Budget en hausse pour la culture, et notamment le cinéma

Le budget de la culture et la communication s'élèvera en 2016 à 7,3 milliards d'euros, une hausse de 2,7% par rapport à l'an passé, avec notamment un accroissement des aides fiscales au cinéma pour attirer les tournages en France, selon le projet de loi de finances présenté mercredi.

3 mn

2,9 milliards d'euros sont destinés à la culture et la recherche, 3,9 mds à l'audiovisuel public et 530 millions à la presse, la diversité radiophonique, le livre et les industries culturelles.
2,9 milliards d'euros sont destinés à la culture et la recherche, 3,9 mds à l'audiovisuel public et 530 millions à la presse, la diversité radiophonique, le livre et les industries culturelles. (Crédits : AFP)

Comme promis, le bugdet de la culture et la communication sera en hausse en 2016. Il s'élèvera à 7,3 milliards d'euros (+ 2,7% par rapport à 2015), selon le projet de loi de finances présenté mercredi. Alors qu'il avait très légèrement progressé en 2015 (+0,33%) après deux années de baisse (-4% en 2013 et -2% en 2014), le budget augmente ainsi de 190 millions d'euros, dont 45 millions en plus pour les crédits d'impôt au cinéma.

"Dans un moment où nous sommes déterminés à redresser les comptes publics, c'est le signe manifeste que la culture compte parmi les priorités du gouvernement", a dit la ministre de la Culture Fleur Pellerin, qui a rappelé que le Premier ministre Manuel Valls s'était engagé sur cette hausse.

Concrètement, 2,9 milliards d'euros sont destinés à la culture et la recherche, 3,9 milliards à l'audiovisuel public et 530 millions à la presse, la diversité radiophonique, le livre et les industries culturelles.

La culture risque néanmoins de pâtir de la baisse des ressources des collectivités locales, qui assument près des trois quarts du financement du secteur et seront privées de 3,7 milliards d'euros de dotation de l'Etat chaque année jusqu'en 2017.

Généralisation du taux de crédit d'impôt pour le cinéma

La ministre a par ailleurs confirmé pour 2016 la généralisation du taux de 30% de crédit d'impôt pour le cinéma, un taux jusqu'ici réservé aux films de moins de 4 millions d'euros.

"Depuis le début 2015, on constate une forte relocalisation des tournages", a déclaré la ministre, qui l'attribue à la hausse des crédits d'impôts depuis son arrivée rue de Valois.

"Le système auquel on aboutit aujourd'hui est extrêmement simple, c'est un crédit de 30% et un plafond de 30 millions pour tout le monde", y compris pour certaines œuvres en langue étrangère, a-t-elle précisé. Le coût de cette aide fiscale pour l'Etat va doubler, à 98 millions (+45 millions).

"On augmente le crédit d'impôt parce qu'il y a une politique extrêmement agressive en Grande-Bretagne, au Luxembourg, en Belgique et dans les pays de l'Est, où les crédits d'impôt vont jusqu'à 40%", a expliqué la ministre. Une "réflexion est en cours" pour étendre cet avantage fiscal aux séries télé.

Le budget de l'audiovisuel public sera très légèrement augmenté (+16 millions). France Télévisions reçoit 4,4 millions supplémentaires (soit une dotation totale de 2,48 milliards), Radio France 5 millions (dotation totale 606,8 millions), Arte 2,5 millions (264 millions) et France Médias Monde 2 millions (244 millions).

Pour rappel, France Télévisions et Radio France sont tous deux déficitaires, de respectivement 10 et 21 millions d'euros prévus cette année.

Le secteur bénéficiera pourtant d'une hausse de 1 euro de la redevance et de 0,3 point de la taxe sur les opérateurs télécoms, intégralement affectées à l'audiovisuel public et qui lui rapporteront quelque 135 millions. Mais l'Etat a réduit parallèlement de 120 millions une autre dotation.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 14/10/2015 à 17:11
Signaler
Julie a bien travaillé au corps François ! Le seul point de baisse significative des impôts en 2016, c'est la niche cinéma où le bonus d'impôt passe de 20 à 30% !

à écrit le 02/10/2015 à 1:50
Signaler
Grotesque. On favorise la petite coterie des donneurs de leçons sur commande mais on charge les TPEs à coup de réglementation et d'impôts.

à écrit le 01/10/2015 à 14:34
Signaler
Le cinéma, la culture, c’est comme les vins et spiritueux, des spécialités françaises. CINEMA, 2014, FRANCE et EUROPE (Observatoire européen de l'audiovisuel) « France, la très bonne élève du cinéma en Europe » 1) « Les recettes brutes des sall...

à écrit le 01/10/2015 à 14:09
Signaler
La culture cinématographique sous perfusion pour alimenter les réalisateurs et trices qui nous pondent des courts-métrages qui hormis en sélection ne sont regardés par personne. Mais ce n'est pas grave ma fleur "tu te les tapes et tu dis que c'est bi...

à écrit le 01/10/2015 à 13:51
Signaler
Il est normal de soutenir la "culture" pour acheter le vote des subventionnés cultivateurs de la "république". La farce continue. Ce pays est cuit...

à écrit le 01/10/2015 à 13:34
Signaler
Je pense qu'il y a beaucoup plus important que le cinema !

à écrit le 01/10/2015 à 13:30
Signaler
Bravo comme ça la concubine aura certainement un rôle

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.