Covid-19 : le pic de la cinquième vague attendu "fin décembre ou en janvier", selon l'AP-HP

La cinquième vague menace-t-elle les fêtes de fin d'année ? Alors que les indicateurs repartent à la hausse depuis plusieurs semaines, le nombre de patients en soins critiques est "relativement stable depuis 15 jours", déclare le patron de l'AP-HP, Martin Hirsch. Toutefois, le pic pourrait avoir lieu "fin décembre ou en janvier", estime-t-il. Dans le même temps, le gouvernement, qui veut éviter un reconfinement, se penche sur la question d'élargir encore le rappel de vaccin.

4 mn

En moyenne calculée sur sept jours, le nombre de cas quotidiens a presque doublé en une semaine, selon Covidtracker.
En moyenne calculée sur sept jours, le nombre de cas quotidiens a presque doublé en une semaine, selon Covidtracker. (Crédits : Benoit Tessier)

Alors que la cinquième vague de Covid-19 frappe la France, le nombre de patients Covid hospitalisés en soins critiques est "relativement stable depuis 15 jours", a indiqué lundi le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch. Toutefois, les conséquences sur l'hôpital de cette nouvelle vague de contaminations, "si elle doit se produire", ne sont pas attendues avant "fin décembre ou en janvier", a-t-il précisé.

"L'hôpital est en situation difficile. Aujourd'hui, ça n'est pas les patients Covid", a-t-il détaillé en citant la grippe ou les maladies infantiles de saison comme la bronchiolite. "Les prévisions sont extrêmement difficiles à faire aujourd'hui".

Un quart de patients Covid dans les lits de réanimation

"En Ile-de-France, il y a un peu moins de 300 patients en soins critiques, dont un tiers à l'AP-HP, et il y a un peu moins de 600 malades hospitalisés hors soins critiques. Le taux de patients Covid dans les lits de réanimation est à peu prêt d'un quart", a-t-il ajouté.

De son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué dimanche que la cinquième vague démarrait "de façon fulgurante". Et pour cause, en moyenne calculée sur sept jours, le nombre de cas quotidiens a presque doublé en une semaine: il était de 18.240 le 21 novembre, contre 10.066 sept jours plus tôt, selon Covidtracker. Cela représente une progression de 76,6%.

Une hausse néanmoins moins forte que dans l'ensemble de l'Union européenne où il y a en moyenne 497 cas de Covid-19 pour 1 million de personnes au 20 novembre contre 254 pour la France, soit près de deux fois moins.

Lire aussi 4 mnCoronavirus : la situation continue de se dégrader en Europe

Confinement total en Autriche ce lundi 22 novembre, "sélectif" en Allemagne

Face à cela, chaque gouvernement renforce les mesures à sa manière. L'Autriche, après avoir décidé d'un confinement sélectif pour les non-vaccinés, a annoncé le 19 novembre qu'elle passait au cran supérieur en termes de coercition, décidant de confiner dès ce lundi 22 novembre et jusqu'au 13 décembre l'ensemble de sa population, soit 8,9 millions d'habitants.

L'Allemagne a pris également de nouvelles mesures de restriction visant les seuls non-vaccinés. La chancelière sortante Angela Merkel et les chefs de régions ont décidé le 18 novembre, à l'issue d'une réunion de crise, d'interdire aux non-vaccinés l'accès à des lieux publics sur l'ensemble du territoire.

De son côté, Emmanuel Macron a indiqué jeudi dernier qu'il n'y aurait pas de confinement imposé aux personnes non-vaccinées, précisant que le pass sanitaire rend le confinement sélectif inutile.

Néanmoins, face à l'augmentation du nombre de cas, la France se dirige vers un rappel du vaccin pour tous les plus de 40 ans, recommandé vendredi par les autorités sanitaires. La hausse doit en effet être surveillée de près dans l'Hexagone. Dimanche, 8.038 malades du Covid-19 étaient hospitalisés en France, dont 1.339 dans les services de soins critiques (les cas les plus graves), contre respectivement 6.500 et 1.000 un mois auparavant.

Manque de moyens de l'hôpital

Face à la situation difficile des hôpitaux en France, M. Hirsch a rappelé le manque criant de personnel et a indiqué qu'un millier de postes sur environ 18.000 n'étaient actuellement pas pourvus à l'AP-HP.

"Ça pèse, pas que sur les opérations, a-t-il assuré. A cause de ce manque d'infirmiers, on a grosso modo 13% de nos lits fermés à l'AP-HP. On ne prend pas 13% de patients en moins mais 4% ou 5% en hospitalisation. En revanche, en hôpital de jour, on prend 5% de patients en plus."

"On soigne à peu près autant de patients avec un peu moins de personnel et avec un certain nombre de lits fermés. Ce qui explique en partie les tensions. Tout le monde serre les fesses. Ça ne peut pas tenir des mois et des mois bien évidemment", a encore prévenu le responsable de l'AP-HP.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 23/11/2021 à 9:44
Signaler
En tout cas le carnet de chèque de Macron n'a pas servi à améliorer la situation à l'hôpital. Pitoyable cette politique d'arrosage d'argent publique qui ne résout rien si ce n'est qu'aggraver les choses.

à écrit le 23/11/2021 à 9:41
Signaler
En tout cas le carnet de chèque de Macron n'a pas servi à améliorer la situation à l'hôpital. Pitoyable cette politique d'arrosage d'argent publique qui ne résout rien si ce n'est qu'aggraver les choses.

à écrit le 22/11/2021 à 20:54
Signaler
Mes infos persos qui n'ont rien à voir avec la mantra de l'époque m'obligent à aller me vacciner non pour moi mais mes petits enfants, voire ceux à naître. Il faut le faire sans chercher à comprendre. C'est ennuyeux mais c'est comme ça.

le 23/11/2021 à 9:27
Signaler
" Il faut le faire sans chercher à comprendre." C'est totalement inacceptable chercher à comprendre est le propre de l'homme c'est ce qui l'a fait avancer, c'est ce qui lui a permis de survivre. Qu'on arrête de nous prendre pour des idiots et qu'on n...

le 23/11/2021 à 13:35
Signaler
"m'obligent à aller me vacciner non pour moi mais mes petits enfants, voire ceux à naître " Vous pourriez expliquer ce que vous avez compris entre "vos infos perso" et le "mantra" ???? " Il faut le faire sans chercher à comprendre " C'est bien l...

le 23/11/2021 à 14:21
Signaler
@citoyen &otemp, Toute vérité n'est pas bonne à dire, donc je me contente de la conclusion en espérant me tromper. Faites comme moi, passez à la recherches d'infos, le coronavirus ou circovirus est une maladie bien plus courante qu'on ne le pense, ...

à écrit le 22/11/2021 à 19:19
Signaler
Dresser un tableau sombre pour mieux se congratuler des réussites avant une élection...C'est cousue de fil blanc!

à écrit le 22/11/2021 à 16:23
Signaler
a beau parler n ont cure de bien faire. échec d une politique sanitaire. sans transparence ni vérité

à écrit le 22/11/2021 à 13:45
Signaler
donc c'est programmé ?

à écrit le 22/11/2021 à 13:43
Signaler
Une courbe des entrées à l’hôpital des vaccinés qui passe devant celle des non vaccinés, des pays qui n'ont pas pu vacciner dans lesquels la pandémie s'est arrêtée ou quasi arrêtée, des manifestants anti-restrictions sanitaires qui se font tirer dess...

à écrit le 22/11/2021 à 13:27
Signaler
"le pic de la cinquième vague attendu "fin décembre ou en janvier" Même pas vu la quatrième.Donc, tout les hiver ça va être le même cinéma ,ils ont trouvé la cloche à fromage.

à écrit le 22/11/2021 à 13:14
Signaler
Tiens ,Michel Cymes le médecin de plateau TV fraîchement retraité vient d'annoncer être touché de nouveau par le Covid-19 malgré ses deux doses de vaccin ;ah,ah

à écrit le 22/11/2021 à 12:44
Signaler
18.240 contaminations (et non des "cas", qui désignent les personnes effectivement malades), une hausse de 77 % sur une semaine, certes, mais ça ne représente toujours que 0.03 % de la population. Et Gabriel Attal qui ose parle de "fulgurance". Mais ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.