Covid-19 : La France attend près de 3 millions de doses de vaccin la semaine prochaine (Pannier-Runacher)

La France attend près de 3 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 la semaine prochaine, avec une montée progressive jusqu'à près de 4 millions de doses fin avril-début mai, a déclaré ce samedi la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.
(Crédits : STEPHANE MAHE)

Alors que le ministère de la Santé a fait état vendredi soir de 900 morts du Covid-19 supplémentaires et 41.869 nouveaux cas de contamination en 24 heures, la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher a annoncé ce samedi sur Europe1 "des livraisons importantes la semaine prochaine" de près de 3 millions de doses de vaccin. Aujourd'hui, seulement 7,1 millions de personnes ont reçu une première injection en France.

"Nous attendons des livraisons importantes la semaine prochaine: près de 3 millions de doses vont arriver en France qui sont confirmées par les différents laboratoires. Cela nous permet de confirmer l'objectif de 30 millions de Français vaccinés à la fin du mois de juin", a-t-elle déclaré.

Ce qui correspondrait aux deux tiers de la population de plus de 18 ans volontaires comme l'avait indiqué la semaine dernière le Premier ministre Jean Castex.

Les livraisons se situent "entre 2,5 millions et 3 millions de doses, avec une montée progressive jusqu'à près de 4 millions de doses fin avril, début mai", a précisé aujourd'hui Agnès Pannier-Runacher

La ministre a expliqué que l'essentiel des livraisons reposait sur l'apport du vaccin BioNTech-Pfizer avec "près de 2 millions de doses à partir de la semaine du 5 avril". "Ils ont toujours été au rendez-vous", a-t-elle souligné.

"Moderna (...) a toujours rattrapé ses livraisons" et "Janssen (Johnson and Johnson) a également confirmé le démarrage de ses livraisons", a-t-elle déclaré, en se disant "confiante".

S'agissant d'AstraZeneca, la ministre a indiqué que l'Union européenne avait  "sécurisé les doses, avec le blocage de doses en Italie". "On a désormais un pool de 29 millions de doses. Sur ces 29 millions de doses, il y en avait 16 qui étaient destinées (au) marché européen", a-t-elle poursuivi. "Sur les doses restantes, on est en discussion. L'avantage c'est qu'on a aujourd'hui la main sur ces doses", a ajouté Mme Pannier-Runacher.

Feu vert aux autotests de dépistage

Par ailleurs, les autotests de dépistage du Covid-19, qui ont reçu récemment le feu vert de la Haute autorité de santé, feront d'abord l'objet d'une expérimentation auprès de "publics ciblés", avant une généralisation dans les pharmacies au plus tôt mi-avril, a annoncé vendredi le ministère de la Santé. Il faut s'assurer que ces tests soient utilisés "dans de bonnes conditions", a argumenté le ministère lors d'un point presse en ligne.

Pour cette raison, leur vente en grande distribution "n'est pas à l'ordre du jour".

Le 14 mars le directeur général de la santé Jérôme Salomon avait évoqué sur BFM TV une mise à disposition imminente ("cette semaine") "peut-être en supermarchés ou en tout cas en officine".

Ces tests par auto-prélèvement nasal sont plus faciles et moins désagréables que les tests naso-pharyngés profonds, la méthode de référence pour les tests RT-PCR et antigéniques actuels.

Selon l'avis publié le 16 mars par la Haute autorité de Santé (HAS), tout autotest positif doit ensuite faire l'objet d'une confirmation par test RT-PCR, notamment pour pouvoir le comptabiliser comme cas positif et pour caractériser un éventuel variant. Cette confirmation par RT-PCR est essentielle pour "une question de suivi et de contrôle de l'épidémie", a insisté le ministère de la Santé.

L'autotest représente "un outil de plus" mais ne doit pas se substituer aux tests existants. "Les personnes symptomatiques et les cas contact doivent continuer à faire des tests antigéniques et PCR", indique-t-on de même source.

Dans un premier temps, ils feront l'objet d'un "déploiement encadré par l'Etat" pour "voir ce qui marche et ce qui ne marche pas", auprès de "publics qu'on ne teste pas assez aujourd'hui".

Il s'agit en particulier des jeunes - de plus de 15 ans, puisque la HAS les a recommandés à partir de cet âge là -, par exemple dans les universités, ainsi que des "populations éloignées du soin" telles que les personnes précaires ou les habitants de certains territoires d'Outre-mer.

La liste exacte de ces publics est encore en cours de définition, précise le ministère.

Les participants seront testés de façon répétée, environ une fois par semaine, afin d'"aller chercher des gens dans des situations où ils ne se seraient pas fait tester sinon" et "récupérer" ainsi des cas positifs "qui seraient passés inaperçus".

Généralisation mi ou fin avril

La généralisation n'aura lieu que dans un deuxième temps, probablement mi- ou fin avril.

Tout le monde pourra alors en acheter en pharmacie, autour de 5 euros comme c'est le cas en Allemagne, mais le remboursement devrait être limité à certains publics (aides à domicile, aidants de personnes fragiles, etc.), a indiqué le ministère, évoquant des discussions en cours avec l'Assurance maladie.

Aucun test antigénique par prélèvement nasal ne bénéficiant encore du marquage CE nécessaire à sa commercialisation dans l'Union européenne, les fabricants intéressés devront déposer une demande de dérogation auprès de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Certains industriels, dont des acteurs français, ont déjà transmis les études de sensibilité et de praticité de leurs tests à l'autorité sanitaire. Mais l'examen de leurs dossiers devra attendre les décrets les autorisant officiellement, attendus "entre la fin de cette semaine et la semaine prochaine".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 28/03/2021 à 16:19
Signaler
Dans un pays bien organisé, chaque grosse région devrait être capable de vivre en pseudo-autarcie en cas de pandémie. Masque, oxygène, vaccins, nourriture, ... ne devraient pas être transportés de l'extérieur pour limiter les flux et les risques de c...

à écrit le 28/03/2021 à 9:21
Signaler
Ils sont pas près de me planter ça dans le corps les hurluberlus hein.

à écrit le 28/03/2021 à 9:06
Signaler
Les ministres n'ayant pas particulièrement brillé, ces temps derniers, j'attends les commentaires de la Pythie de l'Elysée.

à écrit le 28/03/2021 à 6:16
Signaler
ils ont dit que les vaccins sont peu efficaces sur le variant sud africain , il faut interdire à ceux qui sont en Afrique du Sud de venir en Europe c'est urgent

le 29/03/2021 à 11:06
Signaler
Et le variant breton ?

à écrit le 27/03/2021 à 20:55
Signaler
Gilad Atzmon : "«Que nous apprennent les faits sur le terrain ? », demande le rapport du CP. « L’examen des données de mortalité publiées par le gouvernement montre qu’il existe une corrélation entre le nombre de vaccinations et le nombre de décès....

à écrit le 27/03/2021 à 20:20
Signaler
PLUS ON VACCINE ET PLUS ÇA VA MAL ? Heureusement que les "variants" sont là pour permettre à BigPharma d'expliquer ce mystère : si le vaccin de marche pas, ce n'est bien sûr pas parce qu'il est inefficace mais parce que le virus change tout le temps...

à écrit le 27/03/2021 à 19:44
Signaler
Il y a un marché encore plus juteux pour les labos qui se frottent les mains ,les enfants jusqu'au nourrisson ,l’horreur est en marche.Et la ,pas question de volontariat c'est d'office voir de force et deviendra surement obligatoire comme les 11 vacc...

à écrit le 27/03/2021 à 19:29
Signaler
Alexandra Henrion Caude la généticienne française aux cent publications internationales twitte : "La vaccination a-t-elle empêché le pic covid19 le plus meurtrier d'Israël et du Royaume-Uni? NON.. Israël: perturbations des cycles menstruels, saigneme...

à écrit le 27/03/2021 à 19:08
Signaler
En réalité et en conclusion, qu' observe t-on après vaccination? Que tous les pays qui ont vacciné en tête et se targuaient d' une réelle avance, Angleterre, Israël, Chili etc.. avec les vaccins ARn voient apparaitre une explosion des cas qui porte a...

le 27/03/2021 à 20:29
Signaler
. OUI....... Philippe Mürer : "Une secrétaire nationale LR, docteur en pharmacie, défend les traitements précoces. Si tout LR soutient les traitements précoces, Macron sera obligé de le faire. .Puisque nous sommes « en guerre », en plus de la ...

à écrit le 27/03/2021 à 18:09
Signaler
La prudence est de mise. Les autorités espagnoles ont annoncé, samedi 27 mars, qu'un test PCR négatif de moins de 72 heures serait désormais exigé pour toute personne souhaitant passer la frontière terrestre française pour se rendre en Espagne. Ce...

à écrit le 27/03/2021 à 16:26
Signaler
Deux cas constatés dans mon entourage: Hommes une quarantaine profils marathoniens qui ont eu un Covid sans trop de casse (perte odorat et gout de quelques semaines), trois semaines plus tard l’un passe une journée sympa avec ses vieux parents non va...

le 27/03/2021 à 17:12
Signaler
Bon sens et pragmatisme, voilà la réponse circonstanciée d' un vrai politique face à la crise Covid. Elle peut et doit bien évidemment être discutée mais elle me semble ici et en l' occurrence faire le tour du sujet : CE QUE DOIT FAIRE LE GOUVERNEMEN...

à écrit le 27/03/2021 à 11:58
Signaler
Les laboratoires de vaccins ont plus de pouvoir que les GAFAM. Qui dit pouvoir dit argent . Dans un monde démocratique : lutter contre une pandémie : ceci veut dire lutter ensemble contre un virus sans faire passer le «  pouvoir et l’argent «  e...

à écrit le 27/03/2021 à 11:36
Signaler
Si ces 29 millions de doses étaient "clandestines",elles devraient être purement et simplement confisquées, et remises à l'OMS pour vacciner le personnel de santé en Afrique ou Amérique du sud... non? Ainsi, AstraZeneca sera dissuadé de recommencer ...

le 27/03/2021 à 13:39
Signaler
Astrazeneca est vendu a prix coutant. Ca va, ça vous manque pas trop les Amsterdam Johannesburg? Vous tenez le coup?.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.