Fake news, manipulations... l'art de "vendre des mensonges"

 |   |  297  mots
(Crédits : Reuters)
REPLAY. Les statues édifiées à sa propre gloire par Alexandre le Grand jusqu'à l'absurdité inquiétante des fake news, un large panorama de la manipulation des foules à travers les âges. Ou comment tout pouvoir tend inévitablement à raconter des histoires.

Tout a commencé par l'art pariétal. Dans la grotte d'El Castillo, en Espagne, l'empreinte d'une main peinte au pochoir, datant de plus de quarante mille ans, figure la première création d'un symbole. La propagande - manipulation des signes et exploitation du besoin de croire - allait y trouver sa voie, se multipliant en autant de formes qu'elle connaîtrait de définitions.

"Lavage de cerveau politique", "attaque délibérée contre la complexité de la pensée" ou "main invisible qui conduit à obtempérer sans en avoir conscience" pour certains historiens et spécialistes, la propagande s'ancre peut-être dans "notre capacité à rester sciemment dans l'ignorance".

Inhérente à l'idée même de pouvoir, elle serait aussi essentielle à tout État moderne. Des statues édifiées à sa propre gloire par Alexandre le Grand jusqu'à l'absurdité inquiétante des fake news, ce documentaire richement illustré défait la pelote des fabriques à histoires les plus emblématiques, nommées storytelling par les conseillers en communication d'aujourd'hui.

Illusions et contre-pouvoirs

Outre les célébrations de masse en Corée du Nord, les rumeurs distillées de part et d'autre du mur de Berlin pendant la guerre froide ou les tours de passe-passe de Donald Trump, ce documentaire évoque aussi les manipulations propres à la religion et surtout à l'art, à la fois force d'illusion et contre-pouvoir.

"Tout art est propagande. Il ne s'agit pas de celle d'un État puissant, mais du cœur d'un individu", assène Ai Weiwei, le sculpteur, photographe et blogueur chinois, célèbre pour ses performances anti-establishment. Spécialistes des médias, psychanalystes, philosophes ou artistes activistes commentent avec force, archives à l'appui, les mécanismes de cet art du mensonge aussi vieux que le langage.

Documentaire complet de Larry Weinstein (Allemagne/Canada, 2019, 1h29mn)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 14:11 :
"Répétez un mensonge mille fois et il deviendra vérité" Goebbels (boucher nazi)

Ça manque quand même cruellement de références européennes votre truc hein, alors que les pires fakes news ayant généré le plus de morts ont été matraquées au sein de ce continent !
a écrit le 18/09/2019 à 14:50 :
Un film anti-Propagande qui défend ...une certaine propagande, avec le manichéisme infantile du Bien contre le Mal . On présente d'abord les dictateurs historiques, puis il s'agit de la Corée du Nord, de Che Gevara ,de Trump, de Steve Bannon. Avec couplet sur les fake new (dont H.Clinton en 2016 est à l'origine), les complotistes pro-Trump en Macédoine (Russie épargnée cette fois). Rien sur les armes de destruction massive en Irak et autres motifs de guerre au Moyen Orient, au Japon, au Kosovo. Bref, ce film et cet auteur canadien ne pouvaient se trouver Que sur Arte, qui ne défend que la bonne propagande !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :