Débat sur les aides sociales : Edouard Philippe refuse la "politique du rabot"

Le Premier ministre a reconnu que le modèle sociale "ne fonctionne pas bien". Il souhaite un débat sur "le sens et l'efficacité des politiques publiques" en matières d'aides sociales, mais ne veut pas d'une "politique du rabot". Il juge que la conjoncture est propice à un tel débat.
Edouard Philippe estime que le modèle social français s'est trop concentré sur la distribution d'indemnités et pas assez sur l'accompagnement.
Edouard Philippe estime que le modèle social français s'est trop concentré sur la distribution d'indemnités et pas assez sur l'accompagnement. (Crédits : Stephane Mahe)

Le Premier ministre Edouard Philippe, interrogé sur le débat au sein du gouvernement sur une diminution des aides sociales, estime dans une interview au Journal du dimanche que le modèle social français "ne fonctionne pas bien" et qu'il ne suffit pas d'indemniser les personnes sans ressources pour les réinsérer.

"Dans une période de croissance retrouvée, de baisse du chômage, de reprise de l'investissement, il est bon de se poser calmement la question du sens et de l'efficacité des politiques publiques", dit le chef du gouvernement.

"Malgré le niveau très élevé des aides sociales, notre modèle social ne fonctionne pas bien."

Il cite en exemple les allocataires du revenu de solidarité active (RSA) qui, pour beaucoup, "attendent plus de six mois un rendez-vous pour pouvoir être accompagnés vers le retour à une activité". "C'est absurde", dit-il.

Pas de politique du "rabot"

"On a trop longtemps cru qu'il suffisait d'indemniser des personnes sans ressources pour les réinsérer. On raisonne trop souvent en termes de distribution d'argent, pas assez en termes d'accompagnement", ajoute-t-il. "C'est vrai pour les aides sociales comme pour les aides aux entreprises."

Sans se prononcer sur une baisse des prestations sociales, il précise qu'il refusera toute "politique du rabot".

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a nourri les reproches de l'opposition de gauche et de certains députés de sa majorité en déclarant dimanche dernier envisager de réduire les prestations dans le domaine de l'emploi si la conjoncture économique le permettait pour contribuer à l'amélioration des finances publiques.

Tentant d'apaiser les tensions, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a assuré mercredi que le gouvernement ne toucherait pas aux prestations sociales mais devait travailler, avec le reflux du chômage, à une réforme de dispositifs comme la prime d'activité.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 30/05/2018 à 9:44
Signaler
Pendant ce temps : Nouvelle hausse. Après +0,4% en mai, les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, vont augmenter de 2,1% en juin, répercutant la hausse des prix de gros, a annoncé mardi ...

à écrit le 28/05/2018 à 18:20
Signaler
C'est exactement la même situation lorsque l'on verse des subventions à des gens qui ont de gros patrimoines, céréaliers, arboriculteurs, patrons marins pêcheurs, transporteurs etc

à écrit le 28/05/2018 à 16:12
Signaler
Il y a trop de social dans notre pays ,les Français sont trop habitués à ouvrir les bras . Il y a des limites dans l'aide aux Français ils ont trop prit l'habitude de recevoir sans travailler .

à écrit le 28/05/2018 à 15:13
Signaler
les aides sociales ! tout à été déjà raboté . comment les gens vont faire face aux factures mensuelles d, un ménage à ce gouvernement il aura fabriquer de la pauvreté

à écrit le 28/05/2018 à 11:37
Signaler
Bonjour, c’est vrai que la solution du rabot ressemble au raccommodage «  des chaussettes » il y a cependant «  une solution » aujourd’hui l’incapacité «  de créer des emplois pour tous et toutes en France » vient des «  innovations numériques «  ...

à écrit le 28/05/2018 à 10:46
Signaler
Repenser les aides publiques, et même si les Lrem s'en défendent, c'est évidemment Rogner, Raboter, Dégauchir, Poncer, Amincir... des actions réductrices. Cependant, à trop vouloir réduire, ça finit toujours par casser. Désormais nous savons que Macr...

à écrit le 28/05/2018 à 8:35
Signaler
Il faut couper toutes les aides sociales non dirigées vers les 20% les plus nécessiteux.. c'est aussi simple que cela.

à écrit le 28/05/2018 à 7:25
Signaler
Le problème n'est pas de réduire les prélèvements, mais de les répartir autrement. Il faut répartir les prélèvements sur la production, à la charge des entreprises, et sur la consommation, à la charge des ménages. Voir la note n°6 du CAE. Cela impliq...

à écrit le 28/05/2018 à 7:01
Signaler
Il faut appliquer la note n°6 du CAE, avec une allocation universelle pour respecter l'équité. ll n'y a pas d'autre solution. Cela règle beaucoup de problèmes, le chomage, le climat, le retour de la croissance, les retraites...

à écrit le 28/05/2018 à 2:39
Signaler
oui nous sommes prêts à un tel débat : vous pouvez supprimer tous les ponctionnaires sans problèmes : tous ces robots qui nous tuent !!!

à écrit le 27/05/2018 à 23:20
Signaler
Le gvt ne touchera pas...tout en touchant.....mais un jurant qu'il ne touche pas 😁😎

à écrit le 27/05/2018 à 21:42
Signaler
Des aides sociales distribuées au frais du contribuable moyen qui lui ne perçoit n y alloc n y apl ou autres aides mais par contre perçoit le bruit des sono de voitures passant sous sa fenêtre ou le bruit de rodeo de moto ou quad la journee comme la ...

à écrit le 27/05/2018 à 19:45
Signaler
"Le Premier ministre a reconnu que le modèle sociale "ne fonctionne pas bien"." Donc selon le dogme néolibérale il faut leur donner moins et leur demander plus. "Disqualifier pour mieux dominer: Le complotisme de l’anticomplotisme" https://ww...

à écrit le 27/05/2018 à 18:16
Signaler
Opération testing d'opinion sur les aides socials. Ils ne donnent pas leurs pistes mais regardent comment réagissent leurs électeurs. Tout est dans le tacte, méthode en marche avec des bottes sur des oeufs. Vous sentez venir la trappe à SDF et aux...

à écrit le 27/05/2018 à 15:12
Signaler
Le gouvernement ne doit pas détruire les pauvres et la classe moyenne. J'approuve qu'il ne faut pas baisser les prestations car elles sont déjà assez faibles. Il faut aussi mettre un revenu pour les 18-24 ans selon le patrimoine de la personne et d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.