Ce qu'il faut retenir de l'interview de Bachar al-Assad sur France 2

Le dirigeant syrien s'est livré à une interview d'une quinzaine de minutes diffusée lors du Journal de 20 heures de France 2 présenté par David Pujadas. En voici les principaux points.

2 mn

Nous n'avons tué aucun Français ni aucun Européen, s'est défendu le président syrien Bachar al-Assad
"Nous n'avons tué aucun Français ni aucun Européen", s'est défendu le président syrien Bachar al-Assad (Crédits : France 2/Capture d'écran)

Une première depuis le début de la guerre civile en Syrie, en proie depuis quatre ans à une rébellion djihadiste. Interviewé sur France 2, le président syrien Bachar al-Assad a répondu pendant quinze minutes aux questions de David Pujadas lors du Journal de 20 heures (une version longue de 25 minutes est disponible en ligne) et n'a pas manqué d'égratigner la France, qu'il accuse "d'aider les terroristes".

  • Relations avec la France

"Nous n'avons tué aucun Français ni aucun Européen. C'est vous qui avez aidé les terroristes (...) Comment peut-on avoir un dialogue avec un pays qui soutient les terroristes? (...) Que le gouvernement français cesse son appui aux terroristes dans mon pays", a notamment déclaré le président syrien.

Il y a toutefois "des contacts, mais pas de coopération" entre les services de renseignement français et syrien.

     | Lire Syrie et États occidentaux unis contre Daesh ?

  • La Syrie, "sur la voie de la démocratie"

Alors que de nombreux observateurs accusent le dirigeant d'être responsable du conflit qui frappe son pays, celui-ci s'étonne :

"Il y a 23 millions de Syriens, comment peuvent-ils avoir peur d'une seule personne ? Cela n'est pas réaliste."

Pour le chef d'État, "si le peuple ne veut pas de Bachar, il s'en ira", assurant toutefois avoir le soutien de son peuple. Il explique d'ailleurs que le pays est "sur la voie de la démocratie, c'est un long processus [...] mais si vous voulez nous comparer à votre allié numéro un, l'Arabie saoudite, bien sûr, nous sommes une démocratie".

  • Utilisation d'armes chimiques

Alors que des images montrent des hélicoptères de l'armée syrienne larguer des bombes-baril (des barils en métal remplis d'explosif et recouverts de béton, qui auraient notamment été utilisés à Alep, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme), Bachar al-Assad a nié toute utilisation par les forces armées de son pays :

"Elles seraient inutilesNous avons des bombes conventionnelles, dans notre armée, nous n'utilisons que des armes conventionnelles. À quoi bon tuer aveuglément ?"

Concernant l'usage d'armes chimiques, comme le chlore, le dirigeant a estimé "ne pas en avoir besoin" et fait une nouvelle fois référence à des "armements classiques" permettant "d'atteindre nos objectifs sans avoir recours" à des armes non-conventionnelles.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 21/04/2015 à 16:24
Signaler
Le beau et éloquent BHL est demandé à l'accueil pour assurer son sav en Lybie.

à écrit le 21/04/2015 à 15:47
Signaler
La vérité fait toujours mal, comment peut on être ami avec l'arabie saoudite et fustiger la Syrie.... La France n'a plus de politique cohérente étrangère, c le pognon vision très court termiste des relations diplomatique. Alors qu'on était ami depui...

le 21/04/2015 à 22:21
Signaler
L'argent domine tous dans notre monde actuel. Le Qatar est notre "très grand ami" actuel, pourtant tous les jours il y a combien d'ouvriers qui meurt sur le chantier des stades? Mais là c'est normal il sont "nos actuel amis"... Surtout pour les confé...

à écrit le 21/04/2015 à 14:48
Signaler
en même temps, en soutenant le Qatar, en vendant les bijoux de familles à ces derniers, en déstabilisant la Lybie, l'Irak, en faisant tout ce qui est possible pour vendre des Rafales.... c'est bel et bien du soutien au terrorisme, indirect mais tout ...

à écrit le 21/04/2015 à 11:56
Signaler
Mon commentaire (et qui ne disait rien d'autre qu'on connaissait déjà cet avis de Al-Assad par le réseau d’information indépendante) a été tout naturellement "modéré". C'est plus facile de faire des critiques à Poutine sur un site-forum d'un journal...

le 21/04/2015 à 13:55
Signaler
Rassure toi tu n'est la seule victime car moi je disais que les USA était derrière tout ça!

à écrit le 21/04/2015 à 11:24
Signaler
Contrairement à l'Ukraine, les US ne veulent pas intervenir directement. Bizarre...

à écrit le 21/04/2015 à 11:04
Signaler
vrai verité. derriere le president Bachar, il y a l'homme le plus puissant du monde....

le 21/04/2015 à 12:37
Signaler
Clair que si les US voulaient me contrôler (comme l'ensemble de la planète...), je me tournerais vers les Russes.

à écrit le 21/04/2015 à 11:04
Signaler
Qui choisir ? C'est au peuple de s'exprimer, en principe. Mais le risque à nos yeux est qu'il choisisse finalement une version dure de l'islam, qui choquerait notre vision de la démocratie (et encore, interrogeons nous d'abord sur notre fonctionnem...

le 21/04/2015 à 20:05
Signaler
bonne question somme nous toujours une democratie avec les fait que vous denonce,? MOI J EN DOUTE? ALORS QUE FAIRE???

le 21/04/2015 à 22:26
Signaler
Notre démocratie est morte. Y a plus aucun choix politique, qu'en ils prennent des raclé, ils disent qu'il se retire de la politique et 2 ans après se prépare pour les élections suivante. Et qu'en le peuple vote blanc, même pas on les prend en consid...

à écrit le 21/04/2015 à 10:30
Signaler
LE MONDE DIPLOMATIQUE EST DEVANT UN DILEME SOUTENIR BACHAR LE DICTATEUR? POUR CONBATRE LES FOUS DE DIEUX DE L ETAT ISLAMIQUE???

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.