Les voitures électriques plus rentables que celles à essence ou diesel au bout de 4 ans

 |   |  517  mots
Les voitures électriques bénéficient, par ailleurs, d'un régime fiscal avantageux.
Les voitures électriques bénéficient, par ailleurs, d'un régime fiscal avantageux. (Crédits : iStock)
Que ce soit pour le coût de l'entretien ou encore les dépenses liées au carburant, une étude comparative sur les coûts globaux de détention des véhicules, publiée ce mercredi 10 octobre, révèle l’intérêt économique des voiture électriques et hybrides rechargeables qui s'avèrent moins onéreuses au bout de quatre ans que leurs homologues à essence ou diesel.

Alors que la 120e édition du Salon de l'automobile de Paris, qui se tient jusqu'au 14 octobre, consacre la voiture électrique comme le véhicule du futur, une étude publiée ce mercredi 10 octobre par l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révèle que les voitures électriques sont, après quelques années d'utilisation, moins chères à l'usage que leurs pendants à motorisation thermique (essence ou diesel).

Lire aussi : Grand Paris : Renault déploie 120 véhicules électriques en autopartage

Pour cela, UFC-Que Choisir s'est intéressé au coût total de possession (CTP) des véhicules à moteur électrique par rapport à ceux équipés d'un moteur thermiques ou hybride. Les données récoltées ont été calculées pour une berline moyenne (type Renault Mégane, Peugeot 308, etc...). Ainsi, pour une voiture neuve, "le coût total d'un véhicule électrique est plus faible que celui d'un diesel (coût total de propriété inférieur de 3%) ou d'une essence (5%) dès quatre ans de possession", grâce à la prime à l'achat en vigueur en France et un coût en énergie largement inférieur, affirme l'association.

Un budget "énergie" moindre

Le gain de pouvoir d'achat est encore plus intéressant pour une voiture électrique d'occasion. Il atteint 940 euros par an par rapport au diesel, "soit un coût total de propriété inférieur de 28% pour une seconde main (5 à 9 ans) et 1.017 euros par an, soit - 37%, pour une troisième main (de 10 à 16 ans)", analyse l'UFC-Que Choisir. Le résultat s'explique par le fait que les véhicules électriques représentent un coût en énergie très faible - de l'ordre de 188 euros par an - bien loin de celui d'un véhicule diesel (1.181 euros par an) ou essence (1.461 euros par an).

Le coût de l'entretien n'est pas en reste puisqu'un moteur électrique nécessite moins d'investissements dans ce domaine qu'un moteur thermique. En cause, par exemples, l'absence de boite de vitesses ou encore d'embrayage dans les voiture électriques, des pièces particulièrement chères à conserver ou remplacer. UFC-Que Choisir prend l'exemple de Renault où le budget entretien de la Zoé est 20,4% moins important que celui de la Clio essence.

Une fiscalité avantageuse

Par ailleurs, UFC-Que Choisir explique que l'électrique bénéficie d'un régime fiscal particulièrement avantageux par rapport à l'essence ou le diesel. Notamment grâce à une prime écologique de 6.000 euros à l'achat. Sans cette prime, l'électrique "ne serait pas rentable (CTP supérieur de 13% par rapport au diesel)", indique l'association. De surcroît, l'électrique ne souffre pas d'une fiscalité sur le carburant des voitures électriques, à savoir l'énergie à l'inverse des voitures classiques.

Enfin, les véhicules hybrides rechargeables (essence et électrique), s'ils sont actuellement plus coûteux que les motorisations thermiques lorsqu'ils sont achetés neufs sont "rentables à partir de la deuxième main". Afin de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre dans les transports, l'association "appelle le gouvernement à imposer aux constructeurs une information sur le coût global des véhicules (...) pour faire émerger une réelle offre alternative aux véhicules essence et diesel".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2018 à 10:25 :
Voitures électriques autonomes Tesla et Elon Musk, lire article récent de @bernard_jomard qui décrit les points forts et les points faibles de cette techno : http://bernard-jomard.com/2018/09/24/tesla-na-plus-davenir-seul/
a écrit le 11/10/2018 à 16:04 :
Et donc on attend que de Rugy annonce pour la PPE un plan massif de construction d'EPR
Réponse de le 12/10/2018 à 19:32 :
le cout de le lectricite nucleaire est devenu superieur a celui des energies renouvelables.
a écrit le 11/10/2018 à 12:23 :
Les batteries Na-ion de Tiamat, Faradion, Aquin etc qui vont être produites de manière massive dès 2020 vont largement améliorer le bilan des véhicules électriques entre autres, car le Sodium est en quantité 1000 fois plus importante que le Lithium et plus besoin de Cobalt non plus pour beaucoup plus de cycles dont durée de vie bcp plus longue, charge/décharge totale, recyclabilité totale, pas de risques, prix réduit etc. Et mieux encore le solaire sur les véhicules légers diminue par 10 la taille des batteries (pour 800 km d'autonomie courante) et de 25% la consommation d'énergie des camions en particulier frigorifiques.
a écrit le 11/10/2018 à 10:36 :
Un point qu'on oublie avec les électriques, c'est le manque d'infrastructures de recharge rapide. Une électrique/hybride rechargeable, c'est bien pour ceux qui ont un pavillon ou une place dans un parking d'immeuble (déjà équipée ou à équiper avec le droit à la prise).

Pour tous les (très nombreux) autres qui n'ont pas de parking et dont le véhicule stationne dans la rue : quelles possibilités de recharge ? Il suffit de regarder nos rues dans les agglomérations. Imaginez si tout le monde doit dérouler des centaine de mètres de câbles depuis son appartement pour recharger sa bagnole qui n'est jamais garée au même endroit. Risible tout simplement.

J'ai donc du mal à voir le développement de l'électrique sans un maillage de stations de recharge rapide sur le même modèle que les stations essence actuellement. Et au delà de 10 minutes pour recharge, je crains que le système s'embolise.

Un autre point : l'électrique est rentable surtout grâce à la subvention d'achat et au prix de l'électricité. Le jour ou les carburants fossiles disparaissent, qui peut croire un instant que le gouvernement ne taxera pas l'électricité pour ne pas perdre de rentrée fiscale ?

Je crois par ailleurs beaucoup plus aux voitures à hydrogène, qui sont par ailleurs moins polluantes si on prend en compte l'ensemble du cycle de fabrication.
a écrit le 11/10/2018 à 9:12 :
A regarder pour tous les partisans inconditionnels de la voiture électrique : la voiture électrique est une farce !
https://www.youtube.com/watch?v=bY9zESWWbjI
Réponse de le 11/10/2018 à 12:29 :
Il est plutôt largué Pitron il s'est trompé sur beaucoup de données et n'a pas tenu compte des évolutions technologiques. Il a voulu faire de l'argent sur un sujet qui évolue constamment. Résultat il est dépassé car il aurait dû consulter des scientifiques en pointe sur chaque thème et composants de substitution. C'est donc un livre à lire en vérifiant chaque thème et en interrogeant des spécialistes à chaque fois. Il fait penser aux gens qui écrivent des ouvrages de médecine sans connaître.
a écrit le 11/10/2018 à 9:08 :
Que fait on des batteries usagées ?
a écrit le 11/10/2018 à 8:39 :
Je ne vois nul part le prix de location de la batterie d'une Zoé qui plombe totalement l'intérêt économique, bizarre non?
a écrit le 10/10/2018 à 21:44 :
N importe quoi.... Oui sur le papier la voiture électrique est plus rentable.... Mais se qu on oublie c est que vous demandera votre fournisseur d électricité après un an de recharge domestique, sans compter les borne électrique qui ne vont par rester gratuite... Oui on vous vend un entretient presqu inexistant, mais les pannes provoquer sa existe surtout en électronique... Vous croyez que les consetionnaire automobile vont laisser tomber des forfait d entretient prohibitifs, sans compter le remplacement régulier des batterie... Et dernière chose, les primes de l état et autre defiscalisation vont certainement pas durer, sans compter les taxes de circulation et autre que le gouvernement nous inventera !!!
a écrit le 10/10/2018 à 21:40 :
Encore un article pour vous pousser à acheter électrique, ça ne décolle pas en vente. Émission de co2 énorme pendant la construction de cette voiture, batterie lourde pour la voiture(donc pas de roulage dynamique) et que fera t'on pour les batteries en fin de vie (recouvert de béton ou dans le sol pour polluer encore plus la planète de nos enfants). Et je ne parle pas de l'autonomie non suffisante pour partir en vacances avec la clim et tout le reste (il fait de plus en plus chaud ces dernières années) pour finir de courir à près des bornes de recharge(si il y en a) quand elle ne seront pas dégrader.
a écrit le 10/10/2018 à 20:12 :
Des voitures électriques.. peux t'on tracté Une caravane.et sur combien de kms.. peux t'on faire 650 km dans la journée.
NON..
Réponse de le 12/10/2018 à 19:36 :
C est peu adapte pour les gens du voyage effectivement.
Réponse de le 13/10/2018 à 17:35 :
Je ne vois pas où est le mal à avoir une caravane ou une remorque pour des motos, des tondeuses, etc etc...

Je vis dans un bled de 120 âmes, un véhicule sur deux a un crochet d'attelage.

Dans le temps on brulait les tailles et les mauvaises herbes dans les jardins mais c'est devenu interdit dans beaucoup d'endroits, y compris en campagne.

Il faut donc emmener tout ça en déchèterie où ce sera broyé et composté, et il vaut mieux avoir une remorque que de faire 5 voyages. Idem si vous faites des travaux, ou si vous êtes un bricoleur.
a écrit le 10/10/2018 à 17:52 :
Notre Hulot national a fait faire un rapport sur la production d' électricité....soit 7 réacteurs supplémentaires , dans les calculs est ce que tout le parc automobile a été pris en considération y compris les camions ? ce pourquoi notre écolo a pris la poudre d'escampette , pas possible de faire avaler à tous nos écolos Bobo .
a écrit le 10/10/2018 à 16:47 :
En résume l’électrique n'est actuellement rentable que lorsque l'achat et fortement subventionné par les pouvoirs publique et qu'en parallèle le carburant des véhicules thermique est très fortement taxé (plus de 60%).
a écrit le 10/10/2018 à 15:53 :
L'étude ne mentionne absolument pas le coût de remplacement des batteries qui , selon certaines évaluations, avoisine les 10000€. Or, ce coût est loin d'être négligeable et peut remettre complètement en cause la soit disant rentabilité des voitures électriques une fois la période de garantie révolue ou distance parcourue dépassée comme expliqué dans l'exemple ci-dessous.
https://realitesroutieres.fr/voitures-electriques-changement-batteries-plus-cher-voiture-2852/
La mauvaise surprise est surtout à attendre pour les acheteurs de 2ème main
Réponse de le 11/10/2018 à 1:24 :
En effet ! Et si on fait le parallèle avec les téléphones, qui utilisent aussi des batteries Li-ion, et qui ne tiennent plus la charge au bout de 5 ans, ca risque de coûter bonbon. Ma voiture à essence a 20 ans et fonctionne tjs comme une horloge...et ne me coute plus que l'essence que j'y mets.
Réponse de le 12/10/2018 à 15:15 :
Même à 10 000€, pour une batterie qui tient 100 000 km*, ça nous fait 1€/ 100 km. On peut considérer que la charge électrique est négligeable mais je vous la fais quand même à 1€/100 km.
Soit 400 € en "carburant" pour 20 000 km.

Un clio pour le même kilométrage vous couterait entre 1300 € (diesel) et 1700€ (essence) annuels pour le carburant.

Sachant qu'un moteur électrique peut encaisser un million de km quasiment sans entretien, et qu'on supprime quantité de pièces d'usure et de causes potentielles de pannes en même temps que le moteur thermique, la maintenance d'un VE devrait être rapide et peut couteuse.

On se demande même pourquoi le VE n'est pas beaucoup moins cher qu'un véhicule thermique, même en rajoutant le coût de la batterie.

* j'ai de mon coté "récolté" des prix de remplacement beaucoup plus faibles, de l'ordre de 4000 € pour une Zoe ou une leaf, et une garantie de l'ordre de 160 000 km.
Réponse de le 12/10/2018 à 15:27 :
certes, mais en 5 ans vous avez rechargé votre téléphone entre 250 et 400 fois.
Rapporté à une recharge de voiture qui ferait 300 km/charge, on serait dans une longévité de batterie de 75000 à 120 000 km. Ce qui me semble acceptable.

Le problème de votre téléphone n'est pas la batterie, qui coute une poignée d'€, mais les constructeurs (pas tous) qui font tout pour la rendre impossible à changer et vous contraindre à racheter un appareil neuf, ou les "réparateurs" qui abusent des clients et facturent plus de 50€ une opération qui prend 5min pour une personne avertie, avec un simple tournevis.

On peut espérer que les constructeurs de voiture ne tomberont pas dans ce travers.
a écrit le 10/10/2018 à 13:54 :
Ne soyons pas naïfs !!! Dès que le nombre de voitures électriques sera significatifs, on peut faire confiance aux Politiques pour y ajouter une pluie de taxe, et donc finir par coûter plus chères que les véhicules thermiques qu’elles sont destinées à remplacer...
Non mais, qu’ espérait -on ???
a écrit le 10/10/2018 à 13:31 :
"les voitures électriques plus rentables que celles à essence ou diesel"
voire moins onéreuses. La "rentabilité" d'un véhicule, c'est pas gagné, ça perd en valeur dès qu'on l'achète (25% la première année ?). Pour un transporteur, peut-être.
Entre le tous "pur électrique", l'hydrogène partout pour tous (électrique aussi), l'hybride est un intermédiaire peut-être plus réaliste dans le futur proche, local sans polluer ni consommer de pétrole, et la route si besoin, plus classique.
En Norvège ils évoluent directement à l'électrique, à voir quel taux ils atteignent et d'où ça vient (constructeur). Devenons norvégiens. :-)
Réponse de le 10/10/2018 à 19:35 :
Il me semble avoir lu que les mandataires auto achètent les Zoé et Leaf en France, encaissent les 6000€ de prime, ... avant d'exporter les véhicules en Norvège !!! Bref, le contribuable français subventionnerait les automobilistes norvégiens.
La Norvège nous revend son pétrole, et la boucle est bouclée...
a écrit le 10/10/2018 à 12:48 :
Avec une zoe 22kwh, je parcours 15 000 km par an. Avec 150 km d’autonomie et c’est notre première voiture
a écrit le 10/10/2018 à 12:31 :
Jamais on ne nous parle du kilométrage parcouru, ni des modèles comparés
Notons aussi que les différences sont créés artificiellement par l'Etat, qui subventionné un modèle et taxe les autres, en particulier les carburants.Le marché est truqué en faveur des voitures électriques, alors que la vraie solution future est l'hydrogène.
Réponse de le 10/10/2018 à 12:51 :
Il est normal que les voitures thermiques soient taxées: elles polluent, émettent du co2 et consomment du pétrole importé non renouvelable. Autant d’aspects qu’ils faut contrecarrer par une taxation punitive pour ceux qui n’ont pas encore compris ce que sera le monde de demain
Réponse de le 10/10/2018 à 12:58 :
@ wiki: les voitures électriques polluent aussi, ne serait-ce que la fabrication et le recyclage des batteries, sans compter que l'électricité produite ne vient pas ex-nihilo. Donc il faudrait un vrai bilan comparatif objectif des diverses solutions et non un débat plus ou moins pollué par des lobbies intéressés et partisans.
a écrit le 10/10/2018 à 11:38 :
LE problème de la propagande des médias de masse c'est que le citoyen s'en méfie de plus en plus et à tendance à croire qu'à chaque information, du coup, on cherche à orienter notre opinion.

Ah les "paranos" hein...
a écrit le 10/10/2018 à 11:36 :
"représentent un coût en énergie de 188 euros par an" donc 188 recharges, parait que c'est un euro la charge (donc 5,4kWh en 2017, j'ai 0,1845€/kWh TTC net, tout compris, facture Direc* / consommation).
Pas de vidange, pas de filtre à huile, ça fait des économies et des déchets en moins également.
"rentables à partir de la 2ème main" on va donc attendre la vague des occasions une fois les modèles 2019 achetés et un peu "usés".
Réponse de le 10/10/2018 à 12:05 :
Sans compter le coût de location ou de remplacement des batteries qui sont loin d'être négligeables...
Côté déchets, les batteries c'est pas ce qu'il y a de plus écologique.
Réponse de le 10/10/2018 à 19:13 :
C'est très artificiel car la fiscalité est la variable d'ajustement. Vous croyez vraiment que l'état va se passer de la TIPP ? Ne soyez pas naïfs, vous pouvez être sur que des énarques sont déjà en train de plancher sur la manière de taxer les véhicules électriques pour compenser la perte de la TIPP.
Réponse de le 12/10/2018 à 10:34 :
Comme le souligne Irlizion, il faut rajouter le coût des batteries qui est de loin le poste de dépense le plus important.

Sur une Zoé, la location des batteries est obligatoire en France, et le coût mensuel va de 49€ (petit rouleur, contrat sur 36 mois) à 122€ (gros rouleur, contrat court 12 mois) et tout dépassement kilométrique est lourdement pénalisé.

Pour un rouleur moyen (<15 000 km/an) ça revient à 86 €/mois (contrat long), soit l'équivalent de 55 l de gasoil, soit +/- 950 km (11500 km/an)
Donc en gros, la batterie vous coute déjà 80% de son équivalent en essence... même si la voiture reste au garage.

Pire. Pour un petit rouleur (5000 km), les 49€ de location mensuels représentent 32 l de gasoil (1.5€) qui permettraient de parcourir 590 km mensuels soit 7100 km/an...
La seule location de la batterie représente 140 % du budget carburant, même si la recharge est "gratuite" il y a un sacré différentiel à combler.

Paradoxe. En remplacement standard, une batterie coute de 4000 € (leaf) à 40000 € (Tesla), même avec durée de vie (courte) de 100 000 km, ca reste trop attractif pour le client, c'est pourquoi les constructeurs imposent une location qui est une belle rente pour eux.

En GB Renault commercialise une Zoé sans location à 30 000€ contre 23 000€ pour l'offre avec. C'est donc possible.
6 000€ de différence à l'achat c'est une somme, mais comme par hasard ca représente pile poli 6.5 années de location de batterie à 86 € mensuelle....

De là à déduire que le problème de l"électrique ce sont les constructeurs qui se goinfrent avec les primes gouvernementales et avec des prix surgonflés il n'y a qu'un pas.
Comme il a été souligné, le coût de fabrication d'un véhicule électrique hors batterie est plus faible qu'un véhicule thermique du fait de l'homogénéité énergétique, du coût et du poids réduit du moteur tout habillé. A l'entretien il y a également nombre de pièces mobiles en moins.

Bref, un véhicule électrique devrait pas revenir beaucoup plus cher qu'un thermique.
a écrit le 10/10/2018 à 11:17 :
Les véhicules électriques sont UN "LEURRE" Politique basé sur des informations tronquées et en plus l'état se permet de déséquilibrer les petits revenus qui sont dans l'incapacité totale d'investir, en offrant une "PRIME" payée par l'impôt des Citoyens à ceux qui auraient les moyens de s'offrir ce "LUXE" tout cela pour satisfaire des "politico-Ecolo-Bobos" et obtenir leurs votes ! QUELLE HONTE, commencez à proposer ou accepter des alternatives cohérentes, on va peut-être moins rigoler cet hiver quand Enedis va devoir faire des délestages chez les particuliers (grâce à LINKY) pour pouvoir honorer les contrats d'énergie qui ont été signés avec la Belgique, l'Italie, etc... l'Allemagne bien que celle-ci ait réactivé ses centrales thermiques qui nous polluent tranquillement nos vallées, BRAVO !
Réponse de le 10/10/2018 à 12:26 :
Alors nous vivons dans une illusion depuis 2 ans avec bonheur ! Nous habitons la haute Savoie (pas la meilleure région pour une électrique) et nous avons acheter une Zoé et après le bla-bla du pour ou contre, l’utilisation dans la vraie vie nous confirme la justesse de notre choix. La voiture à combustion est devenue un archaïsme ! Plus jamais de voiture à combustion....
Bonne journée
Réponse de le 10/10/2018 à 13:56 :
@ Doxa: comment faites-vous sur les longs trajets ? Ex: 700 km dans la journée ? Et voyages à l'étranger ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :