Blocage de raffineries : l'huile de palme dans le viseur des agriculteurs

 |   |  670  mots
Les agriculteurs bloquent, depuis le 10 juin au soir, l'usine de biocarburant de Total à La Mède. Cette dernière va importer 300.000 tonnes d'huile de palme dès cet été.
Les agriculteurs bloquent, depuis le 10 juin au soir, l'usine de biocarburant de Total à La Mède. Cette dernière va importer 300.000 tonnes d'huile de palme dès cet été. (Crédits : Reuters)
Depuis le 10 juin au soir, les agriculteurs bloquent les raffineries et les dépôts de carburants pour protester contre l'importation de produits agricoles ne respectant pas les mêmes normes qu'eux. Est concerné par ces blocages le site de Total à La Mède, près de Fos-sur-Mer. Cette usine de biocarburant importera 300.000 tonnes d'huile de palme d'Indonésie et de Malaisie par an dès cet été. Pour le principal syndicat agricole, c'est toute la filière du colza français qui est en danger.

Ils veulent "taper fort". Suite à l'appel de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), le principal syndicat agricole, et du mouvement des Jeunes agriculteurs (JA), les paysans protestent depuis dimanche soir contre l'autorisation donnée par le gouvernent au groupe pétrolier Total d'importer 300.000 tonnes d'huile de palme pour sa raffinerie de La Mède (Bouche-du-Rhône) près de Marseille, soit 50% des besoins de l'usine. Cela se traduit ce lundi matin par le blocage de 14 raffineries et dépôts de carburant un partout dans l'Hexagone, dont celle de La Mède, mais aussi à Strasbourg, Dunkerque, Toulouse ou encore en Île-de-France.

Pour l'instant, le mouvement est prévu pour durer trois jours, reconductibles. De son côté, Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, a fait savoir ce lundi 11 juin chez nos confrères de RTL "que le gouvernement ne reviendra pas" sur l'accord avec Total scellé lors de la précédente mandature, tout en jugeant "illégaux" ces blocages.

Le colza revient 25% plus cher que l'huile de palme

L'importation d'huile de palme est, en effet, l'élément déclencheur de cette mobilisation. Le groupe pétrolier français avait annoncé, en juin 2017, vouloir injecter 275 millions d'euros pour transformer son site de la Mède en bio-raffinerie. Équipée de la technologie "hydrogenated vegetal oil" (dite HVO), l'usine est capable de traiter tous types d'huiles, qu'elles soient d'origine végétale (colza, soja, palme) ou qu'ils s'agisse d'huiles résiduelles usagées.

Or, dans son projet, Total avait déjà fait s'avoir qu'il s'approvisionnera exclusivement en huile de palme, produit controversé car accusé de favoriser la déforestation en Asie du Sud-Est, mais qui représente un rendement 4 à 5 fois supérieur à celui du colza par exemple. À titre de comparaison, le colza revient 25% plus cher environ que l'huile de palme, en moyenne. Néanmoins, début juin, Patrick Pouyanné, le Pdg de Total, s'est engagé à utiliser 50.000 tonnes de "colza français".

Aujourd'hui, la FNSEA, soutenue par les associations écologistes, dénoncent ni plus ni moins la concurrence déloyale de l'huile de palme importée de Malaisie et d'Indonésie notamment, qui ne serait pas soumise aux mêmes exigences environnementales que leur impose la loi française.

« Les discussions sur le Mercosur, les pays d'Amérique du Sud, est en cours et nous ne voulons pas que de nouveaux accords soient signés. Et puis pour la mède, ce sont 30.000 emplois qui sont en jeu, je pense que ça vaut le coup de se mobiliser », a indiqué Christiane Lambert, présidente de la fédération.

L'UE a pourtant interdit l'utilisation d'huile de palme comme agro-carburant

L'autorisation donnée par le gouvernement à Total pour importer 300.000 tonnes d'huile de palme pour la raffinerie de La Mède a été "la goutte d"huile de palme qui fait déborder la coupe des problèmes des paysans", résume Pierre Lebaillif, président des Jeunes agriculteurs de Normandie, interrogé par l'AFP. D'autant plus que, selon la présidente de la FNSEA, la France a développé depuis des années une filière colza pour contribuer à la fois aux carburants verts et à l'alimentation des animaux.

« En faisant venir de l'huile de palme, on porte un coup très dur à la filière colza. C'est une incohérence que le gouvernement doit résoudre ».

Cette décision vient également en totale contradiction avec le vote du Parlement européen qui s'est prononcé en janvier dernier pour "l'élimination progressive" de l'usage d'huile de palme contre agro-carburant sur le territoire de l'union d'ici à 2021.

Ni plus ni moins, la FNSEA et JA demandent la réintroduction dans la loi Alimentation, examinée à partir du 26 juin au Sénat, d'un amendement sur l'interdiction d'importer toute denrée produite en utilisant des substances phytosanitaires interdites dans l'Union européenne. Aussi, ils réclament un allègement du coup du travail salarié de saisonniers "qui est 27% plus élevé en Allemagne et 37% plus qu'en Italie", selon Christiane Lambert.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 10:36 :
"Aussi, ils réclament un allègement du coup du travail salarié de saisonniers "qui est 27% plus élevé en Allemagne et 37% plus qu'en Italie", selon Christiane Lambert".

Ou comment ,la FNSEA glisse dans le paquet ces petites revendications habituelles .Bon, faut dire que B Le maire est sur la même longueur d'onde:

Les producteurs de fruits et légumes souffrent principalement d'un coût du travail qui reste trop élevé par rapport à leurs concurrents européens, a expliqué vendredi le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire."Dans le secteur des fruits et légumes, c'est exactement le problème: on a un coût du travail qui est trop élevé", a jugé le ministre sur RMC."Le coût horaire de travail, pour la cueillette, le ramassage des fruits et légumes, en France se situe entre 11 et 13 euros de l'heure. En Allemagne, c'est 6 euros de l'heure; en Espagne, c'est 7 euros de l'heure", a indiqué le ministre.

Contrat saisonnier 2018 : durée et conditions du CDD saisonnier :

Le CDD saisonnier a ceci de particulier qu’il est basé sur une rémunération à l’heure et non mensuelle. Le salarié est donc payé en fonction de ses heures travaillées. Le salaire horaire ne peut être inférieur à 80% du Smic horaire (soit 7,90 euros bruts en 2018) s’il a 16 ans et à 90% du Smic horaire (8,89 euros bruts en 2018) s’il est âgé de 17 à 18 ans. A partir de 18 ans, le saisonnier doit être rémunéré au minimum au Smic horaire (9,88 euros bruts en 2018).On est donc loin des 11 à 13€ de l'heure de Bruno Le maire.
a écrit le 12/06/2018 à 8:32 :
Normal , cela fait au moins vingt ans que l'on sait que le rendement à l'hectare en huile de palme est bien supérieur à celui du colza. Il est donc logique pour Total qui fait du maintien de l'emploi à la raffinerie de la Mède d'investir avec l'huile de palme. mais pourquoi as-t-on développé le colza? C'est une décision politique prise il y a de nombreuses années avec l'agrément des syndicats agricoles car cela permettait d'éponger les excédents agricoles. Une fois de plus l'état, les partis politiques les mouvements écologistes se sont mélés d'économie et ont fait des choix basés sur leur incompétence. Maintenant il faut payer car on a déja dépensé des milliards dans cette filière. A propos ou passe l'argent (montants considérables) obtenu en remontant les taxes sur le diesel?
Réponse de le 12/06/2018 à 10:50 :
Technique..."l 'incompétence" n'est pas forcément là où vous pensez. Pour moi est incompétent tous ces économistes qui ne parlent que de profits et de rentabilité... détruire des forêts primaires pour faire pousser des palmiers, détruire l'habitat d'espèces animales et les mettre en danger de disparition, polluer la planète, détruire des écosystèmes, contribuer au réchauffement planétaire tout çà pour de l'huile...vous expliquerez tout çà à vos petits enfants quand ils vous demanderont "papi pourquoi les ourang outan ont disparus? pourquoi le réchauffement planétaire? etc vous pourrez expliquer tout çà par l'économie, la soif des profits et la rentabilité.
a écrit le 11/06/2018 à 23:39 :
l’huile de palme pour les nuls :
http://www.institutmolinari.org/IMG/pdf/note0912_fr.pdf
a écrit le 11/06/2018 à 23:25 :
Si on se passait du colza cela serait pas mal pour les nappes d'eau et tout ce qui suit en traitements .
a écrit le 11/06/2018 à 22:48 :
C'est sur, avec la grève de la SNCF depuis deux mois et demi, mais aussi celle d'Air France, on avait bien besoin d'un peu plus de chienlit en France. Curieusement, on ne parle pas encore des éboueurs. Un oubli, sans doute...
a écrit le 11/06/2018 à 21:18 :
Le gvt français et la commission anti-européenne est contre la biodiversité, contre le développement durable, contre les agriculteurs français.
Les faits en témoignent et ne sont donc pas une opinion mais des faits.
Ils ont bien de la chance les américains avec leur président Trump qui les défend.
a écrit le 11/06/2018 à 21:09 :
Si je comprends bien quand c’est pour leurs potes , ils envoient bouler l’Europe
mais quand c’est pour les droits des populations , ils agitent la constitution Européenne .
Pas joli , tout cela.
A la pompe , c’est «  indiqué » le diesel avec l’huile de palme ou pas ?
car il faudrait boycotter ce produit malsain.
a écrit le 11/06/2018 à 21:04 :
l'Heure arrive que les contribuables vont bloquer les silos de stockage des cereales pendant les recoltes.
a écrit le 11/06/2018 à 18:45 :
les agriculteurs ont acquis le soutien de la population !! meme les éléments climatiques se révoltent contre les ministres de en marche qui ne représentent plus la FRANCE
hulot s effacera il ?
a écrit le 11/06/2018 à 16:55 :
Pensez vous vraiment que:
Si la France était encore la France, comme dirait l'autre, souveraine de ses décisions, et non a la remorque de l'UE Bruxelles dont beaucoup, savent que c'est une administration hors-sol......,
elle laisserait une telle chose se produire?
a écrit le 11/06/2018 à 16:53 :
Pensez vous vraiment que:
Si la France était encore la France, comme dirait l'autre, souveraine de ses décisions, et non a la remorque de l'UE Bruxelles dont beaucoup, savent que c'est une administration hors-sol......,
elle laisserait une telle chose se produire?
a écrit le 11/06/2018 à 16:05 :
La FNSEA et la FDSEA n'ont rien à faire de l'impact écologique de l'huile de palme. Si elles pouvaient en produire, elles soutiendraient cette huile ! Ce qu'elles veulent c'est protéger leur monopole sur la fourniture d'huile de colza. Les citadins qui confondent ruralité, monde paysan, écologie avec FNSEA et FDSEA se trompent lourdement. Ces deux organisations sont les hérauts d'un modèle agricole polluant, destructeur et qui empoisonne les citoyens.
Réponse de le 11/06/2018 à 16:58 :
Voilà, si la FNSEA se met à militer, enfin casser plutôt en général, pour la paix dans le monde un jour, c'est qu'il y aura forcément un loup...

Tout est gangréné là dedans.
a écrit le 11/06/2018 à 13:55 :
La dévastatrice huile de palme importée de plus en plus en France, c'est le tout début, résulte d'accords diplomatico-économico-militaires aux plus haut niveau, donc au mépris absolu de nos agriculteurs. Rien ni personne, ne pourra empecher Cà.
a écrit le 11/06/2018 à 13:50 :
En cette période, ils n'ont qu'à laisser la pluie faire son travail, c'est vrai que cette période est ennuyeuse pour l'agriculture, laisser faire la nature...
Il faut rappeler que notre pays est l'un des plus clément et les plus propice pour l'agriculture épargné par les catastrophes climatiques partout dans le monde.
a écrit le 11/06/2018 à 13:34 :
Huile de palme ou de colza la TIPP va baisser ? J'en doute !!!!!!!!!!!
a écrit le 11/06/2018 à 13:22 :
Un appel au boycott des stations TOTAL je peux comprendre .... mais le blocage des raffineries.... je ne comprends pas du-tout !
a écrit le 11/06/2018 à 13:11 :
Toujours eux! Les paysans! Les fonctionnaires européens ! Avec de beaux tracteurs et remorques derniers modèles tout neufs. Panneaux solaires recouvrent les toits de leurs hangars et ils en veulent toujours plus.
a écrit le 11/06/2018 à 13:10 :
Le colza pour sauver nos agriculteurs, 1 suicide tous les deux jours. Le palmier étranger pour huile de palme déforeste et tue animaux en rarefaction, et tue toute la biodiversité, exploite à mort les populations locales. HULOT ACCEPTE, Colza 25% plus cher que cette saloprie, mais les taxes sur le carburant sont de 85%. L'on importe de l'étranger des produits agricoles toxiques, qui sont interdits en France : normes à respecter.
a écrit le 11/06/2018 à 12:55 :
Déforestation au profit de ces palmiers, esclavage terrible des populations pour ces palmiers, disparition de forets et extinction accéléré d'animaux et végétaux. Le parlement européen interdit, la France passe outre. Mais Obtempère à l'europe pour le reste.
a écrit le 11/06/2018 à 12:33 :
A force de raconter n'importe quoi (OGM, causes de la mortalité des abeilles, impact sur la santé du glyphosate, futur du bio, démontage des filières.. j'arrête ici ma liste), comment voulez-vous que le gouvernement, les politiques en général, soient crédibles? Il amener Tous les débats sur le strict rationnel, et cesser la "fake news" politique..
a écrit le 11/06/2018 à 11:15 :
pour une fois que les écolos et les gros agriculteurs sont d'accord sur quelquechose !
a écrit le 11/06/2018 à 10:26 :
"De son côté, Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, a fait savoir ce lundi 11 juin chez nos confrères de RTL "que le gouvernement ne reviendra pas" sur l'accord avec Total scellé lors de la précédente mandature, tout en jugeant "illégaux" ces blocages."

"Iran. Les entreprises françaises sont libres de leurs décisions estime Emmanuel Macron" https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/iran-les-entreprises-francaises-sont-libres-de-leurs-decisions-estime-emmanuel-macron-5764473

On a bien compris que c'est pas le mac qui dira quoi que ce soit à total, trop petit pour contredire...
Réponse de le 11/06/2018 à 10:55 :
Eh oui, nous sommes pas dans un pays communiste ou l etat decide ce que doivent faire les entreprises privees. Total fait ce qu il veut. Et quand vous passez a la pompe, vous vous moquez que votre carburant contienne de l huile de palme d indonesie ou du colza (sur le plan ecologique, c est comme choisir entre la peste et le cholerat. l un utilise moult pesticide et l autre cause une deforestation massive)


Sinon saluons la performance de la FNSEA, qui ici se pique d ecologie et qui hier militait a fond pour pouvoir utiliser les pesticides, meme si ceux ci font disparaître les abeilles et sont cancerogene probables ...

Vivement la reforme de la PAC qu on leur coupe les vivres
Réponse de le 11/06/2018 à 13:33 :
"Eh oui, nous sommes pas dans un pays communiste"

DE quoi il parle le multipseudos encore ? Sa fixette comme d'habitude...

"ou l etat decide ce que doivent faire les entreprises privees"

Dans un pays communiste il n'y aurait pas d'entreprise privée, déjà vous vous vautrez...

"Total fait ce qu il veut"

C'est ce que je dis ! POurquoi troller pour me le répéter !?

"Et quand vous passez a la pompe, vous vous moquez que votre carburant contienne de l huile de palme d indonesie ou du colza"

Vous certainement mais pas moi et je suis plus représentatif de l'individu ancté dans la réalité que vous et de très loin.

"Sinon saluons la performance de la FNSEA, qui ici se pique d ecologie et qui hier militait a fond pour pouvoir utiliser les pesticides,"

Attention ! Vous allez dénoncer un lobby ultra puissant, vous avez perdu la raison !?

"Vivement la reforme de la PAC qu on leur coupe les vivres "

J'aimerais bien mais jamais cela ne se fera tant que nos politiciens seront pieds et mains liés au lobby agro-industriel.

"Pratiques criminelles dans l’agroalimentaire" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/HERMAN/57901
Réponse de le 11/06/2018 à 15:08 :
@citoyen:vous avez oublié de signaler cd!
Réponse de le 11/06/2018 à 17:20 :
@ multipseudos: "@citoyen:vous avez oublié de signaler cd! "

Un poil masochiste ? Je m'en doutais...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :