Le poids des administrateurs indépendants varie considérablement d'un pays européen à l'autre

Leur part dans les conseils d'administration est de 75 % aux Pays-Bas contre 21 % en Allemagne.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

La tâche des instances réglementaires en matière d'harmonisation des règles de gouvernance à l'échelle européenne s'annonce ardue. « La crise financière mondiale a mis en lumière les faiblesses des règles et des codes de conduite qui orientent la façon dont sont gérées les entreprises européennes », notait déjà la Commission européenne en avril dernier. Aujourd'hui, l'extrême volatilité des marchés d'actions depuis le début de l'année légitime plus que jamais l'application de bonnes pratiques de gouvernance favorisant des rapports de force équilibrés au sein des sociétés cotées, notamment dans les conseils d'administrations. Or, force est de constater que sur ce dernier point, des fossés subsistent entre certains pays européens.

Selon un rapport du cabinet de conseil en recrutement de hauts cadres dirigeants Heidrick & Struggles réalisé sur la base d'un échantillon de 16 pays, la part des administrateurs indépendants dans les conseils d'administrations des entreprises néerlandaises atteint 75 % contre seulement 21 % en Allemagne, soit un écart de plus de 50 points de pourcentage. En moyenne, le taux s'élève à 43 % sur le continent européen, le solde étant réparti entre les dirigeants et anciens dirigeants des groupes sondés, les actionnaires de référence, les salariés ainsi que les « autres » administrateurs jugés « non indépendants ».

D'après Pascal Quiry et Yann Le Fur, coauteur de la lettre mensuelle Vernimmen « La composition des conseils d'administration d'un pays d'Europe à un autre reflète beaucoup les différences culturelles et économiques sur ce continent. Il y a une grande proportion d'administrateurs indépendants (61 %) et de dirigeants (29 %) au Royaume-Uni car il n'y a plus, le plus souvent, d'actionnaires de contrôle ».

À l'inverse, ces derniers « jouent encore un rôle important en France (L'Oréalcute;al, LVMH, Carrefour, Hermès,...), en Espagne (Inditex, Repsol, Endesa,...), en Belgique (AB Inbev, GBL, Solvay,...), d'où une présence forte au sein des conseils d'administration ». En l'occurrence, l'Hexagone se situe en dessous de la moyenne européenne en matière d'indépendance des administrateurs dans les conseils. Le code Afep-Medef est pourtant clair en la matière : « il est important d'avoir au sein du conseil d'administration une proportion significative d'administrateurs indépendants qui non seulement répond à une attente du marché, mais est de nature à améliorer la qualité des délibérations ».

Preuve s'il en est que des efforts restent encore à fournir en la matière sur le plan national, avant même d'envisager des améliorations au niveau européen.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.