Budget 2018 : qui seront les gagnants de la fin de l'ISF ?

 |   |  611  mots
Dès 2018, l'impôt sur le patrimoine ne reposera plus que sur les biens immobiliers.
Dès 2018, l'impôt sur le patrimoine ne reposera plus que sur les biens immobiliers. (Crédits : DR)
En remplaçant l'ISF par un impôt sur la fortune immobilière (IFI), le gouvernement va faire sortir de l'impôt sur le patrimoine beaucoup de contribuables ayant opté pour les placements financiers au détriment des placements immobiliers.

Considérée comme un cadeau aux plus riches, c'est une mesure qui risque de faire couler beaucoup d'encre. Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, le gouvernement d'Edouard Philippe va bel et bien supprimer l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et le remplacer par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) dès 2018. Dans le cadre de la présentation du prochain budget 2018 en Conseil des ministres, le gouvernement a détaillé la mise en oeuvre de la mesure en utilisant des "cas types IFI".

Le nouvel impôt ne portant que sur le patrimoine immobilier, les grands gagnant seront donc bien évidemment toutes les personnes ayant opté pour des placements financiers, telles que l'assurance vie ou les portefeuilles de titres. Et pour les contribuables qui revendent leur entreprise, on peut parler de jackpot.

Jackpot pour certains, statu quo pour les autres

  • Un contribuable qui revend son entreprise 10 millions d'euros et qui possède une résidence principale d'une valeur de 1 million d'euros aurait payé 108.690 euros d'ISF dans son ancienne version, avec une assiette imposable de 10,7 millions d'euros après l'abattement de 30% pour résidence principale. Avec l'IFI, il ne paierait tout simplement aucun impôt sur le patrimoine, son assiette imposable étant réduite à 700.000 euros, soit 600.000 euros de moins que le seuil d'entrée dans l'impôt.
  • Pour une famille possédant un patrimoine composé d'une résidence principale de 800.000 euros, d'une résidence secondaire de 500.000 euro, d'un immeuble de rapports de 200.00 euros et de 500.000 euros placés dans un portefeuille de titres, l'IFI sera également de 0 euros, alors que l'ISF aurait été de 5.720 euros. Cette famille sort de l'impôt de justesse, avec une assiette imposable de 1,26 million d'euros (240.000 euros d'abattement sur la résidence principale).
  • Le gouvernement cite également un cas intéressant de deux contribuables qui possèdent un patrimoine d'un montant similaire (3,8 millions d'euros) et qui payaient donc tous les deux 21.290 euros d'ISF jusqu'en 2017. Le contribuable A, dont le patrimoine est réparti entre un portefeuille de titres de 3 millions d'euros et une résidence principale de 800.000 euros, ne payera pas l'IFI. Le contribuable B, de son côté, avec un immeuble de rapports estimé à 3 millions d'euros et une résidence principale d'une valeur de 800.000 euros également, payera en IFI ce qu'il payait en ISF (21.290 euros).

Ces différents cas illustrent la volonté très nette du gouvernement de flécher l'épargne des Français vers les placements financiers, afin de "stimuler l'investissement privé et de l'orienter vers les projets porteurs d'innovation et de croissance". L'ISF a donc été aboli en raison de son effet "très défavorable à la détention de valeurs mobilières", précise le dossier de présentation du Budget 2018.

Même seuil, taux et abattements que l'ISF

Le gouvernement a également confirmé un certain nombre de détails de la mesure que l'on pressentait déjà. Le seuil d'entrée (1,3 million d'euros), les taux d'imposition et les abattements en vigueur sur l'ISF seront maintenus dans l'IFI. De plus, "la réduction d'impôt en faveur des dons aux organismes d'intérêt général sera transposée dans l'IFI", précise Bercy. Le dispositif "Dons ISF" sera donc prolongé mais le dispositif ISF-PME devrait pour sa part disparaître.

La suppression de l'ISF et son remplacement par l'IFI devraient faire économiser 3,2 milliards d'euros aux contribuables concernés. Au vu de leur profil, il n'est pas certain que les critiques portant sur le "cadeau aux plus riches" cessent...

> Lire aussi : Flat tax, IFI : ces mesures vont-elles réellement améliorer le financement de l'économie réelle ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 16:20 :
Reste qu'avec le nouvel IFI, les milliardaires n'auront même plus besoin de montages fiscaux complexes et qu'ils seront les premiers avantagés par la réforme! " Pour les contribuables détenant plus de 10 millions d'euros d'actifs taxables à l'ISF, l'immobilier représente généralement 20% du patrimoine ", confirme ainsi Jean-François Lucq. C'est donc 80% de leur assiette pour l'ISF qui va disparaître du jour au lendemain.
Pour Emmanuel Macron, dont l'IFI était l'une des promesses de campagne, l'équation politique s'annonce délicate. Jusqu'ici, l'exécutif justifiait la différence de traitement entre l'immobilier et les actions par la volonté de favoriser le capital " productif " au détriment du capital " improductif ". Au-delà du fait que l'argument était déjà particulièrement discutable, il devient politiquement inopérant lorsque les chevaux de course et les yachts font partie des actifs épargnés.
a écrit le 28/09/2017 à 11:13 :
Pompili demande un effort aux retraitees pour les jaune de 15 € elle est gonflée c est n'es pas aux retraitees des venirs aux secours des jaunes c est aux politiques des crée dès emploi les industriels de créer dès emplois en france ? Macron champion de la précarité des jaunes est des retraitees votez macron votez précarité ils reste la casserole de melonchon ?
a écrit le 27/09/2017 à 18:16 :
Amusant : on souhaite dynamiser l investissement dans la finance . Mais on voit que ce sont ceux qui sont deja investis qui ont le plus de gains. Or ils etaient deja convaincus d investir. A t on mesure combien de nouveaux investisseurs ceci attirerait ?
a écrit le 27/09/2017 à 17:54 :
en 2022 les socialistes vont revenir au pouvoir et retablir l'isf sur les valeurs mobilieres; personne n'est dupe ( et ils n'en sont pas a leur premier coup) , et donc personne ne va ni creer de boite ni en reprendre.........ca va aller au tas, jusqu'au jour ou la france sera en guerre civile faute de ressources economiques
Réponse de le 27/09/2017 à 18:28 :
'en 2022 les socialistes vont revenir au pouvoir'

Tu as déjà l'aile droite du PS chez Macron d’où le "cadeau aux plus riches"
a écrit le 27/09/2017 à 16:51 :
Pour le peu que rapportera l'IFI, mieux vaudrait le supprimer que de consacrer de l'énergie et des moyens humains à son calcul, son recouvrement et son contrôle. D'autant plus qu'avec une assiette correspondant à la valeur vénale de biens immobiliers (qu'on ne connaît exactement qu'après qu'ils aient trouvé acheteur au prix estimé), les contestations sur son montant ne peuvent être que légion. Exemple : le contribuable détenteur d'un patrimoine immobilier estimé par l'administration fiscale 1,5 million le vend, mais il ne trouve acheteur qu'à 1,2 million. Ce contribuable devrait pouvoir légitimement récupérer l'IFI qu'il a versé au fisc de manière indue...
a écrit le 27/09/2017 à 16:45 :
Des cadeaux pour les actionnaires et la CSG pour les retraités qui ont travaillé 40 ans pour obtenir une retraite, chapeau Macron.
Réponse de le 27/09/2017 à 21:13 :
Supprimer un impôt inique, injustifiable et antiéconomique, ce n'est pas un cadeau mais un acte de bonne gestion. Le patrimoine est taxé lors de son acquisition (IRPP), sur son revenu; lors de sa transmission. Il n'y aaucune raison que sa simple détention soit aussi taxée.
a écrit le 27/09/2017 à 16:08 :
"La suppression de l'ISF et son remplacement par l'IFI devraient faire économiser 3,2 milliards d'euros aux contribuables concernés".

Soit 312 046 foyers français (chiffre 2013).Bien joué ,Ils ont bien fait de voter pour lui.
a écrit le 27/09/2017 à 14:09 :
Peut on supposer une baisse des prix dans l'immobilier dans les mois ou années avenirs?
Réponse de le 27/09/2017 à 17:19 :
doux reveur.
Réponse de le 27/09/2017 à 17:56 :
Je dirais plutôt des siècles.
Réponse de le 27/09/2017 à 21:14 :
Bien au contraire, le maintien de l'IFI va décourager l'investissement locatif donc pousser les loyers à la hausse dans les zones où l'offre est insuffisante.
Réponse de le 20/10/2017 à 12:50 :
Au contraire.

Impôts orienté vers l'immobilier => Baisse des investissements dans l'immobilier au profit d'autres investissements afin de payer moins d'impôts => Baisse de l'offre dans l'immobilier locatif => nombre de logements locatifs plus rares (offre) / nombre de locataires potentiels constants (demande) => Hausse des loyers.
a écrit le 27/09/2017 à 13:36 :
Sans aucun contrôle quant à la réutilistion des fonds ainsi économisés cet aménagement de l'ISF se traduira dans les faits par un cadeau aux détenteur de portefeuille qui pourront ainsi mieux spéculer et s'enrechir sans que cela se traduise par des emplois supplémentaires après la loi travail: MEDEF 2 Justice sociale 0!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :