Affaire Le Pen : la presse étrangère a suivi le feuilleton "sale" de l'extrême droite française

 |   |  578  mots
Pour Marine Le Pen, la montée de son père sur l'estrade place de l'opéra était une nouvelle provocation.
Pour Marine Le Pen, la montée de son père sur l'estrade place de l'opéra était une nouvelle provocation. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Jean-Marie Le Pen s'est lancé dans une série de diatribes contre sa fille au lendemain de la suspension de son adhésion par les instances du parti qu'il a lui-même fondé. La presse internationale s'est intéressée de très près à cette affaire.

C'est la guerre, au Front ! Jean-Marie Le Pen tire désormais à boulets rouges contre sa fille Marine dont il souhaite même qu'elle ne porte plus son nom de famille. Le fondateur du Front National s'est dit "trahi" après la décision prise, lundi soir, par le bureau exécutif du parti de le suspendre de son statut d'adhérent pour une durée de trois mois.

Depuis, Jean-Marie Le Pen ne décolère pas contre sa fille qu'il veut "répudier". Sur Europe 1, celui qui était encore, il y a 24 heures, le président d'honneur du parti d'extrême droite français, a qualifié de "scandaleux" l'idée même que sa fille accède à l'Elysée en 2017 : "Si de tels principes moraux devaient présider à l'Etat français, ce serait scandaleux" a-t-il ajouté.

La presse internationale

La presse internationale a suivi le feuilleton de cette affaire politique franco-française. Tout en restant factuels, les grands titres ont néanmoins tenté de replacer cette affaire dans son contexte. Le Wall Street Journal constate ainsi que les soutiens de Marine Le Pen n'ont pas obtenu la sanction ultime qu'ils demandaient, à savoir l'exclusion définitive du patriarche.

De son côté, le Financial Times observe une rupture générationnelle au Front National avec, d'un côté, "la vieille garde" et, de l'autre, "une nouvelle génération autour de Marine Le Pen qui a cherché à atténuer la rhétorique xénophobe afin de capturer un électorat plus large". Le quotidien financier britannique juge que Marine Le Pen peut potentiellement dépasser François Hollande en 2017, mais que "son père est devenu un obstacle à sa stratégie".

Les journaux espagnols s'attardent sur l'aspect filial

En Espagne, le quotidien de centre gauche El Pais évoque la dimension filiale de l'affaire Le Pen : "Jean-Marie Le Pen a été humilié par sa propre fille". El Mundo, classé à droite, fait état de la "véhémence" des échanges entre père et fille, en utilisant la même formule pour parler de Marine comme "sa propre fille".

Le journal allemand Der Spiegel, lui, enterre la carrière du vieux patriarche: "C'est la fin d'une carrière, tout autant que celle d'un psycho-drame familial." Le journal titre d'ailleurs sur le "départ d'un clown". Le quotidien national Die Tageszeitung se place sur la même longueur d'onde en parlant d'une "fin longue et sale".

Le temps s'engage sur une analyse plus poussée

Le Temps, le quotidien suisse, a choisi de titrer plus fortement que ses collègues étrangers: "Marine Le Pen doit assumer son «parricide»". Le journal estime que Le Pen père "n'a pas les moyens de fédérer derrière lui une véritable dissidence". Les bons résultats électoraux de la fille permettent de justifier la stratégie de cette dernière.

Le journal suisse juge que Marine Le Pen court néanmoins le risque de s'aliéner la frange dure du Front National.

"Le vieux dilemme de l'extrême droite française resurgit: ou bien demeurer un parti «putschiste», foncièrement opposé à l'évolution multiculturelle et mondialisée de la société hexagonale, ou bien se rapprocher d'une forme de Tea Party à la française, une droite dure parlementaire", écrit Le Temps.

Enfin, le journal s'interroge sur la déchirure filiale, peu compatible avec "ce parti très crispé sur les valeurs de la famille, de la discipline, et du respect des valeurs traditionnelles".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2015 à 11:53 :
au grand dame de la nomenclature du système qui se juge quelle est la bonne société et utilise à fond ses médiats pour diaboliser au maximum sans que cela soit dans les comptes de campagne .Les électeurs voit en direct le système c'est à dire la chape de plomb qui les maintient dans leurs conditions depuis 40 ans sans espoir d'évolution .
a écrit le 06/05/2015 à 9:41 :
Après Dallas,voici ça lasse...

Au delà de véhiculer des idées politiques qui auraient élu Cromagnon président de l'univers,nous voici à présent dans les bas fonds des stratégies belliqueuses...
Il faut prendre des décisions.
Je propose la maison de retraite pour le fondateur,et l'asile pour l'héritière.
( on trouve également de très bonne maison de retraite qui fournissent des camisoles).
En ce qui concerne l'électorat,ils sont nombreux...,je préconise un traitement à base de désintoxication de journal télévisé,et d'immersion dans un quartier de banlieue,une sorte de "khuo lanta" urbaine...ou nos chers frontistes pourront se rendre compte que les noirs ne sont pas cannibales,et que certains arabes vont parfois même travailler.
Pour les cas les plus virulents,le fn à bien des solutions...je ne peux rentrer dans les "détails".
Les Le pen font vraiment de la peine.

a écrit le 06/05/2015 à 7:45 :
Les journaux étrangers parlent plutôt du régime de la terreur qui est en train de s'abattre en France avec la réduction des libertés individuelles et le fichage massif de la population par les socialo communistes et la droite UMP.
a écrit le 05/05/2015 à 17:59 :
Jean-Marie Le Pen est l'homme d'autres temps, on ne peut lui reprocher. Ceux qui voyaient la France aux prises avec toutes les démagogies, celles des rouges et des roses qui assassinaient les pharmaciens en guise d'acte révolutionnaire, celles qui revendiquent jusque dans les livres d'Histoire l'assassinat de milliers de gens durant la révolution de 1789 uniquement pour prendre leur place, celles qui voyaient les fuyards anglais d'hier revenir peu après comme victorieux en dénonçant les autres, en les volant au surplus. Une prise du pouvoir par la violence qui lui a intimé l'ordre de se taire comme à tous les français. Sa longévité en fait un témoin car c'est presque en sourdine qu'il nous "choque" au regard des agissements des donneurs d'ordre qui défendent une justice inventée qu'ils ne respectent pas. Aux crimes discrets entre amis il oppose une bonne foi et une liberté en braillant. Alors s'opère la confusion des esprits entre ce qu'il ne faut pas dire "officiellement" et un sentiment profond qui défend la liberté d'expression qui correspond finalement à une réalité. JMLP nous force à la voir.
Réponse de le 05/05/2015 à 21:59 :
@Coros Votre cadrage est intéressant mais pas suffisamment mis en perspective me semble t-il. Le LE PEN du début est loin très loin, celui qui éructait sur le complot judéo maçonnique.. La fille LE PEN est allée se faire adouber par le numéro 2 de l'AIPAC -ce qui lui a valu dorénavant une visibilité médiatique de tous les instants- puis s'est montrée récemment agitée en marionnette par le bon "Times"..
Les temps d'antenne du FN sur certaines périodes dépassent largement les autres partis majeurs.. Le pied est dans l'étrier, que voulez-vous et pour que rien ne change jamais, ne vous y trompez pas. Surtout pas une sortie de l'Union européenne et c'est en cela que le FN est une imposture qui trompe ses militants..
a écrit le 05/05/2015 à 16:08 :
Embarrassant le papy maintenant que la place est acquise, n'est-ce pas Marine? Marre de ses bourdes, de ses calembours calamiteux, de sa provoc à deux balles. Donc il faut l'évincer. Tout à fait normal. En plus il lui tombe dessus l'histoire du compte en Suisse. La cerise sur le tas d'or. Ca doit être déchirant de devoir renier la personne à qui on doit tout, la vie, le boulot, la fortune et peut-être la présidence de la République.
a écrit le 05/05/2015 à 15:51 :
En France c'est jamais bon de dire ce qu'on pense surtout s'il y a une part de vérité; il vaut mieux faire comme tout le monde et raconter ce qui plait aux adeptes de la pensée unique.
a écrit le 05/05/2015 à 15:23 :
Pourriez vous nous rappeler ce que disait la presse étrangère sur le feuilleton "nauséabond" de l'ump avec Fillon contre Copé ?
a écrit le 05/05/2015 à 14:37 :
Ce n'est pas le feuilleton en soi-même mais les histoires qu'on en fait autour de la famille Le Pen. C'est parisien et c'est ringard. L'autre jour un journaliste m'avait dit en ton de critique que "Marine Le Pen va danser au bal des néo-nazis de Vienne." Moi je l'ai répondu: "Et puis alors? ils sont chez eux là-bas. Pire c'est le soutient d'Israël aux nazis de Kiev et dont vous de la presse ne pipent pas un seul mot dessus." Alors il s'est tu et a filé à l'anglaise….

Le problème Le Pen en France n'est pas réel mais virtuel car il est surenchéri de toutes pièces par les médias. Le FN s’est incrusté, s’incruste et s’incrustera dans les fibres du pays par nos journaux, radios, télés. Sans les médias, l’histoire de la dynastie Le Pen serait un mauvais remake de Dallas dans un manoir de Saint-Cloud, un feuilleton ringard dont plus personne ne voudrait. Continuez à faire la "une" avec les Le Pen, c'est mieux que de la faire avec des faits divers de la banlieue de Cochabamba, quand-même.
Réponse de le 05/05/2015 à 22:09 :
@ Marco: Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement.
a écrit le 05/05/2015 à 14:26 :
Que vient faire cet article dans ce journal de "la finance " ?????
a écrit le 05/05/2015 à 13:33 :
L'umps reprend du poil de la bête et va instrumentaliser la sénilité de Le Pen pour essayer de se maintenir au pouvoir malgré leurs gestions calamiteuses.
a écrit le 05/05/2015 à 13:14 :
Marine la Pen va maintenant pouvoir avancer tranquillement, changer le nom du parti
et ne plus avoir à répondre à un père qui devrait prendre sa retraite.
a écrit le 05/05/2015 à 12:54 :
Nous soutenons dans notre section jean marie , les elus droite dure partagent nos idees, nous sommes a 45% dans nos campagnes
Réponse de le 06/05/2015 à 9:42 :
Campagne...
Le terme est bien choisi...
Réponse de le 06/05/2015 à 9:48 :

Campagne...
Le terme est bien choisi...
a écrit le 05/05/2015 à 12:26 :
Les Lepen et leur magot et des lingots d'or planqués en Suisse et ça se dit français, que sont devenu les cotisations ? non merci, plus jamais !
Réponse de le 05/05/2015 à 15:25 :
Vous pensez sans doute à Bygmalion ?
a écrit le 05/05/2015 à 12:24 :
Dans la famille Le Pen, l'un s'occupera de l'opposition et l'autre de la majorité!
a écrit le 05/05/2015 à 12:00 :
Hé oui, le népotisme, ça peut aussi mener à ce genre de situation ridicule.
a écrit le 05/05/2015 à 11:58 :
il pouvait ceder la place avec elegance et acceder au rang de "heros national"
il a preferé de finir sa carriere comme un vieux degueulasse.....
a écrit le 05/05/2015 à 11:57 :
Loin d'être un électeur du FN, je remarque néanmoins qu'un journal censé d'être "un journal sur des sujets d'économie et finances" comme La Tribune, depuis un certain temps découvre sa vocation pour des sujets non-liés à la sphère économique comme le carnet rose de la famille royale britannique, les querelles de famille entre les Le Pen, le "racisme" d'un Barack Obama, les soupçons de viol des soldats français en Afrique et d'autres perles du genre "Paris Match" ou "Gala".

Le "Titanic" de l'économie des États-Unis se trouve à ce moment à la lisière des chutes de Niagara, c'est infiniment grave pour toutes les économies de la planète et cela fait objet d'analyses dans toutes les publications sérieuses sur économie et finances du monde entier. Nous sommes, peut-être, au bord de l'effondrement du dollar et ce sont des économistes américains parmi les plus réputés qui le disent.

À LT, on préfère plutôt parler des bisbilles entre les Le Pen…. cherchez l'erreur car il y en a une. Désolé, les gars.
a écrit le 05/05/2015 à 11:40 :
Le duel de 2017 sera donc bien entre Sarko et Hollande :-) Autrement dit, une partie de poker menteur pour savoir qui sera l'heureux élu :)
Réponse de le 05/05/2015 à 12:29 :
Soit l'un soit l'autre ils restent des bons et loyaux serviteurs du club Bildenberg. (Oups, quelle indiscrétion !… je pense que mon commentaire sera "modéré"….)
Réponse de le 05/05/2015 à 14:44 :
N'enterrez pas trop vite Alain Juppé qui est une personne extrêmement compétente et qui a ,lui, prouvé qu'il maitrisait parfaitement les sujets.Comme DSK il connait l'économie et saura remettre la France sur les bons rails. De plus sa proximité avec François Bayrou le rend compatible avec une forte proportion de l’électorat français au deuxième tour. Alors que Nicolas Sarkozy provoque chez beaucoup d'électeurs un phénomène de rejet de sa personne ( dont je suis ) dû entre autre à sa gestion calamiteuse de ses cinq années de pouvoir ( 600 milliards de dettes en plus ).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :