Huile de palme : l'Indonésie pousse l'UE à revoir à la baisse ses normes

 |   |  396  mots
Présente dans les biscuits, les cosmétiques et les biocarburants, l'huile de palme est responsable de la déforestation des zones tropicales, menaçant des espèces comme le tigre de Sumatra et l'orang-outan.
Présente dans les biscuits, les cosmétiques et les biocarburants, l'huile de palme est responsable de la déforestation des zones tropicales, menaçant des espèces comme le tigre de Sumatra et l'orang-outan. (Crédits : Antara Foto Agency)
L'Indonésie, premier producteur mondial d'huile de palme, pousse l'Union européenne à abandonner l'application de normes environnementales strictes pour cette industrie accusée de contribuer à la déforestation, selon des documents obtenus par l'AFP.

La controverse ne retombe pas. Jakarta demande à l'Union européenne d'appliquer les normes indonésiennes de développement durable (dont ISPO) - en dépit des préoccupations sérieuses quant à leur crédibilité -, plutôt que la certification européenne plus stricte, proposée en avril dernier par le Parlement européen, selon des documents obtenus par l'AFP. Ces derniers sont estampillés "non destinés à la publication" et pour distribution seulement pour "le besoin de savoir".

Pour Jakarta, il y a une campagne de dénigrement contre l'huile de palme

En outre, l'archipel invite aussi l'UE a prendre des mesures visant à mettre fin aux messages sur l'huile de palme jugés "négatifs" par Jakarta, et aux campagnes contenant des informations "fallacieuses" sur "la santé et/ou l'environnement".

L'UE et l'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, sont actuellement dans un cycle de négociations commerciales avec des échanges évalués à quelque 35 milliards de dollars (28 milliards d'euros) par an. Un quatrième et peut-être dernier cycle touchant à de nombreux domaines englobant aussi les investissements et la propriété intellectuelle doit s'ouvrir lundi.

Vers une certification unique de l'huile de palme ?

Le cœur de cette controverse repose en effet sur la volonté de l'Union européenne de créer une "certification unique et obligatoire" n'autorisant que la mise sur le marché européen d'une huile de palme durable. Les certifications de type RSPO, ISPO ou MSPO seraient ainsi, de facto, jugées non conformes.

Signe d'un durcissement sur ce sujet, les eurodéputés avaient également adopté, en avril dernier, une résolution qui invitait la Commission européenne à "prendre des mesures pour faire progressivement cesser l'utilisation dans les biocarburants d'huiles végétales qui entraînent la déforestation, y compris l'huile de palme, de préférence d'ici à 2020."

Inquiétude des producteurs malaisiens

Le 16 janvier dernier, les eurodéputés se sont prononcés, à main levée, pour son "élimination progressive" dans les agrocarburants d'ici à 2021, en s'appuyant sur le constat d'une accélération de la production de cette graisse végétale depuis le début des années 2000, qui est à 46% destinée au secteur des transports.

En réaction, des centaines de producteurs malaisiens d'huile de palme avaient manifesté, prétextant que cette mesure détruirait les moyens de subsistance des populations locales.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2018 à 9:28 :
Ils est claire que certain pays n'acceptent pas certaine messure dè restriction d'importation de leur produits....
Ils ons le courrage de reagir à certaine politique.... L'Europe devrais en prendre de la graine..... MDR .
Maintenant, nous pouvons autoriser les importations, sous certaine condition, comme l'emploi én addictif dans les hydrocarbures, mais restreindre les quantités dans l'alimentation..... Apres tous les diesels fonctionnent aussi avec dè l'huile.... Histoire d'arrêt d'enrichir les monarchies du golfe.
Pour se qui est de la déforestation ( au niveau mondial) , nous devant avant toute chose agir au niveau europeen, favorise l'exploitation correcte , la plantation de bonne qualité ( chêne, marinier, noyers) . Pour le reste cela est de l'ingérence....
a écrit le 17/02/2018 à 13:27 :
L'huile de palme contient les "mauvais" acides gras, nuisibles pour la santé. Son seul avantage est le prix. En outre, la déforestation massive par incendie dans certaines iles pour planter des palmiers à huile devrait interpeller les écolos.
a écrit le 17/02/2018 à 8:18 :
.... et quoi plus !
Ils ne veulent pas qu'on rétablisse l'esclavage et le port du voile obligatoire non plus ?
Quoiqu'avec cette maffia européenne on ne sait jamais a quoi s'attendre !
a écrit le 16/02/2018 à 22:57 :
Les biocarburants, en accaparants des ressources agricoles qui devraient être utilisées pour nourrir une population, sont une aberration.

Les producteurs malaisiens (et autres) d'huile de palme ont des terres et des moyens de production permettant de nourrir les populations locales et même une partie du reste de région. Ils n'ont donc qu'à produire du riz. De mon point de vue cette décision européenne est donc à la fois de la protection des consommateurs européens et une aide au développement de l'Asie du Sud-Est.
a écrit le 16/02/2018 à 22:48 :
La commission " européenne " et le parlement "européen" capitulent très vite en general.
Ils ne defendent jamais l'interet des europeens.
L'exemple du coton autorise bien que produit avec des esclaves en temoigne.
a écrit le 16/02/2018 à 21:53 :
Avec quelques billets ça devrait passer large, qu'ils demandent à Monsanto!
a écrit le 16/02/2018 à 20:18 :
Il faut taxer les produits qui contiennent de l' huile de palme...Les Orang outan n' ont plus de quoi se loger et la nourriture disparaît....De plus ces gens achètent du matos Américain .
a écrit le 16/02/2018 à 15:02 :
Quand on n'utilisera plus de produits pétroliers pour circuler on n'aura pas besoin d'y incorporer des produits végétaux pour faire "écolo". Il leur faudra un jour penser aussi à l'avenir.
Au Brésil, je crois avoir lu qu'ils déforestaient aussi, quand une culture rapporte et est très demandée, plus il y a de surface à exploiter, meilleur est le profit (à court terme, mais les vieux arbres n'absorbent plus trop de CO2, ils végètent, il vaut mieux en planter des jeunes).
a écrit le 16/02/2018 à 13:56 :
Obligés de détruire leur environnement pour vivre, voilà ou la World Comapny a mené. L'UE ne doit pas céder mais elle cède tellement en général face aux milliardaires que difficile d'être optimiste...

Notons quand même que le parlement européen est bien moins conservateur que la commission européenne dont on ne sait toujours pas pourquoi elle gouverne hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :