Bretagne : Jean-Yves Le Drian vainqueur avec 51,41 % des voix

 |   |  557  mots
Jean-Yves Le Drian
Jean-Yves Le Drian (Crédits : © Olivia Harris / Reuters)
Le ministre de la Défense bat la liste LR de Marc Le Fur, et celle de Gilles Pennelle, candidat du FN. Symbole de la percée FN en Bretagne, le parti nationaliste entre de nouveau au conseil régional.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (PS), qui était arrivé en tête lors du 1er tour de scrutin, remporte sans grand suspens les élections régionales en Bretagne avec un score estimé de 51,41 %. Personnalité appréciée, ministre en exercice de surcroît, il est le premier président de la région à gagner trois fois un scrutin régional. Malgré une campagne fortement réduite en raison de son poste au gouvernement et du contexte d'état d'urgence suite aux attentats du 13 novembre, sa liste d'union de la gauche et d'écologistes, qui obtient 53 sièges, devance largement celle de son principal rival, Marc Le Fur (LR) créditée de 29, 72 % et celle de Gilles Pennelle pour le FN, stable  aux alentours de  18,87 %.

Jean-Yves Le Drian s'est exprimé vers 20h30 de son QG de campagne en se félicitant de ce résultat pour la Bretagne « qui fait du respect de l'autre, le socle de son vivre ensemble. » « Vous vous êtes exprimés avec clarté: vous avez choisi la force du rassemblement. Vous avez choisi la Bretagne de la cohésion, de la cohérence, de la volonté. Vous avez choisi la Bretagne de la confiance » a-t-il lancé à ses électeurs. Le candidat élu, qui s'était déclaré durant cette campagne contre « le repli sur soi » souhaite désormais ouvrir une nouvelle page de l'histoire de la région, celle d'une « nouvelle Bretagne » dont le sens serait « la Bretagne du travail, du mérite et de l'innovation ». Une manière de se poser en rassembleur face aux électeurs FN et à un vote qui « a révélé des colères, des peurs, des frustrations qui sont allés se réfugier dans des choix qui sont à l'opposé de la Bretagne ».

Le FN, qui fait trois fois mieux qu'en 2010 et gagne près d'un point en huit jours, a lui aussi profité de la plus forte mobilisation de ce deuxième tour, pour lequel le taux de participation s'établissait à 17 heures à 48,81 %, soit 6 % de plus qu'il y a une semaine. Fort de ses résultats, Gilles Pennelle va être à la tête d'un groupe de 12 élus au conseil régional. « Cela faisait plus de 11 ans qu'il n'y avait pas d'élu Front national au conseil régional » s'est d'ailleurs réjoui un porte-parole.

De son côté, Marc Le Fur estime que sa liste LR a été « victime d'une double nationalisation, de la part du FN qui est sur le même thème sur tout le territoire, de la part de Jean-Yves Le Drian et des questions de sécurité, tout cela explique très largement le résultat. » En Bretagne, la droite n'a en effet pas progressé par rapport aux dernières élections régionales. Le « sursaut des Bretons » espéré dimanche dernier par Marc Le Fur, dont la liste gagne 18 sièges, n'aura  pas tourné en sa faveur.

Les enjeux du scrutin 2015 portaient notamment sur les questions de développement économique et d'emploi, au moment où la Bretagne est secouée par la crise dans les filières traditionnelles agroalimentaire et automobile. Les candidats ont débattu sur la nécessité de trouver un nouveau modèle agricole breton, mais aussi sur le développement durable, les écarts entre l'est et l'ouest du territoire ainsi que sur la question des migrants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2015 à 6:51 :
J'aimerai pouvoir dire à ce Monsieur, qu'il prélève sur son budget
respectif, nommée ministère de la Défense pour ne pas dire de la
Guerre, ce que lui coûte un jour d'armement de la politique extèrieure
de la France, afin de l'utiliser contre le chomage des jeunes, l'exclusion
etc...car que préfére t-il ? un nouveau bombardier ou x facultés, ou
x hôpitaux, etc....avec le prix d'une torpille, il pourrait offrir des milliers
de jours de vacances aux enfants dont les parents n'ont plus les
moyens. Alors, ce choix est-il si compliqué ? non ! prise dans ces
contradictions, La France n'est pas un bon chef de famille. Elle
a le devoir de s'occuper de sa maison avant toute chose et d'exporter
son savoir et ses valeurs éthiques là où la justice avec son allié la
paix sont indispensables. D'ailleurs, l'armée est assez bardée de
diplômes pour faire d'autres missions que la guerre.
Mais là, j'enfonce des portes ouvertes et L'ONU ? c'est le miroir
aux alouettes ....Mais que font-ils tous ces parlementaires ?
Monsieur Le Drian ne peut choisir ! Elle est bien bonne la blague
de qui vient cet entêtement bien breton, je vous le donne en
mille.....une petite idée ?
a écrit le 14/12/2015 à 20:26 :
Dans quel pays au monde y a t-il un ministre de la défense en même temps président d'un conseil régional ou autre??????
a écrit le 14/12/2015 à 14:11 :
Comment croire un président "exemplaire" qui ne respecte AUCUNE de ses promesses de campagne, à commencer par le non-cumul des mandats !??
a écrit le 14/12/2015 à 13:23 :
ne pas oublier que cette election est une mascarade on organise en meme
temps une renion mondial ce qui permet de tricher sur les temps d'antenne
des partie en 2 les propoos du 1er ministre
évoquant la guerre civil
sujet de haine
3 la remise en question du president sur le cumul des mandats
il faut qu'il triche par tout les moyens possible
a écrit le 14/12/2015 à 8:38 :
Sûr, il a gagné en vertu du système, mais 51,41% de 53,88% de votants, il est loin d'avoir une majorité démocratique. C'est précisément le problème en France, on se retrouve toujours avec des gens dont on ne veut pas, mais qui grâce au système demeurent toujours au pouvoir ! Alors, un duel Hollande/LePen ou un duel Sarko/LePen don't on connaît le résultat d'avance va certainement menr à un très fort taux d'abstention aux présidentielles. Mais attention, le système est tellement vicié qu'il permet même à un repris de justice (Juppé) de se présenter. A défaut de nouvelles idées avec de nouvelles têtes, la poursuite du déclin de la France est inéluctable :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :