La hausse des prix des carburants va se faire sentir dans le budget des ménages

 |   |  661  mots
(Crédits : ERIC GAILLARD)
Si le gouvernement affirme que le pouvoir d'achat sera valorisé en 2019, les Français devront néanmoins supporter une hausse du prix du carburant, sur fond de l'augmentation de la fiscalité écologique en France, mais aussi du cours du baril de brut qui a atteint 80,94 dollars ce 24 septembre. Un niveau jamais atteint depuis quatre ans.

Malgré les récents arbitrages budgétaires en faveur du pouvoir d'achat (suppression de certaines cotisations salariales, baisse de la taxe d'habitation pour 80% des Français, baisse de la CSG pour 300.000 retraités), les contribuables devront néanmoins supporter une hausse du prix des carburants. Sur l'antenne d'Europe 1 la semaine dernière, la ministre des Transports avait annoncé une augmentation des taxes, à hauteur de 7 centimes d'euros par litre de diesel et de 4 centimes d'euros le litre d'essence d'ici 2020. Selon l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers, le Gasoil et l'essence ont pris entre 15 à 20 centimes d'euros de hausse en un an.

La ministre a justifié cette décision par la hausse de la fiscalité écologique qui a pour objectif, à terme, d'aligner les prix du diesel sur ceux de l'essence. Dans le PLF 2018, le gouvernement estimait que cet objectif sera réalisé à l'horizon 2021 (estimation reprise dans le PLF 2019).

--

--

"Dès le début du quinquennat, on a annoncé ce choix qui est d'avoir une fiscalité écologique, c'est-à-dire qu'on baisse les impôts sur le travail et on augmente les impôts sur ceux qui polluent. Et on est bien conscient que ce choix peut poser des difficultés à certains Français, notamment ceux qui sont éloignés des centre-villes."

Mais "la hausse des prix ces derniers mois, c'est aussi beaucoup l'augmentation du cours du baril", a-t-elle toutefois nuancé.

Le Brent frôle les 81 dollars le baril : il s'agit d'un plus haut depuis 4 ans

Et pour cause. Ce lundi 24 septembre, les cours du pétrole ont grimpé de plus de 2%, à des plus hauts depuis quatre ans. Vers 14h00 GMT (16h00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord, référence du marché mondial, pour livraison en novembre, valait 80,67 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,87 dollars par rapport à la clôture du 21 septembre, après avoir grimpé vers 8h40 GMT jusqu'à 80,94 dollars.

L'Opep et ses partenaires, qui représentent plus de la moitié de l'offre mondiale, n'ont pour l'heure pas décidé d'augmenter leur production, alors même que Donald Trump avait demandé la semaine dernière sur Twitter à l'Opep de faire baisser les prix.

Dans cette perspective, les groupes de négoce Trafigura et Mercuria estiment que les prix du baril de brut pourraient même atteindre les 100 dollars (85 euros) en fin d'année ou début 2019 avec l'entrée en vigueur, prévue le 4 novembre prochain, des sanctions américaines visant l'industrie pétrolière iranienne.

La prime à la conversion des véhicules maintenue jusqu'à 2022

En outre, le dispositif de la prime à la reconversion est reconduit jusqu'à la fin du quinquennat, en accord avec le plan Climat. Cette aide financière est attribuée à chaque Français qui souhaite se débarrasser de sa vieille voiture en échange de l'achat d'un véhicule moins polluant.

Dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2019, le gouvernement s'est fixé un objectif de "500.000 reconversions de véhicules les plus polluants" d'ici à 2022 grâce à ce dispositif. Selon la ministre, "170.000 dossiers ont été déposés depuis le début de l'année" au titre de la prime à la reconversion.

Fin de l'avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR)

Toujours pour accélérer la transition écologique, le gouvernement a également décidé de mettre fin au taux réduit de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) dont bénéficient certains carburants polluants qui alimentent des moteurs autres que ceux utilisés pour la propulsion de véhicules sur route (gazole non routier ou GNR). Cet avantage fiscal bénéficiait notamment aux entreprises de travaux publics, qui se sont d'ailleurs émues de cette mesure. Pour l'Etat, cela représente un rendement de 1 milliard d'euros dès 2019.

Pour autant, le niveau d'imposition des exploitants agricoles et des entreprises ferroviaires restera inchangé et les modalités d'application des tarifs réduits seront simplifiés, indique le PLF 2019.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2018 à 7:59 :
Entre la proposition de faire payer une carte grise pour les vélos et la hausse vertigineuse des prix du carburant (insupportable pour les ruraux qui font beaucoup de kilomètres tous les jours pour aller travailler), nous perdons en pouvoir d'achat tous les mois. C'est une honte : tous ceux sur le dos de l'écologie : et les batteries des voitures électriques, que va t'on en faire quand elles seront hors d'usage ; des composants polluants en plus pour la planète : . toutes les excuses sont bonnes pour qu'on soit pris à la gorge, surtout, nous les ruraux : augmentation du gasoil sous couvert de l'écologie et création d'une carte grise pour les vélos sous couvert des vols : et si je prête mon vélo à mon voisin :il risque amende alors : c'est totalement absurde et n'a qu'un seul but: nous faire payer toujours plus" l'indispensable"(on ne risque pas de consommer du superflu) et cela touche surtout les ruraux. Mr MACRON n'a jamais du payer son essence pour aller bosser lui . Sans parler de la fin des promotions pour l'alimentaire :encore une perte de pouvoir d'achat pour les plus petits revenus. lamentable tout cela! et il y a encore qui croit que c'est le président de la fin du chômage et de la remontée du pouvoir d'achat : c'est à hurler de rire!
a écrit le 25/09/2018 à 16:53 :
A quand une vraie incitation fiscale pour acheter de l'électrique ou de l'hybride ? Arrêtons les discours moralisateurs...
Réponse de le 25/09/2018 à 19:36 :
Les incitations et niches fiscales, c'est encore et toujours plus d'impôts qui réduisent le pouvoir d’achats des contribuables, qui du coup ont moins de moyens pour acheter des véhicules économes. Faisons plus simple et moins coûteux pour l'Etat et les contribuables: laissons les constructeurs travailler et proposer des véhicules électriques ou hybrides abordables par rapport aux véhicules thermiques, et le marché décollera tout seul sans subventions.
a écrit le 25/09/2018 à 16:29 :
La censure de la Tribune inquiétant!!!! Ca fait deux commentaires que je poste et jamais publiés. Merci!!! La bonne presse française aux ordres, c'est beau!!!
a écrit le 25/09/2018 à 13:13 :
Une solution à la hausse des prix des carburants : 50 km/h, 70 à 150 km d'autonomie, 2 places + enfants. Charge solaire donc consommation électrique quasi nulle. Prix moins de 5000 euros. Mö d'Evovelo : https://www.evovelo.com/en/index.php
Réponse de le 25/09/2018 à 19:39 :
Intéressant pour rouler sur les pistes cyclables. Par contre, sur route ouverte, je suis curieux de connaitre la résistance au crash de ce véhicule ainsi que les probabilités de survie de ses passagers en cas d'accident sérieux... à mon avis, ça doit être voisin de celui d'un vélociste. Donc taux de survie faible au-delà de 40 km/h.
a écrit le 25/09/2018 à 9:43 :
Les premières mesures à adopter face à la hausse des carburants c'est de restreindre l'emploi de son véhicule et de baisser sa vitesse. Or il faut constater que ce n'est pas vraiment le cas ! Utilisation du véhicule pour de très courts trajets alors qu'un peu de marche ferait le plus bien et que nos poumons s'en porteraient bien mieux. Faire 1 ou 2 km à pied pour aller chercher son pain le dimanche matin quelle galère ! Lorsqu'on voit la façon de conduire de beaucoup d'automobiliste on se dit que les carburants ne sont sans doute pas si chers que cela.
Réponse de le 25/09/2018 à 11:25 :
+1000
Réponse de le 25/09/2018 à 12:12 :
De qui tenez vous cela? Selon vous, je dois faire exception!!! j'habite en banlieue parisienne, suis retraité, possède un véhicule de 13 ans diesel parfaitement entretenu que je n'échangerai jamais pour un véhicule électrique. Je garderai cette voiture jusqu'à la fin (la mienne ou celle du véhicule !!), en raison du peu de plaisir que la conduite apporte. 20% d'augmentation en un an du carburant a fait que je ne circule que pour des voyages forcés en France. il est plus sympa de circuler dans des pays où le diesel est à 0.80 euros le litre: cela permet de découvrir le monde et la manière dont celui ci voit la France: hélas aussi, celui ci n'en connait que la communication gouvernementale.
Réponse de le 25/09/2018 à 13:20 :
@ trambdx : on mporte en moyenne 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles. La pollution des véhicules tue 400.000 personnes en Europe. Le pétrole/gaz sont responsables de guerres, de conflits géopolitiques permanents. Et vous comme retraité vous êtes fier de ne rien faire pour ceux qui vivront après vous ! quel égoïsme ! Vous pourriez acheter un véhicule électrique d'occasion. Si l'autonomie n'est pas suffisante au pire on fait des prolongateurs d'autonomie. Ou vous pouvez en louer si c'est ponctuel. Et vous jetez sans doute aussi vos déchets dans les rivières et forêts ?!
Réponse de le 25/09/2018 à 20:56 :
La principale difficulté ne vient pas de là (effectivement, lorsque l'on est trop feignant pour faire 1 km à pied, on paie), mais des trajets en voiture domicile-travail incompressibles, notamment en province où le travail est rare et souvent temporaire (d'où de fréquente changements de lie u de travail), les horaires souvent flexibles, les transports en commun peu développés, et où les trajets de 100 km par jour A/R sont très fréquents (Pôle Emploi considère comme acceptable et non refusable par un demandeur d'emploi un emploi situé à moins de 50 km de son domicile). Pour ces millions de salarié là, souvent peu payés, la hausse massive et continue du prix de la mobilité - carburant mais aussi assurance, réparation, contrôle technique - devient ingérable: ils n'ont que le choix entre se ruiner en frais de voiture ou rester au chômage. D'ailleurs, lors de la polémique sur les emplois non pourvus d'il y a 2 semaines, on a pu entendre de nombreux patrons de PME qui se plaignaient qu'ils ne trouvaient pus d'employés qui accepte de travailler à 20 km de chez eux, souvent dans des métiers comme la restauration donc avec de petits salaires et des horaires flexibles incompatibles avec les transports en commun. D'accord, mais si parallèlement lesdits salariés doivent laisser 30 ou 40% de leur salaire en frais de voiture, il est parfaitement compréhensible qu"'ils préfèrent refuser ces jobs et attendre d'en trouver un aussi mal rémunéré certes, mais à proximité de chez eux... Bref, toute la politique de l'emploi est à revoir: l'économie veut des salariés mobiles, flexibles, mais avec des salaires faibles et en augmentant fortement le coût de la mobilité individuelle. C'est juste intenable et irréaliste.
Réponse de le 27/09/2018 à 0:42 :
+1

En se basant sur le barême de l'administration fiscale, on peut estimer qu'un salarié qui travaille à 20 km de chez lui laissera pratiquement 4500 € en frais de transport chaque année.

S'il est au smic ca lui coûte donc près de 4 mois de salaire net.

Alors Macron qui voulait envoyer bosser les employés à 100 km...
a écrit le 25/09/2018 à 9:30 :
Tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter une voiture neuve et électrique. De plus l'électricité coute de plus en plus cher.
Réponse de le 25/09/2018 à 10:56 :
Moi je vois ces bouchons incessants sur le perif toulousain. 1h a 1h15 pour 30km et toutes ces personnes seules dans leur voiture. Je prends le covoiturage et si une certaine partie des gens faisait de meme il le verrait sur leur budget, leur temps de voyage (moins de trafic) et la qualite de l'air qu'ils respirent. Peut etre que de plus en plus de personnes vont commencer a reflechir a ces alternatives avec des prix a la pompe qui atteignent des sommets. Aujourd'hui il y a des applis qui facilitent la mises en relation pour le covoiturage. Les previsions de l'OPEP sont effrayantes: la demande en petrole atteindra 112 millions de barils jour en 2040, c'est plus que les 100 millions jour actuels! Alors que tous les sommets environnementaux et les specialistes du rechauffement climatique et de la pollution atmospherique nous disent qu'il faut reduire nos emission si on ne veut pas courir a la catastrophe. Comprenne qui pourra!
Réponse de le 25/09/2018 à 13:23 :
@ Classe popu : en copropriété on peut demander à faire installer la charge solaire et sinon chez soi c'est facile. Des sociétés le font même en louant les toitures sur 20 ans. Donc aucun investissement à faire mais un loyer à encaisser. Et les véhicules électriques d'occasions ne manquent pas.
Réponse de le 25/09/2018 à 21:03 :
@ jo12: effectivement, le covoiturage a de très nombreux avantages (j'ai pratiqué longtemps, et je plussoie avec vous sur la saturation du périph' toulousain et au niveau de la barrière de Muret ;-) ), mais il faut tout de même prévenir que c'est extrêmement contraignant. Il faut avoir un emploi qui s'y prête, avec des horaires parfaitement fixes et prévisibles, et aucun aléa qui vous oblige à rester au travail plus tard pour résoudre un problème urgent, dépanner un client ou... rester à la demande de votre chef. C'est un fait connu (hélas) que la hiérarchie française juge énormément ses salariés au 'présentéisme', et je peux vous dire par expérience que les contraintes horaires liées au covoiturage sont extrêmement mal vus (et c'est un doux euphémisme) en entreprise...
Réponse de le 25/09/2018 à 21:09 :
@ Polytech: faire accepter par le syndic de copropriété les travaux nécessaires pour installer des bornes de recharge dans les immeubles collectifs est quasi-impossible: il faut obtenir la majorité des voix pour, or la plupart compte tenu du coût énorme des travaux et le peu de copropriétaires possesseurs d'un VE, c'est mission impossible. Quant à installer des panneaux solaires sur le toit, outre qu'une fois encore il faut passer les barrages du syndic de copropriété, celui des ABF dans les quartiers protégés et celui des devis faramineux, c'est d'une faible utilité pour recharger les batteries de VE qui se rechargent pour l'essentiel... la nuit, lorsque les panneaux ne produisent pas !
a écrit le 25/09/2018 à 9:29 :
La phase critique approche. On va finir comme la Grèce ou les classes moyennes, aisés et riche ont tout pompés ! La classe populaire sera la 1ere a tomber ! Plusieurs études économique démontre qu'un pauvre paye plus qu'une personne aisé pour vivre. Ceux qui habite dans des régions sans TER, ou la voiture est primordiale vont morfler en premier. MERCCCCCCCCCCCI.
Réponse de le 25/09/2018 à 11:04 :
Une des solutions: covoiturage. Incroyable tous ces gens qui voyagent seul vers la meme destination le matin. 1 vehicule de pres d'1 tonne pour deplacer 60 a 70 kg! Pour les courses faite les a pied (bon pour la sante) ou investissez dans un velo (meme d'occasion). Les villes meme petites investissent de plus en plus dans les pistes cyclables. Achete local donc plus proche (les fruits du marche ne sont souvent pas plus cher que dans les supers). Nos societe on une addiction totale au petrole, il y a des alternatives meme si c'est moins pratique et un peu plus fatiguant. La polution et la sedentarite sont deux des fleaux majeurs de nos societes occidentales et le tout voiture en est une des raisons.
a écrit le 25/09/2018 à 8:45 :
Pour le moment la voiture électrique reste faite pour des trajets locaux. Le coût de l'électricité est plutôt bas mais avec les nouveaux compteurs Linky qui pourront détecter la charge pour chaque appareil, le coût de l'électricité s'ajustera en fonction. L'état ne laissera jamais un revenu tel que l'automobile se tarir. Repassez-vous la chanson des inconnus!!!
a écrit le 24/09/2018 à 21:58 :
L'augmentation de la taxe sur les carburants, c'est la transition énergétique en action. Passez à la voiture électrique !
Réponse de le 25/09/2018 à 21:18 :
Les VE ont effectivement commencé à atteindre un niveau de maturité technique intéressant. Mais le gros problème est celui des installations de recharge, quasi inexistantes. Sauf à posséder une maison individuelle, ce qui ne concerne qu'une petite minorité de français, il est quasi impossible de recharger sa voiture en ville (là où le VE est pourtant le plus utile) par manque de bornes de recharger. Impossible de recharger son VE lorsque l'on gare habituellement sa voiture dans la rue. Et installer des prises de recharge dans le parking d'une copropriété est quasi impossible car il faut un vote à la majorité du syndic, et qu'en pratique cela est impossible car les copropriétaires refusent de payer (cher) pour la minorité de propriétaires de VE. Le VE ne décollera en ville que lorsque les municipalités investiront massivement dans les infrastructures publiques de recharge, et que l'on trouvera une borne (payante bien sûr) sur au minimum 50% des places de stationnement, afin que l'on puisse laisser sa voiture le soir en rentrant du travail et la retrouver chargée le matin en repartant au travail.
Réponse de le 26/09/2018 à 17:40 :
@ gab
Vous oubliez que tout le monde n’a pas les moyens d’acheter électrique même avec les primes, et que tout le monde ne vit pas en zone urbaine.
a écrit le 24/09/2018 à 21:57 :
Prenez une voiture électrique et vous ne paierez plus de taxe sur les carburants et vous pollurez moins ! et le confort de conduite est incomparable !
a écrit le 24/09/2018 à 19:37 :
Oui, il est temps de réagir.
Pour moi cette automne Bye-Bye la vieille Fiat thermique essence.
Et go pour une Renault Zoé loa a 170 par mois, soit mon budget essence actuel.
Ma première caisse qui me sera prêté gratuitement et neuve, si je me dis que je mets mon budget essence actuel en location.
Bien sûr je préférerais plus grand, la leader ou ionique mais c est plus cher. Dans trois ans
Réponse de le 24/09/2018 à 21:01 :
C’est un excellent choix ! Nous avions une petite appréhension au niveau de l’autonomie réel, mais nous avons sauté le pas et nous avons fait le choix de la Zoë et c’est juste impressionnant ! Nous arrivons à faire entre 280 (hiver) à 350 km (été) par recharge et la voiture s’auto recharge à environ 30 % lors de freinage! Le confort de conduite est hallucinant et la puissance immédiate ! Plus jamais de voiture thermique.....
Réponse de le 25/09/2018 à 21:19 :
Bravo, la Zoe est une voiture plaisante. Une question: où allez-vous la recharger ?
a écrit le 24/09/2018 à 18:57 :
Dorénavant je voterai pour ceux qui baisseront les taxes sur les carburants, quels que soient les partis ou le parti. J'en ai plus que marre de payer 35 cents de plus que le Luxembourgeois. Ici en Bretagne c'est 1.445 quand tout va bien. A lux c'est 1.099....et les taxes vont encore augmenter pour dois disant rattraper l'essence. Ils se foutent de nous.
Réponse de le 24/09/2018 à 20:45 :
Normal, on importe chaque année en moyenne pour 56 milliards d'euros d'énergies fossiles et en plus de polluer et tuer 400.000 personnes par an en Europe en plus des malades enfants etc çà sert notamment au pouvoir actuel au Kremlin à se surarmer et devenir dangereux en occupant la Crimée, l'Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et qui avait envoyé ses chars à Prague etc. Passez à l'électrique et faites de la recharge solaire. Si vous roulez beaucoup ce sera vite amorti. Ceux qui augmentent les prix du carburant ont raison car si ce n'est pas eux ce sera le marché puisque c'est une ressource par nature finie. Donc soyez intelligent et adaptez vous au monde qui change car ce n'est pas la planète qui va s'adapter à vous mais l'inverse !
Réponse de le 25/09/2018 à 11:21 :
@l'intelligent s'adapte
Le tout electrique n'est pas la panace, on deplace juste une partie de la dependance energetique. Les panneaux solaires sont majoritairement produits en Chine, l'electricite francaise est majoritairement nucleaire, donc le combustible vient d'un autre pays que la France, et si l'on part dans les details des matieres premieres des batteries vous verrez tres vite que votre raisonnement ne tient pas. Si une majorite du parc automobile devient electrique il y a fort a parier que le prix de l'electricite augmentera. L'electrique ne ressoud pas le probleme des embouteillages et de la pollution par les particules issuent de l'usure des pneus
Réponse de le 25/09/2018 à 13:35 :
@ Jo : Les chinois ne sont pas aussi arriérés que vous le pensez ! Les fabricants solaires chinois sont leaders mondiaux et la plupart avaient tout intérêt à produire leur propre énergie comme bien des firmes telles Google, Facebook etc Donc ils fabriquent pour beaucoup désormais le solaire avec les renouvelables c'est tout leur intérêt d'ailleurs. Pour les véhicules électriques quand on se déplace peu il y a lieu de s'orienter vers la location, l'auto-partage, les navettes et véhicules autonomes (Navya, Easymiles etc) et de faire de la charge solaire. C'est ce qui se fait de plus en plus partout. Pour le reste si vous utilisez beaucoup un véhicule électrique le bilan est plus favorable que le thermique et le Li-ion se recycle tout à fait désormais. Donc du "puit à la roue" et du "réservoir à la roue" le véhicule électrique bien utilisé est meilleur et pas de problème de hausse des prix électriques on a déjà maintes solutions car on gaspille encore beaucoup. C'est le nucléaire ancien qui fait monter les prix. les rneouvelables l'ont fait monté jusqu'en 2011 comme l'indique la cour des comptes mais désormais les prix deviennent de plus en plus compétitif et devraient rejoindre nos voisins partis avant nous. Siemens estime moins de 30 euros le MWh sous peu dans l'éolien terrestre. Il est déjà à 17 euros le MWh aux Etats-Unis entre autres. Donc aucun problème avec les renouvelables en séries qui s'intègrent de plus en plus dans le bâtiment et c'est le but.
a écrit le 24/09/2018 à 18:16 :
C'est en effet vraiment pas la bonne période pour prendre à ceux qui consomment afin de le donner à ceux qui s'évadent fiscalement c'est sûr mais le problème est que nos curés néolibéraux sont perdus en dehors du dogme.

Oui la hausse de carburant, j'habite à la campagne et c'est la préoccupation principale en ce moment, va faire très mal et commence déjà à faire très mal. On en vient à espérer un hiver doux pour économiser le chauffage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :