Régionales : le FN dépasse son score historique de voix

 |   |  1745  mots
A 17 heures, la participation au second tour des régionales est supérieure à celle enregistrée en 2010.
A 17 heures, la participation au second tour des régionales est supérieure à celle enregistrée en 2010. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Résultats, reportages, analyses, réactions suivez l'actualité du second tour des élections régionales 2015 tout au long de cette soirée.

Merci d'avoir suivi ce live. Retrouvez dès demain les analyses des journalistes de La Tribune.

[23h45] Les résultats des régionales depuis 1989 (la droite en bleu, la gauche en rose)

[23h30] Le FN dépasse son score historique de voix : le Front national a battu, lors de ce second tour, son record historique du premier tour de la présidentielle 2012 d'au moins 200.000 voix, selon des résultats non définitifs communiqués par l'Intérieur.

[23h20] Outre-mer: à La Réunion, qui compte 850.000 habitants, a réélu ce dimanche Didier Robert (Les Républicains) : 52,6% face aux 47,3% d'Huguette Bello (PLR, PCR, PS, Modem). En Guyane, le dépouillement est toujours en cours. Mais le candidat divers gauche, Rodolphe Alexandre, serait en tête. En Guadeloupe et Martinique, les bureaux de vote viennent de fermer.

[22h30] La maire PS de Lille, Martine Aubry, qui avait appelé à voter pour la liste de Xavier Bertrand (Les Républicains) a tenu à "remercier les électeurs de gauche qui ont eu le seul réflexe qui vaille, le réflexe républicain, permettant la victoire de Xavier Bertrand", mais appelle la gauche à se poser des questions.

"Nous ne pouvons sortir de ces élections régionales sans nous poser des questions de fond sur le vote des extrêmes et sur l'abstention, et sans nous demander comment redonner confiance en la politique et dans la gauche."

[22h24] "Il y a des victoires qui font honte à leur vainqueur", assure Marion Maréchal-Le-Pen

"Ne soyez pas triste, il y a des victoires qui font honte à leur vainqueur", a déclaré Marion-Maréchal Le Pen, qui a obtenu 45,2% des voix. Elle a évoqué des "calomnies et du clientélisme" en parlant de Christian Estrosi, qui a remporté la région PACA.

"Nous allons redoubler d'efforts et de combativité. Notre amour de la France n'a jamais été aussi exalté", a-t-elle ajouté. Et d'assurer: "La recomposition politique commence dans notre région."

[22h15] Le président de l'Assemblé nationale, Claude Bartolone, a reconnu dimanche soir sa défaite face à sa rivale Valérie Pécresse en Île-de-France. Le candidat PS vaincu a également indiqué qu'il remettait en jeu son mandat de président de l'Assemblée nationale, dès lundi.

 [22h13] Sept régions pour la droite, cinq pour le PS

Selon les derniers chiffres, la gauche a remporté cinq régions contre sept pour la droite. En Corse, la victoire revient au nationaliste Gilles Simeoni.

Carte

[21h54] Valérie Pécresse ("Les Républicains" et alliés) remporte la région Île-de-France avec 43,5% contre 42,3% pour la liste conduite par Claude Bartolone (PS et alliés). Le candidat FN remporte quant à lui 14,2% des suffrages.

[21h45] La Normandie passe à droite. L'ancien ministre de la Défense, Hervé Morin, tête de liste de la droite et du centre, remporte la Normandie. Selon les chiffres fournis par le ministère de l'Intérieur,  après réception de 94% des résultats, la liste conduite par Hervé Morin obtient 36,43%, contre 36,08% pour celle de Nicolas Mayer-Rossignol. Le candidat FN, Nicolas Bay, remporte 27,50% des suffrages.

[21h30] En Île-de-France, Valérie Pécresse aurait une très légère avance, selon les dernières estimations.

En Normandie, la droite et la gauche sont au coude à coude. Pour l'instant, les estimations ne permettent pas de désigner le vainqueur dans la région. D'après les estimations de l'institut Ipsos Sopra Steria pour France 3, Hervé Morin (député UDI de l'Eure) et Nicolas Mayer-Rossignol (liste de gauche) serait à égalité avec 36,3%.

[21h15]  Incertitude sur les résultats en Île-de-France

L'institut de sondage Ifop annonce que Valérie Pécresse (Les Républicains-UDI-Modem) et Claude Bartolone (PS + alliés) seraient au coude à coude avec 43% des suffrages. Mais dans le même temps, l'institut de sondage Ipsos assure que la candidate de la droite remporterait l'élection en Île-de-France avec 44% des voix. Claude Bartolone obtiendrait 41,8% des suffrages et Wallerand de Saint-Just (FN) 14,2% des voix.

[20h55] Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, a affirmé que l'échec du Front national aux élections régionales était "un signe de bonne santé de notre démocratie".

[20h45] Nathalie Kosciusco-Morizet, numéro deux des "Républicains", met en cause la stratégie de Sarkozy "si les électeurs avaient appliqué le ni-ni, nos candidats dans le Nord et en Paca auraient été battus".

Florian Philippot (tête de liste FN région Grand Est) : "Nous manquons ce soir la victoire, mais nous sommes à un plus haut historique et c'est une source d'espoir profond. Ce qui s'est élevé en France est une lame de fond patriote, et ne redescendra pas".

[20h30] Christian Estrosi qui remporte son duel face à la candidate frontiste Marion Maréchal-Le Pen, s'est félicité rappelant que "cette victoire est d'abord la victoire du peuple".

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, s'exprime en direct de la rue de Solférino: "Je m'adresse à la gauche, nous devons retrouver le chemin de l'Union, ensemble nous avons fait bloc avec succès au second tour".

Pour Cambadélis, "le FN veut la guerre des civilisations, la stigmatisation des musulmans, il ne faut pas avoir l'anti-lepenisme honteux".

Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) : "Ce soir une catastrophe a été évitée de justesse, il faut en remercier les millions de personnes qui ont voté avec des bulletins pourtant contraires à leurs profondes convictions."

[20h29] Le Premier ministre Manuel Valls a salué les électeurs qui ont répondu à l'appel de gauche.

"Chacun a pu exercer son droit (de vote) dans la sécurité cette liberté", a rappelé Manuel Valls en faisant référence aux attentats du 13 novembre."La mobilisation d'aujourd'hui a permis à la gauche et aux écologistes de l'emporter dans plusieurs régions. Mais ce soir, aucun soulagement, aucun message de victoire. Le danger de l'extrême droite n'est pas écarté, loin de là" a rappelé le Premier ministre.

[20h20] Nicolas Sarkozy "remercie les millions d'électeurs qui se sont portés sur les listes de Républicains et du centre [...] Cette mobilisation ne doit pas faire oublier sous aucun prétexte les avertissements adressé à tous les responsable politiques nous compris au premier tour des élections", a-t-il déclaré dimanche soir.

Bruno Le Maire, député Les Républicains de l'Eure a de son côté estimé "qu'il ne faut pas rester sourd au message des électeurs. les Français attendent une autre politique, des solutions nouvelles. Il faut du renouveau politique"

[20h00] Selon les premières estimations, l'extrême droite a échoué ce dimanche à gagner la moindre région.

La droite remporterait cinq régions (Paca, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Grand Est, Rhône-Alpes, Pays de la Loire) , la gauche cinq régions. En Corse, c'est Gilles Simeoni (maire de Bastia) tête de liste de "Per a Corsica" qui est arrivé en tête du second tour des élections. Il devance Paul Giacobbi (PS et alliés) avec 36,9 % des voix contre 27,8%. Les résultats en Île-de-France et en Normandie ne sont pas encore connus.

-Provence-Alpes-Côte d'Azur : Christian Estrosi (Union de la droite) l'emporte devant Marion Maréchal-Le Pen (FN) avec 54,5% des voix contre 45,5%.z

-Nord-Pas-de-Calais-Picardie : Xavier Bertrand (Union de la droite) remporte l'élection devant la candidate frontiste Marine Le Pen avec 58,1% des voix contre 41,9%.

-Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine : Philippe Richert (droite) l'emporte, devant Florian Philippot (FN) et Jean-Pierre Masseret (PS) avec 47,6% des suffrages contre 36,6% et 15,8%

-Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées : Carole Delga (gauche) l'emporte, devant Louis Aliot (FN) et Dominique Reynié (droite)

-Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez (LR) l'emporte, devant Jean-Jack Queyranne (PS) et Christophe Boudot (FN)

-Pays de la Loire : Bruno Retailleau (droite) l'emporte, devant Christophe Clergeau (gauche) et Pascal Gannat (FN)

-Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes : Alain Rousset (gauche) l'emporte, devant Virginie Calmels (droite)

-Bretagne : Jean-Yves Le Drian (PS) l'emporte, devant Marc Le Fur (droite) et Gilles Pennelle (FN).

 [19h35]

Dans la région du Grand Est (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine), Florian Philippot (FN) est arrivé en tête au premier tour des élections régionales dimanche 6 décembre avec 36,06% des voix, suivi par Les Républicains (25,83%) et la liste socialiste (16,11%). Pour rappel, Jean-Pierre Masseret, le candidat PS n'a pas suivi les consignes de retrait données par son parti.

[19h05] La participation  à 17 heures est en forte hausse au second tour dans toutes les régions de France, avec un record enregistré en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne (source : ministère de l'Intérieur)

Près de 45 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche, dans le cadre des élections régionales.

régionales carte participation

[18h55] Hausse importante dans les régions où le FN est susceptible de l'emporter.

Dans les régions où les candidats du Front National sont susceptibles de l'emporter, on notait dès midi une augmentation sensible de la participation au second tour.

A 17 heures, en PACA, où le FN affronte la droite, elle est en hausse de 8,3 points par rapport au premier tour. En Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine où le socialiste Jean-Pierre Masseret s'est maintenu, la participation a bondi de 11,3 points.

En Nord-Pas-de-Calais-Picardie où Marine Le Pen affronte Xavier Bertrand (Les Républicains), la participation connaît une hausse plus faible de 5,3 points par rapport au premier tour.

[17h00] Participation en forte hausse par rapport à 2010

A 17 heures, le taux de participation à l'échelle nationale atteint 50,54% contre 43,01 % au premier tour de dimanche dernier.

Ce chiffre, fourni par le ministère de l'Intérieur, est également supérieur à celui de 43,47% enregistré en milieu d'après-midi au second tour des régionales de 2010.

A noter que la Haute Corse est le département qui enregistre la plus forte participation avec 62,24%.

>> Le taux de participation par département à 17 heures.

[12h00] Tendance de la participation en hausse à 12h

La participation s'élevait à 19,59% dimanche à 12h00 pour le second tour des régionales, un taux en hausse par rapport à la même heure la semaine dernière à l'occasion du premier tour (16,27%).

Ce chiffre, fourni par le ministère de l'Intérieur, est également supérieur à celui de 18,57% enregistré en milieu de journée au second tour des régionales de 2010.

>> Le taux de participation par département à 12 heures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2015 à 21:23 :
L'échec de la Gauche, est le grand succès de Valls ;

Valls a réussi à laminer le PS, grand service rendu à son ami l'UMP

Sarkozy peut se gausser de voir disparaitre le Modem et l'UDI ;
a écrit le 13/12/2015 à 19:29 :
Si un Droite-Centre l'emporte grace au retrait du¨P.S. Il n'aura qu'une opposition FN de 40 à 49% de l'électorat, qu'il devra entendre et respecter, et inversement. Et le P.S hors de l'assemblée par son retrait, devra lui aussi régionalement, et localement etre entendu et respecté. Chacunes des trois aura des contributions constructives, et intelligentes, pour l'intérêt général dont il faudra tenir compte, et après débat adopter ou non, sans politique politicienne.
Réponse de le 14/12/2015 à 0:22 :
c'est du n'importe quoi! les politiques n'essaient pas de mettre en place un vrai projet de société mais uniquement d'avoir accès au pouvoir et ce qui va avec. La preuve, qui a réellement la volonté dans ce pays de réformer? AUCUN. Le reste est du bla-bla qui n'amène à rien. Le privé continuera de payer pour le public (calcul des retraites....), le chômage continuera d'augmenter, la dette continuera d'exploser, .... La France préfère se closer que de se retrousser les manches et prendre son destin en main.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :