Coronavirus : Macron sonne la mobilisation "quoi qu'il en coûte" ("des dizaines de milliards" selon Le Maire)

 |   |  1353  mots
(Crédits : Reuters)
"Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d'autres, est une folie", a affirmé hier soir le président de la République dans une tirade antilibérale destinée à rassembler les Français autour de valeurs fondamentales en période de crise. Dans son allocution télévisée hier soir consacrée à la lutte contre le coronavirus, Emmanuel Macron a également annoncé que "tout sera mis en oeuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu'il en coûte". Cette lutte "coûtera à l’État des dizaines de milliards d'euros" a précisé ce vendredi matin aux micros de BFMTV et RMC, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi la fermeture à partir de lundi des établissements scolaires en France pour tenter de freiner la propagation du coronavirus dans le pays où se tiendra toutefois comme prévu le premier tour des élections municipales dimanche dans des conditions sanitaires "strictes".

Avec 61 morts et 2.876 contaminations, la France est le deuxième foyer épidémique du coronavirus en Europe, un virus apparu en décembre en Chine avant de se propager à travers le monde, poussant de nombreux pays à adopter des mesures drastiques pour tenter de freiner la contagion.

Face à la "plus grave crise sanitaire qu'ait connue la France depuis un siècle", l'urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables, a souligné le chef de l'Etat français dans une allocution télévisée solennelle d'une vingtaine de minutes à l'Elysée.

Toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques ou de handicap, vont donc être invitées à rester chez elles et à limiter au maximum leurs déplacements, a-t-il annoncé.

Les municipales finalement maintenues

Pour autant, "rien ne s'oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes dimanche" pour le premier tour des municipales.

"Mais il conviendra de veiller au respect strict des gestes barrières contre le virus et des recommandations sanitaires", a insisté Emmanuel Macron, au lendemain de la publication d'une circulaire comprenant une série de mesures drastiques destinées à rassurer les électeurs.

À l'image d'autres pays européens, crèches, écoles, collèges, lycées et universités seront fermés à partir de lundi et jusqu'à nouvel ordre. "Pour une raison simple : nos enfants et nos plus jeunes, selon les scientifiques, sont celles et ceux qui propagent, semble-t-il, le plus rapidement le virus", a expliqué Emmanuel Macron.

Un service de garde sera mis en place région par région pour permettre que les "personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire puissent faire garder leurs enfants".

"Quoi qu'il en coûte"

Les entreprises sont quant à elles appelées à permettre au maximum à leurs employés de travailler à distance. Concernant le chômage partiel, l'Etat prendra en charge les salariés contraints de rester chez eux et toutes les entreprises pourront reporter sans justification le paiement des impôts et cotisations dus en mars.

"Tout sera mis en oeuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu'il en coûte", a assuré Emmanuel Macron.

Transports publics maintenus

Les transports publics seront quant à eux maintenus - "car les arrêter ce serait tout bloquer y compris la possibilité de soigner" - mais les Français sont invités à "limiter leurs déplacements au strict nécessaire".

La trêve hivernale, pendant laquelle les locataires ne peuvent être expulsés de leur logement, sera prolongé de deux mois et des mesures "exceptionnelles" seront prises pour les plus fragiles, a encore détaillé le président de la République.

Hôpitaux : les services non essentiels reportés

Dans les hôpitaux, les soins non essentiels seront reportés et le maximum de médecins et de soignants seront mobilisés, y compris les étudiants et les jeunes retraités, a ajouté le chef de l'Etat, qui estimé qu'il faudrait "tirer les leçons" et "interroger le modèle de développement dans lequel s'est engagé notre monde depuis des décennies".

Un virage antilibéral pour Emmanuel Macron ?

"Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché", a-t-il estimé.

"Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d'autres, est une folie."

Éviter l'écueil du "repli nationaliste"

Au lendemain de l'annonce par Donald Trump de l'interdiction du sol américain aux ressortissants de 26 pays européens, Emmanuel Macron a fait savoir qu'il échangerait vendredi avec le président américain "pour lui proposer une initiative exceptionnelle entre les membres du G7 puisque c'est lui qui est à la présidence".

"Ce n'est pas la division qui permettra de régler" cette crise mondiale", a-t-il dit. "Nous devons aujourd'hui éviter" l'écueil "du repli nationaliste. Ce virus n'a pas de passeport, il nous faut unir nos forces, coordonner une réponse, coopérer."

"Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, des fermetures de frontières à prendre mais il faudra les prendre quand elles seront pertinentes et à l'échelle européenne", a-t-il insisté.

Le stade 3 repoussé à plus tard

Le chef de l'État n'est toutefois pas allé jusqu'à annoncer officiellement le passage au stade 3 de l'épidémie, passage pourtant jugé "inexorable" par le Premier ministre Édouard Philippe début mars, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon évoquant lui un passage "dans les prochains jours".

Le stade 2 de la gestion de l'épidémie - qui consiste à tout mettre en œuvre pour freiner la propagation du virus - a été déclenché le 28 février. Il précède le stade 3 qui consiste à atténuer les effets de l'épidémie.

Les mesures annoncées ce jeudi s'ajoutent à celles prises ces dernières semaines, dont l'interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes et la suspension des visites aux personnes âgées dans les Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

La lutte coûtera des dizaines de milliards d'euros, selon Le Maire

La France prévoit des "dizaines de milliards" d'euros pour amortir le choc économique provoqué par le coronavirus et "regretté" les mesures de fermeture des frontières aux voyageurs provenant d'Europe, prises par Donald Trump "sans coordination" et qui ont provoqué le "chaos" sur les marchés.

"Nous ferons tout ce qui est nécessaire et même plus", a affirmé vendredi sur RMC et BFMTV le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, au lendemain de l'allocution télévisée du président Emmanuel Macron qui a annoncé des mesures pour soutenir l'économie face à la crise provoquée par l'épidémie.

"Cela nous coûtera des dizaines de milliards d'euros", a estimé M. Le Maire qui a détaillé plusieurs mesures qui seront prises pour soutenir les entreprises, en particulier le chômage partiel.

"Ce sera probablement le dispositif le plus coûteux pour l'Etat, mais aussi le plus efficace", car il permet aux entreprises de ne pas licencier et de disposer de l'ensemble de ses capacités de production dès que la reprise économique se fera sentir, a-t-il expliqué.

Il a rappelé que les entreprises pourraient reporter les charges et les impôts dus au 15 mars: "Tant que la crise durera, il y aura report", a-t-il souligné. Dans ce qu'il a présenté comme "une stratégie de riposte" face à la crise, M. Le Maire a aussi évoqué "des indemnités journalières pour toutes les femmes seules qui doivent garder leurs enfants" et "des dispositifs spécifiques pour les aides-soignants".

Interrogé sur les mesures annoncées par le président Donald Trump de fermer les frontières américaines aux voyageurs provenant d'Europe pour lutter contre le coronavirus, le ministre français a "regretté" cette décision qui n'était "pas coordonnée avec les alliés et qui provoque une panique sur les marchés".

"C'est une aberration sanitaire et c'est dommage parce qu'une aberration sanitaire provoque des aberrations politiques et provoque du chaos économique", a-t-il affirmé, précisant qu'il exprimerait sa position à son homologue américain Steven Mnuchin lors d'un entretien téléphonique dans la journée.

"Le message que reçoivent parfaitement tous les acteurs économiques c'est qu'il n'y a plus de coordination entre l'Europe et les Etats-Unis quand il s'agit de décisions stratégiques", a-t-il déploré. "Et c'est regrettable pour nous tous". M. Le Maire a du coup souligné le besoin pour les Européens de "préparer un plan de relance coordonné (...) pour que dès que nous serons sortis de la crise, la machine économique redémarre le plus rapidement possible".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2020 à 9:08 :
Retour du boomerang sur le Président mais ce sont toujours les plus solvables qui vont payer l'addition!!!! Revenir sur ses idées,avec trop de paroles,peu d'actions et faire payer les classes moyennes.
a écrit le 15/03/2020 à 14:16 :
"Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d'autres, est une folie", Macron dixit.
Ah oui ? Et déléguer, éventuellement, Aéroport de Paris à un fonds d'investissement australien qui est candidat à son achat, qu'est-ce que c'est ? Espérons que le corona-virus sera l'occasion de mettre un peu de plomb dans la cervelle des responsables gouvernmentaux.
a écrit le 14/03/2020 à 19:57 :
Il faut alerter sur la grosse faute commise en rendant impossible les visites en EHPAD sans aucun discernement .
C'est un énorme traumatisme que représente cette absence de visite à nos anciens - traumatisme qui peut se révéler mortel -
De plus beaucoup de personnes rendant visite ne viennent pas seulement pour papoter
mais rendent un véritable service d'aides soignant - aide au repas - à la toilette- au couchage etc ... si bien que le personnel déjà surchargé va voir s'accroitre sa charge de travail de façon extrêmement importante avec des conséquences mortifères.
Que le gouvernement prenne conscience de ce grand péril .
a écrit le 14/03/2020 à 19:56 :
Il faut alerter sur la grosse faute commise en rendant impossible les visites en EHPAD sans aucun discernement .
C'est un énorme traumatisme que représente cette absence de visite à nos anciens - traumatisme qui peut se révéler mortel -
De plus beaucoup de personnes rendant visite ne viennent pas seulement pour papoter
mais rendent un véritable service d'aides soignant - aide au repas - à la toilette- au couchage etc ... si bien que le personnel déjà surchargé va voir s'accroitre sa charge de travail de façon extrêmement importante avec des conséquences mortifère .
Que le gouvernement prenne conscience de ce grand péril .
a écrit le 14/03/2020 à 18:02 :
Entre temps on ne discute pas de municipales. Ça tombe à point nommé pour le gouverne-ment !
Réponse de le 14/03/2020 à 21:09 :
@Agean ;


Les municipales, les municipales....T ' as les pieds qui touchent par terre , l' abstention va être énorme, tu mets les priorités dans quel ordre ?
a écrit le 14/03/2020 à 17:56 :
Réponse à Winston : Macron n'a pas été mis au pouvoir par qui que ce soit. Ne vous en déplaise, Macron a été élu par une majorité. Une prochaine élection peut défaire ce qui a été fait précédemment mais il n'en demeure pas moins que Macron a la légitimité démocratique. Les délocalisations de l'industrie Française date depuis le début des années 80. Macron n'est non seulement en rien responsable de l'état de la France avant son investiture mais cette situation ne peut pas être changée d'un trait de plume par qui que ce soit et encore moins par des incantations "il n'y a qu'à, il faut qu'on " de comptoir de café.
Réponse de le 15/03/2020 à 8:13 :
La personne de Macron président est légitime puisque élu, mais la politique qu'il mène est illégitime puisque, de toute évidence (et prétendre le contraire ne changera rien), contraire à la volonté du peuple.
Réponse de le 15/03/2020 à 14:21 :
Réponse à Labo : Le peuple est celui qui vote aux élections.On verra bien ce que le peuple décidera la prochaine fois.En tout les cas ceux qui manifestent et font beaucoup de bruit médiatique et qui cassent tout sur les champs Élysées ou dans d'autres villes ne sont qu'une partie minoritaire du peuple.
a écrit le 14/03/2020 à 17:52 :
c'est open bar, gavez vous à volonté, no limit !
c'est micron macron aux commandes
Réponse de le 14/03/2020 à 18:43 :
@ edith


Et toi avec ta Maxi nébuleuse....Tu proposes quoi ? Pour mémoire Sarko nous en a claqué pour 900Md d'€ en 2008 .
a écrit le 14/03/2020 à 16:02 :
Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d'autres, est une folie.
Ca lui va bien de dire ça. Lui qui a été mis au pouvoir par des gens qui s'enrichissent justement par les délocalisations.
a écrit le 14/03/2020 à 10:14 :
Les demi-mesures cela ne donnent jamais que des demi-résultats, voir pas de résultats du tout...
La seule méthode qui marche contre le virus c'est la méthode chinoise qui, en un peu plus d'un mois a réussi à stopper la progression du virus en Chine.
Quand on voit que l'Italie ne reçoit aucune aide de la part de l'Europe ou des USA et que c'est, au contraire, les chinois qui viennent aider les Italiens, l'on se dit que l'Europe de Bruxelles est définitivement morte...
a écrit le 14/03/2020 à 5:10 :
Macron aura de lourds comptes à nous rendre.
a écrit le 13/03/2020 à 22:32 :
Macron nous a gratifié d'un long bavardage de poncifs, et de promesses électorales ;

Les castes de l'Elysée matignon Assemblée Nationale et leurs lobbyistes se sont fait une violence pour écrire un discours de promesses de revoir les désastres de la mondialisation,

lorsque le virus aura disparu, restera les paroles ... et rien de plus ... enfin si des milliards dans les poches des actionnaires du MEDEF CAC40 et des banquiers assureurs qui n'assurent rien du tout.
Réponse de le 14/03/2020 à 10:37 :
Le "petit quotidien" a prouvé qu'on pouvait résumer son discours en 27 secondes, formules de politesse incluses.

Pour ce qui est du virage anti-libéral... après les lois macron, les gilets jaunes, les reformes du chômage et de la retraite, c'est tout bonnement inaudible.
a écrit le 13/03/2020 à 20:28 :
Balance commerciale FRANCE moins 60 milliards balance commerciale ALLEMAGNE plus 73 milliards
qui a le meilleur bazooka? quoi qu'il en coûte?
Réponse de le 13/03/2020 à 20:47 :
meilleur bazooka ?
certainement pas l'Allemagne (comme en 2007-2009, ou elle a poussé les pays destinataires de ses produits à se lancer dans des relances budgétaires, chine, USA, et sud de l'Europe, sans qu'elle fasse trop d'efforts) c'est justement parce-que sa balance commerciale est ultra bénéficiaire que trump asticote l'EU depuis des mois, sans l'euro l'Allemagne serait pris des accords du Plaza depuis longtemps
Réponse de le 14/03/2020 à 9:19 :
Avec un euro très favorable à l'Allemagne et une politique économique fondée sur l'ordolibéralisme qui fut imposée à la France - Sympathies pour tous ces peuples européens..
a écrit le 13/03/2020 à 20:26 :
Et comme si ça ne suffisait pas, Macron nous en remet ce soir encore une louche avec ses recommandations bateaux, tout ce qui fait le charme de La Raclée en Mai, attention,

"Nous devons éviter le repli nationaliste. Ce virus, il n’a pas de passeport", selon Macron. J' ai envie de dire, c ' est sans doute pour ça sinon, qu' il est rentré du moins, qu' il est difficile à traiter, grâce aux globalistes copains qui ont exporté la fabrication des molécules en Chine pour tjrs plus de fric...

"Nous aurons sans doute des mesures de contrôles, de fermetures de frontières mais il faudra les prendre quand ce sera pertinent. Elles « devront être décidées à l’échelle européenne". Quand on est europhile un jour, on est europhile toujours.

L’ ultramondialisation a donc conduit à la grande fragilité de l’économie que nous voyons maintenant, où la Chine est devenue l’atelier du monde. Pour contrer cela, il faut une véritable politique industrielle impliquant un contrôle des flux de capitaux et des droits de douane visant à protéger notre industrie. Mais pour cela, il faut au préalable nous libérer de l’UE.

D’un côté, dans le contexte du coronavirus, la France augmente les moyens de l’hôpital public de 260 millions d’euros. De l’autre côté, avant la crise du coronavirus, le Royaume-Uni voit son système de santé bénéficier de 36 MILLIARDS DE LIVRES supplémentaires.

A défaut, on aura cette prévalence de la loi de Murphy, "tout ce qui est susceptible d'aller mal, ira mal" qu' on peut extrapoler en Lem, loi de l' emmerdement maximum, attention, je n' ai pas claviéré Lrem! Alors, l’UE, on en sort ou on y reste ?
a écrit le 13/03/2020 à 18:40 :
Macron et les siens convertis comme Paul sur le chemin de Damas. On croit rêver.
Les apôtres de la rigueur, du réalisme économique, les adorateurs de la règle d'or budgétaire, qui ont continué (par exemple) la politique de délitement du service de santé au nom des sacro-saintes "indispensables économies " annonce l'open bar, le no limits.
C'est aussi crédible que FI qui appellerai à la privatisation de la santé et de l'éducation ou le RN demandant plus de fédéralisme pour l'UE.
La fantoche conférence pour le financement des retraites n'y aura pas survécu.
a écrit le 13/03/2020 à 18:36 :
Pour la finance des milliards comme s'il en pleuvait, leur pognon ne vaut plus rien mais on continue d'obéir aux aveugles.
a écrit le 13/03/2020 à 18:05 :
« Quoi qu'il en coûte » On en reparlera, bien sûr, quand on sera en plein marasme économique car si sauver quelques vies est une très bonne chose elle ne doit pas avoir comme conséquence de saborder l’économie et c’est pourtant ce qui risque de se passer et, en cela, l’OMS et nos dirigeants en porteront une lourde responsabilité.
a écrit le 13/03/2020 à 16:59 :
les mesures économiques, prises, étaient largement anticipées car la croissance mondiale repose depuis 10 ans sur un endettement croissant du secteur privé et soutenu par les politiques monétaires et fiscales et l'endettement public (les USA et la Chine en sont un bon exemple) ,
or, l'on s'est rendu compte en 2007-2009 que laisser faire faillite aux agents privés (en particulier les ménages) pouvait entrainer une grave crise économique
j'aimerai bien savoir qui va supporter le coût du "quoi qu'il en coûte" (paraphrasage de Draghi : whatever it takes)
Réponse de le 13/03/2020 à 23:32 :
Voilà une question pathétique . Qui paie pour les dettes accumulées depuis 40 ans ? Qui paient pour les 17 milliards récemment lâchés suite aux gilets jaunes ? Qui paient pour le manque à gagner de la RATP, de la SNCF dues au grèves ? Qui paient pour les 100 Milliards que nous empruntons chaque année pour boucler un budget que d'aucun trouve austère ? Qui va donc payer pour les dizaines de milliards nécessaires pour empêcher les faillites dues au coronavirus et les réactions en chaîne qui s'ensuivraient ? La réponse est claire, c'est l'état et l'état c'est nous tous. Qui d'autre voulez vous que ce soit? Imaginons seulement que la dette n'existait point. Alors nous aurions 40 milliards d'Euros d'impôts et de taxes diverses en moins car c'est le coût financier actuel de cette dette qui est de 2300 Milliards d'Euros (excusez du peu)
a écrit le 13/03/2020 à 16:19 :
Que retiendra t on de cette crise sanitaire planétaire qui certainement en France fera moins de victime qu'une épidémie de grippe classique ?
Que la propagation généralisée de la peur , à tord ou à raison, génère ds une économie mondialisée des réactions en chaîne disproportionnées de leaders politiques ou économiques dt les conséquences financières se paieront cash par tt pekin lambda essorable ( hausses d'impôts,taxes, prélèvements sociaux...) qui ne pourra que se taire, parce qu'il croira, à tord ou à raison, qu'il aura contribué au sauvetage national face à un péril mortel mondial et que c'était dc le prix à payer.
Que la finance mondiale spéculative sera comme tjrs la grande gagnante, avec des outils de plus en plus performants d'aide à la décision, sachant qu'elle a les moyens de recruter les meilleurs gourou en IA et algorithmologues de talent. Et bien sûr, l'histoire nous révèlera ts ces petits génies.
Pour autant, il y a près de 20 ans on a eu le SRAS, et maintenant le covid19 bien plus grave et généralisé, sachant que les mêmes causes d'inaction gouvernementale du même pays d'origine ont produit des effets de plus en plus incontrôlables.
Jusqu'à qd, ce statu quo va t il rester tolérable ?
La demondialisation est elle boostée, une réponse majeure à la transition énergétique ??
a écrit le 13/03/2020 à 13:55 :
Quoi qu'il en coûte ? L'avenir risque d'être hors de contrôle . Macron n'à pas de vision de long terme . Face au nationalisme montant la coopération internationale est un voeux pieux...Le chacun pour soi est un remake potentiel des années 30 . Macron n'à raison que sur un point , ce n'est que le commencement . La déflation forcera la devaluation et l'Europe est menacée .
a écrit le 13/03/2020 à 12:33 :
Comme d'habitude, un discours qui dit faire tout et son contraire. Chacun chez soi et la nation privée de bras vous protège tous. Ne déléguez rien servez-vous directement vous-même. Occupez-vous de vos enfants et cessez de travailler. Et surtout faites confiance en l'Etat et à ses milliards. A ce jeu la pénurie de fruits réels du travail va rapidement se faire sentir. Et pourtant, à la course au nombre de morts depuis début 2020, la grippe saisonnière bat encore le covid-19. Cette petite crise actuelle de solidarité mondiale nous prépare efficacement au règlement de la grande crise climatique si proche.
a écrit le 13/03/2020 à 12:21 :
" La Cigale fut fort dépourvue quand la bise fut venue "

Les pays " fourmi ", à gestion vertueuse, sans déficit et avec excédent budgétaire,
pas de problème

La FR Reine des Cigales, et sa Désinvolture Virale absolue avec recettes et dépenses,
depuis Mai 1981, s'enfonce toujours un peu Plus Seule, à chaque crise,
Réponse de le 13/03/2020 à 13:09 :
Vous avez raison. Qu'il faille dépenser dans ces circonstances pour soutenir les entreprises en difficulté pour les empêcher de couler et de mettre les gens au chômage, soit. Il faut même y aller massivement. Mais le problème est qu'en France on ne revient jamais à la normale. On continue à s'endetter même par beau temps et le lendemain, c'est la valse des taxes et des impôts qui n'est que le prix à payer et que personne ne veut payer, nous sommes non seulement frappé temporairement par le coronavirus mais frappé en permanence par la schizophrénie. Nous sommes des cigales schizophrènes.
Réponse de le 13/03/2020 à 15:28 :
C'est exactement la question. Juin 40 et Mai 81 sont deux débâcles morales qui ont ravagé le pays et on s'en pas sortis.
a écrit le 13/03/2020 à 11:58 :
A noter qu'un groupement de juristes italiens a supplié la Russie pour de l'aide (masques etc) car je cite, "l'UE est inutile et égoïste". Aussi la Chine a proposé son aide humanitaire à ...l'Italie. On croit rêver..
Réponse de le 13/03/2020 à 14:06 :
En même temps, est-ce qu'on fabrique encore en Europe des masques et des respirateurs artificiels ? Est-ce qu'on n'a pas tout délocalisé en Chine ?
Réponse de le 13/03/2020 à 16:12 :
la chine était bien contente qu on lui envoie du matériel au début de la crise chez elle.....

ceci étant..... l essentiel des masques et des produits nécessaires à leur production étant chinois..comme bcp d instruments à usages uniques dans le médical (originaire d asie)....forcément on est dans un goulot d étranglement ici....

mais pour le principe..... allemagne et france aurait put envoyer une dizaine de milliers d exemplaire masque et blouses....à l italie.... qu on a largement critiquée mais on suit le même chemin...et l allemagne passe au contrôle de sa frontière...et remet 550 milliards dans SA tirelire
Réponse de le 13/03/2020 à 20:00 :
La Chine envoie du matériel et des médecins ce que l' UE en totale absence de solidarité est incapable de faire. L'Allemagne vient d'interdire l'exportation de masques de protection sauf pour le cas d'une aide humanitaire. Or une aide humanitaire se définit comme une aide d'urgence et ponctuelle mise en place lors d'une situation de crise exceptionnelle. Ce qui est bien le cas pour l'Italie. Paradoxe donc, sauf à penser que pour les Allemands, les Italiens ne sont pas des humains, des sous-hommes peut-être? A vomir..
a écrit le 13/03/2020 à 11:52 :
Sa prestation n'a pas été convaincante pour nous où il se cache derrière un commité scientifique pour ne pas contrôler aux frontières et des parlementaires politiques décidant le maintient de élections , ils n'est responsable de rien devant l'histoire le pense-t il. Les pays étrangers commencent à avoir peur de notre pays dans les échanges économiques vu les décision prises . Nous allons devenir le vecteur principal de la pendémie en Europe si l'on continue avec cette politique. Déjà des pays se protègent contre nous et pout les états Unis
cela durera certainement plus que 30 jours .
a écrit le 13/03/2020 à 11:51 :
En bref, l’Union européenne devient la zone malade du monde, un espace jadis le plus prospère qui est aujourd’hui en voie de tiers-mondisation sanitaire et sociale.

Par idéologie, elle garantit la libre-circulation des virus après avoir anéanti les systèmes de santé des pays membres à coup de mesures d’austérité sans fin.

Et lorsqu’un pays membre de l’UE est durement touché comme l’Italie, ses “partenaires” de l’UE lui refusent le soutien financier et médical dont il a besoin et rétablissent des frontières pour empêcher l’arrivée de ses ressortissants !

Bientôt, les pays naufragés de l’UE n’auront plus de soutien qu’auprès des méchants Chinois (contre lesquels l’UE devait nous rendre plus forts…) pour obtenir l’aide médicale dont ils ont besoin !

Le désastre de l’idéologie européiste est chaque jour plus accablant et nous nous dirigeons inéluctablement vers une fin criminelle et lamentable du “projet européen” et comme l'analyse ce matin l' UPR. Macron l' européo-mondialiste pavlovien aurait du réfléchir là-dessus, au lieu de poursuivre de déléguer la souveraineté du pays aux GOPE meurtrières de Bruxelles ..
Réponse de le 13/03/2020 à 15:11 :
L'UE, 1ere économie exportatrice mondiale de bien et services paie pour les déplacements de ses nombreux expatriés et salariés à l'international à l'image de l'Italie qui promeut son savoir-faire mondial ds le luxe, les vêtements, les chaussures et articles de sport, sa gastronomie, ses machines outil et sa hte technologie ds l'aéronautique et le spatial, et entretien pour cela des relations étroites avec ts les pays d'Asie en particulier.
Il en de même pour l'Allemagne 1er exportateur mondial et ds une moindre mesure pour l'Espagne, La France et le RU.
Les richesses produites financent entre autre un tourisme européen mondialisé dont de nbreux retraités qui se rue en masse vers les métropoles asiatiques, chinoises en particulier, profitant de fêtes de fin d'année et des douceurs tropicales hivernales.
Ttes ces migrations ont contribué à l'expansion de la pandémie, d'autant plus vite que les autorités chinoises ont tardé à réagir et à prendre les mesures de confinement nécessaires pdt les 2 premiers mois de développement de l'épidémie ( déc + janv, mois à forte affluence étrangère).
Une épidémie, c'est comme un incendie, faut réagir immédiatement à la source pour espérer le circonscrire rapidement.
Pour sa part, l'Amérique qui n'a plus rien à vendre que sa financiarisation opportuniste et suicidaire à coup de clic et d'algorithmes de trading n'échange plus que le strict minimum avec le reste du monde en important massivement qtite de biens qu'elle ne fabrique plus.
Par cet isolement industriel, doublé de son isolement géographique, elle peut davantage se protéger de cette crise sanitaire.
Et heureusement pour elle, car son système de santé privé est conçu uniquement pour les plus riches, ce qui évite une probable hécatombe pour les autres. Bien vu Trump!
Dc, ne mettez pas tt sur le cpte de l'UE, car UE ou pas ça aurait été du pareil au même : un virus n'a pas de frontières. Voyez du reste la seule Iran qui est très active ds ses échanges avec l'Asie...
Réponse de le 13/03/2020 à 19:39 :
@Leon Un virus n' a pas de frontières mais les délocalisations des médicaments non plus, comme les masques comme le reste d' ailleurs, délocalisé en Chine. Voilà la situation telle qu' on la lit aujourd' dui, l' UE est incapable de répondre aux demandes de protection et de diagnostic de ses populations par faute de moyens et de dispositifs. D' ailleurs ce matin les seuls pays vers lesquels se tourne l'urgence italienne, sont la Chine et la Russie. On ne reviendra peut-être pas sur le fait que seule l' Allemagne profite de l' UE, est-nécessaire de redocumenter cette question ..?
a écrit le 13/03/2020 à 11:48 :
Bien sûr, la période est rude, pour ceux qui ne peuvent travailler, qui auront la charge des enfants (qui croit possible les garderies..?), pour ceux qui ont des business qu'ils vont devoir essayer de mettre en sommeil, pour ceux qui prennent des cartons en bourse, pour les finances publiques.. et bien sûr les malades. Mais essayons de lister les points positifs: fin de la mondialisation débridée, coups d'arrêts aux gabegies environnementales (le week end à NY dévoreur d'empreintes, les croisiéristes..), recentrage de nos concitoyens sur les vraies valeurs, coût du pétrole bas (peut-être trop bas avec l'impact par ricochet sur les énergies renouvelables), retour à plus de compréhension sur l'intérêt de la science et des technologies (j'ai écouté M.Jadot hier avec consternation..) - qui va encore contester l'intérêt des vaccinations?-, recentrage au niveau européen des agences techniques (assez des organisations antédiluviennes pays par pays pour traiter des problèmes techniques qui regardent tous!) .. une crise sévère mais qui se révèlera peut-être positive si elle ne dure pas trop longtemps, et si les pouvoirs publics dans leur grande générosité avec l'argent des contribuables ne nous mettent pas en faillite pour rassurer le bon peuple!
a écrit le 13/03/2020 à 11:45 :
Est-il nécessaire de rappeler un n-ième fois qui est L’État ? ce sont les citoyens et les entreprises qui paient des impôts., les autres (entreprises), dehors
a écrit le 13/03/2020 à 11:43 :
Allez Cricri, fais nous le SEFF Standing Emergency Fiscal Facility de Blackrock pour financer tout ça. Helicopter money, enfin un QE au service des besoins des populations et non des marchés. Mais rêve pas, ça va pas faire augmenter le prix du kilo de carottes. Nos économistes sont de bons élèves mais ils en tiennent une sacrée couche
Rien que ce soit une idée de blackrock ça va faire hurler nos gauchistes, j'adooore
a écrit le 13/03/2020 à 11:21 :
les promesses sont bonnes mais la planche à billets des euros est à Francfort et à la merci des fonds étrangers et Lagarde a déjà des ratés
des milliards à tout va sachant qu'on en doit 2000
qui va payer la note? l'augmentation de la TVA ou un prélèvement fiscal exceptionnel (qui va durer 20 ans) ou une l'augmentation des taxes et impôts
Aïe!!! le spread!!
rien n'est dit mais çà va faire mal!
Réponse de le 13/03/2020 à 11:42 :
vous proposez quoi?....vous pensez peut être être à l abri?....la machine est entrain de s effondrer.....il y a deux options...

on la laisse s effondrer... et vous morflerez probablement autant que tout le monde... la crise de 29 risque de paraitre comme une plaisanterie..

on soutient.....et c 'est vrai que ça va couter très cher mais ça conditionne un retour à une forme de normalité dans 6 mois...c 'est aussi simple que cela

on nous parle d économie libérale mais...... les USA mettent 1 500 milliards sur la table....la chine on n en sait rien mais la planche a billet tourne certainement à fond..l Allemagne met en place le chômage technique à grande échelle.... l Angleterre met 25 milliards sur la table...
Réponse de le 13/03/2020 à 12:26 :
La France à 2300 milliards de dettes et n'a pas les moyens de l'Allemagne.
Elle a un déficit de son commerce extérieur et une pression fiscale la plus forte des pays développés. On va dépenser mais il faudra bien payer la facture d'une manière ou d'une autre. Concernant l’effondrement, il est probable que d'ici quelques semaines, l'économie redémarre, la panique
actuelle est exagérée.
Réponse de le 13/03/2020 à 17:55 :
@BA
je sais tout cela cher Monsieur
mais vous proposez quoi dans l immédiat?....

vous ne vous en rendez peut être pas compte mais le système est à la limite de l effondrement...... et pas du tout certain que d ici quelques semaines, ça redémarre.....
on exagère peut être le "risque" coronavirus...." avec les mesures afférentes mais en ce qui concerne le risque économique... on est déjà dedans...

des pans entiers du système sont à l arrêt..partout..... soit pour des raisons d interdiction d activité, ou faute de clients....soit les boites ferment, soit on soutient.... le reste pour l instant c 'est de la littérature..
a écrit le 13/03/2020 à 11:20 :
Gilets jaunes, retraites , covid 19 , à la fin du mandat de Macron , on souhaite bon courage au successeur et bonne chance aux contribuables.
a écrit le 13/03/2020 à 11:15 :
Boursorama le 13.03.2020

Les ténors de la cote vont distribuer plus de 54 milliards d'euros

leurs actionnaires cette année. Près d'une trentaine d'entreprise du CAC 40 ont relevé leur coupon.
Réponse de le 13/03/2020 à 12:56 :
Toujours ce fond de jalousie mal placée et pourtant cette crise devrait vous rappeler que ceux qui investissent dans le productif prennent des risques et que le risque a un prix. Si c'est si simple et que l'on ne fait qu'encaisser, alors soyez consistant avec votre pensée, investisse en bourse. D'ailleurs il y en a bien qui reçoivent des loyers des appartements qu'ils louent, c'est l'équivalent des dividendes. Faudrait-il qu'ils fassent gratuit à leurs locataires? Accepterez vous de nous mettre à disposition gratuitement ? L'idéologie est la pire des prisons pour parodier Nietzsche.
Réponse de le 13/03/2020 à 12:58 :
Toujours ce fond de jalousie mal placée et pourtant cette crise devrait vous rappeler que ceux qui investissent dans le productif prennent des risques et que le risque a un prix. Si c'est si simple et que l'on ne fait qu'encaisser, alors soyez consistant avec votre pensée, investissez en bourse. D'ailleurs il y en a bien qui reçoivent des loyers des appartements qu'ils louent, c'est l'équivalent des dividendes. Faudrait-il qu'ils fassent gratuit à leurs locataires? Accepterez vous de nous mettre à disposition gratuitement votre épargne ? L'idéologie est la pire des prisons pour parodier Nietzsche.
Réponse de le 13/03/2020 à 14:40 :
hier le cac a fait -12 %. Ca doit largement faire plus que les dividendes encaissés (en gros c est 2 a 3 %). Bon c ets sur que sur le long terme un placement en action ets rentable mais la les actionnaires ont pris une bonne claque

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :