et pesante sur l'économie réelle, de ce fait il est obligé de se débarrasser des acteurs financiers les plus grossiers comme l'allemand et de ceux qui ont bien trop de casseroles depuis bien trop longtemps comme HSBC.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :