Coronavirus : la France passera en "phase 3" au plus tard d'ici à deux semaines

 |   |  423  mots
(Crédits : Henry Nicholls)
Selon le professeur Jean-François Delfrais, qui dirige le réseau REACTing, coordonnateur de la recherche sur le coronavirus en France, le passage au stade 3 de l'épidémie sera atteint dans l'Hexagone "dans quelques jours, une ou deux semaines maximum".

C'est la question que tout le monde se pose. Quand la France va-t-elle passer au stade 3 de l'épidémie de Covid-19 ? Selon le professeur Jean-François Delfrais, qui dirige le réseau REACTing, coordonnateur de la recherche sur le coronavirus en France, le passage au stade 3 sera atteint dans l'Hexagone "dans quelques jours, une ou deux semaines maximum". Jean-François Delfrais s'est s'exprimé à l'issue d'une réunion ce jeudi à l'Elysée avec une vingtaine des meilleurs spécialistes français et le président Emmanuel Macron pour faire le point sur les outils de diagnostic et de lutte contre la maladie.

Le système hospitalier tiendra-t-il le choc?

Les scientifiques ont débattu des "enjeux du passage à la phase 3", en particulier pour déterminer "si le système hospitalier, fatigué depuis plusieurs mois, est prêt à encaisser ce choc que va être un certain nombre de malades graves", a expliqué Jean-François Delfraissy.

"On a eu des éléments pour, mais aussi des éléments qui posent questionnements aux équipes hospitalières", a-t-il relevé.

"Certains cliniciens ont évoqué des difficultés pour récupérer certains matériels et motiver les équipes", surtout "si on s'inscrit dans la durée", avec "des questions sur la capacité du système à être mis en tension pour une période longue", ce qui sera probablement le cas de la phase 3.

Selon le professeur Delfraissy, le chef de l'Etat, a demandé aux experts "ce qui manque aux équipes de recherche" en financement ou en moyens humains et souhaité "profiter de cette crise pour rebondir sur certains aspects de l'organisation des soins" car "cette crise est une forme de crash test" pour le système de santé.

Pas de vaccin avant de très nombreux mois


Emmanuel Macron a aussi décidé que 8 millions d'euros allaient être débloqués pour la recherche, a indiqué le spécialiste. Le professeur Delfraissy a enfin précisé qu'un essai thérapeutique allait être mené dans les quinze prochains jours, en France et au niveau européen, notamment avec un produit du labo-ratoire américain Gilead actif contre le VIH. Cet antiviral jugé prometteur a déjà été utilisé pour soigner deux patients, un aux Etats-Unis et un en France.

"Certains laboratoires travaillent aussi sur de vieilles molécules qui peuvent agir contre ce virus", a-t-il dit.


En revanche, "il n'y aura pas de données sur un vaccin avant de très nombreux mois. Nous n'aurons pas de vaccin tout de suite sur le coronavirus", a conclu le chercheur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2020 à 21:59 :
Pour ne pas perdre plus de citoyens M. Macron et tous les pays Européens et UK devraient décider d’urgence «  une pause générale de 14 jours » écoles , entreprises ...pour lutter contre ce virus meurtrier ( c’est vraiment du bon sens !)
Vu aussi la pénurie de certaines protections
C’est la meilleure solution pour éviter d’autres décès .
a écrit le 06/03/2020 à 17:33 :
seul le confinement pourra arrêter ce virus car il est extrêmement contagieux. Vu les mesures, qui ont prises en Europe dès son apparition je crains une hécatombe dans les mois à venir
a écrit le 06/03/2020 à 16:38 :
L’être humain se caractérise, paraît-il, par sa faculté de réfléchir que lui donne un cerveau plus performant que celui des autres êtres vivants de la planète. Alors certes le coronavirus est une nouvelle maladie, certes elle est plus mortelle que la grippe (3% des cas contre 0,3 % pour la grippe) mais rappelons que la grippe tue, dans l’indifférence presque générale (puisque de nombreux médecins ne se font même pas vacciner), entre 6 000 et 18 000 personnes par an en France (peut-être un peu moins grâce à la vaccination). En toute logique pour le coronavirus on aurait dû commencer à réagir et à s’inquiéter à partir de disons 200 000 cas en France, ce qui aurait correspondu au nombre le plus bas de cas de grippes que connaît la France chaque année (entre 2 000 000 et 6 000 000). Mais on a réagi dès les premiers cas, les journalistes trouvant là une aubaine pour faire lire leurs articles et les politiques une façon de dire qu’ils se souciaient de notre santé. Car, entre nous soit dit, ce n’est pas parce que l’on va se laver les mains à longueur de journée avec une solution hydroalcoolique (que l’on ne trouve d’ailleurs plus), que l'on va porter un masque (en réalité c'est les malades qui doivent en porter) ou que l’on va supprimer tous les rassemblements que l’on va échapper au coronavirus qui se cache sûrement sournoisement dans l’ascenseur de notre immeuble. Bien sûr toute mort, y compris bien sûr à cause du coronavirus, est une mort de trop mais l’on a quand même, avec cette maladie, 97 % de chances de survivre si on l’attrape. On aurait donc dû essentiellement protéger les personnes les plus vulnérables telles que les personnes âgées et non pas créer cette psychose médiatique dont les résultats vont bientôt se faire sentir sur l’économie avec toutes les conséquences fâcheuses que cela va entraîner. Tout ceci est d’autant plus regrettable que nous allons être amenés, dans les décennies qui viennent, à faire face à des situations délicates telles que celle que va causer le réchauffement climatique et si nos « guides » que sont ceux qui propagent l’information (les journalistes) et ceux qui prennent des décisions ou émettent des avis (les politiques) sont à ce point « dépassés » dès qu’un virus de dangerosité moyenne apparaît, cela ne laisse pas vraiment augurer qu’ils seront capables de nous aider à faire face aux problèmes que connaîtra notre monde dans le futur.
Réponse de le 06/03/2020 à 18:08 :
je pense a peu pres pareil
8 morts en france sur 2 mois, alors qu'il y a actuellement 3289/365=8.89 morts par jour sur les routes francaises, et on ne parle pas des autres maladies, de la grippe au cancer divers et varie, crise cardiaque, stroke, etc...
le probleme c'est qu'on est dans un monde du reseau sociau, ou on prend des mesures pour ne pas etre l'objet d'insultes et de reporches ( qui vendront donc, mais pour la raison inverse cf achats des vaccins lors de la precedente crise)
l'hopital etait au debut obliggatoire pour ceux suspecte d'etre atteints, maintenant c'est interdit pour ne pas contaminer les autres ( bon, ca sera pareil avec la voiture electrique)
sans rentrer dans les details de comm, c'est interessant de relire ' la mediacratie', de de virieu, ou comment quand on veut installer ou renverser un regime totalitariste ' qui n'a rien de liberal', on fonce sur les medias.......les moyens de propagande changent, pas la philosophie
Réponse de le 07/03/2020 à 13:03 :
Juste merci pour ton commentaire qui mériterait d’être lu part toute la France !
Réponse de le 07/03/2020 à 19:50 :
Votre argumentaire est étrange.

Vous reconnaissez que le Covid19 est 10 fois plus mortel que la grippe saisonnière qui tue de 6 à 18 000 personnes par an (alors qu'une partie de la population est vaccinée).

Toutes autres choses étant égales, le covid19 est donc susceptible de tuer entre 60 et 180 000 personnes. Est on encore d'accord?

Je suis étonné que ca ne vous interpelle pas.
Prenons l'hypothèse basse (60 000 personnes décédees). C'est 4 mois de naissances, c'est 3 fois la surmortalité de la canicule de 2003, année où l'on a conservé les cadavres dans les camions frigorifiques, faute de place en morgue.

On considère que 20% des malades devront être hospitalisés et 10% placés en réanimation et sous assistance respiratoire. 1à 2% ne survivront pas.

Le ratio bas, serait que plus de 500 000 personnes auront été placées en réanimation pendant plusieurs semaines.

Sauf que, il n'y a pas plus de 5000 lits de réanimation en France en grattant les fonds de tiroir, en rappelant les médecins en retraite (âgés donc fragiles), les internes et les étudiants terminaux.

Sauf miracle, les services de santé seront totalement dépassés dans quelques semaines. les médecins seront obligés de choisir ceux qui vont mourir faute de moyens.
Les premières victimes seront les personnes âgées pauvres, puis les pauvres d'âge décroissant.

Choquant? C'est déjà ce qui se passe dans la pratique quotidienne des hôpitaux.
Réponse de le 09/03/2020 à 3:42 :
jy2m, ves cours de math manques de precisions.
Le taux de. mortalité de la grippe n'atteint pas les 0.01%
Le taux de mortalité recensées du coronavirus est 14% sur la population de +80 ans, et
de 8% pour la population de 70-79 ans.
de 3.6% pour la population 60-69 ans
de 1.3% pour la population de 50-59 ans
de 0.4% pour la population de 40-49 ans.
de 0.2% pour la population de 10-39 ans.
Sans compter les conditions agravantes comme les personnes atteintes de mucoviscidoses et autres conditions.

Sans compter que les patients en état grave doivent recevoir des soins particuliers auquel le système de santé n'est pas préparé à répondre en grand nombre.

Si 25-50% de la population devait être touchée, imaginez le nombre de décès.

C'est pour cela que les autorités s'en inquiète.

Comparer la grippe saisonnière au coronavirus est irresponsable.
Il ne faut pas propager la panique mais pas non plus l'insouciance et l'ignorance.
Réponse de le 11/03/2020 à 9:00 :
Suggère de compléter votre information par la lecture du quotidien du médecin (06/03) "La COVID 19 est un réel danger" (article en ligne)..
a écrit le 06/03/2020 à 14:40 :
Pour comprendre comment cette situation a pu se produire, il faut lire "Mémoires chinoises" de Jean Tuan, chez C.L.C. Editions. L'auteur évoque l’évolution à marche forcée de la Chine dont il a été témoin depuis 1980. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Les derniers exemplaires sont disponibles via fnac.com et amazon.fr / Lecture à ne pas manquer...
a écrit le 06/03/2020 à 13:39 :
Dans les pays asiatiques on porte un masque pour protéger les autres, dans les pays occidentaux on porte de masques pour se protéger soi même.
Réponse de le 06/03/2020 à 17:16 :
De toute évidence vous n'avez jamais vécu en asie!!
a écrit le 06/03/2020 à 13:00 :
Pour comprendre comment cette situation a pu se produire, il faut lire "Mémoires chinoises" de Jean Tuan, chez C.L.C. Editions. L'auteur évoque l’évolution à marche forcée de la Chine dont il a été témoin depuis 1980. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Les derniers exemplaires sont disponibles via fnac.com et amazon.fr / Lecture à ne pas manquer...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :