Le gouvernement laisse planer le doute sur l' ISF

 |   |  699  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Principale pierre d'achoppement au sein même de la majorité, la suppression l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), défendue mardi par Nicolas Sarkozy, figure parmi les pistes étudiées par le gouvernement qui envisage la suppression concomitante du bouclier fiscal.

François Baroin a fait en partie machine arrière ce mercredi. Après avoir plaidé ce week-end -comme nombre d'élus de la majorité parlementaire- pour un simple aménagement de l'ISF, le ministre du Budget a déclaré à la sortie du conseil des Ministres que plusieurs scénarios étaient à l'étude, y compris une "suppression complète".

"Tous les scénarios sont encore aujourd'hui sur la table", a assuré François Baroin, qui a rappelé, lors de son compte-rendu du conseil des ministres, que le gouvernement liait le sort de l'ISF à celui du "bouclier fiscal". "Nous travaillons sur le scénario de la suppression complète de l'ISF en parallèle à la suppression complète du bouclier", a-t-il dit. "Nous travaillons sur d'autres scénarios qui sont des aménagements de la fiscalité des plus fortunés."

Le bouclier fiscal plafonne les impôts directs payés par un contribuable à 50% de ses revenus - une mesure taxée de cadeau aux plus riches par l'opposition de gauche et critiquée jusque dans les rangs de la majorité.

Le président Nicolas Sarkozy a promis l'automne dernier une réforme de la fiscalité du patrimoine pour répondre à une forte pression venue de sa majorité, en faveur d'une suppression à la fois du bouclier fiscal et de l'ISF. Le 16 novembre, il a évoqué la création en 2011 d'un impôt sur les revenus et plus-values du patrimoine en contrepartie de la suppression de ces deux dispositif fiscaux.

Toutefois, des ministres jugeaient alors suicidaire, pour la majorité, d'envisager de supprimer l'ISF, impôt populaire dans la "France d'en bas", avant l'élection présidentielle de 2012. Ils ont été rejoints depuis lors par les élus UMP les plus en pointe sur les questions budgétaires et fiscales. En déplacement, mardi, dans la Marne, Nicolas Sarkozy a montré qu'il ne goûtait guère cette frilosité mais est resté flou sur ses intentions réelles.

Le Président incite la majorité à suivre l'exemple des socialistes allemands et espagnols

"L'ISF a été supprimé partout en Europe, par les socialistes allemands en Allemagne et les socialistes espagnols en Espagne", a dit le chef de l'Etat devant un aréopage de patrons de petites et moyennes entreprises. "Ce que les socialistes ont compris en Europe -pas en France- peut-être que la droite et le centre français peuvent le comprendre aussi". Et de fustiger "les forces de l'immobilisme et du conservatisme", qui cherchent selon lui à empêcher les dirigeants politiques de prendre des décisions nécessaires. "Ma capacité à céder est très très faible", a assuré Nicolas Sarkozy, en faisant valoir qu'il entendait "harmoniser les conditions de la concurrence entre la France et l'Allemagne". L'Elysée laisse cependant entendre que le chef de l'Etat n'a pas encore tranché ce débat.

Jean-François Copé pour une double suppression

Le secrétaire général de l'UMP a pour sa part déclaré que s'il était favorable "à titre personnel" à une "suppression progressive du bouclier fiscal et de l'ISF" et à une fiscalité renforcée sur les revenus du patrimoine, il n'envisageait "pas forcément" que ça se fasse en une année. "Il y aura de toutes façons (...) une piste qui sera arbitrée par le président mais on n'est pas encore aujourd'hui dans l'arbitrage final", a ajouté Jean-François Copé.

Le groupe de travail parlementaire de la majorité sur ce dossier, piloté par François Baroin et reçu mardi par le Premier ministre François Fillon, "avance bien", a déclaré de son côté François Baroin. "Nous avons un important travail de défrichage sur la situation du patrimoine des Français, sur les éléments comparatifs de fiscalité, notamment en Europe", a-t-il dit.

Il a confirmé que le gouvernement annoncerait le 3 mars les pistes qu'il écarte, lors d'un colloque réunissant tous les acteurs concernés, et assuré que le calendrier serait tenu. Le projet de texte législatif réformant la fiscalité du patrimoine sera soumis au Conseil d'Etat la deuxième quinzaine d'avril et "probablement" au conseil des ministres dans la première quinzaine de mai, a précisé le ministre du Budget.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :