Téléchargez
notre application
Ouvrir

Des États-Unis polarisés célèbrent le jour de l'indépendance

reuters.com  |   |  357  mots
Des etats-unis polarises celebrent le jour de l'independance[reuters.com]
(Crédits : Tom Brenner)

(Reuters) - Une grande partie de la population américaine est en congé lundi à l'occasion de la fête nationale et s'adonne aux traditionnels barbecues dans les jardins, défilés et feux d'artifice, sur fond de polarisation de la vie politique, certains estimant même la démocratie en danger.

Les conservateurs se réjouissent d'une série de victoires à la Cour suprême des États-Unis, des arrêts historiques ayant mis fin à la constitutionalité du droit à l'avortement, élargi le droit au port d'armes et réduit l'autorité du gouvernement pour réglementer les émissions des centrales électriques.

Dans le même temps, des témoignages présentés à la commission parlementaire en charge d'enquêter sur les événements du 6 janvier 2021 dévoilent que l'ancien président Donald Trump et la foule violente qui le soutenait auraient pu être à deux doigts de renverser l'élection de novembre 2020.

Aujourd'hui, certains conservateurs estiment que les critiques selon lesquelles des extrémistes menacent la démocratie sont exagérées, notant que les démocrates contrôlent la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès.

Cependant, les inquiétudes sont telles que Joe Biden a créé une commission chargée d'étudier une possible réforme de la Cour suprême. Laurence Tribe, professeur de droit à Harvard, était l'un des membres de cette commission et préconise l'élargissement de la Cour pour contrer la tendance conservatrice actuelle.

"Les chances que nous nous enfoncions vraiment, comme l'ont fait d'autres démocraties, sont effroyablement réelles", selon lui.

Charles Fried, un collègue de droit de Harvard qui a autrefois plaidé des affaires devant la Cour suprême pour le compte de l'administration du président républicain Ronald Reagan, est favorable à un changement différent : une limitation des mandats qui ferait passer la durée de la nomination à vie à la Cour suprême à 18 ans.

"Il y a des gens, et je crains que certains d'entre eux siègent à la Cour suprême, qui veulent abroger le XXe siècle", a déclaré Charles Fried.

(Reportage Daniel Trotta, version française Augustin Turpin, édité par Kate Entringer)