Covid-19 : malgré la cinquième vague, le moral des chefs d'entreprise résiste

La confiance des chefs d'entreprise est restée au même niveau entre octobre et novembre selon la dernière grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour La Tribune, LCI et CCI France. En revanche, les dirigeants sont nettement moins confiants quant à l'avenir de leurs entreprises dans les douze mois à venir.
Grégoire Normand

4 mn

Les chefs d'entreprise sont relativement confiants au sujet des perspectives de l'économie française et celles de l'économie mondiale.
Les chefs d'entreprise sont relativement confiants au sujet des perspectives de l'économie française et celles de l'économie mondiale. (Crédits : Reuters)

La déferlante plonge une nouvelle fois l'économie française en eaux troubles. La plupart des indicateurs sanitaires font état d'une détérioration dans un grand nombre de pays européens. Face à cette nouvelle flambée, le gouvernement a mis la pression sur les non vaccinés et a renforcé les conditions du pass sanitaire afin d'inciter tous les 18 ans et plus à faire leur rappel d'ici le 15 janvier.

Dans ce contexte sanitaire dégradé, les chefs d'entreprise gardent le moral. D'après la dernière grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, l'indicateur qui mesure la confiance des chefs d'entreprise est resté stable entre octobre et novembre passant de 102 à 103 points. Après avoir atteint un creux historique (73 points) au printemps au moment du confinement d'avril, l'indice s'est redressé au cours de l'été pour s'établir depuis la rentrée au dessus de sa moyenne de long terme (100). Ce résultat masque toutefois de disparités criantes entre les petites entreprises inférieures à moins de 9 salariés (101) et les plus grandes entreprises (110). Le niveau de confiance des plus grandes sociétés atteint même un record depuis le printemps 2019 après deux années de violentes secousses.

Lire aussi 4 mnRappel du vaccin pour tous, retour du masque : le gouvernement annonce ses mesures face à la 5ème vague du Covid-19

Les patrons moins confiants sur les perspectives pour leur entreprise

Concernant l'avenir, l'optimisme des chefs d'entreprise est en perte de vitesse. En effet, seuls 20% des répondants affirment que ce sera mieux demain contre 24% au mois d'octobre. S'agissant des perspectives sur les douze prochains mois, la proportion de dirigeants confiants pour l'avenir de leur entreprise est en diminution passant de 79% à 76% entre octobre et novembre. Ce ratio de confiance est en revanche stable pour l'économie française (43%) et l'économie mondiale (39%).

Il faut dire que paradoxalement, la plupart des instituts de conjoncture a révisé à la hausse ses chiffres de croissance pour 2021. Dernièrement, l'OCDE a indiqué qu'elle tablait sur une croissance du PIB de 6,8% pour l'économie tricolore cette année. C'est 0,5 point de plus que lors des précédentes estimations.

Lire aussi 7 mnLe taux de chômage au plus bas depuis 13 ans : 7,6% d'ici la fin de l'année, dit l'Insee

La prime inflation plutôt bien acceptée

Face à la montée des prix énergétiques, le Premier ministre Jean Castex a annoncé il y a quelques semaines la mise en oeuvre d'une indemnité inflation de 100 euros versée par les entreprises à l'ensemble des salariés gagnant moins de 2.000 euros. Elle devrait concerner environ 38 millions de Français selon les chiffres avancés par le gouvernement. Cette mesure devrait être compensée par une baisse des cotisations sociales pour les entreprises dès janvier 2022.

Interrogés sur cette mesure, les chefs d'entreprise ne semblent pas exprimer d'obstacles majeurs. Si près d'un tiers s'attend à des coûts supplémentaires, seuls 9% redoutent des problèmes de trésorerie et la même proportion craint des difficultés dans la mise en oeuvre. Cela signifie qu'une large majorité ne devrait pas rencontrer de problèmes importants pour verser cette prime encore débattue au Parlement dans le cadre des discussions sur le budget 2022.

Lire aussi 5 mnCastex dégaine une "indemnité inflation" de 100 euros pour 38 millions de Français

Présidentielle : emploi et pouvoir d'achat en tête des priorités

D'autre part, à cinq mois de la présidentielle, les débats entre les candidats vont s'accélérer. Interrogés sur les thèmes prioritaires pendant la campagne, les dirigeants considèrent que l'emploi (75%) et le pouvoir d'achat (69%) devraient faire partie des sujets à mettre en avant. Il faut dire que la flambée des prix ces derniers mois, la pénurie de travailleurs et le manque d'attractivité de certains secteurs ont remis au centre du jeu politique la question de salaires et du coût de la vie. Parmi les autres thèmes à privilégier viennent ensuite la fiscalité (65%), la sécurité (65%) et l'environnement (64%).

A l'inverse, la mondialisation (27%), la construction européenne (32%) et le rôle de la France dans le monde (38%) figurent en bas de tableau. Ce qui peut paraître paradoxal au regard du rôle de ces thèmes dans le fonctionnement de l'économie actuelle. Quant à la dette et les déficits (47%) ou encore l'immigration (44%), ils ne font pas partie des sujets majeurs à mettre en priorité lors de la campagne selon les chefs d'entreprise.

(*) Méthode : étude réalisée auprès d'un échantillon de 609 dirigeants d'entreprise. L'échantillon a été interrogé par téléphone du 10 au 22 novembre. La représentativité a été réalisée par un redressement en fonction du secteur d'activité et la taille des entreprises.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/11/2021 à 8:35
Signaler
Il n'y a pas plus de cinquième vague, qu'il n'y en a eu de quatrième

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.