Découvrez la céramique d'avant-garde du Japon

 |   |  362  mots
Partout, l'art de la céramique est en plein renouveau. C'est notamment le cas au Japon, où la tradition utilitaire n'est plus de mise. Plusieurs artistes changent la donne: l'occasion de découvrir l'avant garde nippone à des prix encore accessibles. Rendez-vous le 5 novembre, à 14 h 30, à Drouot- Richelieu, salle 4.

Longtemps soumis aux règles immuables de la tradition, l'art japonais est en pleine effervescence. C'est un peu vrai pour la peinture trop longtemps dédiée aux scènes historiques et aux paysages locaux, c'est surtout le cas pour la céramique jusque là confinée à la reproduction des modèles du passé et aux objets utilitaires. Depuis quelques années, les artistes nippons, souvent passés par des écoles occidentales (notamment par la manufacture de Sèvres comme c'est le cas du désormais classique Numata Ichiga dont la vacation présente un traditionnel buste de jeune japonaise (1.000 euros) se sont lancés dans la recherche et proposent des créations d'avant garde, qui intéressent désormais les collectionneurs les plus avertis.

C'est le cas de la céramique, porcelaine et surtout grès, avec des artistes nés après la seconde guerre mondiale. La société de ventes Camard, spécialisée en arts décoratifs du XXème siècle (Art nouveau, Art déco, Design) innove pour conserver son leadership dans ce domaine : le 5 novembre, avec le conseil du spécialiste Yuka Mikagi, elle met aux enchères plus de 300 lots à des prix qui s'échelonnent entre 1.000 et 5.000 euros. Des estimations abordables au regard des céramiques contemporaines d'artistes d'Outre Atlantique ou de Chine notamment dont les prix dépassent couramment les 15.000 euros.

Parmi les pièces les plus représentatives, de cette avant garde nippone on peut signaler une sculpture cubique à décor de carrés émaillés noirs de Kiyomizu (3.200 euros), une sculpture à parois en porcelaine émaillée bleue de Yoshikawa (2.800), un « prélude » en grès à engobes bleu, noir et gris de Hayashi (3.500 euros) un vase en grès à décor de lignes incisées de Sakiyama (3.000 euros) une étrange boule en grès à engobes rouge et noir de Katsumata (2.500 euros) ou, plus classiques, un vase boule torsadée émaillée blanc de Miyajima (1.500), une jarre à glaçure transparente sur pâte d'argile de Matsui (1.800 euros) ou un « Disque » en grès à décor de cordes de fer de Mori (4.000 euros).

Rendez-vous le 5 novembre, 14 h 30, Drouot- Richelieu, salle 4; Renseignements : www.camardetassocies.com

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :