Baisse d'impôts, CICE...l'arsenal de campagne de François Hollande pour 2017

 |   |  726  mots
Le président vient de battre un nouveau record d'impopularité. Un sondage TNS Sofres pour Le Figaro Magazine mesure sa cote de popularité à 12 %.
Le président vient de battre un nouveau record d'impopularité. Un sondage TNS Sofres pour "Le Figaro Magazine" mesure sa cote de popularité à 12 %. (Crédits : Reuters)
Dans un entretien fleuve accordé à nos confrères des Echos jeudi, François Hollande a confirmé qu'il souhaite notamment mettre en place une nouvelle baisse d'impôt en 2017. Moins d'un an avant l'élection présidentielle, le président sortant défend son bilan, et ses choix politiques. Revue de détail.

Un fiscalité plus attractive ?

Le président François Hollande souhaite "adapter" les règles françaises "y compris fiscales pour rendre la place financière de Paris plus attractive", après le vote britannique en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

"Le Royaume-Uni redevenant un pays tiers, le passeport financier européen devra disparaître", rappelle-t-il, en référence à un dispositif qui permet à une banque implantée à Londres d'opérer sur tous les marchés de la zone euro. "Autre point clef : les opérations de compensation en euros ne pourront plus se faire à Londres", souligne-t-il.

"Il est légitime et logique que les banques françaises s'organisent et se préparent en conséquence", ajoute le président. "Et nous devons adapter nos règles y compris fiscales pour rendre la place financière de Paris plus attractive."

Baisse d'impôts en 2017 pour les classes moyennes

Dans cet entretien accordé à nos confrères des Echos, François Hollande a également détaillé la baisse d'impôt qu'il souhaite mettre en place en 2017, ciblant les classes moyennes et dans la limite de 2 milliards d'euros, tout en rappelant qu'il fallait pour la mettre en place 1,7% de croissance l'année prochaine.

"Si, malgré le Brexit, la croissance était de 1,7% en 2017, ce geste fiscal, qui ne pourrait être supérieur à 2 milliards d'euros, viendrait s'ajouter aux allègements accordés depuis 2014 et qui ont d'ores et déjà concerné 12 millions de contribuables", estime le chef de l'Etat dans le quotidien économique, ajoutant avoir pour "préférence" une "mesure ciblée pour les classes moyennes".

Prime à l'embauche prolongée en 2017

En outre, François Hollande annonce que la prime à l'embauche pour les PME de moins de 250 salariés sera prolongée en 2017, de même que "le mécanisme du sur-amortissement des investissements".

"Nous allons franchir dans quelques jours le seuil des 500.000 embauches dans le cadre de ce dispositif. C'est un succès au bénéfice de l'emploi et des entreprises et j'ai donc décidé de le prolonger sur l'ensemble de l'année 2017, comme d'ailleurs le mécanisme du suramortissement des investissements", déclare le chef de l'Etat.

Maintien de la contribution sociale de solidarité contre un "relèvement" du CICE

Le chef de l'Etat a également fait savoir que la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) ne sera finalement pas totalement supprimée en 2017, au profit notamment d'un "relèvement" du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).

Cette possibilité qui n'avait pas encore été arbitrée pour l'année prochaine prévoit que 5 milliards d'euros du Pacte de responsabilité seront finalement consacrés "au relèvement du CICE - qui sera porté à au moins 7% de la masse salariale (6% aujourd'hui, ndlr) - et à la baisse de l'impôt sur les société pour les PME", explique le chef de l'Etat.

Loi Travail, vers un passage en force ?

Quant à l'avenir de la loi El Khomri, François Hollande campe sur ses positions, assurant que l'utilisation du 49-3 n'est pas à exclure :

"La loi sera votée et promulguée dans les délais prévus. Je souhaite qu'une majorité puisse être trouvée. A défaut, il sera de nouveau recouru à l'article 49-3", a assuré le président.

L'article le plus contesté de la loi Travail, parce qu'il inverse la "hiérarchie des normes" (donnant ainsi la prééminence aux accords d'entreprise sur les accords de branches), ne sera pas modifié.

"L'article 2 sera maintenu dans sa rédaction actuelle. Mais le débat peut conduire à préciser le rôle des branches dans la réforme du Code du travail. (...)

Croissance : Hollande optimiste

Enfin, François Hollande se montre particulièrement optimiste pour l'économie française et mise sur plus de 1,6% de croissance et au moins 200.000 créations d'emplois en France en 2016.

"Il y a bien une reprise en France et un début d'inversion de la courbe du chômage. C'est un fait indiscutable. Notre croissance sera supérieure à 1,6% cette année, ce qui nous permettra de créer au moins 200.000 emplois. Le Brexit aura surtout un impact défavorable pour le Royaume-Uni et c'est par le biais d'une éventuelle récession outre-Manche qu'il peut y avoir un risque pour la zone euro et pour la France", déclare le chef de l'Etat.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2016 à 11:14 :
Il va laisser une grosse ardoise au suivant qui sera élu en 2017( à régler avec nos impôts) !!c est de la folie !!il dit il va baisser les impôts en2017 ??avec quel argent??c est simple ,en augmentant les impôts des classe moyennes supérieures!!! etc !! !

il dit plus de nouveaux impôts avant l élection 2017!!!M Valls prépare un impôts de plus sur la taxe foncière !!!!
a écrit le 01/07/2016 à 9:36 :
Il a raison il faut continuer a baisser les charges sur les entreprises tout en les incitants a investir (CICE) et a rester en France, quand on voit les terribles programmes des autres, il a une chance avec les 35h, les 39h créeront du chomage, ( tout ceux qui ne sont pas en CDI perdront leurs emplois) trop d'heures non partagées feront trop de main d'oeuvres !
a écrit le 01/07/2016 à 8:17 :
Hollande n'a vraiment rien compris à la fiscalité; ce qui compte, ce n'est pas le niveau du prélèvement, mais le point d'application du prélèvement, sur la consommation d'énergie et non sur le travail.(une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales)
a écrit le 01/07/2016 à 8:02 :
BAISSE de l'impot sur le revenu mais HAUSSE de la taxe foncière
Réponse de le 01/07/2016 à 9:37 :
taxe foncière c'est pas Hollande, c'est pas de sa faute si certains maires ou présidents de région sont incapable de faire des économies a leurs niveaux !
a écrit le 30/06/2016 à 17:19 :
Quel spectacle cela va être ces présidentielles : le Ps éliminé au premier tour et passant en 4ième ou 5ième position

Voici mon classement de premier tour :
Le pen
Sarkozy
Bayrou
Mélenchon
Hollande
Poutou
a écrit le 30/06/2016 à 17:12 :
"Loi Travail, vers un passage en force ?"

La loi "travail ne servira strictement à rien pour l'emploi" a déploré le président du Medef Pierre Gattaz ( Alerte info sur i télé en ce moment).
Réponse de le 30/06/2016 à 18:15 :
iTélé est en grève cette semaine....
a écrit le 30/06/2016 à 16:09 :
Si il baisse mes impots je vote pour lui puisque je n'ai rien vu sous la droite !
a écrit le 30/06/2016 à 14:40 :
Je fais partie de la classe moyenne. Cette "baisse" fiscale annoncée est une totale escroquerie et ce n'est pas ce que nous attendons du président ni du candidat. Nous voulons un vrai contrôle des dépenses de l'état et des régions. Nous voulons une baisse significatives des dépenses publiques, nous voulons une diminution de l'endettement, nous voulons un redressement de l'économie. Après seulement, la fiscalité baissera d'elle même. Mais qui sera assez impopulaire pour lancer une telle politique ? Certainement pas Hollande qui nous a promis un retournement de la courbe du chômage en 2013, qui hurlait contre Sarko à propos des impôts et du non remplacement d'un fonctionnaire d'état sur deux, mais qui n'a eu de cesse que d'augmenter la fiscalité, la fonction publique et l'endettement, qui a été incapable de respecter ses engagements vis-à-vis de l'Europe, qui n'a plus aucune crédibilité dans son camp ni ailleurs, qui est un looser-menteur. Il hurlait contre l'application du 49.3 lorsqu'elle était le fait de la droite,et trouve normal de l'appliquer lorsqu'il est au pouvoir. Comme Sarko, il ne mettra pas fin aux avantages extravagants des présidents à la retraite. Trop socialiste pour être honnête.
a écrit le 30/06/2016 à 14:15 :
C'est ça le populisme et la démagogie. Malheureusement en face, c'est la même méthode.
Il est temps de renouveler la classe politique dans son ensemble.
a écrit le 30/06/2016 à 14:15 :
quand va-t-il arrêter de nous prendre pour des nuls, nous avons assez de ses fausses promesses, i veut tellement être réélu qu'il continue à nous mentir et ce, avec l'aval des journalistes, ce qui est aussi scandaleux est la campagne commencée, par anticipation et ce sur le compte des français
a écrit le 30/06/2016 à 12:51 :
le version dialogue de m hollande
ou si vous vouler esperer pouvoir communique
avec lui utilise le 49.3
le moi president de 2012 le menteur
a écrit le 30/06/2016 à 12:42 :
Il a besoin de dire beaucoup de blabla pour expliquer le peu qu'il a fait. Et dernier argument qui tue, reparler de l'héritage et de l'état du Pays à sa prise de fonction, en oubliant qu'il devait bien savoir qu'on venait de faire face à la crise de 2008 et qu'il a disposé de 5 ans pour lui faire retrouver la santé !
Réponse de le 30/06/2016 à 17:15 :
" qu'on venait de faire face à la crise de 2008 "

D'ailleurs ,la mère Bettencourt s'en souvient encore, c'est pour dire.
a écrit le 30/06/2016 à 12:24 :
Baisses d'impôts ? Quid de la nouvelle taxe sur le foncier ?
Les multiples cadeaux de Monsieur Hollande sont indécents et risquent de couter cher à la France. Lorsque les marchés attaqueront la dette française et que personne ne voudra financer nos déficits (cf les derniers dérapages budgétaires), nous n'aurons plus que nos yeux pour pleurer. Songe t'il à l’État de notre pays ? ou qu'à lui même ... Ce président n'est pas capable de dire la vérité aux français : Fin de l’État Providence, masses publiques incontrôlables etc ...
a écrit le 30/06/2016 à 12:06 :
Et la nouvelle taxe sur l'immobilier destinée aux régions, c'est quoi ? Une baisse d'impôt ? On nous prend une fois de plus pour des idiots. Taxe = impôts !
Réponse de le 30/06/2016 à 17:29 :
La suite :

Matignon a donc accédé à une demande des régions d'obtenir une recette dont les assiettes foncières progressent. «Nous tablons sur une croissance annuelle de 2% à 2,5% de cette taxe», explique l'association d'élus, citée par Les Échos. Les régions réclamaient plus de moyens pour financer le soutien aux TPE-PME et l'accompagnement économique qui était auparavant assumé par les départements et qui est passé dans le champ de compétence des régions depuis la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République). En application de la réforme territoriale, ce sont donc désormais les régions qui sont en charge de cette mission. «Le gouvernement a entendu la demande des régions de disposer de nouvelles ressources pour le développement économique et l'emploi», répond Matignon. L'entourage de Manuel Valls précise que «toutes les régions, sauf une, se sont engagées pour la mise en œuvre du plan “500.000 formations pour les chômeurs” présenté le 18 janvier par le Président François Hollande».

Par ailleurs, huit régions, sur les 13 que compte la métropole, «auront signé des conventions de partenariat renouvelées avec Pôle emploi d'ici l'automne». «On sent bien que le gouvernement a l'intention de travailler avec les régions, la question se pose de savoir comment tout cela peut se boucler financièrement», estime Philippe Richert (Les Républicains), le président de l'Association des régions de France.
a écrit le 30/06/2016 à 11:54 :
Monsieur "Cavamieux" se met en campagne pour propulser sa nullité démontrée dans la perspective de 2017. Dehors.
a écrit le 30/06/2016 à 11:52 :
En 2017 on lui mettra profond un 49.3....
Réponse de le 30/06/2016 à 17:24 :
En plus ,les suivants n'auront pas besoin de s'en servir pour faire passer la version du sénat, en fin de compte qui l'aura bien profond à ce moment la ?
a écrit le 30/06/2016 à 11:45 :
Rendre la place de Paris plus attractive fiscalement signifie alléger très sensiblement la fiscalité des revenus du patrimoine, beaucoup plus lourdement taxés que ceux du travail.
a écrit le 30/06/2016 à 11:33 :
classique, on rentre en campagne bientot

sauf qu'avec12% d'opinions favorables, il va devoir sortir l'arsenal lourd...mais les francais ne sont pas dupes.
a écrit le 30/06/2016 à 11:26 :
Sa côte de popularité est au plus bas, un record présidentiel, c'est pas rien avec sarkozy juste avant lui.

La quête de l'électorat du centre n'est vraiment pas aisée car déjà doté de nombreux partis, ce que cherche à faire hollande est tout simplement irréalisable il faut vraiment que ce parti soit pieds et poing liés à l'oligarchie pour tout faire pour éliminer tout ce qu'il reste de gauche en lui.

Et connaissant parfaitement l'électorat de droite même si le PS fait exactement ce que ferait les partis de droite ces derniers préféreraient voter pour un candidat plus à gauche que pour un socialiste, il y a un profond dégoût de l'électorat de droite pour le PS, leur reprochant de dire qu'ils soutiennent les pauvres alors qu'ils veulent tous devenir riches et influents qui trouve tout son sens avec cette gouvernance.

Excellent article du monde diplomatique de juillet concernant cette débâcle du ps:

"Militants en fuite, élus en déroute: L’autodestruction du Parti socialiste" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/LEFEBVRE/55959
a écrit le 30/06/2016 à 11:18 :
Il n'y a parait-t-il pas d'inflation, pourtant , augmentation du ticket de métro 5 %, du navigo, d'EDF, des trains, assurances etc .. Pendant ce temps là, les retraites sont gelées depuis 3
ans, le salaire médian des salariés de 1600 euros , et Hollande prétend que tout va mieux.
La fiscalité est concentrée sur 47 % des contribuables, l'épargne est la plus taxée du monde occidental et Hollande prétend baisser les impôts. On marche sur la tête.
Réponse de le 30/06/2016 à 12:08 :
Totalement d'accord
a écrit le 30/06/2016 à 11:16 :
la crise économique n'est qu'un"ressenti artificiel"contredit par la réalité des bons chiffres économiques.Hollande doit marteler sur la qualité de son bilan économique pour etre réelu!
Réponse de le 30/06/2016 à 12:46 :
Dans la boîte à outils du President dont il nous a longuement parlé au début de son mandat, il n'y avait de toute évidence pas les bons outils, et il n'y a peut être pas de marteau pour "marteler" !!
Réponse de le 30/06/2016 à 14:43 :
Et bien il doit marteler comme un sourd car il est inaudible et pas crédible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :