COVID-19 en 24h : Mayotte reconfinée, plan de relance européen, Corée du Nord...

 |  | 1148 mots
Lecture 7 min.
La Corée du Nord a fait une demande de vaccins contre le Covid-19 alors que la pays affirme ne pas être touché par le virus.
La Corée du Nord a fait une demande de vaccins contre le Covid-19 alors que la pays affirme ne pas être touché par le virus. (Crédits : KCNA)
Le plan de relance européen de 750 milliards d'euros nécessite une réforme du cadre budgétaire de l'UE, lui permettant d'emprunter sur les marchés. Après plusieurs semaines de discussion, le texte vient d'être ratifié par la France. Dans le même temps, « le quoi qu'il en coûte ne peut pas être un mode de vie » juge l'opposition... Voici les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.
  • L'INFO À SUIVRE - La France ratifie le plan de relance européen

Le Parlement français a approuvé jeudi la réforme du budget de l'Union européenne permettant notamment à l'UE de financer son plan de relance face à la crise du Covid, dont la France est le 3ème bénéficiaire.

Ce texte va permettre à la France de ratifier l'accord de juillet 2020 réformant le cadre budgétaire de l'UE et lui permettant d'emprunter en commun pour financer les plans anti-crise des pays membres. Cet accord dit « ressources propres » avait été finalement entériné par les 27 le 14 décembre, mais reste soumis à des ratifications nationales.

Il permet en particulier à la Commission européenne d'emprunter 750 milliards d'euros sur les marchés, une décision inédite destinée à soutenir les plans de relance nationaux massifs.

Lire aussi : Soutiens à l'économie : la France à la traîne de l'Europe

  • LE CHIFFRE - 13,4% : l'incroyable année du e-commerce en France

La Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a révélé, à quel point le commerce en ligne était devenu omniprésent dans la vie des Français en 2020.

Jusque là, la part des ventes en ligne ne pesaient pas plus de 10% du commerce de détail dans son ensemble, et progressait de manière régulière, d'environ 1 point par an. « Là, la progression est pratiquement de 4 points, de 9,8% à 13,4% », observe Marc Lolivier, le délégué général de la Fevad. Soit « trois ou quatre ans de croissance en une année ».

La vente en ligne n'est donc pas le fait uniquement d'Amazon et autres géants du e-commerce, mais aussi de magasins physiques, très grands comme plus petits, qui y ont vu un moyen d'"amortir la fermeture de leurs magasins" du fait des confinements et autres restrictions sanitaires, estime François Momboisse, le président de la Fevad.

Lire aussi : Publicité numérique : le commerce en ligne sauve le secteur en 2020

  • LA PHRASE - « Le quoi qu'il en coûte ne peut pas être un mode de vie » (Gérard Larcher, président LR du Sénat)

La crise va laisser « une empreinte profonde et durable » sur les finances publiques, a mis en garde jeudi le président LR du Sénat Gérard Larcher.

Selon lui, « seule une maîtrise rigoureuse de nos dépenses publiques (près de 64% du PIB en 2020) avec une politique ambitieuse de réformes structurelles nous permettra, la pandémie passée, d'assurer la soutenabilité de la dette, puis réduire progressivement notre taux d'endettement ».

Lire aussi : Le budget 2021 du "quoi qu'il en coûte" adopté par le Parlement

sénat

  • LE GRAPHIQUE - Le port du masque et les gestes barrières ont fait chuter les ventes de médicaments sans ordonnance

Les ventes de médicaments sans ordonnance ont poursuivi leur recul en 2020 en France, selon les fabricants. En cause, les confinements qui ont entraîné une baisse des pathologies saisonnières. Le chiffre d'affaires des médicaments vendus hors prescription médicale en pharmacie a ainsi reculé de 9,4% l'an dernier à 1,8 milliard d'euros, après une baisse de 4% un an auparavant, selon le baromètre annuel de l'association française des fabricants du secteur (Afipa) publié le 4 février.

Néanmoins, le recours aux dispositifs médicaux et compléments alimentaires s'est quand à lui accru. Le marché des dispositifs médicaux sans ordonnance (qui regroupe aussi bien des seringues que des bas de contention ou des produits de cosmétologie) a grimpé de plus de 10%, à 0,7 milliard d'euros, précise l'Afipa.

Dans ce contexte de pandémie, qui a remis sur le devant de la scène les questions de souveraineté sanitaire, l'Afipa plaide pour une politique gouvernementale "préservant et soutenant la production de médicaments sans ordonnance, en France et en Europe". Aujourd'hui, 55% de médicaments sans ordonnance vendus en pharmacie sont produits en France.

Lire aussi : Biotechnologies: comment relancer la France dans la course aux médicaments du XXIe siècle

  • EN RÉGIONS - La Nouvelle-Aquitaine veut ouvrir les lieux culturels

Alain Rousset, président PS de la Région Nouvelle-Aquitaine, a proposé jeudi la mise en oeuvre d'une expérimentation de protocoles sanitaires qui permettraient, sur une base scientifique, de rouvrir les lieux culturels.

Ce dispositif, qu'il a présenté lors d'une conférence de presse, s'appuie sur un programme d'intelligence artificielle. Le dispositif Opera permet d'évaluer « au travers de 30 paramètres », qui peuvent être fluctuants, (circulation du virus, jauge, durée du spectacle, renouvellement d'air, etc), la possibilité de transmission par aérosols du Covid-19 dans un cinéma, un musée, un théâtre.

Lire aussi : Cinéma, musique, livres... la culture se relèvera-t-elle en 2021 ?

Mayotte reconfine

Le gouvernement a décidé un reconfinement à Mayotte pour moins trois semaines, à compter de vendredi à 18H00, a annoncé jeudi le ministère des outre-mer.

« Depuis le 1er février, 3 communes (Bouéni, Pamandzi et Dzaoudzi Labattoir) étaient confinées du fait de l'observation de taux d'incidence particulièrement élevés », indique un communiqué du ministère. Depuis, la progression de l'épidémie de Covid-19 et l'apparition de variants britanniques et sud-africain ont entrainé l'extension du confinement à l'ensemble du territoire.

Lire aussi : Avec l'arrivée des variants, Macron très embarrassé par un 3e reconfinement réclamé par les scientifiques

Un statut extraterritorial pour la maternite de mayotte?

  • À L'ÉTRANGER - Déception pour l'économie britannique

La Banque d'Angleterre (BoE) a estimé jeudi que l'économie britannique devrait rebondir moins que prévu cette année à cause du nouveau confinement. Elle s'attend cependant à une accélération à partir du deuxième trimestre grâce à la vaccination contre le coronavirus.

Elle a par ailleurs maintenu son taux directeur à un plancher historique de 0,1% et demandé aux institutions financières de se préparer pour un éventuel passage aux taux négatifs d'ici six mois, même si elle les enjoint de n'y voir aucun "signal".

Lire aussi : La Banque d'Angleterre pourrait prendre en compte le climat dans ses achats d'actifs

La Corée du Nord va recevoir des vaccins

La Corée du Nord a fait une demande de vaccins, dont elle devrait recevoir près de deux millions de doses, selon l'Alliance du vaccin (Gavi), membre du programme onusien Covax.

Il s'agit de la première confirmation officielle que Pyongyang a demandé une aide internationale, alors que les infrastructures médicales nord-coréennes sont considérées comme totalement inadéquates pour faire face à une épidémie de grande ampleur.

Le dispositif Covax, co-piloté par l'Alliance du vaccin, va distribuer 1,99 million de doses à la Corée du Nord, selon le rapport de distribution provisoire de ce programme, publié cette semaine.

Le pays assure depuis n'avoir enregistré aucun cas, son leader, Kim Jong Un, l'a réaffirmé lors d'une immense parade militaire en octobre.

Lire aussi : Vaccins: l'UE menace les laboratoires de contrôler leurs exportations s'ils ne livrent pas les doses prévues

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2021 à 9:47 :
L'apparition du variant sud africain prouve bien que l'ouverture des frontières est une ineptie en période de pandémie. Si la fermeture des frontières est difficile en Europe, on aurait pu la faire à Mayotte qui ne vit que sur perfusion de l'état français.
a écrit le 05/02/2021 à 8:50 :
Ah ben si on en est à prendre la corée du nord comme référence sanitaire maintenant c'est que tout va bien certainement hein ? :-)

"Vous vous rendez compte ? Même la corée du nord commande des vaccins c'est que c'est grave hein ! "

Au secours que l'on nous sorte de ce véritable cauchemar sémantique !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :