Covid : Bercy à la rescousse des entreprises frappées par la cinquième vague

Les entreprises de l'événementiel, les traiteurs, les agences de voyages et les salles de loisirs "indoor" dont l'activité pâtit de la reprise épidémique, feront l'objet d'un "soutien spécifique" en décembre, avec une prise en charge de leurs coûts fixes si leur perte de chiffre d'affaires dépasse 50% notamment, annonce le gouvernement.

3 mn

L’activité partielle avec un reste à charge nul est accessible à ces entreprises dès 65% de perte de chiffre d’affaires assure Bercy dans un communiqué.
"L’activité partielle avec un reste à charge nul est accessible à ces entreprises dès 65% de perte de chiffre d’affaires" assure Bercy dans un communiqué. (Crédits : Reuters)

L'horizon au bout du tunnel est encore très loin. Alors que le gouvernement avait annoncé la fin du "quoi qu'il en coûte" au début de l'été, la cinquième vague et l'explosion du variant Omicron obligent l'exécutif à revoir ses plans. A la veille des fêtes de fin d'année et à quelques mois de la présidentielle, l'arrêt complet de cette politique annoncée par le président Macron au printemps 2020 pourrait être politiquement et socialement risqué en pleine recrudescence de la pandémie. En Europe, les Pays-Bas ont décidé de mettre en place un couvre-feu et la plupart des Etats ont durci les mesures sanitaires ces dernières semaines depuis la découverte du variant Omicron en Afrique du Sud.

Prise en charge des coûts fixes et de l'activité partielle

"Pour le mois de décembre, les entreprises les plus affectées par la situation sanitaire pourront bénéficier du dispositif coûts fixes dès lors qu'elles perdent plus de 50% de leur chiffre d'affaires et qu'elles connaissent des pertes d'exploitation (EBE négatif)", précise mardi un communiqué du ministère de l'Economie. Ce dispositif permettra de compenser 90% de la perte d'exploitation, et 70% pour les entreprises de plus de 50 salariés, poursuit-il, avec un montant "plafonné à 12 millions d'euros par groupe, sur toute la durée de la crise".

Quant à l'activité partielle avec un reste à charge nul, elle est "accessible dès 65% de perte de chiffre d'affaires", complète Bercy, pour les entreprises de ces secteurs qui "connaissent un ralentissement de leurs activités" lié à "l'évolution de la situation sanitaire et aux récentes recommandations sanitaires".

Par ailleurs ces entreprises peuvent toujours bénéficier des prêts garantis par l'Etat (PGE), des plans d'apurement de dettes de cotisations sociales et du fonds de transition, rappelle le ministère.

Une nouvelle réunion prévue en janvier

"C'est bon à prendre, parce qu'une entreprise qui perd 65% de son chiffre d'affaires, autant dire qu'elle ne peut pas vivre", a réagi auprès de l'AFP Hervé Becam, vice-président du principal syndicat de l'hôtellerie restauration, l'Umih.

Toutefois "ces mesures ne concernent pas pour l'instant, les indemnisations nécessaires pour un grand nombre d'établissements de la restauration et de l'hôtellerie" qui pâtissent par exemple de l'interdiction faite aux Britanniques de passer les vacances de Noël en France. "Dans des stations de montagne comme Tignes ou Val Thorens, certains ont vu s'annuler 70% de leurs réservations : seront-elles compensées ?" s'interroge M. Becam.

Lire aussi 3 mnStations de ski: vers de nouvelles aides pour la montagne? "On continuera à être à leurs côtés", assure le gouvernement

Les organisations professionnelles doivent "tout début janvier" retrouver le gouvernement pour faire un bilan de décembre et "envisager des mesures pour les entreprises qui ont vraiment trop souffert", affirme M. Becam, Bercy indiquant de son côté poursuivre les consultations avec le secteur.

Le gouvernement n'exclut pas d'aller "au-delà" des mesures de restriction en vigueur en cas de "reprise très forte de l'épidémie liée au variant Omicron", a affirmé mardi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/12/2021 à 15:09
Signaler
Pour payer aider les entreprises, Bercy serait bien inspiré de taxer lourdement toutes les chaînes logistiques d'importations massives en provenance des pays de l'esclavage qui nous ont fait ce cadeau Covid19 : "chaines d'importation massive = transp...

à écrit le 21/12/2021 à 13:43
Signaler
En ce moment les prêcheurs sanitaires nous expliquent que c'est parce que Omicron est moins dangereux qu'il est plus mortel. Depuis deux ans et demi ont nous fait passer les bonnes nouvelles pour des catastrophes à savoir les mêmes tournures de style...

à écrit le 21/12/2021 à 13:25
Signaler
c'est bien l'état va au secour des entreprises, mais pas des citoyens sdf !! c'est intéressant de voir finalement la prétention des valeurs et la réalité des actions ! cela va en plus avec la logique de macron, qui est le financement des entreprise...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.