Aides sociales : la polémique sème le trouble dans la majorité

 |   |  663  mots
Dans le cadre du séminaire, M. Philippe a annoncé qu'il recevrait, à la demande du président, au début du mois de juillet chaque ministre pour faire le bilan de l'avancement de la feuille de route (...), vérifier ce qui a été engagé, étudier la suite (...) pour rendre concret et lisible l'action du gouvernement.
Dans le cadre du séminaire, M. Philippe a annoncé qu'il recevrait, "à la demande du président", "au début du mois de juillet chaque ministre pour faire le bilan de l'avancement de la feuille de route (...), vérifier ce qui a été engagé, étudier la suite (...) pour rendre concret et lisible l'action du gouvernement". (Crédits : Reuters)
Lors d'un séminaire gouvernemental organisé ce mercredi, Édouard Philippe a réfuté tout désaccord avec Gérald Darmanin qui avait déploré qu'il y ait "trop" d'aides sociales et "parfois contradictoires". "La question n'est pas du tout de savoir s'il y a trop ou pas assez d'aides sociales. La question est de savoir si notre modèle fonctionne, s'il est efficace, s'il produit les résultats que nous espérons", selon lui.

Edouard Philippe a démenti mercredi tout désaccord au gouvernement sur une potentielle baisse des aides sociales, une perspective qui continue de faire polémique dans les rangs de l'opposition et suscite des réserves dans la majorité.

Système social jugé "inefficace"

La réforme du système social actuel, jugé "inefficace" par le couple exécutif, a été l'un des sujets abordés lors du séminaire gouvernemental sur la "transformation de l'action publique" qui s'est tenu à l'Élysée à la mi-journée autour d'Emmanuel Macron. Deux semaines après un exercice similaire à Matignon, ce rendez-vous gouvernemental est organisé à quelques semaines du très attendu rapport du Comité Action publique 2022 chargé d'identifier des pistes d'économies dans la dépense publique.

Le gouvernement a prévu de diminuer les dépenses publiques de trois points de PIB sur le quinquennat, soit près de 70 milliards d'euros répartis entre État, Sécurité sociale, assurance chômage et collectivités locales. Signe de la sensibilité du sujet, la publication de ce rapport, initialement prévue pour février, a été à plusieurs reprises reportée et devrait être effective au mois de juin.

Les rumeurs sur les pistes qui seront retenues par l'exécutif se sont-elles multipliées ces dernières semaines, alimentées notamment par un rapport de la direction du Budget proposant de réduire les prestations sociales ? À ce rapport se sont greffées plusieurs déclarations alambiquées qui ont semé la confusion. Le 20 mai, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a évoqué une baisse des aides sociales à l'emploi conditionnée à l'amélioration de la situation du marché du travail pour redresser les finances publiques.

Trois jours plus tard, revendiquant une "sensibilité différente", son collègue de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait assuré qu'on ne "touchera pas les prestations socialesdes gens".

Complexité des aides sociales

Gérald Darmanin "a indiqué à juste titre que le foisonnement, la complexité des aides sociales pouvaient devenir un problème", a réagi mercredi Édouard Philippe, démentant tout désaccord au sein de son gouvernement.

Plus globalement, "la question n'est pas de savoir s'il y a trop ou pas assez d'aides sociales, la question c'est de savoir si notre modèle social est efficace, s'il produit les résultats que nous espérons voir se produire, s'il est efficace dans son combat contre la pauvreté", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Dans les rangs de l'opposition, qui dénonce depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron une politique "favorable aux plus riches", la perspective d'une baisse des aides sociales passe mal.

"Il y a la volonté de venir rogner sur les aides des gens qui sont dans la difficulté", a déploré mardi devant la presse le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. "La balance penche toujours du même côté : pour les plus riches, rien n'est assez beau ni assez grand. Pour les autres, c'est toujours trop."

La présidente du Front national, Marine Le Pen, fait quant à elle un lien entre cette thématique et "la politique ultra- libérale et d'austérité qui est imposée par la Commission (européenne) à l'ensemble des pays européens à l'Italie, à la France, avec les résultats électoraux que l'on connaît".

Le sujet fait débat jusqu'au sein du groupe La République en marche (LaRem) de l'Assemblée, où une aile "sociale" commence à se détacher tout en restant pour l'instant solidaire du gouvernement au moment de voter les textes.

"Que le gouvernement travaille sur un système social plus efficace, c'est normal", temporise Pacôme Rupin, député LaRem. "On est tous d'accord pour dire que le système tel qu'il est ne fonctionne pas, qu'il coûte beaucoup trop cher au pays, et donc qu'il faut le transformer". "Pour ceux qui ont besoin des aides sociales, il n'est pas question de les baisser", a-t-il assuré.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2018 à 12:04 :
l'augmentation massive de la CSG ( plus de 20% soit environ 23 à 25 milliards d'euros par an entre 2018 et 2022 ) était censée compenser des baisses de cotisations salariales (chômage et maladie) et assurer le maintien du financement des dépenses sociales .
or que veut faire maintenant le Gouvernement ?
il veut diminuer certains financements de dépenses sociales dans une proportion importante comme les aides à l'emploi et l'indemnisation des chômeurs , le déremboursement de médicaments , les aides au logement , etc ....
les français pourront mesurer bientôt s'ils ont ou pas été bernés .
a écrit le 03/06/2018 à 7:38 :
c'est assez surprenant d entendre Gérald darmanin dire que la prime d'activité est une trappe a... l'inactivité !!! or la prime d'activité est donné a ceux qui travaille mais temps partiel, petit revenu auto entrepreneur etc ;.donc ce n'est pas du tout des gens qui ne foutent rien! c'est là que l'on comprend la mauvaise foi de Darmanin ou alors il ne connait pas le dossier ce qui est tout aussi grave !! cette prime d'activité permet de réduirela pauvreté ( fixer en dessous de 900 euros ) bcp de gens ont des contrats a 500 euros par mois cela leur permet d'avoir 200 euros de plus avec la prime ce qui leur permet d'avoir un leger plus.
Par ailleurs macron ne cesse de parler de formation .. il va dépenser bcp d'argent dans la formation ..sauf que cela a déja été fait sous mittérand et que ca na pas marcher !! tout le monde sait aussi ou va aller cette argent de la formation donnait par l'état..ca sera les dirigeants qui en profiteront ( d'ailleurs pourquoi les mouvements politique ouvrent des centres de formation marion maréchal insoumis etc car ils savent que dans qq temps ils auront de l'argent de l'état ..qu'ils prendront pour eux et leur centre de formation leur école n'est que vent , bidon et cie !
a écrit le 02/06/2018 à 10:57 :
c'est facile de jouer les généreux avec le fric du pigeon contribuable
a écrit le 01/06/2018 à 15:29 :
Tellement facile de taper sur les plus faibles. Le gouvernement manque du courage pour en finir avec les dépenses somptueuses de la monarchie parlementaire et de ses vassaux d'agents publics qui bénéficient d'avantages et de privilèges injustifiés comme le dit très bien le FMI et L'OCDE. On le voit très bien avec la réforme de pacotille de la sncf. Macron comme ses prédécesseurs ne veut pas taper dur pour faire des économies avec les administrations publiques ainsi que de l'état. Le gouvernement tremble ainsi va le titanic France et sa dette astronomique...
a écrit le 01/06/2018 à 13:09 :
Le RSA de Xavier Bertrand, si prétentieux ministre de Sarkozy, a remplacé le RMI par le RSA plus couteux. Lequel ruine les départements. Pour prendre prétendument le financer, Il avait flambé la CSG CRDS sur les revenus du patrimoine de 14.2% à 15.5% ( à présent 17.2% depuis le 1/01)
a écrit le 31/05/2018 à 23:47 :
De trou à la ceinture en énième tour de vis...
Je ne suis personnellement « bénéficiaire » d’aucune aide sociale, mais force est de constater qu’une partie de nos concitoyens en ont besoin.
Jusqu’à quand allons nous nous acharner sur eux ?
Réponse de le 01/06/2018 à 12:50 :
En quoi s'acharne t on sur eux ???? Les aides sociales sont en constante augmentation quelque soit le gouvernement. Compte tenu de notre dette, je pense qu'il ne serait pas illogique que tout le monde, y compris les bénéficiaires de ces aides, contribue à la diminution de nos dépenses publiques.
a écrit le 31/05/2018 à 22:53 :
Ahh macron donner d une main est reprendre Avec leS 2 mains macron a mentis gravement ? Mais ils est trop tard ils est president des riches le Jupiter continue pour macron c est la précarité assuré
Réponse de le 01/06/2018 à 13:58 :
La France est un pays riche dont les plus pauvres vivent mieux que les nantis du moyen age. Donc oui M Macron est le président des riches, car président de la France. La précarité, c'est savoir que nous détruisons notre ecosystème pour nous vautrer dans le gaspillage (smartphone-voiture pour tous) et que, de ce fait, nous détruisons les vrais richesses de notre pays tout en laissant des dettes aux générations futures.
a écrit le 31/05/2018 à 21:21 :
ok, on baisse l aide social, mais dans ce cas on baisse aussi les prélèvements qui vont avec pour les financer...
a écrit le 31/05/2018 à 17:58 :
Je me suis amusé à lister les aides sociales en France. Tellement leur nombre est important que je les mentionne en abrégé : RSA - AAH - ASPA - PTS - ASI - ASS - ADA- ATA - RSO - APL - RSA jeunes actifs - RSA jeunes parents - RSA parents isolés - Aides à retrouver sur p.gouv
a écrit le 31/05/2018 à 16:16 :
Le problème est: comment retrouver la situation économique que nous avons connue avant les chocs pétroliers? Nous avons, depuis, détesté les riches, les fonctionnaires, les retraités et créé l'ISF, augmenté la CSG, pourchassé les fraudeurs et fait payer les délinquants automobilistes (nous, en l'occurrence). Notre chance unique réside en cette immigration désespérée qui ne recherche que SECURITE, TRAVAIL et LOGEMENT. Bien sur, on ne pourra leur accorder cette PROVIDENCE qu'avec des "contrats de présence aux conditions négociées avec les syndicats" et la réduction de nombre d'aides qui pèsent sur les quelques foyers qui payent l'impôt...Mais encore faudra-t-il trouver l'Homme qui saura nous sortir de notre douloureuse tristesse et susciter confiance et enthousiasme!
a écrit le 31/05/2018 à 15:34 :
Plus de tergiversations: on ne peut plus payer car le système est trop cher.
Il faut donc baisser progressivement de 5% du PIB pour être au même niveau que l'Allemagne: on économise au moins €100 Mlds et on devient un pays du Tiers Monde.
Cordialement
a écrit le 31/05/2018 à 14:52 :
Ne serait-il pas grand temps de débrancher ce gouvernement de façade qui ne sert à rien sinon suivre la feuille de route de Bruxelles ?
https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019
a écrit le 31/05/2018 à 13:09 :
Faut t'il s'offusquer d'un éventuel désaccord entre différents ministres qui défendent des intérêts contradictoires.

C'est pour cela qu'il y a un premier ministre et un président pour trancher.
Réponse de le 31/05/2018 à 14:18 :
En parlant de contradiction :

Glyphosate : trois députées LREM votent contre l’interdiction... qu’elles avaient réclamée !

http://www.leparisien.fr/societe/glyphosate-3-deputees-lrem-votent-contre-l-interdiction-qu-elles-avaient-reclamee-29-05-2018-7741749.php
a écrit le 31/05/2018 à 12:31 :
Nul besoin de faire de faux procès sur des sujets aussi importants: regrouper les aides, que l'on puisse enfin comprendre ce qui est donné aux familles les plus démunies, arrêter les saupoudrages scandaleux, type APL, qui coutent trop cher, et ne profitent pas aux plus démunis, bloquer les réévaluations à zéro sur les dix prochaines années (certains dispositifs doivent être traités en extinction), et revenir aux bases: on est pas nécessiteux si on ne fait pas partie des 20% de la population les plus démunis! (la réforme de la taxe d'habitation a été une vraie bêtise populiste!).
a écrit le 31/05/2018 à 12:23 :
A force de creuser les inégalités, on commence à se demander si la violence est la seul solution pour faire changer les choses
Il faut vite arrêter cette politique d'austérité et de redistribution aux plus riches avant une révolution très grave.
Réponse de le 01/06/2018 à 12:58 :
Une politique d'austérité ?? Avec le poids de nos dépenses publiques, un déficit qui frôle les 3 % du Pib et une dette à 97 %... Si un tel niveau de dépense, c'est de l’austérité, je me demande ce qui signifie pour vous être dépensier ???
a écrit le 31/05/2018 à 12:11 :
Il dépense sans compter quand il s'agit de son petit confort, mais il veut que les autres se serrent la ceinture. Le parfait exemple de l'énarque incompétent, inutile et néfaste.
Comparez le coût du CICE et de la prime d'activité qu'on rigole...
Un gouvernement est là pour répartir les richesses du pays.
En France le gouvernement fait l'inverse, il se gave sur le dos de la population.
Macron et son gouvernement sont cyniques et dangereux et préfèrent aider Bruxelles plutôt que ses propres compatriotes.
a écrit le 31/05/2018 à 11:50 :
Supprimer certaines aides n'aura qu'une conséquence, celle de les précipiter dans la misère.
Par ailleurs, faire croire que, par miracle, ils se verraient ouvrir les portes de l'emploi en ayant des aides coupées relève du mensonge.
Passé 50 ans, c'est terminé, et à part devenir entrepreneur individuel avec toute la difficulté de gagner dignement sa vie, il n'y a pas beaucoup de perspectives.
Le gouvernement doit montrer l'exemple et réduire le nombre et le salaire des ministres, secrétaires d'état, élus, hauts fonctionnaires.
a écrit le 31/05/2018 à 11:40 :
Mr 350 000 euros l'avion nous donne des leçons !!!
Ce gouvernement déshabille les pauvres pour habiller les riches........et ça continue.
Et sinon taxer les potes du CAC 40 qui se gavent c'est pour quand ? ça aiderai pas mal au lieu de toujours taper sur les plus faibles. GDF Suez offre 22 milliard a ses actionnaires en dix ans et augmente le prix du gaz.
Vers quel type de société souhaitons-nous aller ?
Toujours plus pour les plus riches et toujours moins pour la classe moyenne et les pauvres.
a écrit le 31/05/2018 à 11:30 :
Les Français sont en train de se faire entuber les un après les autres. Ils ne comprennent pas que tout le monde va y passer. Si vous n'êtes pas dans la catégorie de français concernée par une réforme d'appauvrissement, dites vous que votre tour viendra bientôt alors au lieu de cracher sur ceux qui tentent de se battre pour préserver leurs droits, vous feriez mieux de les soutenir sinon vous y passerez aussi. Fonctionnaires, chômeurs bientôt les retraites avec un système à points... Le seul but est de vous vider les poches. Le diesel a 1.5€, le nouveau contrôle technique, la CSG, la baisse des 5 euros d'APL, voilà les méthodes de ce gouvernement, toujours plus de taxes, toujours moins de social et à la fin : allez bosser du matin au soir pour avoir juste assez pour vous loger et vous nourrir, éviter au maximum d'avoir à aller à l'hôpital parce que ça va vous coûter un bras, éviter de prendre votre voiture parce que l'essence coûte plus cher que le coca, ne comptez plus sur l'aide des grands parents ils aident déjà l'état. Quel va être le point de rupture du peuple français ? Sont ils devenus à ce point des moutons sans âmes ?
a écrit le 31/05/2018 à 11:10 :
De toute façon les Français n'ont plus de pouvoir d'achat, alors si on commence a réduire les minimas sociaux c'est la preuve que le gouvernement n'a aucune compassion envers ses compatriotes.
Franchement, Macron qui permet les licenciements malgré le bénéfice de plusieurs milliards d'euros dans les très grandes entreprises et veut ensuite réduire les minimas sociaux pour les personnes dans la précarité.
Macron ne veut pas réduire la pauvreté mais clairement augmenter la pauvreté en France
a écrit le 31/05/2018 à 11:02 :
"Pour ceux qui ont besoin des aides sociales, il n'est pas question de les baisser"

Apparemment ,cela laisse entendre que certains touchent des aides sociales alors qu'ils n'ont pas besoin .Etonnant ,puisque pour obtenir ces mêmes aides il faut remplir des criteres très stricts par des organismes comme la CAF ,sinon, c'est niet.En tout cas ce Rupin porte bien son nom.
a écrit le 31/05/2018 à 11:01 :
Le gouvernement ne doit pas détruire les pauvres et la classe moyenne.
J'approuve qu'il ne faut pas baisser les prestations car elles sont déjà assez faibles.
Il faut aussi mettre un revenu pour les 18-24 ans selon le patrimoine de la personne et de la famille, je rappelle que la France fait partie des 2 ou 3 derniers pays de l'OCDE à ne pas avoir mis les minimas sociaux pour cette catégorie d'age et c'est une erreur.
Oui il faut permettre à chaque Français d'avoir au minimum un revenu décent d'au moins 600 euros par personne et par mois pour subvenir aux besoins vitaux.
Le gouvernement doit aider justement et lutter contre le trafic de drogue, le travail dissimulé et l'exil fiscal.
La France doit montrer l'exemple au monde entier que nous pouvons éradiquer définitivement l'extrême pauvreté.
a écrit le 31/05/2018 à 10:56 :
Le pouvoir politique est incapable de comprendre le role de l'énergie en économie. Il FAUT impérativement appliquer la note n°6 du CAE qui consiste à répartir le financement des charges sociales sur le travail ET sur la consommation d'énergie. Qui le comprendra? Il faut changer de gouvernement.
a écrit le 31/05/2018 à 10:55 :
Si le gouvernement baisse le moindre euros dans les aides sociales alors la révolution est amplement justifiée.
a écrit le 31/05/2018 à 10:52 :
Cela fait vivre tellement de sangsues de gauche, qu'on peut comprendre leur émoi à l'annonce d'une réflexion sur ce système qui vit sur le reste de l'économie.
Réponse de le 31/05/2018 à 12:15 :
a) Tous les citoyens "de gauche" sont des sangsues ?
b) Aucun citoyen "de droite" ne bénéficie d'aides sociales?
c) Seuls les citoyens votant à droite ou LREM devraient bénéficier d'aides sociales?
Lisez les autres commentaires, la plupart très justes. Et je doute que ce journal soit un repaire gauchistes.
a écrit le 31/05/2018 à 10:50 :
Hum hier il était difficile de ne pas constater que Philippe doutait de ses propos tout en les annonçant.

Comme d'habitude on va nous dire qu'il faut tout réorganiser pour une fois de plus paupériser les français afin de les donner à des gens qui vont immédiatement frauder le fisc.

Macron c'est bidon et tout le monde le voit et l’acharnement des médias à ne pas nous le montrer ne fait qu'encore plus l'afficher...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :