Covid-19 : face à la cinquième vague, les pays européens commencent à se reconfiner

Alors que la situation sanitaire se dégrade fortement dans une dizaine de pays de l'Union européenne, chaque gouvernement renforce les mesures à sa manière. En Allemagne, où la reprise de l'épidémie est particulièrement inquiétante, le ministre de la Santé envisage un confinement régional, tandis qu'en Autriche, le Chancelier - plus radical - souhaite confiner les non-vaccinés. Les Pays-Bas, la Norvège et l'Islande imposent aussi de nouvelles restrictions.
Aux Pays-Bas, le Premier ministre Mark Rutte doit annoncer vendredi de nouvelles mesures de restriction, dont l'introduction du premier confinement partiel de cet hiver en Europe occidentale.
Aux Pays-Bas, le Premier ministre Mark Rutte doit annoncer vendredi de nouvelles mesures de restriction, dont l'introduction du premier "confinement partiel" de cet hiver en Europe occidentale. (Crédits : EVA PLEVIER)

Comme un air de déjà-vu. Alors que la situation sanitaire s'est nettement améliorée ces derniers mois en Europe, une cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 commence à frapper les Vingt-Sept. Alors qu'en France, Emmanuel Macron à demandé une nouvelle fois mardi aux Français à se faire vacciner face au rebond de l'épidémie, la situation est particulièrement inquiétante en Allemagne, en Europe centrale et en Europe de l'Est. Parmi les contaminations, les non-vaccinés sont surreprésentés, notamment dans les cas graves. Les gouvernements resserrent la vis.

Au sein de l'Union européenne, la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie sont en effet dans la catégorie de préoccupation la plus élevée, selon la dernière évaluation des risques du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) basé à Stockholm. En moyenne dans l'UE, le nombre de cas de Covid-19 quotidiens (sur les sept derniers jours) atteint le même niveau qu'à la mi-avril, lors de la troisième vague, selon CovidTracker.

L'Allemagne frappée à la veille des marchés de Noël

En Allemagne, alors que la saison du carnaval vient d'être lancée et que les marchés de Noël se préparent à ouvrir fin novembre, le pays est frappé de plein fouet et doit se préparer à des "semaines et des mois difficiles", a prévenu vendredi le président de l'institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI), plaidant pour durcir les restrictions.

Les cas d'infection sont en effet montés en flèche ces derniers jours dans de nombreuses régions du pays. Face à cela, Lothar Wieler a tiré la sonnette d'alarme: "nous devons partir du principe que la situation va continuer de s'aggraver partout en Allemagne" et que cette évolution "ne pourra pas être arrêtée sans de nouvelles mesures", a prévenu le président de l'Institut Robert-Kochlors lors d'une conférence de presse à Berlin.

"Nous avons devant nous des semaines et des mois difficiles (...)", a-t-il martelé, s'inquiétant d'une situation déjà tendue dans certains hôpitaux qui souffrent de surcroît d'un manque de personnel soignant.

Il a plaidé pour une limitation des contacts dans les lieux publics et exhorté les Allemands non vaccinés à enfin sauter le pas. En Allemagne, où il n'y a pas d'obligation vaccinale, environ 67,4% de la population a reçu deux doses de vaccin, loin de 75% visés.

Le ministre de la Santé Jens Spahn a de sont côté estimé qu'un nouveau confinement devait "au moins au niveau régional rester une option possible (...)", lors de la même conférence. Une réunion entre le gouvernement et les chefs de régions, compétents en matière sanitaire, doit se tenir jeudi prochain pour définir les mesures à prendre.

Vers un confinement des non-vaccinés en Autriche ?

De son côté, le chancelier autrichien Alexander Schallenberg prend des mesures plus radicales. Il a annoncé vendredi qu'il attendait le feu vert du parlement dimanche pour un confinement des personnes non vaccinées ou non guéries du Covid-19, alors que le pays est confronté à une augmentation rapide des cas.

"L'objectif est clair: nous voulons donner dimanche le feu vert à un confinement national pour les personnes non vaccinées", a déclaré M. Schallenberg lors d'une conférence de presse, sans préciser la date de l'entrée en vigueur de la mesure.

L'Etat régional de Haute-Autriche et la ville-Etat de Salzbourg, qui ont connu certains des taux de contamination les plus élevés, ont déjà introduit ce confinement à partir de lundi. Pour que la mesure s'applique à l'ensemble du pays, elle devra être approuvée par le Parlement et par une réunion des chefs de gouvernement régionaux au cours du week-end.

Le ministre de la Santé, Wolfgang Mueckstein, a par ailleurs annoncé vendredi qu'il allait ordonner la vaccination obligatoire du personnel de santé. Quelque 64% de la population a reçu les deux doses de vaccin en Autriche, ce qui est inférieur à la moyenne européenne de 67%. M. Schallenberg a qualifié ce taux de vaccination de "honteusement bas". À ce jour, plus de 11.640 personnes infectées par le nouveau coronavirus sont décédées dans le pays de 9,8 millions d'habitants.

Premier "confinement partiel" aux Pays-Bas

De plus, les Pays-Bas sont également frappés par une nouvelle vague de contaminations. Face à cette situation, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte doit annoncer vendredi de nouvelles mesures de restriction, dont l'introduction du premier "confinement partiel" de cet hiver en Europe occidentale.

Parmi les mesures attendues, et qui dureront trois semaines, les bars, les restaurants et les magasins non essentiels devraient fermer à 19H00 locale tandis que le télétravail devrait être favorisé, selon les médias locaux. Les écoles devraient toutefois rester ouvertes et les sorties hors du domicile autorisées.

Nouvelles restrictions en Norvège

Un peu plus au nord, la Norvège va également réintroduire des restrictions anti-Covid au niveau national, en autorisant notamment les communes à avoir recours au pass sanitaire, a annoncé le gouvernement vendredi. Le pays scandinave, qui avait levé toutes ses restrictions fin septembre, va également proposer une troisième dose de vaccin pour tous les plus de 18 ans, en excluant toutefois des confinements et des mesures drastiques.

Durcissement du dispositif en Islande

Enfin, en Islande, moins d'une semaine après avoir réintroduit des mesures restrictives, le gouvernement a annoncé vendredi un nouveau durcissement de son dispositif, en vigueur dès minuit, face aux records d'infections au Covid-19 ces derniers jours.

La limite des rassemblements publics est abaissée de 500 à 50, la jauge dans les piscines et salles de sport est désormais fixée à 75% de la capacité maximale et l'horaire d'ouverture des bars, restaurants et discothèques est à écourtée d'une heure supplémentaire, avec une fermeture à 22H00.

En vigueur pour au moins trois semaines, ces mesures sont les plus contraignantes depuis mai.

Les restrictions instituées entre samedi et mercredi dernier, relativement clémentes, n'ont pas eu l'effet escompté: le nombre de nouveaux cas de Covid-19 a battu un record quotidien entre lundi et mercredi. Au total, 748 personnes ont été diagnostiquées positives au Covid-19 depuis le début de la semaine, du jamais vu.

L'île nord-Atlantique espère également administrer une troisième dose du vaccin à 160.000 personnes d'ici la fin de l'année. "C'est un effort considérable que nous déployons et, d'après les connaissances des meilleures experts, c'est probablement le chemin vers une sortie de l'épidémie", a affirmé la ministre de la Santé Svandis Svavarsdottir.

Près de 36.000 Islandais ont déjà reçu une dose de rappel selon le site officiel des autorités sanitaires, notamment ceux vaccinés avec le vaccin unidose Janssen, alors que 89% de la population âgée de plus de 12 ans est entièrement vaccinée en Islande.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/11/2021 à 9:35
Signaler
Bref la vaccination ne sert à rien mais est obligatoire, bienvenu en néolibéralisme dans lequel une dictature sanitaire ne pouvait que prendre cette allure grotesque.

à écrit le 13/11/2021 à 8:53
Signaler
"À ce jour, plus de 11.640 personnes infectées par le nouveau coronavirus sont décédées dans le pays de 9,8 millions d'habitants". Ages, comorbidité, obésité ,etc, rien comme d'hab.

à écrit le 12/11/2021 à 20:31
Signaler
Il est difficile de passer d'un réel a.. un monde virtuel et, pourtant, les "grandes fortunes" essayent de nous l'imposer!

à écrit le 12/11/2021 à 18:50
Signaler
5 ème vague suite à la vax. Voyons comment, pourquoi. On assiste, en ce moment, à une flambée de cas covid-19, souvent graves, et d’effets indésirables extrêmement diversifiés et parfois inattendus (AVC, péricardites, myocardites, microthrombos...

le 13/11/2021 à 10:42
Signaler
Faudrait voir "ce qu'on appel grave" si on compare avec hier ou si on compare avec fin2019 ou mars 2020... On est pas au même nombre de malades...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.