Les erreurs à éviter pour réussir votre CV à l’américaine

 |   |  719  mots
« Mesurer est très important dans le monde anglo-saxon, chiffrez les résultats, les améliorations, les changements »
« Mesurer est très important dans le monde anglo-saxon, chiffrez les résultats, les améliorations, les changements » (Crédits : Monster)
Lorsque vous postulez à l’étranger, votre CV doit tenir compte des particularités de chaque pays. Suivez le guide pour que le vôtre soit le plus percutant possible quand vous visez un poste aux États-Unis.

Les erreurs suivantes sont courantes. Elles ne sont pas forcément éliminatoires, mais rendent votre CV moins efficace, prêtez-y attention.

Trop d'informations personnelles

L'âge ou la date de naissance, la situation maritale, le nombre d'enfants, la nationalité : oubliez ! De même que la photo, proscrite, sauf pour les professions basées sur le physique comme le mannequinat. Cela peut étonner quand on sait à quel point les recruteurs nord-américains sont friands de réseaux sociaux, sur lesquels les photos sont visibles, mais les lois anti-discrimination sont les plus fortes. Comme l'explique Christina Rebuffet, coach en communication professionnelle en anglais :

 "Les recruteurs se préservent ainsi d'éventuelles accusations de sélectionner ou d'exclure un candidat en fonction de sa photo sur son CV, c'est un principe de précaution."

Pas assez de résultats concrets

Ce qu'un recruteur français apprécie particulièrement, un recruteur nord-américain l'apprécie encore plus : le concret, les chiffres sont pour lui le sel du CV, il lui en faut afin de pouvoir commencer à apprécier vos résultats, un CV à la française en manque à son goût.

« Mesurer est très important dans le monde anglo-saxon, chiffrez les résultats, les améliorations, les changements », conseille notre interlocutrice.

Des informations insuffisamment parlantes

Les erreurs concernent d'abord les traductions de diplômes : hors de France, qui connaît le BTS ou le DEUG ? La recommandation de notre coach :

« Laissez l'intitulé en français mais précisez entre parenthèses l'équivalent américain : Associate Degree par exemple correspond à environ deux ans d'études aux États-Unis.»

Elles ont trait ensuite au niveau de compétence en anglais. Indiquer fluent english par exemple est trop vague.

Christina Rebuffet conseille de séparer les notions de « lu », « écrit » et « parlé », bien différentes, puis de détailler entre parenthèses son niveau en précisant les tâches réalisées. Cela peut donner : fluent English (participating in meetings, communicating by phone, giving presentation). Ou bien fluent written English, et détailler.

L'absence d'accroche en début de CV peut être une erreur, bien que ce point se discute de ce côté de l'Atlantique comme de l'autre. Trois mots qui disent vos compétences et votre objectif sont un atout, quand ils sont bien choisis. Les Nord-Américains ont l'avantage sur les Français d'être plus à l'aise avec le personnal & professionnal branding, l'exercice peut s'avérer à double tranchant quand on a du mal à se vendre.

Trop de fautes de vocabulaire, d'orthographe ou de syntaxe

Les erreurs se nichent à différents niveaux :

> Dans les titres des différentes parties du CV :
- Experience ne prend pas de « s »;
- Formation est un contresens, il faut indiquer Education;
- Competences est utilisé dans un contexte scientifique ou académique, pas en entreprise où l'on parle de special skills;
- Pour les centres d'intérêt, préférez miscellaneous à hobbies ; signifiant « autre », ce mot ne restreint pas le champ au contraire de « loisirs ».


> Dans l'intitulé des fonctions :

- vous êtes commercial ? Indiquez sales representative et non commercial.


> Dans l'emploi de noms communs au lieu de verbes pour décrire sa mission et du fait des faux-amis:

« Au lieu de motivation of teams par exemple, il faut écrire motivating teams ou motivated teams si la mission est passée. Un recruteur français ne tiquera peut-être pas mais un recruteur américain pourra trouver cela maladroit », précise Christina Rebuffet.

Parmi les faux-amis, on trouve le très courant controlling pour contrôler. Si vous n'intervenez pas dans le domaine financier, corrigez, c'est cheking for qui convient.


> Dans la différence entre les orthographes anglaise et américaine:

Authorize, recognize, analyze... D'un Z à la place d'un S, vous écrivez anglais américain plutôt qu'anglais britannique. D'autres exemples : des mots comme programme et centre s'écrivent en anglais britannique comme en français mais les voilà transformés outre-Atlantique en program et center.

Quoi de plus agréable pour un recruteur que de constater qu'un étranger a compris certains des codes de son pays et qu'il maîtrise sa langue ? Concluez votre CV comme il est d'usage aux États-Unis : References available upon request.

>> Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos offres d'emploi

- - -

Boostez votre carrière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2015 à 21:31 :
Il ne faut pas oublier que l'expérience est plus valorisée que le diplôme dans les pays anglo-saxons. CV Leader vous propose plus de conseils et une évaluation gratuite de votre CV anglais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :