Alain Juppé : « J'instaurerai un dispositif "zéro charge" patronale au niveau du Smic »

A quelques heures du débat d'entre-deux tours de la primaire de la droite et du centre, La Tribune republie une interview d'Alain Juppé réalisée en mai dernier. Le favori des sondages d'alors décrit les grandes lignes de son programme de réformes, de la durée légale du travail, qu'il souhaite fixer à 39 heures par semaine, à la suppression de l'ISF en passant par les baisses d'impôts pour les entreprises.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)

[Entretien publié le 20 mai 2016]

LA TRIBUNE - François Hollande n'arrête pas de dire « ça va mieux ». Partagez-vous ce diagnostic ?

ALAIN JUPPÉ - Je ne partage pas du tout ce sentiment, comme d'ailleurs une grande majorité des Français. Comment affirmer que la France va mieux avec un taux de chômage de 10%, 600.000 chômeurs de plus depuis le début du quinquennat, 5,5 millions de personnes en sous-emploi ? L'investissement reste toujours en panne, les déficits publics ne sont pas maîtrisés - ce qui nous a valu une mise en garde de la Commission européenne. Sans parler du fait que le pouvoir est discrédité, car la politique menée est à l'encontre de ce qu'il avait annoncé en 2012. À l'époque c'était « halte à la finance ! », et maintenant c'est « vive Macron ! ». Je peux comprendre le désarroi des électeurs socialistes. Tout cela correspond donc à un optimisme de commande.

Vous êtes donc très pessimiste pour l'avenir du pays ?

Non, à condition de prendre les bonnes décisions et de les exécuter ! La France possède de grands atouts. Nous sommes la sixième économie mondiale, notre démographie est dynamique, nous sommes la première puissance touristique, au moins en nombre de visiteurs. Et, surtout, il y a un formidable esprit d'entreprendre dans la nouvelle génération. Nous avons donc un taux de création d'entreprises très fort. C'est un immense potentiel, actuellement étouffé par un carcan réglementaire, qu'il faut libérer.

Votre programme, justement, vise à la création d'emplois, mais, à la différence de certains de vos concurrents pour la primaire de la droite, vous maintenez une durée légale du travail fixée à 39 heures. Pourquoi ce choix ?

Mais, je suis précisément le plus audacieux en gardant une durée légale qui sera portée à 39 heures ! Car ce sera une incitation pour les entreprises à négocier, et sans cette référence, il ne se passerait rien. À elles, par la négociation, de fixer le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Si elles ne le font pas, alors ce sera légalement au-dessus de 39 heures. L'augmentation du temps de travail sera synonyme d'une augmentation des salaires et de pouvoir d'achat pour les salariés qui travaillaient 35 heures, puisque, évidemment chaque heure de travail sera payée. S'agissant du marché du travail, je veux provoquer un déclic de confiance, le plus vite possible après l'élection de 2017, pour lever les freins à l'embauche. Pour aller plus loin que la loi El Khomri, très insuffisante par rapport à sa première version, je propose un CDI sécurisé avec des motifs de licenciement prédéfinis, ainsi que le plafonnement des indemnités prud'homales et le référendum d'entreprise à l'initiative de l'employeur, qui aura force obligatoire.

Vous êtes très prudent aussi concernant les baisses d'impôts des ménages et vous privilégiez plutôt les entreprises...

Je sais bien que nous sommes à l'ère des promesses, mais ce n'est pas mon style. Nous sommes à la merci de la moindre remontée des taux d'intérêt, et je ne veux pas laisser une dette insupportable aux générations futures. C'est pourquoi une baisse des prélèvements à hauteur de 28 milliards d'euros me paraît raisonnable. Alors oui, ma priorité c'est l'emploi et l'amélioration de la compétitivité de nos entreprises. C'est la raison pour laquelle je concentre la majeure partie des baisses d'impôts sur les entreprises. Mais je n'oublie pas les particuliers, et surtout les classes moyennes qui ont été « matraquées », en proposant de relever le plafond du quotient familial de 1.500 à 2.500 euros par demi-part supplémentaire et en augmentant les allégements de cotisations sociales des particuliers employeurs, alors que la politique de la gauche a fait disparaître des milliers d'emplois de services à la personne. Je n'oublie pas non plus les indépendants dont je veux baisser les cotisations de deux milliards d'euros, ce qui signifie pour eux une hausse équivalente de pouvoir d'achat.

Et donc, pour les entreprises ?

Je propose de transformer le CICE et les allégements généraux en une baisse de charges pérenne, concentrée sur les salaires compris entre 1 et 1,8 Smic, afin de permettre le recrutement de ceux qui sont peu qualifiés. J'instaurerai un dispositif « zéro charge » patronale au niveau du Smic. Je veux aussi transférer par étapes le financement de la protection sociale vers l'impôt. Je commencerai par basculer plus de dix milliards d'euros de cotisations « famille » - soit un gros tiers du total. Cette mesure sera financée par une augmentation d'un point du taux normal de la TVA.

Je veux aussi qu'en matière d'impôt sur les sociétés, la France converge progressivement vers la moyenne européenne, 22%. Je proposerai, dans un premier temps, un taux de 24% pour les PME et de 30% pour les plus grosses. Au lieu de 36% avec la majoration actuelle.

Toujours en matière de fiscalité, je trouve aberrant de vouloir taxer les revenus du capital au même niveau que ceux du travail. Car on oublie que le capital est taxé à sa constitution, à sa cession avec les plus-values ou à sa transmission avec les droits de succession, ou encore pour sa détention avec l'ISF. Je propose de revenir à une taxation forfaitaire, que certains appellent la « flat tax », sur les revenus de l'investissement et les dividendes.

Pour les dividendes, le taux sera fixé à un niveau proche de ce qu'il était avant 2012, soit autour de 20%, hors prélèvements sociaux. Pour les plus-values, la taxation sera dégressive avec la durée de détention, avec l'objectif de n'être plus imposé qu'au taux de 25%, prélèvements sociaux inclus, au bout de six ans.

Vous voulez aussi supprimer l'ISF, comme d'autres. Pourtant, il permet de financer les PME...

On ne peut pas justifier un mauvais impôt par le fait qu'il comporte une « bonne » niche fiscale ! Oui, avec cette mesure, je prends un risque politique, car je sais que les Français n'y sont pas favorables et estiment normal que l'on fasse payer les riches. Mais c'est un impôt qui est devenu confiscatoire avec la baisse des taux de rendement, compte tenu de son barème, malgré le plafonnement. Depuis sa création, l'ISF a fait fuir des milliers de détenteurs de capitaux qui auraient pu investir en France. Le coût de sa suppression dès 2018 sera élevé, 5,1 milliards d'euros, mais sera compensé par le pari d'un retour sur investissement dans nos entreprises et nos emplois. Quant au dispositif ISF-PME, qui permet de déduire de l'ISF les montants investis dans une PME, je le remplacerai par un accroissement de la réduction d'impôt sur le revenu, qui existe déjà pour encourager les business angels. La réduction d'IR maximale sera ainsi portée à 63.000 euros. L'aide sera équivalente aux 500 millions d'euros de l'actuel ISF-PME. De même, le dispositif ISF qui encourage le financement des organismes d'intérêt général bénéficiera d'un mécanisme équivalent au titre de l'IR.

Je veux aussi encourager l'actionnariat salarié en réduisant de 20% à 16% les prélèvements sociaux payés par l'entreprise et en relevant fortement le plafond d'exonération des plus-values des salariés au-delà de cinq ans de détention des actions.

Que proposez-vous pour mieux encadrer la nouvelle économie sans l'entraver ?

Cette nouvelle économie, c'est une nouvelle croissance et de nouveaux emplois. C'est une transformation qui va tout changer, tout ! De la révolution numérique dans les usines au commerce en passant par la santé, nous entrons dans un monde nouveau.

C'est la même chose que la révolution écologique avec le changement climatique. Notre modèle de croissance devra être « COP21 compatible ». Il va falloir nous adapter. La production et la consommation en sortiront bouleversées, tout comme le travail. On me parle de l'expérience au Canada, où j'ai passé quelques années, où, via la technologie Blockchain, des particuliers s'échangent directement de l'électricité solaire qu'ils produisent. Les imprimantes 3D - qui s'étendent jusqu'à l'alimentation ! -, me fascinent. Il ne faut pas avoir peur de ces changements, mais traiter les défis qu'ils nous posent : quelles seront les conséquences pour l'emploi ? Comment protéger notre vie privée face à la masse des données et à la cybercriminalité ?

Il nous faut donc renforcer l'éducation au numérique, pas seulement par la mise à disposition de tablettes, mais réellement, dès l'école. Nous devons aussi mieux identifier les filières stratégiques où la formation doit être prioritaire. Il faut bien sûr renforcer toutes les mesures en faveur de l'innovation, comme le Programme des investissements d'avenir, que j'ai soutenu avec Michel Rocard, en le ciblant sur le numérique. Enfin, là où c'est nécessaire, prendre des mesures correctrices pour assurer une concurrence équitable dans les secteurs qui sont « ubérisés », comme l'hôtellerie, la restauration, les taxis. Dans le domaine de l'hôtellerie, il n'est ainsi pas normal que les plateformes ne collectent pas la taxe de séjour dans toutes les villes, comme c'est désormais le cas à Paris.

_____

Retour aux 39 heures légales, instauration d'un CDI "sécurisé", transfert du financement de la protection sociale vers la TVA, baisse de l'impôt sur les sociétés, suppression de l'ISF... Dans son nouvel ouvrage "Cinq ans pour l'emploi", Alain Juppé expose ses recettes pour faire baisser le chômage.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 97
à écrit le 25/11/2016 à 11:15
Signaler
Pourquoi LT ne met-elle pas en exergue l'excellent article paru le week-end dernier dans lequel les raisons de l'augmentation du nombre d'inscrits à Pôle Emploi sont magistralement analysées? J'espère que la gauche sociale-démocrate va défendre un bi...

à écrit le 24/11/2016 à 16:07
Signaler
" 600.000 chômeurs de plus depuis le début du quinquennat" Donc, moins que sous Sarko et Fillon .On peut noter que nous savons déja qu'avec Fillon ce sera 500.000 en plus ou 250.000 avec Juppé et je n'évoque même pas le privé qui continuera de plu...

à écrit le 24/11/2016 à 15:07
Signaler
Des emplois aidés que la droite a tant critiqué :))) finalement je voterais Hollande pour la stabilité !

à écrit le 24/11/2016 à 14:59
Signaler
Mais pourquoi toujours aider les bas salaires ? Pour que tous les francais soient au SMIC ? => Il faut supprimer les charges patronales sur tous les salaires. Pour compenser : - taxer les revenus du capital de 30% forfaitaire (c'est moins qu...

à écrit le 24/11/2016 à 14:54
Signaler
Zéro charge, cela signifie plus de Smicard, et qui finance le manque de trésorerie de la Sécu, entre autres ?

à écrit le 24/11/2016 à 13:45
Signaler
Vite que le candidat soit connu , pour qu enfin on parle économie et de sa faisabilité par rapport à l UE. Dans l émission des experts sur BFM business la mondialisation pour certains et la globalisation pour les identiques mais du camp opposé comme...

à écrit le 24/11/2016 à 13:36
Signaler
la destruction de la France continue ces ignobles personnage croit que en remurerant les ouvriers au smig ceux ci vont produire des qualite superieur ou est la motivation c'est avec ces ringards que la France est dans cet états visiblement ils on...

à écrit le 24/11/2016 à 13:29
Signaler
On a le choix entre des gens qui veulent les 39h....mais payées 39 ce qui fait qu'il suffira de se mettre à temps partiel que rien ne change, et des gens qui ne font des gains qu'en diminuant le salaire horaire des français (voir l'explication de Fil...

à écrit le 24/11/2016 à 12:48
Signaler
Pour moi c'est le même problème avec les 2 programmes. Tu peux promettre du sang et des larmes, mais sans vision c'est surement voué à l'échec. Par exemple, les baisses de charge qu'on nous propose encore et encore ça n'a rien de neuf et a eu des ...

le 24/11/2016 à 16:15
Signaler
"promettre du sang et des larmes", Il s'en fiche, ce n'est pas pour l’électorat aisé de la primaire de droite.

à écrit le 24/11/2016 à 11:29
Signaler
Un homme qui nous explique l'avenir avec un minitel dans son "logiciel", c'est sur qu'on va y croire très fort...Il nous a fait marcher finalement pour rien à l'hiver 1995 ? Eh bien maintenant, ça ne marche plus.

à écrit le 24/11/2016 à 11:00
Signaler
Très bon programme , il est presque identique à celui de Fillon. Il faudra que les deux candidats, s'occupent aussi de l'IR qui n'est payé que par 47 % des contribuables et dont la progressivité le rend confiscatoire.

le 24/11/2016 à 13:35
Signaler
Bof. Tout le monde paye l'impôt avec la CSG et les cotisations non contributives (sans parler de la TVA et des impôts locaux). L'impôt théorique est progressif mais l'impôt recouvré est régressif compte tenu des innombrables niches dont bénéficient l...

à écrit le 24/11/2016 à 10:55
Signaler
Alors là moi un gars qui ne voue pas allégeance à Poutine je n'y crois pas du tout !

à écrit le 23/05/2016 à 23:02
Signaler
et on finance ça avec la baisse des fonctionnaires je présume! j'ai du mal à trouver les gagnants au final...en tout cas se ne sera pas nous! cette droite là au lieu de s'inscrire dans la ligné de de gaulle fait de la surrenchère libérale face à ...

le 24/11/2016 à 16:19
Signaler
"les Français rejettent la loi travail" D'autant que la droite veut remettre la version 1 ,la plus hard et avec un sénat à la botte et un nombre de députés suffisant cela va passer rapidement.Pour l'instant seul un ou deux décrets sont appliqués s...

à écrit le 22/05/2016 à 20:46
Signaler
Un programme classique mais il ne parle pas des économies à faire pour permettre à notre pays de se relancer : rien sur la refonte de l’État Providence, rien sur la dualité privé/fonctionnaire, rien sur une réforme des institutions ... En même temps...

à écrit le 22/05/2016 à 17:11
Signaler
Des l'arrivée de l'informatique dans les sociétés du Prive (qui fabriquent ) celles- ci ont beaucoup reduit leurs personnels improductifs augmentant ainsi leur competitivite . Par contre dans la fonction publique c'est l'inverse !!!!!!!! Merci au...

le 24/11/2016 à 16:25
Signaler
"Des l'arrivée de l'informatique dans les sociétés du Prive (qui fabriquent ) celles- ci ont beaucoup reduit leurs personnels improductifs augmentant ainsi leur competitivite ." En sous-traitant dans les pays à bas coût ,le service paie par exempl...

à écrit le 22/05/2016 à 15:58
Signaler
Personne ne relève que Juppé n'a strictement rien dit sur ou ils voulaient faire les 85 milliards d'économies sur la depénse publique ( à part les retraites et sans toucher aux régimes spéciaux! ) Les promesses de baisses d'impots et de baisse de ch...

à écrit le 22/05/2016 à 15:49
Signaler
Avec des mesures comme ça je vote Juppé, enfin un président qui s'intéresse aux entreprises et à l entrepreneuriat Va y Juju tu as tout compris Vive la république, vive la France

à écrit le 22/05/2016 à 15:15
Signaler
Je sens que ça va être merveilleux avec Juppé, de plus en plus de gens au smic et dans le même temps les salaires des autres qui décolle.Et le pouvoir d'achat des smicards en chute libre, celui des autres en hausse libre. Et pendant tout ce temps là...

à écrit le 22/05/2016 à 11:13
Signaler
Histoire que notre pays se redresse, vous ne pourriez pas aussi faire en sorte que les salaires des dirigeant soient divisé par 4 à 10 ?

le 24/11/2016 à 13:40
Signaler
Déjà faire en sorte que l'assemblée des actionnaires valide leur rémunération, ce serait déjà pas mal...

à écrit le 22/05/2016 à 8:54
Signaler
Formidable avec Ali Juppé, la France sera encore plus un pays de smicards ! Donc qui va payer ces baisses de charges? Les cadres off course!

le 24/11/2016 à 13:44
Signaler
Les charges patronales sont faibles aujourd'hui sur le SMIC. Ce qu'il faut c'est une réforme socialo fiscale d'une grande ampleur qui annule la totalité des charges. Pourquoi d'ailleurs cette distinction salariales et patronales ? Je comprends qu'on ...

le 24/11/2016 à 16:31
Signaler
D'ailleurs la réduction Fillon qu'il avait mis en place sur les bas salaires existent toujours sur la feuille de paie: Les salaires versés inférieurs à 1,6 fois le SMIC ouvrent droit à une réduction des cotisations patronales (réduction dite « Fil...

à écrit le 21/05/2016 à 23:14
Signaler
Juppe c est les solution des années 70 aux problemes du 21 eme sciecle. Bon c est pas de sa faute, il est ne en 45 (quand Adolf s est suicide) et a fait toute sa carriere comme politicien. L experience la plus proche de la vie reelle qu il a eut, c e...

le 24/11/2016 à 14:52
Signaler
Ne vous trompez pas, les petits retraités vont en baver aussi. C'est déjà le cas, les retraites n'augmentent pas, parce que soi-disant il n'y a pas d'inflation.

le 24/11/2016 à 16:35
Signaler
"Juppe c est les solution des années 70 aux problemes du 21 eme sciecle. Bon c est pas de sa faute, il est ne en 45 " Comme 43% de l’électorat de la primaire,donc ,plutôt nantis par contre.

à écrit le 21/05/2016 à 22:51
Signaler
15 ans d'inéligibilité devant une juridiction pénale en 2005, en première instance. Puis quasi amnistié en appel ( un an). Normalement il ne pourrait pas se présenter , mais il est là, malgré ses antécédents . En 1995 il a mis le pays sans dessus ...

à écrit le 21/05/2016 à 13:26
Signaler
les francais ne croient plus les politiciens !

le 21/05/2016 à 16:42
Signaler
@belles paroles: oui, mais le système est ficelé de telle manière qu'un type qui obtient environ 20% des voix des inscrits (ce qui est toujours le cas) au 1er tour peut être élu, car au 2e tour, on vote contre l'autre. Il faut que les votes blancs, q...

à écrit le 21/05/2016 à 13:11
Signaler
Mais pourquoi toujours baisser le coût du travail des smicards ? Le but ne doit pas être "tous au Smic" Il faut developer la classe moyenne supérieur (75-130k€ par an) =>au États Unis un développeur touche entre 90k$ et 150k$ les 5 premières années ...

le 24/11/2016 à 13:51
Signaler
Si il faut baisser le SMIC (avec maintien du revenu disponible) mais avoir un système qui linéarise au dessus pour éviter en effet un "mur à pauvreté" car il y a un gisement d'emplois faiblement qualifiés très important si le coût baisse et il y a tr...

le 24/11/2016 à 16:41
Signaler
"Le but ne doit pas être "tous au Smic"" Pour l’électorat de la primaire apparemment si, enfin par pour eux bien sûr .

à écrit le 21/05/2016 à 10:47
Signaler
Le chomage est en partie du temps de travail libéré par les gains de productivité. C'est un progrès qu'il faut rémunérer par une contribution de l'énergie. (Basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique)

le 21/05/2016 à 12:00
Signaler
C'est toujours le concours Lépine des astuces de l'Economie Cela fait presque 50 ans, que chacun prescrit sa dose. Notre cadre de fonctionnement a changé. La France n' plus ses colonies, elle faitait 300 millions d'habitants à cette époque. Au...

le 22/05/2016 à 8:56
Signaler
il suffit de prendre la CSPE (15% de votre facture EDF) aujourd'hui gaspillée pour planter des éoliennes

le 22/05/2016 à 12:00
Signaler
@gépé: compte tenu de l'énergie que tu dépenses à te répéter, ta taxe sur l'énergie va être plutôt lourde :-)

à écrit le 21/05/2016 à 10:39
Signaler
Je rappelle mon propos qui consiste à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Qui arrivera à comprendre les bienfaits de cette mesure? Cela réduit le chomage et favorise la transition énergétique. C'est à l'ordre du jour!

à écrit le 21/05/2016 à 10:05
Signaler
En fait rien de bien nouveau on change juste le nom des aides, on dévalue le travail en poussant les entreprises à embaucher au SMIC sans évolution pour le salarié concerné. On creuse par les charges zéro un peu plus le déficit de la sécu et on progr...

à écrit le 21/05/2016 à 9:49
Signaler
Ses méthodes sont plutôt passéistes. Sa démarche (réduction des charges/coûts) pour les entreprises est intéressante, supprimer l'impôt sur la fortune est pertinent. Mais quant au reste, c'est plus que léger. A quand une nouvelle génération de pol...

le 22/05/2016 à 15:36
Signaler
Ca il est clair que tout ce beau monde parle de droits et de devoirs à partir du moment où ça ne les touchera pas.J'ai envie de voter plein pôt FN pour leur rappeler.

le 24/11/2016 à 13:55
Signaler
Vous pouviez voter NKM...C'était mieux que Macron à mon avis. Sinon vous attendez peut-être l'atterrissage d'extra-terrestres ?

à écrit le 21/05/2016 à 9:45
Signaler
Montant total des exonérations de charges sociales en France 33 milliard en 2013 Montant total de la dette sociale : 160 milliards C'est encore le citoyen lambda qui va financer ces énièmes mesures d'exonérations de charge par des déremboursement...

le 24/11/2016 à 13:57
Signaler
Pour l'assurance santé je suis d'accord avec vous. Il faut une CSG dédiée de 12% pour pouvoir donner 250 euros par mois à chaque français, somme avec laquelle il pourra trouver une assurance.

à écrit le 21/05/2016 à 8:26
Signaler
Deux articles sur Juppé et un autre sur Bordeaux "plus belle, plus intelligente"! Ben dites donc on ne peut pas dire qu'il ne soit pas mis en avant par les éditorialistes de La Tribune... La rédaction aurait-elle déjà choisi son poulain?

à écrit le 21/05/2016 à 8:10
Signaler
pas de problème, que des solutions !!! tous au SMIC.....!!!!!

à écrit le 21/05/2016 à 3:43
Signaler
encore un qui rase gratis. Dans la plus pure lignée des nullards de gauche. un jeune qui monte... quand je pense qu'on dit que le FN a un programme économique peut crédible....

à écrit le 20/05/2016 à 20:54
Signaler
histoire de tirer les salaires vers le bas ; lui qui a vécu et vit encore grassement de l'argent du contribuable, avec ses casseroles il ne devrait même plus être élu

à écrit le 20/05/2016 à 20:23
Signaler
Juppé est cohérent avec son passé es qualité de collaborateur de Chirac et de Sarkozy Fillon ; Les Français ont bien comprit que Juppé veut trainer les Français dans la misère plus propfonde, pour parfaire le desastre orchestré par ChiracRaffarin,...

le 24/11/2016 à 14:00
Signaler
C'est sûr que chercher des solutions pour que les gens au RSA puissent toucher le SMIC c'est les plonger dans la misère.

à écrit le 20/05/2016 à 18:01
Signaler
Baisser les charges sociales des smicards , c'est encore et toujours créer une trappe aux bas salaires et orienter la France dans le bas de gamme.

à écrit le 20/05/2016 à 17:56
Signaler
Juppé n'a pas réussi a passer une seule reforme sans faire bloquer la France pendant des mois. Alors même si le "nouveau Juppé" est arrivé, je crains que la cuvée ne soit de nouveau frelatée.

à écrit le 20/05/2016 à 17:46
Signaler
Un bon point pour lui,il ne touchera pas a nos retraites!

à écrit le 20/05/2016 à 17:40
Signaler
Beaucoup de démagogie dans ces propos. La furtur campagne Présidentielle risque fort d'atteindre des records de médiocrité. Il est facile de dire qu'on baisera les charges mais comment payer la Sécu, les retraites, etc. c'est plutôt une remise à plat...

à écrit le 20/05/2016 à 17:31
Signaler
M. Juppé et l'UPR ne sont pas "gaullistes", ni patriotes, ni "capétiens", ni "Soldats de l'An II. Ils s'inscrivent dans la très longue tradition historique du "parti de l'étranger", c'est-à-dire depuis ces prétendues "élites" qui ont régulièrement o...

à écrit le 20/05/2016 à 16:32
Signaler
Il brosse bien entendu les gogos dans le sens du poil en évitant soigneusement les sujets qui pourraient fâcher :-) Ce type est un faisan dangereux qui a le culot, après avoir été condamné pour abus de biens sociaux, c'est-à-dire vol d'argent public,...

le 20/05/2016 à 17:43
Signaler
@ Patrickb j'ai eu la même réaction que vous concernant notre délinquant , avoir était condamnè par la justice française et OSEZ se présenter a la plus haute fonction de l'état ...toujours droit dans ses bottes .

le 21/05/2016 à 1:35
Signaler
Ce qu'il a fait c'est peanuts à côté de Sarkozy.

le 21/05/2016 à 8:32
Signaler
@gringo: les incuries des uns n'excusent en rien les incuries des autres. Je ne fais pas non plus de procès d'intention, car à ma connaissance, Sarko n'a pas été condamné. Mais bon, j'espère que celui-la aussi va disparaitre, parce que c'est de renou...

à écrit le 20/05/2016 à 16:04
Signaler
Juppé a a peu près le meme programme que Fillon.Il est déja retraité a son age.Pourquoi ne se retire t-il pas pour soutenir un plus jeune qui pense comme lui?Ce serait l'intéret de la France.Il n'a pas du y réfléchir

à écrit le 20/05/2016 à 15:57
Signaler
Alain veut provoquer un déclic : La dépense ne passe pas par l'état et la fonction publique. On ne touche pas aux avantages et privilège des parlementaires et des fonctionnaires, entreprises publiques.. C'est la société civile qui doit encore être ré...

à écrit le 20/05/2016 à 14:59
Signaler
Ils ne devraient avoir tous que quelques mots à la bouche "évasions fiscale" et "optimisation fiscale"; c' est le péché originel qui corrompt toute constructions saines. Et pourtant très peu ose en parlé cherchez l' erreur.

à écrit le 20/05/2016 à 14:57
Signaler
on baisse les cotisations sociales mais evidement pas d economie a mettre en face. On va quand meme pas facher les vieux qui votent massivement LR en leur demandant de payer plus quand ils vont chez le medecin ou geler leurs retraites ...

le 20/05/2016 à 17:46
Signaler
La dernière revalorisation des retraites date d'avril 2013. Les vieux comme vous dites ont payé les retraites des générations précédentes y compris celles des régimes spéciaux alors il faudrait arrêter de dire des inepties.

le 21/05/2016 à 23:06
Signaler
Les retraites vivent mieux que les actifs (c est pas moi qui le dit, c est l INSEE). Certes les retraites actuels ont paye les retraites des retraites des annees 60-70 mais ceux ci touchaient une misere et mourraient rapidement. d ou des taux de prel...

à écrit le 20/05/2016 à 14:56
Signaler
Juppe a ete nul comme premier ministre de chirac en 95 (augmentation d impots et aucune reforme de fond). on a ici la confirmation qu il est toujours nul : on baisse les impots de ceux qui votent pour vous mais on se pose pas la question de savoir po...

à écrit le 20/05/2016 à 14:50
Signaler
Beaucoup de depenses mais pas l ombre d une economie. donc augmentation des impots en perspective. En plus il est debile de limiter les exemptions de cotisation au niveau du smic. ca n incite qu a creer des emplois peu qualifie et sous paye. Car si v...

à écrit le 20/05/2016 à 14:35
Signaler
Délit flagrant d'hypocrisie. Distortion du language par le jeu sémantique. Une spécialité politique de nos énarques qui, au passage, ne sont en rien concernés par les réformes qu'ils s'acharnent à imposer dans leurs schismes. Les libéraux adoren...

à écrit le 20/05/2016 à 14:26
Signaler
Qui veut travailler 39h et mettre les collègues en trop au chomage en plus de ceux qui y sont déja ? ...................ceux qui votent Juppé !

à écrit le 20/05/2016 à 14:15
Signaler
Juppé a trouvé un moyen de tirer "tous' les salaires de la société civile y compris vers le bas ceux des cadres au privé de se serrer la ceinture et au public travailler moins pour gagner plus. Montebourg a raison la France est divisée !!!

à écrit le 20/05/2016 à 13:46
Signaler
Si on repasse au 39h faudra revoir les heures de fermeture des écoles et des crèches

le 21/05/2016 à 20:17
Signaler
Et oui les enfant iront à l'école de 7h à 20h , en collectivité. Se sont l'état et les collectivités qui élèveront les enfants bien ( fatigués)

à écrit le 20/05/2016 à 13:30
Signaler
Ras le bol des hommes politiques à vie (à coté de la plaque) qui n'ont aucune expérience de la vraie vie....! Il nous faut des gens d'expériences issus de la société civile, pragmatiques ayants le sens du bien être commun, et tout ira mieux ;).

à écrit le 20/05/2016 à 13:27
Signaler
A bon ? ,mais qui va cotiser alors, les classes moyennes ? certainement pas les riches en tout cas ! Ils faut s'attendre a une forte augmentation des cotisations mutuelles avec Juppé !

à écrit le 20/05/2016 à 13:11
Signaler
intelligent! comme ca ca sera tous les gens au dessus qui vont payer......... et au passage ca ne va faire qu'accelerer la smicardisation de la france ( qui est deja bien en marche!) ...... tant qu'il ne dira pas ou il va faire des economies et com...

à écrit le 20/05/2016 à 13:03
Signaler
Il nous fait quoi là M Juppé un jolie retour à la période Chirac , que des propositions pour les riches et qui va encore casquer les pauvres et la classe moyenne ... J'ai souvenir deM Juppé comme d'un piètre économiste à vouloir vendre une entrepris...

à écrit le 20/05/2016 à 13:00
Signaler
Zéro, il oublie le role de l'énergie dans le développement économique. Il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie, c'est à dire, basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, progressivement et jusqu'à un c...

à écrit le 20/05/2016 à 12:57
Signaler
l'heure de la retraite a sonné pour Juppé. C'est une honte qu'un homme d'un tel age se présente à l'élection présidentielle en étant affaibli. Imaginez vous qu'il aura 77 ans a la fin du quinquénnant. Vous voulez donner la France à un vieillard ?

à écrit le 20/05/2016 à 12:53
Signaler
Ok, il baisse les charges patronales... et donc, soit il augmente les prélèvements sur d'autres, soit il baisse les prestations (ou une combinaison des deux).

à écrit le 20/05/2016 à 12:33
Signaler
on file tout droit vers des petits bouleaux comme en Allemagne et en Angleterre et la loi travail viendra compléter le dispositif . Un belle avenir en perspective .

à écrit le 20/05/2016 à 12:25
Signaler
Avec quel argent ?

le 20/05/2016 à 13:35
Signaler
Avec quel argent?Juppé a oublié de paler des 57% de prélèvements obligatoires,des 75 milliards de déficit et des 80 milliards par mois que la BCE injecte en europe.De l'argent il y en a beaucoup ,mais chuuutttt!les croquants seraient capables de dem...

le 20/05/2016 à 17:28
Signaler
C' est ballot mais ça risque bien d' être le vôtre, Juppé n' a jamais produit un sou durant toute sa vie ..

à écrit le 20/05/2016 à 11:52
Signaler
Les retraités ont en principe un abattement de 10 % sur leurs revenus. Dans la réalité,il est plafonné à 3441euros par contribuable. Une mesure prise en douce comme beaucoup d'autres. On peut espérer que les 47 % de contribuables ne seront pas encore...

le 20/05/2016 à 13:15
Signaler
Certains retraites sont imposables, les pauvres. Mais qui doit financer les retraites et les depenses de sante dont ces "pauvres" retraites usent et abusent ? Les salaries, et parmi eux des smicard qui percoivent moins que la majorite des retraites. ...

le 21/05/2016 à 12:14
Signaler
@Boss: 1) j'ose espérer que les impôts sont fonction des revenus et pas de l'âge du capitaine. 2) La majorité des retraites est aux alentours de 800 euros. 3) Fais déjà tes 42 ans de cotisation et tu verras alors si tu n'as pas mérité un peu de repos...

à écrit le 20/05/2016 à 11:43
Signaler
Comme cela tout le monde sera payé au smic et surtout pas au dessus. merci Alain.

à écrit le 20/05/2016 à 11:42
Signaler
il ne parle que d'argent ; et l'insécurité , la défense de notre pays , l'arrivé de migrants en masse ...? si lui ça ne l'intérresse pas , il en est qui aimeraient bien savoir à quoi s'en tenir ;

à écrit le 20/05/2016 à 11:30
Signaler
Vous avez vu une différence avec le programme de Sarkozy et Hollande en 2012? un mixt des 2 programmes qui ont échoués. Nous sommes le pays qui paie le moins de charge sur les bas salaires si nous comparons avec les pays similaires (allemagne italie ...

à écrit le 20/05/2016 à 11:21
Signaler
"Il faut faire preuve de pédagogie" tel est leur credo pour dire "ça passe ou ça casse"!

à écrit le 20/05/2016 à 11:11
Signaler
Il sera donc obligé d'augmenter les cotisations des classes moyennes qui eux cotisent !

à écrit le 20/05/2016 à 11:10
Signaler
Trop cool, la dette de la sécu va exploser et il n'y aura donc plus de remboursement en plus du paiement en parti de la visite chez le médecin non remboursé sauf si forte augmentation de cotisation de la mutuelle !

le 20/05/2016 à 12:28
Signaler
Concernant le remboursement des consultations médecin généraliste nous allons instaurer un quota de 8 consultations annuelles à charge du patient

le 20/05/2016 à 16:14
Signaler
Mais non ! ils seront tous à la CMU

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.