Aides sociales : la polémique sème le trouble dans la majorité

Lors d'un séminaire gouvernemental organisé ce mercredi, Édouard Philippe a réfuté tout désaccord avec Gérald Darmanin qui avait déploré qu'il y ait "trop" d'aides sociales et "parfois contradictoires". "La question n'est pas du tout de savoir s'il y a trop ou pas assez d'aides sociales. La question est de savoir si notre modèle fonctionne, s'il est efficace, s'il produit les résultats que nous espérons", selon lui.

4 mn

Dans le cadre du séminaire, M. Philippe a annoncé qu'il recevrait, à la demande du président, au début du mois de juillet chaque ministre pour faire le bilan de l'avancement de la feuille de route (...), vérifier ce qui a été engagé, étudier la suite (...) pour rendre concret et lisible l'action du gouvernement.
Dans le cadre du séminaire, M. Philippe a annoncé qu'il recevrait, "à la demande du président", "au début du mois de juillet chaque ministre pour faire le bilan de l'avancement de la feuille de route (...), vérifier ce qui a été engagé, étudier la suite (...) pour rendre concret et lisible l'action du gouvernement". (Crédits : Reuters)

Edouard Philippe a démenti mercredi tout désaccord au gouvernement sur une potentielle baisse des aides sociales, une perspective qui continue de faire polémique dans les rangs de l'opposition et suscite des réserves dans la majorité.

Système social jugé "inefficace"

La réforme du système social actuel, jugé "inefficace" par le couple exécutif, a été l'un des sujets abordés lors du séminaire gouvernemental sur la "transformation de l'action publique" qui s'est tenu à l'Élysée à la mi-journée autour d'Emmanuel Macron. Deux semaines après un exercice similaire à Matignon, ce rendez-vous gouvernemental est organisé à quelques semaines du très attendu rapport du Comité Action publique 2022 chargé d'identifier des pistes d'économies dans la dépense publique.

Le gouvernement a prévu de diminuer les dépenses publiques de trois points de PIB sur le quinquennat, soit près de 70 milliards d'euros répartis entre État, Sécurité sociale, assurance chômage et collectivités locales. Signe de la sensibilité du sujet, la publication de ce rapport, initialement prévue pour février, a été à plusieurs reprises reportée et devrait être effective au mois de juin.

Les rumeurs sur les pistes qui seront retenues par l'exécutif se sont-elles multipliées ces dernières semaines, alimentées notamment par un rapport de la direction du Budget proposant de réduire les prestations sociales ? À ce rapport se sont greffées plusieurs déclarations alambiquées qui ont semé la confusion. Le 20 mai, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a évoqué une baisse des aides sociales à l'emploi conditionnée à l'amélioration de la situation du marché du travail pour redresser les finances publiques.

Trois jours plus tard, revendiquant une "sensibilité différente", son collègue de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait assuré qu'on ne "touchera pas les prestations socialesdes gens".

Complexité des aides sociales

Gérald Darmanin "a indiqué à juste titre que le foisonnement, la complexité des aides sociales pouvaient devenir un problème", a réagi mercredi Édouard Philippe, démentant tout désaccord au sein de son gouvernement.

Plus globalement, "la question n'est pas de savoir s'il y a trop ou pas assez d'aides sociales, la question c'est de savoir si notre modèle social est efficace, s'il produit les résultats que nous espérons voir se produire, s'il est efficace dans son combat contre la pauvreté", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Dans les rangs de l'opposition, qui dénonce depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron une politique "favorable aux plus riches", la perspective d'une baisse des aides sociales passe mal.

"Il y a la volonté de venir rogner sur les aides des gens qui sont dans la difficulté", a déploré mardi devant la presse le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. "La balance penche toujours du même côté : pour les plus riches, rien n'est assez beau ni assez grand. Pour les autres, c'est toujours trop."

La présidente du Front national, Marine Le Pen, fait quant à elle un lien entre cette thématique et "la politique ultra- libérale et d'austérité qui est imposée par la Commission (européenne) à l'ensemble des pays européens à l'Italie, à la France, avec les résultats électoraux que l'on connaît".

Le sujet fait débat jusqu'au sein du groupe La République en marche (LaRem) de l'Assemblée, où une aile "sociale" commence à se détacher tout en restant pour l'instant solidaire du gouvernement au moment de voter les textes.

"Que le gouvernement travaille sur un système social plus efficace, c'est normal", temporise Pacôme Rupin, député LaRem. "On est tous d'accord pour dire que le système tel qu'il est ne fonctionne pas, qu'il coûte beaucoup trop cher au pays, et donc qu'il faut le transformer". "Pour ceux qui ont besoin des aides sociales, il n'est pas question de les baisser", a-t-il assuré.

(avec agences)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 03/06/2018 à 12:04
Signaler
l'augmentation massive de la CSG ( plus de 20% soit environ 23 à 25 milliards d'euros par an entre 2018 et 2022 ) était censée compenser des baisses de cotisations salariales (chômage et maladie) et assurer le maintien du financement des dépenses soc...

à écrit le 03/06/2018 à 7:38
Signaler
c'est assez surprenant d entendre Gérald darmanin dire que la prime d'activité est une trappe a... l'inactivité !!! or la prime d'activité est donné a ceux qui travaille mais temps partiel, petit revenu auto entrepreneur etc ;.donc ce n'est pas du t...

à écrit le 02/06/2018 à 10:57
Signaler
c'est facile de jouer les généreux avec le fric du pigeon contribuable

à écrit le 01/06/2018 à 15:29
Signaler
Tellement facile de taper sur les plus faibles. Le gouvernement manque du courage pour en finir avec les dépenses somptueuses de la monarchie parlementaire et de ses vassaux d'agents publics qui bénéficient d'avantages et de privilèges injustifiés co...

à écrit le 01/06/2018 à 13:09
Signaler
Le RSA de Xavier Bertrand, si prétentieux ministre de Sarkozy, a remplacé le RMI par le RSA plus couteux. Lequel ruine les départements. Pour prendre prétendument le financer, Il avait flambé la CSG CRDS sur les revenus du patrimoine de 14.2% à 15....

à écrit le 31/05/2018 à 23:47
Signaler
De trou à la ceinture en énième tour de vis... Je ne suis personnellement « bénéficiaire » d’aucune aide sociale, mais force est de constater qu’une partie de nos concitoyens en ont besoin. Jusqu’à quand allons nous nous acharner sur eux ?

le 01/06/2018 à 12:50
Signaler
En quoi s'acharne t on sur eux ???? Les aides sociales sont en constante augmentation quelque soit le gouvernement. Compte tenu de notre dette, je pense qu'il ne serait pas illogique que tout le monde, y compris les bénéficiaires de ces aides, contri...

à écrit le 31/05/2018 à 22:53
Signaler
Ahh macron donner d une main est reprendre Avec leS 2 mains macron a mentis gravement ? Mais ils est trop tard ils est president des riches le Jupiter continue pour macron c est la précarité assuré

le 01/06/2018 à 13:58
Signaler
La France est un pays riche dont les plus pauvres vivent mieux que les nantis du moyen age. Donc oui M Macron est le président des riches, car président de la France. La précarité, c'est savoir que nous détruisons notre ecosystème pour nous vautrer d...

à écrit le 31/05/2018 à 21:21
Signaler
ok, on baisse l aide social, mais dans ce cas on baisse aussi les prélèvements qui vont avec pour les financer...

à écrit le 31/05/2018 à 17:58
Signaler
Je me suis amusé à lister les aides sociales en France. Tellement leur nombre est important que je les mentionne en abrégé : RSA - AAH - ASPA - PTS - ASI - ASS - ADA- ATA - RSO - APL - RSA jeunes actifs - RSA jeunes parents - RSA parents isolés - Aid...

à écrit le 31/05/2018 à 16:16
Signaler
Le problème est: comment retrouver la situation économique que nous avons connue avant les chocs pétroliers? Nous avons, depuis, détesté les riches, les fonctionnaires, les retraités et créé l'ISF, augmenté la CSG, pourchassé les fraudeurs et fait pa...

à écrit le 31/05/2018 à 15:34
Signaler
Plus de tergiversations: on ne peut plus payer car le système est trop cher. Il faut donc baisser progressivement de 5% du PIB pour être au même niveau que l'Allemagne: on économise au moins €100 Mlds et on devient un pays du Tiers Monde. Cordiale...

à écrit le 31/05/2018 à 14:52
Signaler
Ne serait-il pas grand temps de débrancher ce gouvernement de façade qui ne sert à rien sinon suivre la feuille de route de Bruxelles ? https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-...

à écrit le 31/05/2018 à 13:09
Signaler
Faut t'il s'offusquer d'un éventuel désaccord entre différents ministres qui défendent des intérêts contradictoires. C'est pour cela qu'il y a un premier ministre et un président pour trancher.

le 31/05/2018 à 14:18
Signaler
En parlant de contradiction : Glyphosate : trois députées LREM votent contre l’interdiction... qu’elles avaient réclamée ! http://www.leparisien.fr/societe/glyphosate-3-deputees-lrem-votent-contre-l-interdiction-qu-elles-avaient-reclamee-29-05-...

à écrit le 31/05/2018 à 12:31
Signaler
Nul besoin de faire de faux procès sur des sujets aussi importants: regrouper les aides, que l'on puisse enfin comprendre ce qui est donné aux familles les plus démunies, arrêter les saupoudrages scandaleux, type APL, qui coutent trop cher, et ne pro...

à écrit le 31/05/2018 à 12:23
Signaler
A force de creuser les inégalités, on commence à se demander si la violence est la seul solution pour faire changer les choses Il faut vite arrêter cette politique d'austérité et de redistribution aux plus riches avant une révolution très grave.

le 01/06/2018 à 12:58
Signaler
Une politique d'austérité ?? Avec le poids de nos dépenses publiques, un déficit qui frôle les 3 % du Pib et une dette à 97 %... Si un tel niveau de dépense, c'est de l’austérité, je me demande ce qui signifie pour vous être dépensier ???

à écrit le 31/05/2018 à 12:11
Signaler
Il dépense sans compter quand il s'agit de son petit confort, mais il veut que les autres se serrent la ceinture. Le parfait exemple de l'énarque incompétent, inutile et néfaste. Comparez le coût du CICE et de la prime d'activité qu'on rigole... Un...

à écrit le 31/05/2018 à 11:50
Signaler
Supprimer certaines aides n'aura qu'une conséquence, celle de les précipiter dans la misère. Par ailleurs, faire croire que, par miracle, ils se verraient ouvrir les portes de l'emploi en ayant des aides coupées relève du mensonge. Passé 50 ans, c...

à écrit le 31/05/2018 à 11:40
Signaler
Mr 350 000 euros l'avion nous donne des leçons !!! Ce gouvernement déshabille les pauvres pour habiller les riches........et ça continue. Et sinon taxer les potes du CAC 40 qui se gavent c'est pour quand ? ça aiderai pas mal au lieu de toujours tap...

à écrit le 31/05/2018 à 11:30
Signaler
Les Français sont en train de se faire entuber les un après les autres. Ils ne comprennent pas que tout le monde va y passer. Si vous n'êtes pas dans la catégorie de français concernée par une réforme d'appauvrissement, dites vous que votre tour vien...

à écrit le 31/05/2018 à 11:10
Signaler
De toute façon les Français n'ont plus de pouvoir d'achat, alors si on commence a réduire les minimas sociaux c'est la preuve que le gouvernement n'a aucune compassion envers ses compatriotes. Franchement, Macron qui permet les licenciements malgré ...

à écrit le 31/05/2018 à 11:02
Signaler
"Pour ceux qui ont besoin des aides sociales, il n'est pas question de les baisser" Apparemment ,cela laisse entendre que certains touchent des aides sociales alors qu'ils n'ont pas besoin .Etonnant ,puisque pour obtenir ces mêmes aides il faut re...

à écrit le 31/05/2018 à 11:01
Signaler
Le gouvernement ne doit pas détruire les pauvres et la classe moyenne. J'approuve qu'il ne faut pas baisser les prestations car elles sont déjà assez faibles. Il faut aussi mettre un revenu pour les 18-24 ans selon le patrimoine de la personne et d...

à écrit le 31/05/2018 à 10:56
Signaler
Le pouvoir politique est incapable de comprendre le role de l'énergie en économie. Il FAUT impérativement appliquer la note n°6 du CAE qui consiste à répartir le financement des charges sociales sur le travail ET sur la consommation d'énergie. Qui le...

à écrit le 31/05/2018 à 10:55
Signaler
Si le gouvernement baisse le moindre euros dans les aides sociales alors la révolution est amplement justifiée.

à écrit le 31/05/2018 à 10:52
Signaler
Cela fait vivre tellement de sangsues de gauche, qu'on peut comprendre leur émoi à l'annonce d'une réflexion sur ce système qui vit sur le reste de l'économie.

le 31/05/2018 à 12:15
Signaler
a) Tous les citoyens "de gauche" sont des sangsues ? b) Aucun citoyen "de droite" ne bénéficie d'aides sociales? c) Seuls les citoyens votant à droite ou LREM devraient bénéficier d'aides sociales? Lisez les autres commentaires, la plupart très ju...

à écrit le 31/05/2018 à 10:50
Signaler
Hum hier il était difficile de ne pas constater que Philippe doutait de ses propos tout en les annonçant. Comme d'habitude on va nous dire qu'il faut tout réorganiser pour une fois de plus paupériser les français afin de les donner à des gens qui...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.